L’habitude de la procrastination qui vous gâche la vie

Michael Ferrari Devenez plus efficace 6 Commentaires

procrastinationdemotivatorLorsque j’étais plus jeune, j’étais passionné par la technologie. Comprendre la fonction de chaque composant d’un ordinateur. Savoir les sélectionner, les monter et les configurer . J’adorais ça. C’était facile et logique. Il n’y avait qu’a suivre les instructions et à choisir des éléments compatibles entre eux.

Puis j’ai découvert les êtres humains ! Un monde beaucoup plus riche et complexe qui n’a que l’apparence de la logique. Mon sujet du moment c’est la procrastination et voici ce que peut dire un type de procrastinateur :

Procrastinateur : « Je veux faire du sport 3 fois par semaine »

Moi : « Pourquoi tu ne le fais pas ? »

Procrastinateur : « Parce que je sais que si je m’y mets je vais y arriver »

Moi : « GNé !? »

Je sais ça ne fait pas très « coach » mais la première fois que quelqu’un de tout à fait sérieux et fiable vous dit ça, c’est étonnant. Ce type de procrastinateur ne fait rien car dans son imaginaire l’action ne pose pas de problèmes. Il se raconte que s’il veut, il peut.

Alors d’un côté c’est le signe qu’il a une bonne estime de lui-même car il se sent capable de faire mais de l’autre vous voyez le problème ?

 

Le problème, c’est qu’il ne fait rien.

Il fantasme.

Il se ment et cela peut durer des mois ou des années.

Et avec le temps, cette posture qui pouvait apparaitre comme saine devient un piège.

Le piège c’est que son histoire imaginaire perd de sa puissance puisqu’il constate qu’a côté de cela il n’a rien fait depuis des semaines / mois /années. Et lorsque cela se cristallise, son estime personnelle se dégrade et lorsqu’elle se dégrade il est moins à même de passer à l’action.

Vous voyez le piège ?

C’est terrible, c’est subtil, c’est humain.

Les procrastinateurs sont les leaders de demain

Vrai non ? Après tout demain ils seront prêts et passeront à l’action ? 🙂

J’ai questionné les inscrits à ma newsletter et j’ai reçu une TONNE de réponses sur la procrastination. L’un d’entre eux a justement dit : « arrêter de procrastiner….. arrêter est une action ……..de procrastiner qui est de ne rien faire ». Il a raison. Et pour la même raison que pour arrêter de procrastiner il faut agir, lorsque vous procrastinez, vous agissez. Vous prenez la décision de ne rien faire et vous le faites en rationalisant votre choix :

– « si je veux je peux »

– « je travaille mieux dans l’urgence »

– « je ne me sens pas prêt »

– « je n’ai pas le temps »

Dans son cas comme dans les autres types de procrastination c’est l’habitude de procrastiner qui lui gâche la vie.

Cette habitude qu’il a prise avec le temps, consciemment, devient un fardeau doit il est difficile de se délester. Et cette habitude est un comportement qu’il a appris comme on apprend à faire du vélo et il reproduit ce comportement sans cesse comme s’il était prisonnier de son habitude et qu’il ne savait pas comment faire autrement.

Il a appris à reporter, à se raconter une histoire et à rationaliser pour protéger son estime personnelle. L’un des indices c’est que dans 99 % des cas les procrastinateurs ne procrastinent que certaines actions dans leurs vie :

– le domaine personnelle (s’occuper de son argent, faire du sport, ranger, prendre un rendez-vous…)

– le domaine professionnelle (se former, changer de poste, écrire un livre…)

Autrement dit, ils ont une procrastination sélective.

Cela donc être des personnes ayant une réussite professionnelle significative mais négligeant leur santé. A contrario, cela peut être des personnes épanouies dans leur vie personnelle mais qui reportent sans cesse toute action qui pourrait leur permettre d’augmenter leurs revenus.

Et vous, quel est le sujet que vous procrastinez ?

 

Pour aller plus loin : regarder cette vidéo gratuite pour arrêter de procrastiner

Commentaires 6

  1. Merci michael , ca m’a permis de reflechir à toutes les fois ou je procrastine.
    grace à cet article je me suis remis à jour dans tout ce que j’avais en retard
    Je pense que pour ne plus procrastiner il faudrait etre capable de visualiser l’ensemble de ses actes dans une suite de moments présents.
    après ce ne sont que des mots.

  2. Un des moyens d’éviter de procrastiner, c’est d’écrire la veille au soir, la liste des choses a faire par ordre de priorité.

