Concours : Gagnez 5 exemplaires de Power – les 48 lois du pouvoir de Robert Greene

Michael Ferrari Résumé de livre 15 Commentaires

J’ai le plaisir de vous proposer de gagner 5 exemplaires de Power, les 48 lois du pouvoir de Robert Greene. La maison d’édition Leduc.s (qui possède aussi un blog) s’associe à Esprit Riche pour promouvoir la traduction en Français de ce Best-seller.

J’annoncerais bientôt un concours pour gagner les exemplaires en question.

En attendant, voici de quoi vous donner envie de vous procurer ce livre !

Souvent comparé à Machiavel, Robert Greene est diplômé de l’université de Berkeley, Californie, en Lettres classiques. Né en 1959, écrivain, il parle plusieurs langues couramment, dont le français. Son premier ouvrage, Power, s’est vendu à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde entier.

robert_greene

Cynique ? Certainement. Réaliste ? Assurément ! L’ouvrage prend le parti de décrire les choses telles qu’elles sont et ne s’embarrasse pas beaucoup de questions morales comme la loi N°7 :  Faites-travaillez les autres, mais recueillez les lauriers qui a le don de créer l’indignation.

L’auteur s’est inspiré des stratèges (Sun Zi, Clausewitz), hommes d’État (César, Louis XIV, Bismarck, Talleyrand), courtisans (Castiglione, Gracián), séducteurs (Ninon de Lenclos, Casanova) et escrocs (« Yellow Kid » Weil) pour produire un ouvrage détonnant. Sa fiche Amazon US possède plus de 350 commenaires !

Voici les 48 lois qui sont développées :

Loi 1 : Ne surpassez jamais le maître
Loi 2 : Ne vous fiez pas à vos amis, utilisez vos ennemis
Loi 3 : Dissimulez vos intentions
Loi 4 : Dites-en toujours moins que nécessaire
Loi 5 : Votre réputation est cruciale : protégez-la comme la prunelle de vos yeux
Loi 6 : Attirez l’attention à tout prix
Loi 7 : Faites-travaillez les autres, mais recueillez les lauriers
Loi 8 : Obligez les autres à vous rejoindre sur votre propre terrain
Loi 9 : Remportez la victoire par vos actes et non par vos discours
Loi 10 : Fuyez la contagion du malheur et de la malchance
Loi 11 : Rendez-vous indispensable
Loi 12 : Soyez d’une honnêteté et d’une générosité désarmantes
Loi 13 : Misez sur les intérêts de ceux dont vous avez besoin, jamais sur leur pitié ni leur reconnaissance
Loi 14 : Soyez un faux ami… et un vrai espion
Loi 15 : Écrasez complètement l’ennemi
Loi 16 : Faites-vous désirer
Loi 17 : Soyez imprévisible
Loi 18 : Ne restez pas dans votre tour d’ivoire
Loi 19 : Ne marchez pas sur les pieds de n’importe qui
Loi 20 : Ne prenez pas parti
Loi 21 : A sot, sot et demi
Loi 22 : Capitulez à temps
Loi 23 : Concentrez vos forces
Loi 24 : Soyez un courtisan modèle
Loi 25 : Changez de peau
Loi 26 : Gardez les mains propres
Loi 27 : Créez une mystique
Loi 28 : Faites preuve d’audace
Loi 29 : Planifiez votre action avec soin jusqu’au but final
Loi 30 : N’ayez jamais l’air de forcer
Loi 31 : Offrez le choix : Charybde ou Scylla ?
Loi 32 : Touchez l’imagination
Loi 33 : Trouvez le talon d’Achille
Loi 34 : Soyez royal
Loi 35 : Maîtrisez le temps
Loi 36 : Méprisez les contrariétés
Loi 37 : Jouez sur le visuel
Loi 38 : Pensez librement, parlez sobrement
Loi 39 : Exaspérez l’ennemi
Loi 40 : N’hésitez pas à payer le prix
Loi 41 : Ne succédez à personne
Loi 42 : Éliminez l’agitateur
Loi 43 : Parlez aux cœurs et aux esprits
Loi 44 : Singez l’ennemi
Loi 45 : Appelez au changement, pas à la révolution
Loi 46 : Ne soyez pas trop parfait
Loi 47 : Sachez vous arrêter
Loi 48 : Soyez fluide et protéiforme

Le concours

J’ai sélectionné 5 lois sur lesquels je souhaite que chacun des participants écrive un petit texte. Ce texte peut être un témoignage ou un avis élaboré sur la loi en question. Pour chacune des lois, je sélectionnerai le texte le plus drôle ou saisissant ou touchant ou brillant, bref le texte que je préfère !

