Voici d’où je suis parti… financièrement

Michael Ferrari Esprit riche, Finances personnelles, Gérer et épargner 49 Commentaires

Je suis toujours très amusé lorsque l’on me soupçonne d’être né avec une cuillère en or dans la bouche car en fait, c’est plutôt le contraire. Mes parents ont toujours travaillé dur sans avoir l’abondance financière associée. Mais ne sortez pas les mouchoirs pour éponger votre peine, j’étais parfaitement heureux car ils n’ont pas fait la plus grosse erreur dans le genre : être plein d’argent mais n’avoir pas de temps pour les enfants. Bien au contraire.

Pendant que tout le monde s’amuse dehors et passe du bon temps, j’ai consacré un peu de mon temps à faire quelque chose que les personnes bizarres comme moi font : regarder leur passé financier.

Regarder dans le rétroviseur est intéressant pour mesurer le chemin parcouru et le bon côté des choses avec les chiffres, c’est qu’ils ne mentent pas (si on ne les fait pas mentir).

Mon point de départ est dévoilé dans ce relevé de compte de 2001 : 920 €. C’était mon salaire à cette époque et aussi fou que cela puisse paraitre j’arrivais à vivre avec.

Clic pour agrandir

En épluchant ces vieux documents, j’ai fait une autre découverte : j’étais relativement frugal dès le début. Regardez le solde qui indique 543,18 €. J’épargnais constamment ce qui me restait, même lorsqu’il s’agissait de 50 €.

Alors pour mener l’exercice plus loin, je me suis amusé à regarder le niveau de mon patrimoine. En 2001, je n’avais même pas 2000 € de côté. Les années passant, ce montant a lentement progressé alors que j’étais à nouveau étudiant.

Vous savez à partir de quand il a explosé ? Attendez.

Voici ce qui ne l’a PAS fait exploser :

  • être encore plus frugal
  • faire des économies en utilisant des bons de réduction
  • n’aller que chez des hard-discounter
  • apporter mon repas du midi pour économiser 7 €
  • espérer une augmentation de salaire
  • attendre une aide de l’état
  • revendre des vêtements sur Ebay

Mon patrimoine a commencé à progresser lorsque j’ai commencé à gagner plus. J’ai commencé à gagner plus lorsque j’ai décidé de mieux travailler. Incroyable ?

C’est aussi simple que cela… mais ce n’est pas facile pour autant. Faire des économies et être frugal n’est pas une fin en soi tout comme épargner n’en est pas une. Si avoir de l’épargne rendait heureux, notre pays qui possède l’un des plus forts taux d’épargne d’Europe ne serait pas aussi champion de la consommation d’antidépresseurs. En y réfléchissant bien, peut être que l’épargne rend dépressif 🙂

Ce point de départ n’a pas conditionné mes résultats parce que j’ai tout fait pour que ça ne soit pas LA fin. J’ai fait ce que je pouvais avec les moyens que j’avais. Lorsque vous êtes dans le brouillard et que vous ne voyez qu’a 10 mètres tout ce que vous avez à faire c’est avancer de 10 mètres.

L’histoire ne dit pas encore où j’arriverais. Elle dit simplement pour le moment que ce montant est multiplié par plus de 10 et je ne compte pas m’arrêter là.

Commentaires 49

  1. Coucou,

    Oui, la théorie Kaizen : un petit pas après l’autre est très efficace à appliquer dans le monde des finances personnelles.

    L’important est d’agir, même si parfois notre lieu de destination n’apparait plus clairement.

    PS : j’ai hâte de voir la refonte de ton Blog 😉

    Belle journée

    Grégory

  2. Je dois alors aussi être une personne bizarre ;- ))

    Qu’est ce qui a été multiplié par 10 : les revenus ou le patrimoine? ;- ))

    Je suis aussi dans cette démarche et aussi dans la même histoire que toi, il n’y a que le travail qui marche. Mes encouragements.

