Achetez maintenant, payez à jamais !

Michael Ferrari Investissement immobilier 7 Commentaires

 Jusqu’où peut mener le mauvais choix dans les conditions d’un crédit immobilier ?

La réponse, consternante, dans une émission récente sur France info mérite d’être écoutée.

L’émission du 22 octobre attaque sous l’angle : A-t-on des subprimes à la Française ?

Le témoignage d’une personne ayant contracté un crédit à taux variable est à méditer. En fait la banque a usé d’une technique que l’on peut qualifier de « douteuse ».

Elle a demandé des mensualités fixes, elle a eu des mensualités fixes. Cependant, la durée du prêt elle, ne l’était pas.

En plus de cela son taux n’est pas capé. Cela signifie qu’il n’y a aucun plafond à l’augmentation du taux. Etant donné que les taux sont (encore) historiquement bas, ils ne peuvent qu’augmenter.

Elle se retrouve donc à rembourser un emprunt à mensualités fixes mais dont la durée s’allonge. La conséquence de tout ça c’est que les intérêts applicables augmentent car ils concernent l’ensemble du prêt.

En gros le montant total restant dû, au lieu de diminuer au fur et à mesure des mensualités, augmente.

Vous avez bien lu, plus elle paye, plus elle doit de l’argent à sa banque !!!

Comme disait Coluche « Moins tu peux payer, plus tu payes ».

La formule du crédit ne lui a bien évidement pas été présentée comme un crédit à taux variable mais plutôt comme un crédit à mensualité fixe mais à durée variable.

La durée ? Pas important ! Les français ne font pas attention à ce paramètre. L’explosion des crédits sur 30 et 35 ans le montre. Et c’est bien là le cœur du problème.

La seule solution possible dans ce cas est de rembourser intégralement son crédit, soit par rachat via un établissement spécialisé, soit en revendant le bien. Il est bien évidemment possible d’engraisser sa banque jusqu’au bout mais c’est une solution que je vous déconseille.

Un nombre non négligeable de Français ont souscrit des prêts immobiliers à taux variable.

Ce nombre est difficile à obtenir avec précision mais il est actuellement estimé à 150 000 ménages. (Un dossier récemment paru dans Libération en parle)

Essayez d’imaginer sur 150 000 ménages le nombre total qui arrivera à payer jusqu’au bout son crédit. Autrement dit, combien auront les reins assez solides pour y arriver sachant que bien souvent ce sont les ménages les plus modestes qui sont embarqués dans ce genre d’aventures ?

Par les temps qui courent, évitez le taux variable ! Pour quelques pourcentages de moins (4,3% en variable au lieu de 4,7% en fixe par exemple), vous prenez un risque important de voir augmenter soit vos mensualités, soit votre durée de remboursement et en définitive de payer beaucoup plus pour la même chose.

Encore une fois, passez du temps avant d’y mettre votre argent, ça vous évitera de faire une immense connerie. Même si certains « professionnel » abusent de la faiblesse des gens, ces gens là ont une part non-négligeable de responsabilité de la galère dans laquelle ils sont.

 C’est ce qu’on appelle nos « subprimes » à nous…

Commentaires 7

  1. Pingback: tapemoi.com

  2. Tu tapes sur quelques banques mais n’omets pas les autres, celle qui bossent en âme et conscience. Exemple, la banque où je bosse. Nous avons supprimé, pour le mois d’octobre, le taux variable, à cause de la montée de l’Euribor.
    Nous ne faisons que du fixe modulable, ce qui signifie que les clients partent sur 180, 240, 120 mois, comme ils veulent, mais qu’ils peuvent augmenter leur échéance, comme il le souhaite. De cette façon, ils raccourcissent la durée d’emprunt.

    Il y a des banques qui prêtent sur 50 ans au fait.

    Donc, toutes les banques, et tous les chargés, ne sont pas à jeter.

    🙂

  3. Il vaut mieux payer un credit sur 30 ans qu’un loyer pendant 30 ans.
    Au bout du compte tu as un bien à toi.
    C’est un nouveau proprietaire qui vient de terminer son credit de 20 ans qui te donne son avis.

  4. Post
    Author

    @Fred, certaines banques ont une part de responsabilités (apparement 3 ont particulièrement utilisé le taux variable) mais tu seras d’accord pour dire que les gens doivent surtout réflechir à ce qu’ils font !
    Ce que je regrette c’est juste que les gens « découvrent » ce dans quoi ils sont embarqués une fois qu’ils n’ont plus le choix.

    @Marc
    Oui, économiquement c’est sur. Après en ce moment, les prix totalement bullesque font que l’achat n’est pas intéressant avant d’avoir payé 10 à 12 ans de crédit (en comparant coût achat et coût location).
    Je fais parti de ceux qui tablent sur une baisse de l’immobilier et donc j’ai plutôt intérêt à attendre que la baisse soit engagée !

  5. Michael,
    Quand penses-tu que cette baisse sera engagée?
    J’ai l’intention d’acheter un petit appartement car ca fait plus d’un an que je paie un loyer de presque 1000 euros/mois.

    Merci d’avance pour ta réponse et merci pour ton article fort interessant!

  6. Post
    Author

    @Caroll

    La baisse est déjà engagée. Les acheteurs ont repris la main et les marges de négociation peuvent aller jusqu’a 30%.
    ça dépend fortement de la gamme de prix (>250 000 grande marge de négociation) et de la région. Paris est toujours la première région à monter et la dernière à descendre.
    Si tu veux avoir un vrai retour du terrain, effectue des visites et des négociations.
    Regarde si avec la même somme mensuelle tu pourrais vivre au même endroit et avec la même qualité de bien.

  7. A Caroll

    Estimez vous qu’achetez votre logement ne vous coutera rien ? Faites le calcul et vous allez déchanter.
    Entre les frais de notaires, l’entretien courant, les travaux à votre arrivée (fort probables vu les taudis qu’on trouve pour une fortune), la taxe foncière, les travaux de copropriété, les INTERETS du prêt sur des dizaines d’années, la BAISSE probable de la valeur de votre bien, la perte des revenus que vous procurait votre éventuel apport (placé sur un compte rémunéré)… les frais engendré par l’éloignement de votre lieu de travail et le temps perdu, l’impossibilité de déménager facilement et sans y laisser des plumes.

    Je me répète, faites le calcul en tenant compte de TOUS LES ELEMENTS et vous allez tomber de haut. Acheter est une bonne idée QUAND LES PRIX SONT NORMAUX. Ce ne pas le cas aujourd’hui. Les loyers ont monté de 35% en 10 ans mais les prix… de 100%. Lisez beaucoup sur Internet pour connaitre et lister les avantages/inconvenients des deux situations avant de faire un choix. Pensez que vous allez dépenser plusieurs millions de francs que vous n’avez pas…

    Cherchez plutôt une location moins cher. Prospectez et mettez en concurrence les loueurs. Les loyers commencent à baisser avec l’arrivée sur le marché de nombreux appartements (de Robien).

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.