Vous pouvez seulement écrire sur une seule des lois si vous le souhaitez, nul besoin d’écrire 5 textes.

Chaque gagnant recevra un exemplaire gracieusement envoyé par les éditions Leduc.s !

Les participations seront publiques et devront se faire dans le forum, dans la file dédiée à ce concours. Le concours démarre aujourd’hui et se termine le 12 avril.

Voici les 5 lois sur lesquels vous pouvez écrire :

Loi 6 : Attirez l’attention à tout prix

Les gens jugent tout à l’apparence ; ce qui n’est pas visible ne compte pour rien. Ne vous laissez jamais noyer dans la foule ni sombrer dans l’oubli. Soyez à tout prix le point de mire, celui que l’on remarque. Faites-vous plus grand, plus chatoyant, plus mystérieux que la masse terne et morne, soyez l’aimant qui attire tous les regards.

Loi 9 : Remportez la victoire par vos actes et non par vos discours

Le triomphe momentané obtenu en haussant le ton n’est qu’une victoire à la Pyrrhus : le ressentiment, la rancœur que l’on suscite sont plus forts et plus durables que la docilité forcée de votre interlocuteur. Votre pouvoir sera bien plus grand si vous arrivez à obtenir son accord par vos seules actions, sans dire un mot. Ne prêchez pas, montrez l’exemple.

Loi 10 : Fuyez la contagion du malheur et de la malchance

On peut mourir du malheur d’autrui : les états d’âme sont contagieux. En voulant aider celui qui se noie, vous courez seulement à votre perte. Les malchanceux attirent l’adversité, sur eux-mêmes et aussi, peut-être, sur vous. Préférez la compagnie de ceux à qui tout réussit.

Loi 13 : Misez sur les intérêts de ceux dont vous avez besoin, jamais sur leur pitié ni leur reconnaissance

Si vous avez recours à un allié pour qu’il vous aide, ne prenez pas la peine de lui rappeler ce que vous avez fait pour lui. Il trouvera une manière de vous ignorer. Au lieu de ça, présentez lui quelque chose dans votre demande ou alliance dont il tirera parti. Lorsqu’il verra les gains potentiels, il répondra par l’enthousiasme.

Loi 28 : Faites preuve d’audace

Si vous n’êtes sûr d’une action, ne la tentez pas. Vos doutes et hésitations influenceront sa mise en oeuvre. La timidité est dangeureuse : mieux vaut faire preuve d’audace. Chaque erreur comise sous le coup de l’audace est facilement corrigée avec un peu plus d’audace. Tout le monde admire l’audacieux ; personne n’honore le timide.

Bien sûr, il est tout à fait possible de se procurer le livre sur Amazon !

Commentaires 15

  1. Pingback: Nevermind sur Blogasty

  2. Salut Michael,

    Je me suis énormément rebellé contre cet ouvrage lorsque je l’ai lu il y’a 2 ans, outragé par la cruauté et le réalisme des rapports humains que l’ouvrage décrivait.

    2 ans plus tard, je ne peux que constater la véridicité de ce livre qui reste l’un des meilleurs ouvrages a lire pour comprendre notre nature humaine.

    A lire et plus si affinités et compréhension de ce que raconte RG.

    A.

  3. L’esprit 7 n’est il pas le fondement de notre société ? Du capitalisme en général ?

    C’est choquant car c’est … la vérité.

  4. Post
    Author
  5. J’ai lu ce livre il y a trois ans et je le considére comme un des piliers du développement personnel, avec « Comment se faire des amis » et « influence et manipulation ».

  6. Je suis impatient que ce livre sorte car j’en ai lu un paquet et je les trouve trop gentils.

    Sinon je connais quelqu’un qui arrive en un seul coup à appliquer 3 lois qui sont :
    la loi 6 (Attirez l’attention à tout prix),
    la loi 7 (Faites-travaillez les autres, mais recueillez les lauriers),
    la loi 28 (Faites preuve d’audace).