    1. Post
      Author

      C’est très net sur les revenus. Ce sont des revenus du travail, pas du patrimoine.
      Pour le patrimoine, toutes dettes déduites, je suis bien au delà.

  3. Partant d’un « patrimoine » en valeur négative je suis donc promis à un bel avenir 😉

    Plaisanterie mise à part, tu as raison de regarder dans le rétroviseur, ça permet de rester les pieds sur terre et de mesurer le chemin parcouru…financièrement comme intellectuellement !

    Bravo car tu n’en es qu’au début !

    1. Post
      Author
  4. Il faut avoir une certaine mentalité de « bâtisseur » pour prendre le chemin de l’épargne et de l’enrichissement.

    Je fais partie de ceux-là, et du coup je suis naturellement assez suspicieux devant toute théorie « d’argent rapide ».

    Je crois que l’enrichissement se bâtit sur le long terme, avec patience, intelligence. Lorsque l’on part de tout en bas (je suis parti du même point), le début est long, mais c’est de plus en plus rapide.

  5. « le montant multiplie par 10 ». C est sur c est vendeur mais si tu pars de tes 2000€ de patrimoine en 10 ans c est une allee de camping que tu vois dans le retro, si a l inverse tu pars de ton cash flow c est une autoroute!

    1. Post
      Author

      200 000 € de patrimoine (hors dette, pas le faux patrimoine associé à un emprunt), ça ne court pas les rues même en 10 ans. Rassurez-moi 🙂

      Plus sérieusement ce n’est pas un concours, je veux juste montrer que peu importe le point de départ, on peut vraiment évoluer.

      1. Bien entendu que c est deja hors du commun, je mettais juste le doigt sur une anomalie de chiffre: 2000 * 10 = 20 000 et non 200 000. Sauf mauvaise comprehension de ma part. Je suis par ailleurs tres respectueux des gens qui creer et pensent comme nous.
        Jb, en phase constante daprentissage.

        1. Post
          Author
      2. Moi j’ai un problème, je sais plus compter.. où alors c’est toi.. parce que 2000 € multiplié par 10, ça fait pas 200 000 €.

        😉

        Ceci dit, c’est très courageux de ta part de dévoiler tes chiffres comme ça et oui, la réussite est plutôt significative en partant de quasi rien.

        Ce qui veut dire que si tu as construit tout ça sur ta force de travail (et ta stratégie et tout le toutime) que tu travailles putain de bien 🙂

  6. Je gagne encore moins actuellement, étant donné que je suis encore étudiant et en alternance. Et j’arrive à m’en sortir malgré tout. Et je sais que je vais aller loin.

    L’argent n’est pas une question de hasard de naissance. C’est une question d’éducation. Comme tu nous le montre, l’éducation ça a plutôt bien marché pour toi 🙂

    1. Post
      Author
  7. J’apprécie ton parcours, contrairement à d’autres webmarketeurs tu me donnes l’impression de faire plus que te créer une réputation et des produits à vendre.
    Il m’a fallu un peu de temps avant de le reconnaître, ayant la critique facile et une bonne dose de scepticisme !
    Tu « stimules » les gens et les pousse à se remettre en question, dans le bon sens (la plupart du temps).

    Tu as fais le choix de gagner plus, pour être financièrement indépendant, en travaillant mieux. Néanmoins, je me pose une question sur tes choix de vie :

    Quelle part prend cette « quête » dans ta vie, dans tes pensées quotidiennes ?

    J’ai peur que beaucoup de tes lecteurs ne se focalisent que sur cet aspect et passent à côté de beaucoup de merveilles de la vie. À 20, 25, 30, 35, ou même 50 ans, tout sacrifier pour s’assurer une future indépendance financière est néfaste. L’indépendance financière est un outil, je comprends que tu la mette autant en avant puisque c’est le thème de ton blog, mais il ne faudrait pas que trop de gens la considère comme le but ultime.

    En espérant ne pas être trop hors-sujet !

