Comment démarrer son entreprise ?

Michael Ferrari Démarrer un business 4 Commentaires

Pour se créer sa propre sécurité financière, il existe de nombreux chemins dont j’ai souvent parlé sur mon blog : vous pouvez progresser dans votre entreprise, hériter d’un parent (plus incertain!), avoir de la chance aux jeux de hasard… mais le moyen le plus « sûr » reste d’entreprendre. Rien n’est facile mais agir et prendre en main son avenir augmente le plus possible vos chances de produire des résultats.

Je travaille sur le sujet depuis de long mois et j’ai terminé la rédaction de mon premier guide à ce sujet : « Comment trouver une idée de business ».

J’ai écrit ce document car je suis intimement convaincu que des talents non exploités existent en chacun de nous et parfois le déclic est à portée de main. Je veux déclencher ce déclic chez un maximum de personnes !

Mon constat de départ est très simple et je suis sûr que ça vous parlera :

90 % des entreprises peuvent être décrites selon une classification simple que vous devez exploiter pour mettre en œuvre votre idée.

Les différentes classes sont :

1 – Créer un produit physique ou numérique et facturer à la vente

2 – Vendre l’accès à une ressource (newsletter, formations, mise à disposition de machines) et facturer au mois

3 – Vendre un savoir faire, un service pour lequel vous facturez à l’heure

4 – Revendre des produits fabriqués par d’autres et recevoir montant de la vente ou une commission

Quelle que soit votre idée, vous devez décidez dans quelle(s) classe(s) vous souhaitez opérer. Votre entreprise et votre business model peuvent être totalement différents pour un même produit dans 2 classes différentes. La manière de travailler, les relations avec vos clients et vos fournisseurs seront très différentes selon la catégorie dans laquelle vous évoluez.

Par exemple, prenons une voiture. Si vous fabriquez une voiture, vous êtes dans la première catégorie (celle où vous facturez à la vente) alors que si vous louez des voitures, vous êtes dans la 2 ème ou 3 ème (vous vendez un service). L’organisation est totalement différente et si les 2 ont un rapport avec la voiture, les business n’ont rien à voir.

Pour prendre un exemple plus commun, il est tout autant possible de donner des cours soi-même dans une spécialité que d’organiser des cours pour les autres. Si vous être passionné par les arts manuels, vous avez le choix entre enseigner votre passion (catégorie 3) en étant votre business (vous êtes le technicien à l’intérieur de votre entreprise) et organiser une école sur le sujet (catégorie 2 et 4) dans lequel vous travaillez sur votre business et non plus dans votre business.

C’est votre vie, c’est à vous de choisir.

Accéder à la description du livre

Commentaires 4

  1. Fabrzio

    Bonjour! je trouve votre sujet interessant mais j’aurais une question.
    J’ai dans l’optique de crée plus tard mon propre business dans un domaine déjà existant lié au domaine sportif.
    J’ai, je trouve, de bonne idées qui me permettaient de me différencié par rapport a la concurrence.

    J’aimerai savoir comment proteger ces idées et/ou comment les revendres à d’autres entreprises sans pour autant me les faire piquer car ce sont juste qq idée d’innovation technique lié o confort du client.

    Je me pose cette question surtout car si j’ai la possibilité financiere de crée ma propre entreprise je vai avoir besoin de partenaire qui pourrai une foi mes idées reveler mes les prendre tout simplement et lestester eux même.

    1. Post
      Author
      Michael

      Un concept n’a pas de valeur et n’est pas brevetable, seule la mise en oeuvre compte. Avant de chercher à protéger, il faut donc tester l’idée sur le terrain.

  2. EntreprisePlus

    Merci pour votre article et j’aime bien les choses faciles à lire et à comprendre ainsi que des textes qui vont directement au but recherché. Je crois aussi que la nature de l’entreprise a changé au fil des années avec la venue d’internet et des ordinateurs, et l’intention de créer sa propre entreprise est maintenant de plus en plus en demande. Avec ce changement de mentalité, il semble que plusieurs personnes ont tendance à nous montrer un tableau assez optimiste de l’esprit d’entreprise. Qu’en pensez-vous ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.