[Le budget de] Lydie, 28 ans Chef d’équipe SEO, émigrée au Canada

Chaque mois je publie l’une de vos histoires avec l’argent en vous donnant la parole sur votre budget. Rien de tel pour inspirer et aider les autres en racontant votre histoire avec l’argent, vos réussites, vos échecs, vos idées, parler argent simplement comme nous pouvons rarement le faire au quotidien. Il n’est pas question de juger mais de partager façon Esprit Riche : de la responsabilité, une dose d’ambition et de la simplicité pour s’améliorer et atteindre notre objectif. J’attends votre contribution, par ici.

Mon budget de modeuse émigrée

Peux-tu te présenter ? (seul(e), en couple, lieu de vie…)

Je m’appelle Lydie, j’ai 28 ans, je suis célibataire sans enfant et je travaille depuis 3 ans dans une agence web, à Montréal où je suis augmentée annuellement.
Après mes études en communication et publicité, j’ai décidé d’immigrer en 2009 pour profiter de la vitalité économique du Québec. Pour des raisons d’économies, je vis en colocation entre le Plateau et le Mile End, à la croisée des anglophones et des francophones, à deux pas du travail et de mes lieux de prédilection pour sortir. J’économise donc les 72$ de carte OPUS mensuelle, la carte de transport en commun. Je fais du vélo d’avril à ce que la neige recouvre les trottoirs, et l’hiver je marche emmitouflée dans un manteau bon pour le Pôle Nord et des bottes Pajar en poil. Autrement dit, j’ai investi les années précédentes.

Quelle est ta situation financière ? (qui travaille, niveau de revenus, dépenses, comment tu gères…)

Je gagne assez bien ma vie (je préfère rester discrète), je paie un loyer que je juge très correct de 583$ tout compris, pour un 5 ½ (un T5). J’ai un visa de travail alors je n’ai pas le droit de disposer de tous les produits financiers.
Je gère mes finances avec Mint parce que c’est très facile et rapide. L’application permet de voir la répartition de son budget par poste de dépenses. Les camemberts proposés rendent bien justice à vos intérêts et petits péchés, comme le shopping. Grâce à Mint, je sais quels sont mes frais fixes, parce que l’application se connecte à mon compte bancaire. En décidant de budgets mensuels maximum par types de dépenses, je suis arrivée à diminuer le montant d’argent liquide dépensé que je trouvais très élevé et j’ai placé la somme sur mon compte épargne.
J’ai une carte débit, reliée à mon compte chèque, pour mes retraits et paiements quotidiens mais elle ne permet pas de payer en ligne. Pour ce faire et construire une cote de crédit (une note qui permet d’obtenir des crédits à de meilleurs taux, n’existe pas en France), il faut une carte de crédit. J’ai une VISA, mais, il faut rembourser tous les mois et si je ne suis pas capable, la banque m’avance l’argent que j’ai déboursé contre intérêts. C’est en quelque sorte une formule de dépannage mais il ne faut pas la prendre pour acquis. Il est important de faire un virement depuis son compte chèque vers sa carte de crédit une fois les achats effectués. En effet, le taux est à 19% environ, je suis donc très prudente et j’utilise l’application de la Banque TD sur mon iPhone pour gérer mes comptes.

Quels sont tes objectifs avec l’argent en ce moment ? (épargner, rembourser une dette, investir…)

Je suis autonome, je suis encore dans les années « plaisirs » où je peux dépenser sans avoir peur de payer mon hypothèque, donc je peux me faire des petits cadeaux. Je suis bien consciente que cela durera qu’un temps mais pourquoi ne pas en profiter ? Cependant, mon objectif est d’épargner d’abord pour m’acheter des meubles, à court terme.
À moyen terme, je veux aussi épargner pour épargner dans le sens où je souhaite avoir un « coussin de sécurité » au cas où j’ai un accident de la vie. Mes parents m’ont ainsi éduqué dans ce sens et je suis, du coup, assez sensibilisée à ces enjeux. Mais, la perspective est assez effrayante.
Éventuellement, à moyen-long terme, j’aurais un projet immobilier, comme l’achat d’un appartement, dans les 3 années à venir.
Pour parvenir à ces projets, j’ai un compte épargne mais il n’est vraiment pas intéressant, le taux est minime ! J’ai hâte d’avoir ma résidence permanente, l’étape ultime avant la citoyenneté pour pouvoir souscrire à des comptes beaucoup plus intéressants en termes d’épargne, je vise notamment le compte suisse celi La Capitale, parce qu’il est non imposable et propose un taux de 2% en ce moment, soit comme mon livret A en France avec le Crédit Agricole.
Quels sont tes objectifs à plus long terme ? (indépendance financière, créer ton activité, acquérir une résidence principale, fonder une famille, augmenter tes revenus…)
Globalement, en tant que jeune professionnelle ayant étudiée à l’université, mes études sont payées depuis bien longtemps, j’ai toujours travaillé donc je suis habituée à maîtriser les gros achats nécessaires. Pour autant, je trouve que je ne me préoccupe pas assez de mon avenir financier, dans le sens où ma situation est un peu intermédiaire, je choisis aussi de ne pas trop y penser et je vis au jour le jour. Je sors, je peste contre les choses que je trouve chères, mais je suis une fanatique des chaussures.
Mais mon projet à long terme serait de m’établir au Canada, donc d’acquérir un bien immobilier, ce qui implique planifier l’acquisition et le remboursement de mon hypothèque.
Quel est le conseil que tu voudrais partager ou l’approche que tu recommandes lorsqu’il s’agit d’argent ?
Mon conseil porterait sur les petites dépenses du quotidien, qui paraissent innocentes mais qui en réalité se chiffrent en plusieurs centaines de dollars ou d’euros. Je les limite au maximum parce que ce sont des habitudes coûteuses et aisément remplaçables pour moi.
Ma priorité de dépense de loisirs, c’est le shopping ! Alors je peux aisément couper sur les restos et les cinés pour m’acheter un beau manteau ou la paire de bottes qui me fait rêver. Effectivement, ce n’est pas la priorité de tout le monde de réduire ce qui, pour certains, sont de vrais petits plaisirs du quotidien. Mais, j’aimerais préciser que je vis la mode comme un investissement, je choisis de belles matières et des coupes intemporelles. C’est ma façon de me construire un certain patrimoine.
Ainsi, j’ai des habitudes d’économies du quotidien pour assouvir mes dépenses assumées en shopping : j’amène mon lunch au travail, je ne prends pas de café à emporter, je lis les magazines en ligne, je vais au cinéma le mardi soir pour profiter du tarif promotionnel, j’achète en ligne sur les sites sans frais de livraison… Et je sors dans les 5 à 7, où les boissons sont gratuites !

Ce site utilise des cookies