    1. Post
      Author

      Etre sceptique est salutaire dans ce monde d’hyper-communication 😉
      Je dirais que c’est plus un style de vie qu’une quête que je poursuivrais activement. C’est intégré à ce que je fais.
      Ta remarque sur tout sacrifier est intéressante, je vais la développer dans un article.

  8. Nous voulons tous devenir indépendant financièrement, mais cela demande une grosse masse de travail au départ et durant de nombreuses années ! L’argent ne tombe pas du ciel !

  9. « Voici d’où je suis parti… financièrement »

    Voilà ma petite histoire à moi.
    Quand j’étais étudiant (Grèce), après quelques frictions avec mon père, celui-ci m’a coupé les vivres et je cherchais des petits boulots, mais je ne trouvais pas toujours et j’ai passé une partie de cette période tantôt hébergé par des amis tantôt carrément dans la rue.

    Puis une fondation étudiante m’a appelé et comme ils avaient des subventions mais pas de chambres, ils ont loué dans un hôtel qui avait beaucoup de chambres libres (les clients n’etaient pas au rendez-vous) et les louait pas cher. Je me suis retrouvé du jour au lendemain de la rue dans un hôtel de luxe et ça a été un choc émotionnel terrible, car tout était gratuit et luxueux, tandis qu’avant j’étais dans la misère et souvent je n’avais pas de quoi manger.

    La j’ai compris l’importance de l’argent et je me suis fixé comme but de devenir riche. Un jour je vois sur une place une fille de mon âge qui vendait des poupées qui bougeaient au rythme de la musique (en fait via un fil fin invisible) et elle était vraiment debordée; tellement la demande était énorme.
    Je me suis proposé de l’aider et on a commencé à travailler ensemble. On embauchait des étudiants pour la fabrication, on a installé un réseau de vendeurs etc et là j’ai compris que j’étais bon pour les affaires.

    Finies mes études pédagogiques j’ai fait l’erreur de ne pas écouter mon coeur et je suis entré dans l’éducation nationale où je suis resté quelques années en jouant le perroquet du système.
    Comme j’étais mal payé, le souvenir de l’hotel de luxe et l’argent abondant du commerce des poupées etc me poussait à retrouver la belle vie de cette époque et je me suis lancé paralèlement dans la chanson. J’ai chanté pendant quatre ans mais un jour une fusillade a eclaté dans la boite de nuit, la police est venue et a découvert que j’étais enseignant, et comme les deux étaient incompatibles selon la loi j’ai arreté la chanson, car en plus l’environnement de la plupart des boites de l’époque était plutôt mafieux.

    Peu après, j’ai demissionné de l’éducation nationale en cherchant la belle vie dans le tourisme. C’est le métier dans lequel j »ai trouvé mon bonheur et la voie de la richesse.

  10. Je peux comprendre que certains voit dans le fait de devenir financièrement indépendant un danger.
    C’est la question « qui de l’oeuf ou de la poule était là le premier »
    Perso, il y a quelques années, on a acheté un petit appart pour pouvoir un peu de sous chaque mois.
    Puis on s’est pris au jeux.
    Puis un deuxième, un troisième, etc.
    Et aujourd’hui le but c’est que ça génère assez de sous pour en devenir notre métier : dés que j’ai deux minutes de libre, c’est plus fort que moi, je dois jeter un oeil sur leboncoin, ou autres… ça me démange!!
    Donc on est parti de quelque chose qui devait m’apporter un complément et finalement ça devient une passion dévorante!

    1. Bonjour lili
      Globalement, vous vivez mieux qu’avant ou c’est pire?
      Parce que en fin de compte c’est ça qui devrait être la mesure, à mon avis.

  11. J’ai conservé tous mes relevés de compte depuis ma naissance. Il y a un mois je me suis amusé à calculer mon capital à la fin de chaque année. Je me suis souvenu qu’à l’époque atteindre le plafond du livret A c’était du domaine du rêve. Aujourd’hui ça me fait sourire…

  12.  » être encore plus frugal
    faire des économies en utilisant des bons de réduction
    n’aller que chez des hard-discounter
    apporter mon repas du midi pour économiser 7 €
    revendre des vêtements sur Ebay »

    Ne peux t’on pas utiliser ses moyens d’un côté et travailler autrement d’une autre part ?