    Donc pendant les réunions, dès qu’il y avait une action à faire, elle la prenait en prenant bien soin de le faire remarquer à tout le monde (loi 6).
    Mais comme elle prenait énormément d’actions, elle était débordé assez vite, ce qu’elle faisait encore remarquer (loi 28).
    Et donc quelqu’un d’autre devait reprendre ses actions.
    Et à la fin on avait l’impression qu’elle travaillait énormément (loi 7) alors qu’elle brassait que du vent (elle commençait à peine les actions).

    En résumé, dans ce cas la, loi 6 + loi 28 -> loi 7

  7. Loi 10 : Fuyez la contagion du malheur et de la malchance

    On peut mourir du malheur d’autrui : les états d’âme sont contagieux. En voulant aider celui qui se noie, vous courez seulement à votre perte. Les malchanceux attirent l’adversité, sur eux-mêmes et aussi, peut-être, sur vous. Préférez la compagnie de ceux à qui tout réussit.

    Voici mon texte

    En fait, je crois que chacun d'entre nous est plus ou moins influençable par les autres. Cette loi s'appliquera davantage aux gens amalgamés de la société, peu individualisés si vous préférez.

    Toutefois, je trouve la loi désuète dans le sens que tous les thérapeutes, les intervenants communautaires et les aidants seraient des gens condamnés à la malchance car leur clientèle est généralement en difficulté. Je crois qu'il suffit de se mettre une barrière entre nous et l'autre personne afin qu'on ne se laisse pas pénétrer par leurs malheurs. Pour ça, il faut savoir poser des limites à sa responsabilité personnelle par rapport au malheur de l'autre et se recentrer sur soi à quelques reprises

    Dans le domaine des affaires, je crois que cette loi a davantage de sens quoique ceux qui réussissent tout n'auront peut-être pas besoin de vous. Toutefois, il est pertinent de bénéficier des conseils de ceux à qui tout réussit. Aussi, la loi est vrai dans le sens que mieux vaut investir son argent dans les meilleurs sociétés que celles en difficulté. Toutefois, attention ! Le système actuel est prôné sur l'éthique de la croissance. Alors, mieux vaut regarder le potentiel d'amélioration si on parle de bourse.

    Enfin, la loi m'inspire et je pourrais encore en dire davantage. Je crois qu'il ne faut pas mépriser les gens faibles. Il faut au contraire essayer de les aider pour ainsi améliorer la poule qui produit les oeufs d'or. Écoutez les conseils des gens forts sans les vénérer et aidez les gens faibles sans les mépriser. Comme ça, chacun s'aidera lui-même tout en aidant son environnement.

  8. Loi 28 : Faites preuve d’audace

    Si vous n’êtes sûr d’une action, ne la tentez pas. Vos doutes et hésitations influenceront sa mise en oeuvre. La timidité est dangeureuse : mieux vaut faire preuve d’audace. Chaque erreur comise sous le coup de l’audace est facilement corrigée avec un peu plus d’audace. Tout le monde admire l’audacieux ; personne n’honore le timide.

    Voici mon texte

    Une des premières limites que l'on se fixe soi-même est d'aller vers l'autre. Pourquoi quelqu'un nous écouterait si nous sommes à ses yeux un inconnu ? Quelle est l'image que l'on donne à rencontrer une personne qui ne nous a jamais vus ?

    S'affranchir de cette limite est un énorme pas en avant. L'audace nous permet de repousser notre zone de confort et de lutter contre les limites que l'on s'est fixé. Nous sommes tous inhibés par nos expériences, notre enfance et notre entourage. Le succès sourit pourtant aux audacieux.

    Pour la petite histoire, un ami à moi a sauté le pas. De simple employé, grade zéro sur une dizaine d'échelon, il a un jour décidé de rencontrer un des « grands » de son milieu. Guettant le grand chef, une personne qu'il ne connaissait que pour l'avoir vu dans des interviews de certains journaux financiers, il a décidé de passer « comme par hasard » à la machine à café au même moment que lui. Et il lui a offert ce café. Pari courageux, il aurait pu s'arrêter sur ces quelques minutes de gloire à parler et à échanger rapidement, sans suite.

