Guide complet sur le plan d'épargne en actions - PEA

PEA pour les nuls – Gérer, épargner et placer (Plan d’épargne en actions)

Michael Ferrari Comment investir en bourse, Stratégie d'investissement, Vivre de ses dividendes 24 Commentaires

Article mis à jour en septembre 2020 — Créé en 1992, le PEA ou Plan d’épargne en actions est une enveloppe fiscale qui permet d’investir dans des entreprises européennes tout en étant, sous conditions, exonéré d’impôts. Cet outil très avantageux permet donc d’acquérir un portefeuille d’actions en Europe en respectant un plafond de versement maximal de 150 000 €.

Cette enveloppe fiscale a pour but de favoriser l’investissement boursier et permettre aux particuliers de faire fructifier leurs économies. Ainsi, si vous voulez investir sur le territoire européen et bénéficier en même temps d’une fiscalité attractive, le PEA représente une option de choix.  

Le Plan d’épargne en actions se compose à la fois d’un compte-titres et d’un compte-espèces. Vous allez ainsi faire des versements sur votre compte-espèces et utiliser cet argent pour acheter des titres boursiers qui viendront alimenter votre compte-titres. 

Contrairement aux comptes-titres ordinaires, le PEA présente certaines contraintes. Comme je vous le disais, les titres éligibles se limitent à l’Europe et les versements sont limités à 150 000 € . Mais surtout, vous ne pouvez pas effectuer de retrait avant 5 ans. Sinon, il sera clôturé et vous perdrez tout avantage fiscal. Mais, comme nous allons le voir ensemble, le PEA reste un outil extrêmement intéressant. Vous pouvez par exemple le détenir en complément d’un compte-titres ordinaire, que vous pourrez utiliser plus librement et qui vous permettra aussi d’accéder aux marchés hors Europe. 

Dans cet article, vous allez découvrir comment ouvrir un PEA, comment bien choisir votre enveloppe et quelles sont les caractéristiques principales de ce type de plan d’épargne. Nous verrons en détail ce que sont le PEA-PME et le PEA assurance. Découvrez également comment vous servir de votre PEA pour investir en bourse et comment en sortir. 

Sommaire

Comment ouvrir un PEA ?

Qui peut en ouvrir un ?

En principe, toute personne majeure, fiscalement indépendante et domiciliée en France, dans la limite d’un seul PEA par personne et de deux PEA par foyer fiscal. Deux personnes adultes appartenant au même foyer fiscal peuvent donc détenir chacune un PEA même si elles sont soumises à une imposition commune. Cela leur permet, en quelque sorte, de bénéficier des avantages jusqu’à 300 000 € d’investissement. 

Les mineurs ne peuvent pas en ouvrir. Toutefois, il est possible que des personnes majeures continuent à être rattachées à votre foyer fiscal, notamment vos enfants étudiants. Dans ce cas, ils ont l’option du Plan d’épargne en actions jeune, instauré par la nouvelle loi Pacte.

 

 

PEA pour les nuls

Comment fonctionne un PEA ? Des versements sur un compte-espèces vous permettent d’acheter des titres éligibles qui seront détenus sur un compte-titres. Les revenus provenant de ces titres sont versés sur le compte-espèces, et ainsi de suite. Source : https://www.ca-sicavetfcp.fr/pea/anne.html

Le PEA jeune : pour qui ? Quels sont les critères à remplir ?

Suite à l’adoption de la loi Pacte le 11 avril 2019, un nouveau type de PEA dénommé « PEA jeune » a vu le jour. Auparavant, seuls les contribuables pouvaient en ouvrir. Cela excluait donc les enfants fiscalement à la charge de leurs parents. Grâce à cette loi, les jeunes rattachés au foyer fiscal de leurs parents pourront ouvrir un PEA, sous certaines conditions :

  • avoir moins de 21 ans au 1er janvier de l’année d’imposition ;
  • avoir un statut d’étudiant justifié par une carte d’étudiant s’ils ont entre 21 et 25 ans ;
  • ou être titulaire d’une carte d’invalidité.

Toutefois, contrairement au PEA dit « classique », les versements seront plafonnés à hauteur de 20 000 €. Par la suite, dès lors qu’il n’y aura plus de rattachement, le PEA jeune pourra être transformé en PEA bancaire classique, plafonné à 150 000 € de versements.

Chez qui ouvrir un PEA ?

Si vous souhaitez ouvrir votre propre PEA, vous pouvez le faire via un établissement bancaire ou bien un courtier en bourse.

Auprès d’un établissement bancaire :

Boursorama, Société Générale, Crédit Agricole, LCL, Crédit Mutuel, BNP, Caisse d’Épargne, Fortuneo, etc. Ce ne sont pas les banques qui manquent ! Vous pouvez choisir entre une banque traditionnelle ou bien une banque en ligne. Le choix de la banque pour le Plan d’épargne en actions en lui-même importe peu. En effet, le plafond et les conditions seront toujours les mêmes. Votre décision dépendra surtout des frais appliqués par chaque établissement. C’est pourquoi je passe plutôt par un courtier en ligne.

