Test du Sleeptracker Elite : le reveil chronobiologique

Michael Ferrari Développement personnel, Test de produits 33 Commentaires

Voici le test d’un produit étonnant : le Sleeptracker. Avec cette montre, se réveiller est facile.

Qu’est-ce-que c’est ?

Le Sleeptracker est une montre qui possède une faculté spéciale. Elle enregistre vos mouvements durant votre sommeil et, le matin venu, vous réveille au meilleur moment. La montre est basée sur l’analyse scientifique de nos cycles de sommeil.  Comme vous le savez, notre nuit de sommeil est en fait composée de plusieurs cycles complets (4 à 5) et chacun de ces cycles suit toujours le même schéma : la somnolence, le sommeil léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal (celui où vos yeux bougent tous seuls et pendant lequel vous rêvez). Chacune des phases joue un rôle différent dans notre repos et chaque personne dort de manière différente. Un adulte dort en moyenne 8 heures de 4 ou 5 cycles de 90 à 110 minutes chacun.

L’objectif du Sleeptracker est de mesurer les mouvements que vous effectuez durant la nuit selon le principe de l’actimétrie (la mesure du mouvement) qui est utilisé dans les laboratoires de mesure du sommeil. En effet durant les phases de vos cycles de sommeil votre corps bouge d’une certaine manière que la montre est capable d’identifier. En détectant un mouvement, la montre identifie un moment de sommeil léger qui est le moment le plus propice pour un bon réveil : c’est un moment où vous êtes conscient.

Quels bénéfices pour moi ?

L’objectif du Sleeptracker n’est pas de vous faire dormir moins longtemps mais simplement de vous réveiller de manière optimale, vous réveiller en parfaite condition. En utilisant ce produit, vous vous garantissez la fin des réveils difficiles où l’on met 10, 15 ou 20 minutes à prendre vraiment conscience et à refaire surface. La montre est particulièrement recommandée à ceux qui voyagent beaucoup et changent de fuseau horaire mais concerne tout ceux qui veulent tout simplement un réveil plus agréable.

La montre ne permet pas de soigner les troubles du sommeil ou de réduire son temps de sommeil mais avec elle, vous vous réveillez tout simplement en ayant l’impression d’être déjà réveillé.

La montre permet d’éviter de se réveiller en mode « Envie de meurtre » ou « tête dans le pâté » (c’est selon les goûts!). J’ai des réveils généralement peu difficiles mais j’attends tout de même une amélioration de mon premier sentiment du matin.

De plus, ce que j’aime particulièrement avec ce produit, c’est qu’un logiciel est fourni et permet le transfert des données mesurées vers votre ordinateur. L’intérêt de ceci est de mieux connaître vos cycles de sommeil (activité, facteurs qui influencent…) pour optimiser la qualité de nos nuits. La qualité du sommeil est déterminante pour être en bonne santé et être productif tout au long de la journée. Le manque de sommeil est un facteur jouant sur l’obésité, l’hypertension artérielle et votre niveau de résistance aux infections.

C’est nouveau ?

Le réveil chronobiologique n’est pas tout à fait nouveau. Le Sleeptracker a été cité dans de nombreux médias : Science et Vie, Le magazine de la santé, Santé Magazine, Time, Men’s Health, Cosmopolitan… même Mac Lesggy en a parlé sur M6 🙂

La montre

J’ai reçu le modèle Sleeptracker Elite qui  est la version la plus courante du produit. Voyons tout d’abord l’emballage.

La jolie boite du slepptracker

La montre est présentée dans une petite boite noire de bonne facture.

Sleeptracker Elite

A l’intérieur se trouve la fameuse montre…

L'intérieur de la boite...

L’intérieur de la boite contient tout ce dont vous avez besoin pour mieux comprendre votre sommeil et vous réveiller au bon moment : un manuel, le logiciel, la montre et le câble USB pour transférer les données recueillies pendant le sommeil. Le contenu de la boite

Voici la montre. Le design est sobre et les couleurs apaisantes. La montre est entièrement composée de plastique mais celui-ci donne une bonne impression de solidité. Le boitier est compact mais reste plus gros qu’une simple montre tout en étant très léger : 50 gr.

Elle possède 4 boutons de part est d’autre qui donne l’accès à l’ensemble des fonctions nécessaires.