    Mais cet ami avait lu le livre de Tim Ferris, « La Semaine De Quatre Heures », dans lequel il est dit que les objectifs irréalistes sont plus atteignables que les objectifs réalistes, là où la concurrence est plus grande. Prenant son courage à deux mains, cet ami a donc décidé d'inviter son grand patron à déjeuner. L'invitation a été acceptée pour le lendemain.

    Pour mon ami, ce déjeuner a été un succès. De nombreux points de vue ont été échangés, des idées ont germées aussi bien en bas qu'en haut. Chacun, patron et employé, a découvert des choses dans l'autre, sur son métier et sur ses expériences.

    Tout cela a été possible, grâce à l'audace !

    Comme anti-thèse, il ne faut pas oublier que d'autres lois sont en jeu et qu'il est bon de les connaître. L'audace ne suffit pas, d'autres qualités sont nécessaires. Comme l'a dit Napoléon : « Avec de l'audace, on peut tout entreprendre, on ne peut pas tout faire ».

  9. Loi 10 : Fuyez la contagion du malheur et de la malchance–» Il n'y a pas de malheur ni de malchance, ni même de bonheur ou de chance, toutes ses émotions sont créees par le décalage entre nos espoirs et la réalité. Acceptons la réalité dans sa totalité et agissons en connaissance de cause afin d'avancer vers nos buts, sans attentes. Donc rien à fuir, tout à accepter. Une fois ce premier point accetper alors il est plus facile de (Loi 28 : Faites preuve d’audace.) faire preuve d'audace. L'audacieux est le sujet qui s'implique à 100% dans l'action. il accepte la situation de départ. il agit. il accepte toutes les conséquences sans ajouter aucunes émotions. il agit de nouveaux.

    Je ne doute pas que ce genre de livres puissent aider à prendre conscience de beaucoup de chose, mais la forme «autoritaire» («suivez la/ma voie») souvent utilisée dans les best sellers américains me rebutte beaucoup.

    C'est pour ca que j'apprecie votre blog, il me sert de medium, et me fait gagner beaucoup de temps.

    merci,

    Bruno

  10. Post
    Author

    Oui, je comprends votre remarque. Je pense que c'est plus une question de style et de culture qui fait que les livres américains sont directifs. Au-delà de cette caractéristique, ils contiennent une richesse importante dont il serait bien dommage de se passer !

    Comme à chaque fois, il faut prendre ce qui nous intéresse et laisser ce que l'on n'accepte pas.

  11. Loi 10 : Fuyez la contagion du malheur et de la malchance

    Commençons par un exemple :

    Imaginons que vous cherchiez un associé, un employé, … bref quelqu'un avec qui vous allez devoir travailler et qui est censé vous apporter quelque chose.

    Vous avez face à vous 2 candidats, qui viennent tous deux de perdre leur emploi.
    Le premier positive en se disant qu'il a l'opportunité de changer de poste et de trouver mieux. L'autre se morfond et rejette la faute sur le contexte économique, son patron, le gouvernement, …

    Lequel des 2 candidats choisirez-vous ?

    Evidemment la réponse est simple, maintenant la question est : pourquoi ?

    Parce que nous savons tous, consciemment ou inconsciemment, que la manière dont nous nous sentons ne proviens pas de ce qui se passe autour de nous mais de l’interpretation que nous en faisons, il s'agit d'un « état d'esprit ».

    Accepter dans son entourage des personnes qui ont et cultivent cet « état d'esprit » c'est prendre le risque d'être influencé (soi-même ou son entourage) ou de devoir déployer des efforts considérables pour éviter cette propagation.

    Privilégier des personnes qui « réussissent » ou qui « positivent » c'est économiser des efforts (plus besoin de resister ou de se méfier) et dans le meilleur des cas être influencé positivement et tiré vers le haut.

  12. Loi 9 : Remportez la victoire par vos actes et non par vos discours Le triomphe momentané obtenu en haussant le ton n’est qu’une victoire à la Pyrrhus : le ressentiment, la rancœur que l’on suscite sont plus forts et plus durables que la docilité forcée de votre interlocuteur. Votre pouvoir sera bien plus grand si vous arrivez à obtenir son accord par vos seules actions, sans dire un mot. Ne prêchez pas, montrez l’exemple.