    1. Si, mais on ne peut pas aller très loin. Cela pose un problème pour le cerveau que je vais illustrer avec l’exemple suivant:
      Dites à un ami de bien observer l’espace dans lequel il se trouve pour ensuite écrire sur le papier tous les objets rouges qu’il a vus.Mais au dernier moment, demandez-lui d’écrire les objets noirs. Il aura du mal à s’en souvenir, bien qu’il les ait vus.

      C’est la même chose. En cherchant tout le temps à économiser sur tout, votre cerveau apprend à focaliser sur les économies, tandis que les opportunités lui passent sous le nez et ne les voit pas. Pire encore à part la perte de focus, il y a de la perte de temps et d’energie. Devenir riche est une discipline où on doit utiliser toutes ses capacités et possibilités.

      Parmi les cas cités par Michael, j’ai une réserve concernant le repas du midi qu’on peut apporter de chez soi.
      Je ne crois pas que cette habitude puisse rediriger l’esprit vers la mauvaise direction. Elle s’intègre bien dans le subconscient, car l’economie est bonne (pour 20 jours de travail/mois c’est 140E), on économise du temps par rapport à manger dans le restaurant et on sait ce qu’on mange.

      1. J’ajoute aujourd’hui des exemples concrets qui montrent la différence entre un cerveau focalisé sur les économies et un cerveau focalisé sur le développement.

        -acheter ses vêtements aux soldes versus acheter des vêtements qui valorisent son allure (investir dans son image)
        -fréquenter des boites où les boissons sont pas cher versus fréquenter les boites où les gens sont intérressants (idées, tuyaux, etc)
        -rechercher les bons de réduction versus rechercher des nouvelles idées
        -revendre des objets sur ebay versus créer un produit/service à commercialiser
        -n’allez que chez les hard-discounters versus investir dans quelques produits de qualité qui font du bien (ex. alimentation) ou qui vont durer (ex.outillage)

        L’option « économiser » paie tout de suite mais peu, tandis que l’option « développement » rapporte à long terme et beaucoup. Les deux options sont nécessaires, mais il faut gérer son focus parce qu il génère de l’addiction. Plus vous devenez frugal plus vous avez tendance à consacrer du temps et de l’energie à économiser (pour un resultat médiocre); plus vous focalisez sur le développement (opportunités, création) plus vous consacrerez du temps et de l’ energie dans cette direction (avec des gains illimités). Et en plus vous exercez votre cerveau à voir le potentiel des choses et situations.

        A mon avis, il ne faut pas s’attarder sur l’option « economiser » que pour fixer un budget annuel pour la maitrise des dépenses (sauf exception particulière). Un fois fixé, il ne faut pas gaspiller son temps à économiser un petit peu à gauche et à droit, mais consacrer ce temps au développement.

        1. Post
          Author
        2. Malheureusement, je ne suis pas vraiment d’accord.
          Être frugal signifie être sobre.

          En gros, quand je change de forfait téléphonique, actuellement, je peux faire une économie de 20€ (merci free d’avoir fait bouger le bazar), pour avoir le même service, je ne vais pas me gêner : 1h pour 0€ chez darty, plutôt que pour 20€ chez virgin.

          Cela signifie aussi, pour reprendre vos arguments :
          – dans un bar ne pas consommez de l’alcool à s’en rouler par terre.
          – Pour l’alimentation, cela consiste, à zapper des intermédiaires, et d’aller voir directement le producteur : c’est humainement et financièrement plus intéressant.
          – pour ebay, vendre des objets permet de se désencombrer, afin d’être moins matérialiste.

          En clair, la frugalité est un moyen et une façon de vivre et non une fin en soi.