La montre Sleeptracker Elite

Le bouton en haut à gauche permet principalement d’activer le rétro-éclairage, celui juste en dessous en bas à gauche sert à effectuer les réglages. Le bouton en haut à droite change l’écran du menu (Alarme, réglage de la fenêtre de réveil, réglage de l’heure de coucher) et celui dessous permet de définir les données dans les différents écrans.

Autrement dit, j’appuie une fois sur Mode, j’accède à l’écran de réglage de l’alarme. Je reste appuyé sur Set 3 secondes et je règle mon heure de réveil avec le bouton Glow et Down.

J’ai trouvé le menu simple et instinctif. Quelques subtilités sont expliquées dans le manuel qui est très bien fait. Dans l’ensemble la prise en main est rapide et très simple.

Les boutons sur le côté gauche

Les boutons sur le côté gauche sont larges et très accessibles. On peut imaginer que la montre peut être manipulée même avec de gros doigts. Le contact est agréable. Les boutons ne sont pas trop sensibles et ne seront pas appuyés par inadvertance. La montre est réactive dans la navigation et elle émets un bip entre chaque écran du menu.

L'autre côté

De l’autre côté on retrouve les 2 autres boutons. Vous pouvez voir que la montre est assez peu épaisse. Les 3 petits ronds sur le fond du boitier servent à connecter la montre via USB (oui, il n’y a pas de gros connecteur USB) et je dois dire que c’est une bonne surprise d’avoir aussi directement intégré ces connecteurs. Pour transférer les données il faudra donc retirer sa montre de son poignet ce qui est aussi un mesure de sécurité salutaire.

Le dos du sleeptracker elite

Le dos du Sleeptracker Elite indique que la montre est étanche jusqu’à 10 mètres. On y aperçoit les 3 connecteurs pour le transfert de données vers le PC.

Le rétroéclairage

Le rétro-éclairage est efficace mais attention à son impact sur l’autonomie (annoncée de 12 mois en utilisation normale). Un simple appui éclaire la montre pendant quelques secondes. Lorsqu’il est activé, la montre ne bip plus pendant la navigation dans le menu : parfait pour régler la montre sans réveiller son conjoint!Réglage de l'alarme Réglage de l’alarme avec le choix du réveil par vibration, sonnerie ou les 2 combinés.

Réglage de la fenêtre de réveil

Réglage de la fenêtre de réveil. Ceci est un point important dans l’utilisation de la montre. Le fait de vous réveiller au meilleur moment implique que l’on ne sait pas exactement et à priori quand se situe ce moment. Par exemple, si vous mettez le réveil à 7h mais que vous n’avez qu’un moment de sommeil léger à 6h48, la montre vous réveillera à 6h48 (si vous avez réglé la fenêtre sur 20 minutes).  Elle est programmée pour identifier le meilleur moment pour vous réveiller avant l’heure de l’alarme et pendant la durée de la fenêtre.

La montre sait identifier si jamais votre heure optimale de réveil est en dehors de la fenêtre possible et dans ce cas, elle vous réveille à l’heure que vous avez demandé. Vous avez la garantie de ne jamais être en retard puisqu’au pire, elle vous réveille à votre heure habituelle.

Quoi qu’il en soit, je vous recommande de tester la montre un week-end pour commencer et voir comment vous réagissez au fonctionnement. La montre offre la possibilité de régler le réveil par tranche de 10 minutes autour de l’heure de l’alarme en partant de 0 et jusqu’à 90 minutes.

Réglage de l'heure de coucher

Pour mesurer efficacement votre activité  et vos différentes phases de sommeil, il sera nécessaire d’annoncer à la montre que vous allez vous coucher. Elle commencera ainsi à mesurer votre activité. Un menu permet donc de préciser votre heure habituelle de coucher, idéalement 30 minutes avant que vous ne vous endormiez. Si jamais vous passiez plus de 30 minutes, un bouton permet  de déclencher la montre dans 30 minutes. Autrement dit, si vous ne programmez pas la montre avec votre heure de coucher, vous pouvez simplement déclencher la fonction en allant vous coucher. Étant donné que je me couche à des horaires assez variable, c’est le mode de fonctionnement que j’utilise.