    Voici mon texte

    J'aime bien cette loi.

    Elle prêche le « faire » plutôt que le « paraître ». Et pourtant, elle est difficile à mettre en place.

    Difficile à mettre en place car l'action nécessite toujours un investissement bien plus important que le discours. Qu'il est facile en réunion de dire « il n'y a qu'à faire ainsi », de manière plus ou moins directive, plutôt que d'exposer un plan de réalisation et de le mettre en oeuvre. En ce sens cette loi implique une vraie charge de travail, travail qui devra non seulement être « bien fait », mais également mis en lumière, sans prétention, pour être reconnu, et pour que d'autres puissent y adhérer.

    Difficile également à mettre en place pour plusieurs raisons. Pour les cas marginaux, elle est parfois contredite dans les faits, d'abord parce qu'on rencontre parfois des gens pour qui « le dernier qui a parlé a toujours raison », quels que soient les faits préalables qui ont pu être exposés. Et d'autre part, parce qu'il est fréquent de voir qu'une certaine catégorie de collaborateurs, arrivistes, usent de la méthode du paraître, du « discours dans le vent », au gré des situations, et que parfois celà suffit à leur apporter évolutions ou promotions, même si, bien évidemment, c'est à double tranchant.

    Ensuite parce que le discours ne repose sur aucun fait concret. Au mieux il sera couché dans un compte-rendu qui ne sera peut-être même jamais ouvert par quiconque, mais il aura toujours moins de valeur et moins de poids dans le temps, que des actes concrets, étayés, auxquels il sera possible de faire référence sans ambiguité.

    Enfin, convaincre par des faits plutôt que par un discours, est une forme de management participatif : un discours va chercher à convaincre ou à imposer, mais sans forcément remporter l'adhésion. Une décision basée sur des faits tangibles pourra, elle, être comprise et appréhendée par la partie adverse, qui fera elle-même le chemin de l'adhésion vers telle solution plutôt que de se le voir imposer. Evidemment, çà c'est la théorie, la pratique est bien moins simplisite et les situations rencontrées sont toutes différentes (et dépendent notamment des intervenants), mais le fait est que la base d'une négociation ou d'un accord doit reposer sur des faits indiscutables, même s'ils sont un coût.

  13. Loi 10 : Fuyez la contagion du malheur et de la malchance

     

    Je suis d’accord avec cette loi, mais je regrette sa formulation négative.

    Dès la première lecture de cette loi, le mot qui m’est resté en travers de la gorge c’est « fuyez ». Cette injonction couarde vous invite à ne pas faire face, et c’est fort dommage. En effet, il s’agit d’un livre pour développer son potentiel, non pour empêcher qu’il ne régresse. Voulez-vous gagner parce que vous êtes le meilleur ou parce que vous êtes un pis-aller ? Une formulation du type « Cherchez la compagnie des gens à l’aise et plein de succès » eut eu un impact plus positif je pense. Mais je suppose que c’est l’esprit du livre qui a poussé l’auteur à présenter ainsi cette loi, puisqu’apparemment il tente de faire dans la même veine que Machiavel.

    D’autre part, sous cette forme, une lecture primaire de la maxime peut amener à une radicalisation de ses contacts avec autrui. Premier coup d’œil sur quelqu’un : il transpire le malheur, à jeter, pas bon pour moi. Ok, peut-être est-ce vrai que cette personne n’a pas de grandes convictions ni une personnalité très développée, mais le désintéressement est-il pour autant la meilleure réponse à donner ? Ce n’est pas si sûr. Car il est hautement improbable qu’une personne n’est absolument rien à vous livrer, même s’il vit dans un pessimisme ambiant. Il a forcément quelque chose que vous n’avez pas, car il n’a tout simplement pas le même parcours que vous. Cette chose à apprendre est peut-être infime, certes, mais elle suffit à elle seule à justifier que vous ne le fuyez pas. Evidemment il est tout à fait compréhensible que vous accordiez moins de temps et d’attention à cette personne comparé à une autre beaucoup plus riche en succès et bonheur. Mais fuir est trop facile, et ne nécessite pas d’effort, ce n’est pas l’apanage d’un véritable Grand Homme : même lorsqu’il se construit, le Grand Homme ne fuie pas.