        3. Post
          Author

          Je pense que nous voulons dire la même chose.
          Pour reformuler je dirais que pour l’exemple de l’abonnement téléphonique, c’est un bon choix car c’est une décision qui se prend en 5 minutes.

          Pour moi il faut différencier les événements (prendre une décision) des processus (constamment répéter quelque chose).

          Comparer le coût de ses assurances tous les 2 ans pourquoi pas (événement) mais comparer le prix du beurre tous les 2 jours au supermarché ou s’empêcher d’acheter un café dehors tous les midis est contre productif (processus) car cela devient ce à quoi vous pensez régulièrement.

        4. gunday,
          avoir une stratégie pour économiser est une chose, en faire un sport en est une autre. Supprimer les intermediaires est une stratégie, courir après les bons de réduction est un sport.

          Si vous comparez les opérateurs telephoniques de temps en temps ou à un moment donné pour profiter d’une offre importante c’est bien, parce que vous consacrerez un temps de comparaison raisonnable par rapport aux économies que vous ferez sur le long terme.

          Vendre un fois par an sur ebay pour se desencombrer est logique, vendre souvent vous limite à un complément de revenu médiocre. C’est peut-être une bonne idée pour notre ami cheich pour commencer, mais ce n’est pas une bonne idée pour se développer.

          Faire de la frugalité un sport condamne à la pauvreté.

        5. J’irais dans le sens de michael en ajoutant qu’il faut comparer le rapport temps/economie plus que l’économie elle-même. S’il faut 1h ou 5 minutes pour économiser 1€ ce n’est pas la même chose.

  13. Le temps passe vite … Comme quoi il est possible de changer radicalement de vie en 10 ans.

    A mon niveau à moi, qui n’a rien de comparable au tiens Michael, ma vie à aussi bien changer depuis que j’ai découvert Esprit Riche.

    Mes finances sont dans le vert et n’avoir ne serait-ce qu’un fond de sécurité convenable permet de mieux respirer et de se sentir serein.

    Ce fond de précaution m’a permis de faire des choix de vie que je n’aurai pas pu faire sans.

    Donc merci pour tout 😉

  14. Bonjour Michael,
    Je sais que ça peux vous paraitre bizard la question que je veux vous posez,mais dans mon cas c’est plus ou moins un SOS.J’ai les poches presque toujours vides.Mais ces quatres derniers mois,j’ai pu mettre de cote 100euros et ceci suivant vos conseils.Cependant,j’en veux plus et ma question est la suivante:est-il possible de commencer a investir avec moins de 150e?Si oui,votre aide sera la tres bienvenue et ma confiance a votre expertise est entiere.
    Un grand merci pour ce forum

    1. Bonjour cheikh,
      je vous conseilles avant d’investir, de vous créer un fonds de précaution, en cas de coup dur. Un livret A ou un LDD correspond à cet objectif.

      Uniquement ensuite, vous pourrez commencez à investir.

      Investir avant, risque de poser problème, si vous avez besoin de liquidité rapidement.

    2. Vous pouvez commencer à faire des affaires aussi.Des activités en rapport avec internet ou la création sont abordables. Par exemple, avoir une bonne idée de blog, créer un produit d’information (video-formation), proposer un service, devenir revendeur d’un produit existant etc

  15. J’aime bien cette article.
    Je m’y retrouve en partie.

    Cela me donne l’envie de faire un listing rétroactif de mon patrimoine, afin de voir son évolution depuis mon entrée dans la vie active.
    Dans le suivi que je fais depuis bientôt 2 an, je vois que mon patrimoine net à augmenté d’environ 10%.
    Là où l’exercice est amusant, c’est qu’en ne prenant que les remboursement d’emprunt, mon patrimoine aura plus que doublé dans les 8ans restants.

    Vive les emprunts locatifs!