    Je trouve que c’est efficace, vous prenez l’habitude d’exécuter les choses dès le lendemain, puis cela devient automatique.

    herve d’Argentinvestir.com

  3. Procrastiner est souvent un problème non d’organisation ou d’énergie mais de motivation. Faire du sport 3x par semaine? Pourquoi? Perdre du poids? Etre en bonne santé? Pourquoi 3x? Quel sport? Quel but? Comment mesurer qu’on est sur la bonne voie? Comment savoir quand on a réussi…

    Lorsque je procrastine, c’est souvent le signal que je n’ai pas vraiment envie d’accomplir la chose et je me remet en question sur le pourquoi. Souvent je laisse tomber pour mieux me concentrer sur ce qui compte réellement pour moi, ou alors je redéfini les tâches pour qu’elles m’apportent réellement quelque chose que je veux.

  4. Le sujet que je remet toujours au lendemain c’est l’investissement locatif, j’ai toujours une bonne raison pour ne pas le faire (achat de résidence principale, marché immo trop chere…).

    Avec un marché qui baisse dans les années à venir, je sens que je vais arrêter de procrastiner pour finir par investir car les années passent vite et sont précieuses….

  5. le sport sans aucun doute!!
    (puis tout ce qui se rattache au rangement 😉 .)
    Le problème est de faire en sorte que ce que l’on fait de nouveau devienne une habitude, ça peut prendre quelques semaines à plusieurs mois… Il faut donc tenir pendant ce temps, relativement long.
    Je ne compte plus le nombre de fois ou j’ai chausser les crampons pendant quelques jours en me jurant de le faire 2-3 fois par semaine toute l’année. ça doit bien faire 2 mois que je n’ai pas couru…

  6. Comment arrêter de procrastiner ? Passer à l’action ne suffit souvent pas à arrêter de procrastiner car tout l’art est de faire durer l’action dans le temps, de l’inscrire dans la régularité ce qui vous fait véritablement rentrer dans une spirale vertueuse. Au même temps, il est difficile de garder la motivation et d’agir bien que « nous ne voulions plus procrastiner « … C’est un véritable dilemme me diriez-vous !
    Heureusement, il y a une issue à tout cela, et nous l’amènerons en examinant les raisons de ce comportement…
    Tous les gourous du développement personnel s’accorderont à expliquer que nous procrastinons pour au moins une des raisons suivantes :
    1- Nous ne sommes pas totalement sur de la manière d’agir au point de craindre les conséquences d’une erreur.
    2- Nous nous représentons l’action comme une charge ou une corvée.
    3- Nous cherchons à nous mettre dans un état de stimulation intense et faire tout au dernier moment.
    Traduisons maintenant cela en des termes simples :
    (1 et 2) Nous redoutons l’action faute d’engagement suffisant
    (3) Nous redoutons ce qui est postérieur à l’action faute de clarté ou d’absence totale d’objectif.
    Vous n’arrêterez jamais de procrastiner rien que parce c’est mauvais, mal vu, et que vous voudriez bien arrêter, c’est un motif bien léger. Si l’action ne se justifie pas à vos yeux, vous aurez bien du mal à trouver de l’énergie nécessaire pour vous y lancer aussitôt, pré visualiser dans son esprit les différents scénarios de réalisation, passer à l’acte, vous tolérer l’erreur, rectifier le tir et finalement l’accomplir.
    Si l’action ne vous parait pas indispensable pour réaliser un REVE, si elle ne s’inscrit pas dans un PROJET qui vous tient à cœur, si elle ne fait pas partie de la projection de votre image dans l’avenir, d’une quête si grande et ambitieuse que voulez ABSOLUMENT accomplir, vous en avez tellement envie, cela vous passionne tant que le fait d’agir est relégué au rang de l’évidence. Que vous avez suffisamment internalisé au point que vos sens s’en trouvent aiguisés, prêt pour vous faciliter le passage à l’action, au point qu’il vous arrive d’agir quasiment inconsciemment dans le sens du dessein que vous vous êtes choisi. Alors rien ne justifie de mettre la charrue avant les bœufs, et de chercher à savoir pourquoi vous n’arrivez pas à agir, à faire les choses, car la logique ne peut à elle seule être votre moteur.
    Sachez d’abord ou vous voulez aller et si tout le reste ne coule pas de source, reposez-vous la question suivante « Est-ce vraiment ce que je veux ? »

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.