    En fait, je commente cette loi à la lumière d’un sentiment que j’ai eu durant ma jeunesse. J’ai en effet été tenté de fuir mes parents (au sens de les renier, pas d’histoire de fugue !), de les mépriser parce que j’étais meilleur qu’eux. En grandissant, je suis tout simplement devenu plus intelligent, cultivé, raffiné et ouvert d’esprit qu’eux (notamment grâce à une rencontre bénie). Dès lors, le respect parental et l’autorité de l’âge m’ont paru ridicule et la tentation de les mépriser du haut de ma prétendue « supériorité » présente. Trop enfermé dans son désir de victoire, on peut terriblement s’avilir. Et en arriver à être condescendant envers ses propres parents n’est pas digne.

    « Modérez votre attachement aux personnes malheureuses » aurait été une formulation plus intelligente, car il n’y là plus d’incitation au rejet. Mais comme le j’ai dit plus haut, je comprends que l’auteur ait voulu mettre en avant un certain cynisme pour marquer les esprits.

    Je voudrais juste terminer avec une citation qui a plus ou moins de rapport, mais surtout nous rappelle que rien n’est une fatalité et qu’il ne tient qu’à nous de changer demain :

     « Rien dans le présent ne permet de prévoir le futur. Pourquoi ? Parce que c’est en réalité le contraire : nous vivons aspirés par le futur, tous nos comportements d’aujourd’hui sont dictés par l’idée que nous nous faisons de demain. S’il advient que le futur ressemble à l’annonce qui en est faite, c’est généralement parce que le prédicateur influe lui-même sur le cours des événements. »

    De Karl Popper, grand philosophe

  14. On a ici tendance à restreindre le développement personnel au business, puisque telle est la ligne éditoriale d'Esprit riche. Ok. Mais je souhaite apporter un éclairage différent et complémentaire. 

    Loi 6 : Attirez l’attention à tout prix Les gens jugent tout à l’apparence ; ce qui n’est pas visible ne compte pour rien. Ne vous laissez jamais noyer dans la foule ni sombrer dans l’oubli. Soyez à tout prix le point de mire, celui que l’on remarque. Faites-vous plus grand, plus chatoyant, plus mystérieux que la masse terne et morne, soyez l’aimant qui attire tous les regards.

    Cette loi s'applique également à un domaine majeur du développement personnel : la séduction. 

    En effet, une branche importante de la communauté du développement personnel se consacre à cet aspect, de par sa tendance globalisante qui nous amène à nous remettre en question, travailler notre timidité, l'épanouissement etc. D'ailleurs les sites et communautés qui s'y consacrent, élargissent souvent leur problématique aux relations sociales en général, et notre rapport aux autres (psychologie neuro linguistique, PNL).

    L'un des gourous les plus connus, un peu has been : Neil Strauss, “casé” je crois maintenant.  The Game est son ouvrage phare que vous connaissez certainement.

    Et c'est dans ce roman, qu'il y découvre puis développe cette fameuse loi, qu'il appelle la théorie du paon: ”théorie selon laquelle un homme doit revétir des habits flashy et des accessoires excentriques pour attirer l'attention des femmes : chemises de couleur vive, bijoux lumineux, boas, chapeaux de cow-boy bigarrés, tout ce qui vous distingue des autres.”

    S'habiller en tape à l'oeil, porter un accessoire clinquant, crever l'écran pour se distinguer! est ce qui permettra de sortir avec des femmes non pas banales mais des 10/10 comme il les appelle. Attirer tout de suite leur regard, donc leur intérerêt, sortir de la masse de l'anonymat moyen.

    Cette loi No 6 du pouvoir m'a tout de suite fait penser à cette application en terme de drague et d'approche pour séduire les femmes, et j'ai voulu contribuer en apportant un éclairage sur une thématique un peu inhabituelle ici, mais souvent au coeur des problèmes classiques de coaching et de développement personnel : l'altérité sexuelle ou comment avoir du succès avec les femmes.

    Bien amicalement. 

  15. Hé, juste pour dire que pour ma part j'ai (déjà) bien reçu le livre en question dans ma boîte aux lettres ce midi.

    Merci bien aux organisateurs 😉

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.