  16. Épargner rend -il dépressif? Je suis une grande adepte de la loi d’attraction et je pense qu’on attire ce sur quoi on focalise le plus souvent.
    Si on se dit : je manque d’argent ça va entrainer des situations qui vont aller dans ce sens, si on pense le contraire (déjà on stress moins! : ) cela peut certainement améliorer les chances que ça se passe mieux!
    Et puis, épargner c’est une chose, épargner POUR quelque chose c’est mieux ; )

  17. Michael
    une dimension non négligeable dans l’évolution financière ce sont les pertes. Quand j’ai quité l’éducation nationale grècque, j’étais presque ruiné. J’avais suivi une formation supplémentaire de deux ans pendant lesquels l’état vous paie votre salaire mais vous ne travaillez pas. Vous ne signez aucun contrat mais il y a une clause que je ne connaissais pas. Vous êtes obligé de travailler obligatoirement pendant 6 ans. J’en ai travailler un et j’ai remboursé 5 années de salaire à l’état.

    Plus tard j’ai eu des grosses pertes dans le tourisme (mauvaises décisions, gestion à distance etc) et le 2011 était néfaste. Mon gendre, auquel je faisais confiance, est mort en laissant une entreprise avec des dettes colossales. J’ai perdu 150k jusqu’à présent et d’autres sommes sont en jeu, car les perspectives de dévellopement de la Grèce sont nulles dans l’immédiat.

    Avec cette crise j’ai peur pour la France aussi, et par conséquant un sujet de réflexion qui s’impose est: évoluer oui, mais est-ce qu’on doit continuer de la façon classique? Quels doivent être les nouveaux investissements? Quelles doivent êtres les nouvelles habitudes à adopter?

  18. Merci pour cet article et la transparence, notamment sur le relevé de compte!
    Cependant je ne suis pas tout à fait d’accord sur le paragraphe « Voici ce qui ne l’a PAS fait exploser ».
    Effectivement s’appliquer une politique de rigueur personnelle n’est pas très sain, et mauvais pour le moral.
    Mais dans ta liste j’aurai tout de même conservé quelques éléments, car faire des économies est un très bon début, cela permet de se dégager des liquidités, et donc d’augmenter sa liberté financière.
    Par exemple je pense que les bons de réduction, les hard-discounters et revendre quelques objets sur internet (meubles, CDs…etc) sont un bon moyen de respirer un peu financièrement, avant de penser à investir ou développer une activité.

  19. Intéressant. Pour autant, je suis un grand fan de l’épargne et de la « frugalité ». J’aurai donc plutôt tendance à faire les deux.

    Dis moi Michael, est ce que tu penses que ton train de vie a augmenté avec ton patrimoine ?

  20. Salut,

    Les propositions qui « ne l’ont PAS fait exploser » correspondent en fait à des « stratégies de pauvres ». Il n’y a aucune condescendance dans ma remarque, je suis d’origine modeste et j’applique encore certaines de ces logiques. Et je crois que pour beaucoup de ménages ces méthodes s’imposent pour boucler les fins de mois.

    Mais c’est tout le mérite des blogs comme Esprit Riche de m’avoir fait comprendre que si l’on veut s’enrichir, il faut endosser des raisonnements de riches, et bien entendu mettre en œuvre des méthodes qui fonctionnent.

    En effet, il y a des limites à la frugalité que l’on ne peut dépasser : il faut bien s’alimenter, mettre un peu de chauffage, pouvoir se cultiver, se divertir… Tout ceci a un coût. Par contre il n’y a pas de limites rigides sur les capacités d’enrichissement.

    J’aime beaucoup le commentaire d’Elodie qui précise qu’il faut épargner pour quelque chose. Personnellement mes comptes sont structurés de façon claire : un compte = un objectif. Cela motive beaucoup plus dans l’effort d’épargne, et permet aussi de piocher dans un compte sans stress, puisque ce compte avait justement été créé et rempli dans cette optique.