Le fait de prévenir ou non la montre de votre heure de coucher n’influence pas sa capacité à vous réveiller au meilleur moment. Ainsi, elle pourra toujours vous réveiller au moment qui convient même si vous ne lui avez pas précisé votre heure de coucher. Cette fonction sert uniquement à récolter les données de votre sommeil.

Gestion des données enregistréesGestion des données enregistrées. Il est possible d’effacer les données enregistrées depuis la montre.

Le logiciel de gestion des données

Le logiciel de gestion des données liste l’ensemble des nuits enregistrées et permet de visualiser vos cycles de sommeil (Disponible sous Windows et Linux. Une procédure permet de récupérer les données sous MAC via l’utilisation, ouverte à tous, d’un site web d’analyse). L’outil est entièrement en Français et se compose d’une seule fenêtre. Il ne gère les données que d’une personne à la fois (il faudra l’installer plusieurs fois dans des répertoires différents si vous souhaitez l’utiliser à plusieurs). Pour les plus technophiles, les données sont stockées dans une base Access et pourront éventuellement être conservées.

Il permet aussi de saisir manuellement les données.

Il affiche un graphique montrant tous les évènements survenus pendant votre sommeil. La colonne de droite contient tous les facteurs qui ont potentiellement influencés la qualité de votre sommeil et le logiciel permet d’enregistrer ce que vous avez fait pour voir l’influence éventuelle sur votre sommeil. Vous pouvez également préciser votre humeur au réveil ainsi qu’un commentaire décrivant votre nuit.

Vous allez pouvoir connaître la durée de votre sommeil profond et ainsi voir quelle est la qualité de votre sommeil. Il permet aussi de consulter vos meilleures nuits de sommeil et vos pires nuits de sommeil.

Expérience d’utilisation

Le menu de la montre est en anglais. Ce n’est pas du tout gênant car il y a très peu de textes. Les moins anglophones d’entre nous seront peut-être perturbés par le nom des jours mais pour le reste, n’importe qui peut l’utiliser ainsi. Les éléments du menu sont compréhensibles (Alarm, Window, To bed) et simples. Ils sont expliqués dans la notice en cas de doutes.

La montre se porte facilement même pour moi qui ne possède plus de montre depuis presque 10 ans (et pourtant je suis très ponctuel!). Le contact avec la peau n’est pas nécessaire pour que la mesure soit effectuée, vous n’aurez pas à stresser par rapport à ce point ou à craindre le contact en cas d’allergies. La montre est de bonne facture et donne l’impression d’être solide. Étant donné que je n’aime pas avoir une montre à mon poignet en permanence, je ne la porterai que durant la nuit. Afin d’éviter de réveiller ma compagne, j’utilise le mode vibreur. Il est possible d’activer la sonnerie seule ou de l’ajouter au mode vibreur (vibreur+sonnerie).

Pour analyser les données de mon sommeil, je vais devoir transférer chaque jour les données de la nuit précédente La montre ne possède une mémoire ne retenant que la nuit précédente. Ce n’est pas un gros problème pour moi car je vois plus l’analyse de mes nuits comme des périodes (7 à 15 jours) et non comme une tâche de fond à faire en permanence. Ainsi durant les phases où je souhaite vraiment analyser mon sommeil, je récolterai les données chaque jour et le reste du temps, je ne les récolterai pas.

La récolte des données de sommeil est indépendante de la fonction réveil au « bon moment ». Autrement dit, la montre joue son rôle de réveil au bon moment en permanence et sans réglages de votre part.

Le premier jour d’utilisation s’est bien passé. La montre m’a réveillé à 6h48 pour un réveil positionné à mon heure habituelle 7h. Je me sentais  bien au réveil mais je m’étais couché plus tard que d’habitude et j’étais donc logiquement un peu fatigué. La montre ne m’a pas gênée pour dormir. J’ai transféré les données dans le logiciel assez simplement -ne pas oublier de mettre la montre sur Data pour que le transfert fonctionne.

facteurs-qui-influencent-le-sommeil

Chaque transfert de données est complété par les facteurs pouvant influencer votre sommeil. L’outil vous permet de préciser votre humeur au réveil ainsi que toutes les activités ou conditions qui peuvent influencer la qualité de votre sommeil. Il sera donc possible de préciser si vous avez eu une soirée chargée à la suite d’un gros repas en famille et d’en voir les effets sur votre nuit.