Chez un courtier :

Mis à part les banques, vous pouvez également en souscrire un auprès d’un courtier en bourse en ligne, dont les tarifs sont bien plus avantageux. Binck, Degiro, Bourse Direct sont quelques exemples. 

Mon avis :

J’aime bien Binck, qui offre de bons tarifs et a une interface pratique. 

Plan d’épargne en actions

 

PEA

Les frais pour opérer en bourse via un PEA chez Binck. Source : https://www.binck.fr/bourse-en-ligne/comptes/pea

Bien choisir : les 4 types de PEA

Différents types de Plan d’épargne en actions

PEA bancaire classique :

Comme son nom l’indique, c’est le PEA traditionnel. On l’appelle « classique » pour le distinguer du PEA-PME et du PEA jeune. La précision « bancaire » permet de faire la différence avec le PEA assurance. Le montant maximum des versements du PEA est limité à 150 000 €.

Vous pouvez investir sur des actions européennes principalement, mais également des certificats d’investissement, des parts de SARL, ou encore des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). Pour ces derniers, vous avez le choix entre des fonds communs de placement (FCP) ou encore des sociétés d’investissement à capital variable (SICAV).

PEA-PME :

Considéré comme le petit frère du Plan d’épargne en actions bancaire classique, le PEA-PME est un dispositif gouvernemental qui favorise l’investissement auprès des petites et moyennes entreprises, ainsi que de celles de taille intermédiaire. Vous pouvez être titulaire à la fois d’un PEA classique (bancaire ou assurance) et d’un PEA-PME en respectant un plafond combiné de 225 000 € maximum. Je vous explique plus bas comment choisir entre le PEA classique et le PEA-PME.

PEA jeune :

Instauré par la loi Pacte de 2019, le PEA jeune s’adresse aux jeunes majeurs rattachés au foyer fiscal de leurs parents. Il leur offre la possibilité de détenir un PEA indépendant. Toutefois, son placement maximal est fixé à 20 000 €, contre 150 000 € pour un PEA classique.

PEA assurance classique :

Un peu moins répandu, le PEA assurance peut être ouvert auprès d’une compagnie d’assurance. Il conserve à peu près les mêmes conditions que le PEA bancaire mais prend la forme d’un contrat de capitalisation en unités de compte. Les supports éligibles se limitent à ceux définis par l’assureur. Je reviendrai un peu plus loin dans l’article sur les caractéristiques du PEA assurance et ses avantages.

Quel est le meilleur PEA ?

De manière générale, le PEA bancaire classique est celui qui offre le plus de possibilités.

Y a-t-il des PEA qui rapportent plus que d’autres ?

Oui et non ! Non, parce que ce qui fait la performance d’un Plan d’épargne en actions, c’est ce que vous y mettez. En ce sens, un PEA ne va pas mieux performer parce qu’il a été ouvert auprès de telle ou telle banque ou de tel ou tel courtier. En revanche, ce qui est important et qui va jouer sur le rendement de votre PEA, ce sont les supports choisis. J’y reviendrai, mais je vous conseille d’y loger principalement des ETF et de compléter avec des actions à fort dividende.

Lien vers la vidéo YouTube

Caractéristiques principales du PEA

Combien peut-on en ouvrir ?

Une même personne n’a le droit de détenir qu’un seul Plan d’épargne en actions classique (soit bancaire, soit assurance). Il n’est pas possible de détenir à la fois un PEA bancaire et un PEA assurance.

En revanche, l’adulte a droit à un PEA-PME en plus de son PEA classique. 

Vous pouvez aussi décider de n’ouvrir qu’un PEA-PME. Pour moi, le PEA-PME peut être intéressant en complément d’un PEA classique. Mais je ne me limiterais pas au seul PEA-PME, puisque les supports sont plus limités. 

À noter également que le Plan d’épargne en actions est individuel, c’est-à-dire qu’il n’a qu’un seul titulaire. Il n’existe pas de PEA joint.

Combien investir ?

Le Plan d’épargne en actions classique vous offre une capacité maximale de versement de 150 000 €. On parle bien de limite de versement. Les gains ne sont pas pris en compte dans le calcul de ces 150 000 €. 

Si vous êtes également titulaire d’un PEA-PME en plus de votre Plan d’épargne en actions classique, vous disposez d’un plafond de versement combiné de 225 000 €. 

Si vous ne disposez que d’un PEA-PME, les versements sont également plafonnés à 225 000 €. 

La différence notable, c’est le PEA Jeune, dont les versements sont limités à 20 000 €.

