Esprit riche a lu : Mon combat contre les banques

Michael Ferrari Divers, Gérer et épargner, Résumé de livre 2 Commentaires

« Si vous voyez un banquier se jeter par la fenêtre, sautez derrière lui : vous pouvez être sûr qu’il y a quelque profit à prendre » Voltaire

Après la lecture de ce livre « Mon combat contre les banques« , j’ai changé mon point de vue sur mon conseiller. J’avais déjà une confiance toute relative et je ne prenais jamais pour argent comptant ce que me racontait mon conseiller. Je n’ai pas eu besoin pour l’instant d’avoir un conseiller compétent (voir Principe de Peter).

Daniel Richard, l’auteur, est un avocat qui a été amené à défendre des particuliers contre les banques. Il a été le premier à obtenir une condamnation d’une banque dans une affaire en 1986 ! ça fait déjà un petit bout de temps mais les choses ont finalement assez peu changé…

Dans cette première affaire son client avait souscrit et déposé des titres dans une banque et c’est le défaut de conseil qui a été reproché. Il faut dire que le client en question avait tout perdu !

Et cette citation en début de livre donne le ton : « Un banquier c’est quelqu’un qui vous prête un parapluie par beau temps et qui vous le reprend lorsqu’il pleut. » Mark Twain

L’auteur a obtenu une série de condamnation tout au long de sa carrière sur le même thème : votre conseiller doit vous… conseiller !

Un exemple significatif est donné chapitre 6 : une personne de 89 ans souscrit une assurance vie. Ouvert en 2000 avec 100 000 francs, le compte arrive à 157 000 € grâce à l’argent versé au fur et à mesure.

La personne décède et les héritiers ne récupèrent « que » 139 000 €. 17 000 € de perdu en gros. Le capital de ce support était garanti pendant 8 ans, mais le contrat précisait en fait qu’a partir de 80 ans cette clause ne s’appliquait pas. Pire, toujours à partir de 80 ans la fiscalité n’est plus avantageuse pour transmettre aux héritiers.

Après avoir démontré que placer l’argent sur un compte épargne à 4.5% aurait été plus avantageux, notre cher avocat à obtenu plus de 40 000 € de dommages et intérêts de la banque (sans procès).

L’auteur évoque ensuite la « bancarisation » des plus jeunes. En 1999 : 72 % des 11/12 ans, 74 % des 13/14 ans et 79 % des 15716 ans ont déjà un compte bancaire ou une carte de retrait (16 ans).

Ce n’est un mal en soit, ce qui l’est c’est la généralisation et l’omniprésence des banques : il n’est plus possible de fonctionner sans elles et donc elles doivent être irréprochables.

Pour le reste je vous conseille de lire le livre !

Cela change du discours ambiant qui consiste à dire que les gens sont grands et doivent assumer leurs actes, etc … Oui Mais : il y a un devoir de conseil dont la banque ne peut pas s’affranchir.

Dans ce domaine, il faut savoir bien s’entourer !

Ayez l’oeil ouvert, et le bon.

Commentaires 2

  1. Post
    Author

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.