Gérer le passage de la crise en bon père de famille

Michael Ferrari Gérer et épargner, Richesse et argent 3 Commentaires

Voici une vidéo pleine de bon sens. C’est peut-être déroutant mais pourtant le meilleur moyen de passer sagement la crise est d’être prêt :

– dépenser moins que vos revenus

– épargnez un peu pour constituer une protection

– remboursez vos dettes quitte à vendre quelques actifs

– observez ce qui se passe et analysez les indicateurs

– sécurisez votre capital, soyez prudent

Le bon père de famille
11/02/2009, Paul Dontigny, Les Affaires.tv

Commentaires 3

  1. Le côté remboursement de dette m’interpelle :
    Vaut-il mieux mettre de l’argent de côté et avoir un « petit matelas en cas de coup dur » ou alors rembourser de manière anticipée ses dettes et du coup prendre le risque de ne plus avoir de marge de manœuvre.

    Avoir une mensualité à rembourser risque bien sûr d’être un problème en cas de perte d’emploi, mais ne vaut-il mieux pas pouvoir encaisser le choc avec ses économies et être quelque part un peu rassuré d’avoir quelques milliers d’euros d’avance pour pouvoir prendre des décisions importantes sans avoir la moindre marge ?

    Si on raisonne sur le long terme, en gros rembourser une dette c’est payer en une période très courte plus que ce qu’on nous demande. Faut-il vraiment en cette période difficile sortir plus d’argent que ce que la banque nous demande ?

    D’un autre côte avoir remboursé ses dettes permet de « consommer » moins d’épargne mensuellement donc de pouvoir
    vivre plus longtemps sur une faible quantité d’économies…

    C’est vraiment une question, je ne sais pas trop quoi penser au final, et j’imagine que ça dépend de beaucoup de paramètres (montant de la dette et modalités de remboursement [taux, durée]) mais je trouve que l’affirmation « rembourser ses dettes en période de crise » me parait un peu délicate.

    D’autres avis ?

    1. Post
      Author

      Disons que mathématiquement, il vaut rembourser l’argent qui coûte le plus cher (taux d’intérêt du crédit élevé ou taux d’intérêt de l’épargne faible ou encore inflation) mais qu’il est préférable de pouvoir faire face à un coup dur. Tout ce qui est trop optimisé est « risqué » car moins préparé aux aléas.
      Un défaut de paiement est l’entrée dans une spirale très délicate qu’il vaut mieux éviter.

  2. oups, manque un mot dans une phrase : « pour pouvoir prendre des décisions importantes sans avoir la moindre marge ? »

    je voulais dire « pour pouvoir prendre des décisions importantes plutôt que sans avoir la moindre marge ? »

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.