Je vous explique plus en détail comment investir en bourse dans la partie « Comment se servir de son PEA ». Mais pour répondre concrètement ici à la question « Combien investir dans son PEA ? », je dirais que tout dépend de l’argent dont vous disposez pour investir et de l’allocation d’actifs que vous avez définie. Une fois cela posé, vous avez tout intérêt à tirer parti du montant de versements permis. Cela vous permettra de profiter au maximum des avantages fiscaux qu’offre le Plan d’épargne en actions.

Comment fonctionnent les versements et les retraits ?

Versements sur le PEA

Le Plan d’épargne en actions n’est, en tant que tel, soumis à aucun versement minimum ou régulier. Toutefois, les établissements bancaires ou courtiers peuvent exiger un versement minimum à l’ouverture du plan.

C’est d’ailleurs la date du premier versement qui constitue la date officielle d’ouverture pour le calcul du délai de 5 ans. De nombreux conseillers vous recommanderont de prendre date en ouvrant le Plan d’épargne en actions afin de pouvoir l’utiliser dans quelques années.

Le transfert du Plan d’épargne en actions d’un établissement à un autre est possible et ne remet pas en cause l’ancienneté du plan.

Notez que les versements ne peuvent être effectués qu’en espèces. Il est donc impossible de transférer des titres que vous avez déjà obtenus en dehors du plan. 

Retraits du PEA

Selon la loi Pacte, pour que le PEA conserve ses avantages fiscaux, vous ne pouvez pas faire de retrait avant cinq ans à compter du premier versement. En effet, tout retrait partiel ou total avant 5 ans entrainera la clôture de votre PEA et vous serez soumis à une imposition totale de 30 % sur les gains. 

Néanmoins, certaines exceptions existent n’entraînant pas la clôture du PEA ni la perte des avantages fiscaux : 

  • votre conjoint ou vous-même êtes licencié, mis en retraite anticipée ou devenez invalide ; 
  • vous reprenez ou créez une entreprise ; 
  • vous retirez de votre Plan d’épargne en actions les titres de sociétés en liquidation.

(Pour information, le décès du titulaire entraine la clôture du Plan d’épargne en actions mais ne met pas fin aux avantages fiscaux. Ceux-ci seront acquis quelle qu’ait été la durée de détention du PEA.)

Si vous devez faire un retrait partiel ou total avant le délai de 5 ans, c’est possible. L’argent n’y est pas bloqué. Mais vous perdrez les avantages fiscaux.

Y a-t-il des frais propres au Plan d’épargne en actions ?

Le Plan d’épargne en actions peut être soumis à différents frais, en fonction des conditions fixées par chaque banque ou courtier. Depuis juillet 2020, ces frais sont plafonnés. Ainsi, les frais d’ouverture ne peuvent dépasser 10 €. Les frais de tenue de compte sont limités à 0,40% de la valeur des titres détenus. Vous avez également les frais de transaction, qui peuvent aller jusqu’à 0,50% du montant de la transaction si celle-ci est faite en ligne (c’est souvent plus cher autrement). Enfin, il y a les frais de transfert : 15 € maximum par ligne de titres transférés et dans la limite de 150 €.

Quelle fiscalité s’applique au PEA ?

Le PEA vous fait profiter d’une fiscalité extrêmement avantageuse sur les gains. Qu’est-ce qu’un gain ? En synthèse, le PEA va vous permettre de réaliser deux types de gains :

  • les plus-values des parts détenues,
  • les dividendes versés par les sociétés dont vous détenez un titre.

Ce qui fait tout l’intérêt du Plan d’épargne en actions, c’est que les revenus, dividendes et plus-values résultants des placements effectués sont exonérés d’impôt sur le revenu. Pour cela, il faut qu’il se soit écoulé au moins 5 ans à compter de la date de votre premier versement.

Cela signifie qu’en cas de retrait ou clôture durant les 5 premières années, le gain net sera quand même soumis à l’impôt sur le revenu au taux de 12,80%.

À noter qu’il n’y a pas d’exonération des prélèvements sociaux, quelle que soit la date des retraits ou de la clôture du plan. Les prélèvements sociaux sont toujours dus au taux de 17,20%. 

Qu’est-ce qui a changé depuis la loi Pacte ?

Avec l’entrée en vigueur de la loi Pacte, le Plan d’épargne en actions est désormais ouvert aux personnes fiscalement à charge. Celles-ci peuvent ainsi effectuer des versements sur un PEA jeune jusqu’à une limite de 20 000 euros.

Cette même loi a également entraîné un assouplissement beaucoup plus avantageux au niveau des retraits. Désormais, vous pouvez faire des retraits à partir de 5 ans de détention du Plan d’épargne en actions, contre 8 ans auparavant, sans risque de clôture de compte ni interdiction de nouveaux versements. Une très bonne nouvelle pour les investisseurs !