  21. C’est bien d’avoir donné ce qui n’a pas permis d’atteindre ce résultat…ça aurait été mieux de rajouter les grandes décisions qui ont permis d’atteindre ce résultat (info sûrement dispo cela dit mais en se retapant tous les articles ^^’)

    1. Voilà ce qui a marché pour moi:

      -j’ agis selon un ratio temps/argent. Trop de temps pour peu d’argent, ça ne vaut pas la peine.
      -je pratique beaucoup la négociation, le brainstorming, l’auto-promotion
      -je passe des partenariats
      -je cherche toujours l’action stratégique, le bon point d’attaque, la méthode non conventionnelle qui fera la grande différence.
      -Je contacte les personnes clés, sans aucune hésitation. Dur au début, une formalité maintenant.

      Voilà quelques unes de mes erreurs que vous pouvez éviter:
      -faire trop de confiance à des proches et certaines connaissances.
      -m’être impliqué dans des situations que je ne maitrisais pas ou dont je ne connaissais pas les règles du jeu.
      -perdre le contrôle de mes émotions.
      -surestimer l’ouverture d’esprit des gens et ne pas prendre mes précautions.
      -Ne pas choisir mon camps rapidement (celui des entrepreneurs) et passer beaucoup de temps avec des gentils « philosophes de bureau » incabables d’agir sur le terrain.

  22. Je suis tout à fait d’accord avec Michaël. Et Badstef l’a si bien expliqué après. Moi je viens d’un milieu modeste. je crois que tous ceux qui en viennent connaissent plus ou moins (si ce n’est qu’ils en sont eux-même des spécialistes) les méthodes de la frugalité. S’enrichir c’est d’abord un état d’esprit, en fonction de l’énergie et de l’action fournies dans un temps X, cela peut se matérialiser pour son grand avantage. Faire des économies efficaces et utiles est positive pour son équilibre financier. Comme par example on n’achète pas une maison tous les jours, qd on est en situation d’en acheter une, on cherche à comparer les prix pour faire la meilleure affaire possible et c’est logique et raisonnable. Mais de là à laisser tant de place dans son raisonnement à la frugalité pure et dure à c’est encore végéter consciemment ou inconsciemment dans une situation à laquelle on voudrait sortir.

  23. Salut Michael,

    c’est un parcours de combattant que du as du avoir pour arriver à ce que tu réalise aujourd’hui.

    Mais peu importe, ce qui compte c’est d’agir comme tu a décidé de le faire. Et peu importe ce que les autres disent ou diront, tu es la maitre de ta destinée; par conséquent, continue à faire ce qui te plait.

  24. Pingback: Semer et récolter : pourquoi certains font facilement ce que vous avez toujours révé de faire | Devenir riche à votre manière

  25. Je suis vraiment édifié par les interventions de mes confrères. J’aime quand on parle d’éducation financière. Voici ma modeste contribution.
    J’ai lu le cadran du cashflow de ROBERT KIYOSAKI, qui répartit la société en 4 groupes: Les employés, les auto-employés, les propriétaires d’entreprise, et les investisseurs.
    Les deux premiers sont dans le cadran gauche, car ils font une action pour avoir un gain.
    Les deux derniers sont dans le cadran droit car ils gagnent des revenus qu’ils soient là ou pas.
    La différence entre les goupes est que :
    – A gauche,plus on a du succès, moins on a du temps pour sa famille, à cause du travail
    – A droite, plus on a du succès, mieux on a du temps pour ceux qu’on aime.
    A chacun de choisir où il veut se positionner.

  26. Pingback: Les 6 attitudes pour devenir riche | Devenir riche à votre manière

  27. Bonjour Michael!
    J’aime beaucoup ton récit, exprimé avec simplicité et sincérité. Pour ma part, je me suis lancé dans des activités en voulant un résultat immédiat. Ce qui bien sûr était impossible. Je me suis découragé… et j’ai abandonné. Ton idée de commencer par un petit geste, je la partage totalement: Autrement dit, passer à l’action! Et persévérer. Bonne continuation à toi!

  28. Tu as raison Mickael , plus on commence tot mieux c’est.
    Pour ma part à 55 ans je ne veux plus avoir de regret et rester sur mes gardes.
    Il ya dans la vie des circonstances qui te poussent à agir, et très vite !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.