Enfin, le plafond des versements pour le PEA-PME passe de 75 000 € à 225 000 €. 

 

Le PEA-PME

Quelles sont les caractéristiques du PEA-PME ?

Créé en 2014, le PEA-PME vise principalement à financer les petites et moyennes entreprises. Globalement, cette alternative offre la possibilité d’investir dans des actions directes, en parts de sociétés ou bien en parts d’OPC « labellisés ». Le plafond de versement est fixé à 225 000 €, contre 150 000 € pour un Plan d’épargne en actions classique.

Le PEA-PME obéit quasiment aux mêmes règles de fonctionnement que le PEA ordinaire. Aucun adulte français ne peut détenir plus d’un PEA-PME. Mais il peut être cumulable avec un Plan d’épargne en actions classique (bancaire ou assurance). 

Pour une liste détaillée des caractéristiques des titres éligibles au PEA-PME, je vous invite à vous reporter à cette page du site officiel de l’administration française.

Pourquoi ouvrir un PEA-PME ?

Si vous vous demandez pourquoi ouvrir un PEA-PME alors que vous détenez déjà un Plan d’épargne en actions classique, sachez que le PEA-PME est complémentaire. En effet, il vous permet de porter votre plafond de versement combiné à 225 000 €. Si votre PEA classique a atteint son plafond et que vous pensez pouvoir trouver des opportunités dans les PME, alors vous pouvez ouvrir un PEA-PME en complément.

Que privilégier : le PEA classique ou le PEA-PME ?

Commencez par un PEA classique, qui offre plus de possibilités. Une fois le plafond de versement atteint sur votre PEA, vous pouvez envisager l’ouverture d’un PEA-PME. Attention, toutefois, car les petites sociétés sont plus risquées et moins liquides que les grandes capitalisations.

Le PEA assurance

Différences avec le PEA bancaire

Le PEA assurance partage plusieurs caractéristiques du Plan d’épargne en actions bancaire. Ainsi, il peut lui aussi vous faire bénéficier d’une exonération fiscale au bout du 5e anniversaire et le versement est aussi plafonné à 150 000 €. 

En revanche, il ne peut être contracté qu’auprès d’un assureur. Il prend donc la forme d’un contrat de capitalisation bénéficiant des avantages fiscaux du PEA. Les supports éligibles sont plus restreints que ceux qui peuvent être logés sur un PEA bancaire. En effet, le PEA assurance ne permet pas d’acheter de titres vifs, ce qui limite considérablement l’intérêt pour ce type de plan. 

Si vous décidez de contracter ce type de PEA, les supports seront tous libellés en unités de compte. Vous n’aurez accès qu’à des fonds et à des OPCVM référencés par votre assureur dans le contrat proposé.

Quand privilégier l’un ou l’autre ?

Le Plan d’épargne en actions assurance offre moins de possibilités en termes de supports éligibles. Si vous avez l’objectif final de le transformer en rente viagère, vous pouvez peut-être avoir un intérêt à le privilégier au PEA bancaire. 

En effet, le PEA assurance  vous permet d’opter sans frais pour une sortie en rente viagère défiscalisée. Si vous êtes titulaire d’un PEA bancaire, vous pourrez aussi le faire mais il vous faudra au préalable transférer votre PEA bancaire vers un PEA assurance. Ce ne sera donc pas direct et il y aura des frais. 

Autre avantage du PEA assurance en ce qui concerne l’impôt de solidarité sur la fortune ou ISF. Le mode de calcul est bien plus avantageux que celui du PEA bancaire. En effet, l’ISF se calcule dans ce cas sur le montant cumulé des versements effectués,. Alors que pour un Plan d’épargne en actions bancaire, l’ISF se calcule sur la valeur du portefeuille.

Il est également possible de demander une avance lorsque vous êtes titulaire d’un PEA assurance. Cela s’apparente à faire un retrait temporaire qui n’entrainera pas la clôture de votre PEA ni l’imposition des gains. Bien sûr, vous aurez des frais à payer en contrepartie et vous devrez rembourser l’avance dans les conditions prévues par l’assureur. Mais ça peut être une option en cas de besoin pour ne pas perdre les avantages fiscaux liés au PEA.

Gérer, épargner et placer

Comparatif des caractéristiques principales du PEA bancaire et du PEA assurance. Source : https://gestiondepatrimoine.com/financier/contrat-de-capitalisation/le-pea-assurance.html

Est-il possible d’ouvrir un PEA assurance si j’ai déjà un PEA bancaire ?

Non, si vous avez déjà un Plan d’épargne en actions bancaire classique, vous ne pouvez pas souscrire à un PEA assurance en plus. Mais vous pouvez tout à fait transférer votre PEA bancaire vers un PEA assurance.

Vous pouvez également détenir un PEA-PME en plus de votre PEA assurance.

Comment se servir de son PEA ?

Qui doit en avoir un ?

Le PEA s’adresse aux personnes qui ont de l’argent à placer et qui souhaitent investir en bourse. Donc si vous souhaitez faire fructifier vos économies, le PEA peut vous intéresser, en raison de sa fiscalité avantageuse.

Comment commencer à acheter des titres ?

Pour commencer à acheter des titres, il vous suffira tout simplement de passer un ordre en bourse !

Que mettre dans son PEA ?

Si vous voulez investir en bourse, que ce soit via un Plan d’épargne en actions ou un compte-titres ordinaire, je vous conseille de commencer par adopter une allocation d’actifs. Il s’agit de définir les différents types de titres que vous allez détenir dans votre portefeuille boursier. J’en parle en détail dans le deuxième module de ma formation Portefeuille Liberté Financière.

J’y reviendrai dans la section suivante, mais puisqu’il y a certains titres de votre allocation d’actifs que vous ne pourrez pas loger sur votre PEA, je vous conseille d’avoir un compte-titres en parallèle. Le Plan d’épargne en actions sera donc un outil formidable pour une partie de votre stratégie. Et pour l’autre partie, vous aurez votre compte-titres qui, certes, ne bénéficiera pas des avantages fiscaux du PEA, mais qui n’aura pas non plus ses limites. Utilisez le meilleur des deux mondes !

Quelles actions et ETF acheter pour un PEA en 2020 ?

Une fois votre allocation d’actifs définie, vous pouvez investir intelligemment dans des ETF (Exchange Traded Funds) qui sont comme des paniers contenant plusieurs actions dans différents domaines. Je vous renvoie notamment à cet article et à la vidéo correspondante pour mieux comprendre leur fonctionnement et comment bien les choisir. Voici d’ores et déjà quelques précisions à ce sujet. 

Je vous conseille de consacrer au moins 80% de votre portefeuille à des ETF (trackers). En effet, les ETF offrent plusieurs avantages par rapport aux actions directes :

  • une forte diversification de votre portefeuille en toute simplicité,
  • aucune analyse détaillée à effectuer comme pour les actions directes,
  • une approche claire et souple,
  • des frais réduits et des risques mieux maîtrisés par rapport aux actions en direct.

Lien vers la vidéo YouTube 

Si vous le souhaitez, vous pouvez compléter les 20% restants par des actions à fort dividende, comme je l’explique ici.

Lien vers la vidéo YouTube

Vous l’aurez remarqué, ma stratégie d’investissement en bourse repose sur les ETF et sur une approche dividende. C’est une approche qui me permet :

  • de ne pas passer plus d’une heure par mois sur mon portefeuille boursier, 
  • tout en créant des revenus passifs et alternatifs 
  • et en visant une plus-value à la revente des actions sur le long terme.

Si vous souhaitez que je vous accompagne pour mettre en place votre portefeuille boursier selon cette stratégie et pour continuer à l’alimenter tous les mois avec les titres offrant les meilleures opportunités, vous pouvez rejoindre ma formation Portefeuille Liberté Financière et vous inscrire à ma lettre mensuelle Dividendes et Opportunités.

Quels marchés choisir ?

Le Plan d’épargne en actions vous propose un large choix de supports éligibles où vous pouvez investir. Toutefois, ceux-ci se limitent aux titres des sociétés européennes, incluant la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

C’est un peu problématique, car il ne vous sera pas possible d’investir dans des supports en dehors de l’Europe, comme les États-Unis ou les pays émergents, qui connaissent pourtant une forte croissance. 

Toutefois, il y a en Europe de grandes entreprises mondialisées qui vont bénéficier indirectement des zones où il y a de la croissance. De plus, certaines entreprises étrangères peuvent être éligibles au Plan d’épargne en actions si elles ont un siège en Europe et y payent l’impôt sur les sociétés. 

Les ETF sont aussi une bonne solution pour contourner la limite géographique qu’établit le PEA. En effet, certains ETF utilisent la technique de la réplication indirecte pour étendre le périmètre des actions possibles au sein d’un PEA.

Parmi les émetteurs d’ETF français les plus connus figurent Amundi, Lyxor et BNP Paribas. Lyxor est particulièrement pratique, car il permet de filtrer les ETF disponibles en fonction de leur éligibilité au PEA, ce que ne font pas forcément les autres émetteurs. Dans ce cas, c’est dans la documentation de l’ETF que vous allez trouver s’il est éligible ou non au PEA. 

Quels sont les risques ?

Les opérations boursières peuvent toujours comporter un risque de perte de capital. C’est pourquoi je vous conseille d’investir uniquement de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre. 

Ce risque est démultiplié si vous faites du day trading, si vous investissez sur le forex (marché des devises) ou sur le marché des produits dérivés. C’est pour cela que je vous recommande plutôt de commencer par le marché des actions, plus sécurisé, et d’adopter une stratégie de bon père de famille. 

Après, il y a des techniques pour apprendre à maitriser le risque lié à vos placements boursiers. Tout d’abord, se former pour comprendre à quel moment entrer sur un marché donné.

Autre technique, et j’en parlais précédemment :  les ETF, qui proposent des paniers diversifiés faisant la moyenne des actions qui les composent. Ce sont des supports qui permettent d’amoindrir les risques par rapport à des actions en direct.

Enfin, investir dans des sociétés qui versent des dividendes croissants d’année en année est aussi un moyen de maitriser les risques, puisqu’historiquement, ces actions performent mieux sur la durée et se comportent mieux en temps de crise. 

Investir via un PEA ne présente pas de risque supplémentaire. Le seul risque qui pourrait être spécifique au PEA, c’est qu’il se limite au marché européen. La performance dépend de celle de la zone euro. Sachant que le marché américain représente la moitié de la capitalisation boursière, on est donc limité à 30% du marché mondial. 

Comment sont versés les dividendes ?

Un dividende est la rémunération que va verser l’entreprise à l’actionnaire qui y a injecté du capital. Toutes les sociétés ne versent pas de dividende, mais lorsque c’est le cas, les dividendes seront versés directement dans le PEA et seront visibles dans la partie espèces de votre compte.

Comment en sortir ?

Vous pouvez bien sûr garder le plan ouvert et continuer à le gérer au-delà des 5 ans. Si vous souhaitez en sortir et récupérer votre argent, vous avez trois manières, à savoir :

  1. faire des retraits partiels,
  2. faire un retrait total et clôturer le Plan d’épargne en actions,
  3. transformer le PEA en rente viagère défiscalisée.

Conditions de retrait

La loi Pacte prévoit des conditions de sortie assouplies pour le Plan d’épargne en actions. À partir du cinquième anniversaire du PEA, vous êtes libres de faire des retraits qui n’entraineront pas sa clôture. Vos gains (dividendes, plus-values) ne seront pas imposés. Ils seront uniquement soumis aux prélèvements sociaux.

En revanche, si vous faites des retraits avant 5 ans (sauf exceptions autorisées), le gain net sera imposé à 12,80% et soumis aux prélèvements sociaux de 17,20%.

À noter que pour les opérations réalisées avant le 1er janvier 2019, le taux d’imposition est plus élevé : 19 % pour un retrait entre 2 et 5 ans, et 22,5 % pour un retrait avant 2 ans.

Vous pouvez choisir de transférer votre PEA bancaire en PEA assurance et signer auprès de la compagnie d’assurance un contrat de rente viagère. Cela entrainera la clôture de votre PEA bancaire.

PEA bancaire

Calcul de la part d’une rente viagère soumise aux prélèvements sociaux (dans tous les cas) et éventuellement à l’impôt sur le revenu (si le délai minimum de détention du Plan d’épargne en actions n’a pas été atteint) en fonction de l’âge du bénéficiaire. Source : Gestion de patrimoine

Quand vendre ?

Comme pour tout placement boursier, la vente de titres logés sur votre PEA peut-être nécessaire si vous pensez que :

  • l’actif a atteint son potentiel ;
  • vous avez besoin de liquidités ;
  • la tendance générale du marché n’est plus bonne.

Avantages et inconvénients du PEA

Le principal avantage du PEA est qu’il vous permet d’être exonéré d’impôts sur les gains que vous pouvez retirer de vos placements boursiers. 

Par contre, les supports éligibles se limitent aux titres européens, bien que certaines astuces, comme les ETF, peuvent permettre de contourner cette contrainte. Les restrictions de retrait constituent aussi un inconvénient, mais grâce à la loi Pacte, les conditions se sont beaucoup assouplies, ce qui rend le Plan d’épargne en actions plus attractif et en fait un outil tout à fait intéressant dans votre trousse d’investisseur boursier. 

Retrouvez mes formations ici :

Je réussis mon investissement locatif
Portefeuille liberté financiere
I M M O B I L I E R :
Et si d’ici 3 mois vous aviez un appartement rentable ? Tout est ici. J'ai acquis 40 biens immobiliers rentables via cette méthode.
B O U R S E :
Encaissez des dividendes et faites enfin travailler dur votre argent. Pour en savoir plus, c'est par ici. J'encaisse 1 500 € de dividendes en moyenne chaque mois avec cette approche.
Retrouvez-moi sur Instagram et mes conseils en vidéo sur YouTube.
Instagram   Youtube

Commentaires 24

  1. Pas d’acord avec l’intérêt qui ne commence qu’au delà de 25000 de cessions. Il faudrait préciser que c’est “sans intérêt”, uniquement sur le plan fiscal. Mais ça risque de ne pas durer (projet de taxer les cessions au 1er euro, car petit épargnant = sale voleur capitaliste aasoifé du sang des prolétaires – bref).

    Au contraire il y a beaucoup d’intérêt à ouvrir un PEA même avec peu de moyens. Se fixer un montant chaque mois et acheter des valeurs solides à rendement élevé. Les accumuler sur le long terme en gérant 12 à 15 lignes. C’est pas si difficile, et y’a qu’à être aussi zen que Warren Buffet notre maître à tous. Au bout de 10 ans on voit la différence avec un livret A…

    Mon exemple : j’ai acheté une maison de campagne à crédit (100%) pour capitaliser sur la rénovation. Mon horizon c’est 10 ans. Emprunt sur 25 ans pour limiter les mensualités. En parallle j’investis chaque mois sur le PEA (à ce jour rendement environ 8% hors plus-values), et dans 10 ans j’aurai peu ou prou de quoi solder le crédit immo si cela me semble opportun.

    Sinon on peut le faire pour préparer sa retraite. Ouvrir un PEA et un contrat d’assurance-vie en même temps, faire gonfler le PEA sur 10 ans et à la cloture reverser sur l’assvie en gestion équilibrée. A la fin on sera content d’y avoir pensé car les retraites vont passer au hachoir l’an prochain, et c’est que le début du merdier.

  2. “Aucun versement possible après 8 ans”
    ??? Je ne pense pas que cela soit exact. A partir du moment où il n’y a pas de retrait, on peut continuer à faire des versements,.

  3. Yep elle a raison : si pas de retrait on peut continuer à verser après 8 ans. Mais bon à ce moment là il faut surveiller les marchés pour sortir au bon moment. L’histoire nous apprend que la fin du printemps est propice à liquider, ça dévisse souvent en été ou à la rentrée ! Et surtout n’écoutez pas votre conseiller bancaire. Surtout pas.

  4. Post
    Author

    @Pako : Effectivement c’est bien sur le plan fiscal que je précisais qu’il était sans intérêt avant le seuil de cessions.
    Sans l’avantage fiscal le PEA est simplement un support d’investissement comme pourrait l’être un compte de trading et c’est ce sur quoi je voulais attirer l’attention. Beaucoup ouvrent un PEA sans avoir de moyens pour investir. Après je suis totalement d’accord sur l’intérêt de capitaliser !

    @Laurence, la première mention est imprécise en effet, la fin de l’article le mentionne plus clairement mais je vais corriger cela.

  5. Et la cerise sur le gateau :
    Si on s’expatrie dans un pays de l’union européenne, on est obligé de clore le PEA mais en revanche on est dispensé des cotisations sociales.
    Et ce, au titre du principe de liberté d’établissement.
    “CE, décision 275416 du 2 juin 2006”

  6. Merci pour l’article sur le PEA.
    Tu déconseilles le PEA comme 1er investissement pour la constitution d’un patrimoine … Pourquoi pas ?
    Je cherche un investissement sur le long terme (+10/20 ans), j’ai bientôt 27 ans et ne compte investir de l’argent que j’estime pouvoir perdre.
    Je pensais ouvrir un PEA et choisir 2/3 trackers/fonds indiciels.
    Quelles alternatives existent-ils, si ce n’est l’assurance vie ?
    Pour le court/moyen terme, j’alimente mon livret A.
    Merci d’avance pour vos lumières !

  7. Post
    Author

    Je préfère inciter les gens à se constituer d’abord une épargne de précaution avant tout investissement. Ensuite l’assurance vie est le placement le plus courant/facile à faire.

    Te concernant, il faut voir ton imposition et la perspective de progression de tes revenus pour savoir si le PEA est avantageux mais sinon l’aspect prendre prendre un fond et le garder est ce que je pense être le plus sain à faire (par opposition au stock picking).

  8. Suis pas d’accord avec toi Michael sur investir dans un fonds. C’est pas toi qui gère le fonds, même pas le banquier qui te le vend.

    Au contraire dans le stock picking non seulement c’est toi qui décide mais en plus tu apprends avec le temps.

    Il faut cultiver deux vertus : le bon sens et la patience.

    Le bon sens sert à sélectionner les bonnes valeurs. Je conseille 2/3 de grosses valeurs cycliques dans les secteurs incontournables (énergie, santé, construction etc) et 1/3 de midcaps soit peu connues soit prometteuses. Le choix se fait en réfléchissant un peu, en se renseignant sur les entreprises. Warren Buffet conseille d’acheter des actions de sociétés que l’on comprend bien. Je rajoute : poussez la porte des magasins pour voir comment ça tourne là-dedans. Ne vous arrêtez pas aux articles des journaux financiers, ni aux nouvelles du soir.

    La patience c’est pour garder du recul. On n’investit pas en actions pour 6 mois. En cas de gros temps on peut (r)acheter des titres à bon prix. Le mieux c’est d’acheter régulièrement les mêmes 12-15 titres quel que soit la tendance immédiate. On accumule et on prend chaque année les dividendes. Si au bout de 10 ans les actions ont pas augmenté d’un cent, au moins on aura pris plus que le livret A ! Et statistiquement il y aura au moins une OPA sur la période de 10 ans, avec une plus-value à la clé.

    De toute manière la croissance démographique mondiale (en expansion) induit mécaniquement une dynamique de croissance économique. Les crises éco sont inévitables, mais ce n’est pas si grave à l’échelle mondiale (bien sûr c’est dur pour les petits que nous sommes, mais c’est un autre débat !). Donc sauf cataclysme (astéroïde bourré qui nous rentre dedans ou dirigeant bourré qui appuie sur le bouton rouge), on peut investir en actions avec sérénité.

    Patience et longueur de temps que j’dis. Mais rester seul maître à bord ! Faut pas laisser des crétins faire tourner ton portefeuille dans le vide pour se palper les frais de courtage.

  9. J’suis tellement d’accord avec Pako ^^
    J’ai 21 ans, j’ai un PEA que je gère tout seul, et j’investis en bourse depuis mes 17 ans avec l’ouverture de capital d’EDF.
    Bon travail pour ton site, ça ouvrira peut-être les yeux à certains !

    1. Post
      Author
  10. Bonjour,

    si je comprends bien le PEA offre malgré tout au moins 2 inconvénients majeurs par rapport à un simple compte titres:

    – impossibilité d’investir dans des actions/fonds non européens

    – impossibilité d’en retirer des revenus réguliers (plus value ou dividendes) à moins d’en perdre tout l’intérêt fiscal et de le transformer donc en simple compte titre (limité en plafond de surcroit).

    Merci
    Cdlt

  11. Bonjour,

    @Jamel: Que votre PEA ait plus de huit ans ou pas, peu importe, c’est possible; toutefois, les conséquences seront différentes en fonction de l’âge de votre PEA (c’est décrit dans l’article).

    @JS: 1) Globalement oui, mais dans le détail non, il y a des possibilités 2) Non non non; le PEA est limité en versement à l’entrée, pas en montant total: rien ne vous interdit d’avoir un PEA qui totalise 1 million d’euros si vous avez fait de bons investissements boursiers ! Par ailleurs, si votre PEA a plus de huit ans, vous pouvez en tirer des revenus réguliers sans problèmes, qui ne seront soumis qu’aux prélèvements sociaux (i.e., sans aucun impôt sur le revenu !!) Donc, définitivement, le PEA est très adapté à ce que vous envisagez, mais il faut avoir une bonne stratégie.

    @Michael: Cet article mériterait un petit toilettage (plafond de versements plus à jour, taux de PS plus à jour…) 🙂 !

    Plus d’informations sur le PEA sur mon blog (en construction !) –> http://gerer-son-pea.blogspot.fr/

    1. Post
      Author
  12. Beaucoup de personnes veulent investir leur épargne mais elles ont peur aussi. En effet, dans le monde de la finance, on peut tout perdre d’un seul coup. Mais je pense qu’avec des conseils comme ceux de l’article, on diminue les chances de perte.

  13. Bonjour,

    niveau risque d’un PEA : J’aurais souhaité savoir si l’on peut perdre plus que son épargne initial.
    J’explique :
    imaginons je pars avec 2000 €, j’achète, revend, etc des actions.
    Toutes mes actions chutent. Est ce que au pire, pire des cas, je récupère rien (0€) au bout des 5 ans. Ou si vraiment les actions chutes, il est possible quand plus je doive compenser les pertes, donc devoir de l’argent, qu’il me faudra prendre sur mes biens personnels (autres comptes, etc)
    N’ayant pas encore trop investie en bourse, perdre mon capital initial me ferais déjà mal, mais ce que je ne veux surtout pas c’est en plus risquer d’avoir à rembourser X € en plus, au cours des 5 ans.

    1. Post
      Author
  14. Bonjour,
    Je viens à titre d’information auprès des particuliers qui peuvent m’aider à comprendre mieux le discours du banquier.
    Mon parrain à ouvert un PEA à mon nom en octobre 1996 à ce il est déjà décès.
    J’ai appris l’existence de ce compte cette année.
    Mon conseiller ne me donne pas plus d’explication et je n’arrive pas à savoir si il y a de l’argent sur ce compte, par contre depuis 2 jours il y a 30€ par jour viré sur mon compte épargne.

    Merci de me conseiller sur les démarches à suivre.
    Coco..

  15. SI ON OUVRE UN COMPTE PEA ? JE VERSE 50 EUROS PAR MOIS , PEUT- ON VOIR AU BOUT DE 2 ANS L’ARGENT QUI A SUR CE COMPTE ??

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.