En complément à cette saisie, un écran permet de commenter la nuit de sommeil.

commentaire-sommeil

Le réveil avec la fonction vibreur est assez agréable et beaucoup moins violent que la traditionnelle sonnerie stridente ou même que de simplement mettre la radio. Je n’ai pas eu le sentiment de me réveiller en stress. Lorsque le vibreur entre en action, il est possible soit de l’arrêter, soit de le reporter au moment du réveil normal selon le bouton sur lequel j’appuie.

sleeptracker-jour1

J’ai pu ainsi constater mes différents moments de réveil, 15 au total : je n’ai pas très bien dormi cette nuit là. Attention cependant, le nombre de réveils (REM) n’est lié à la qualité du sommeil.

sleeptrackernet

J’en ai également profité pour tester le site web. L’utilisation est vraiment simple et très proche de ce que propose le logiciel. Par contre, il faut saisir les données de sommeil (les heures de réveil enregistrées) mais ceci se fait en quelques secondes, le site ajoute les « : » et les virgules entre les heures et je n’ai eu qu’à saisir les chiffres « 00 15 00 45 … ». A noter, le site permet un export des données au format CSV ce qui permettra là encore de conserver/exploiter les données.

Le second jour la montre m’a réveillé à 6h41 pour un réveil positionné à 7h. Le réveil a été assez facile même si je ne me suis pas immédiatement levé. J’ai encore l’impression que la montre me réveille avant l’heure du réveil et que donc je dois profiter des quelques minutes restantes 🙂

J’ai eu 13 REM (réveils durant la nuit) alors que j’ai l’impression d’avoir mieux dormi que la nuit précédente. Je n’aurais jamais imaginé avoir autant de phases de sommeil si légère durant une seule nuit !

Le troisième jour, j’ai positionné le réveil à 7h10 en espérant être réveillé plus prêt de mon heure habituelle de réveil. J’ai remarqué que le jour précédent j’avais tendance à rester couché à cause du fait qu’il me « restait » 10 minutes à dormir. Le résultat est plutôt bon, j’ai été réveillé à 6h54 ce qui est parfait. Cette nuit-là, j’ai eu 15 REM et une nuit très reposante.

Je me suis levé avec une humeur moyenne mais j’étais tout de suite dans un état de conscience élevé. Je note l’effet positif de ce réveil. J’apprécie le réveil par vibreur pour sa douceur.

Le 4 ème jour, le réveil a produit exactement les effets que j’attendais. J’ai été réveillé à 6h50 pour un réveil réglé à 7h10. Mon réveil était bon et ma nuit reposante.

Les 5 et 6 ème jour je me suis tantôt réveillé comme un charme puis de manière assez moyenne.

sleeptracker-test-et-avis

Que faire de ces chiffres ?

Tout d’abord, le Data A représente la durée moyenne entre les moments de presque-éveil. Généralement, il sera court si vous êtes stressé (moins de 20 minutes). Le logiciel mériterait d’être amélioré pour fournir quelques informations comme le temps de sommeil ou encore le temps de sommeil léger mais il est intéressant de pouvoir renseigner les facteurs qui peuvent influencer notre sommeil ainsi que de pouvoir commenter la nuit. Ce que j’ai appris concernant mon propre sommeil, c’est déjà à faire un lien plus précis entre temps de sommeil et niveau d’énergie. Je n’avais qu’assez approximativement fait un lien entre ces 2 choses en essayant de trouver le nombre d’heures qui m’apporte le meilleur niveau d’énergie. Avec le logiciel, je peux tracer tout ceci. L’outil me permet de connaitre un peu mieux mon profil de dormeur. Cette information pourra me servir de référence plus tard.

Malgré le niveau des informations, il ne faut pas oublier que la montre n’analyse que les mouvements et n’identifie les moments de sommeil léger. A ce prix là, c’est déjà un petit exploit mais qui n’est bien sûr pas équivalent à ce que mesure un laboratoire du sommeil !

Si vous êtes à le recherche de réponses sur votre propre sommeil, c’est un bon outil d’auto-analyse.

Ma conclusion

L’expérience est pour moi concluante. Je suis convaincu de l’utilité et des effets positifs d’un dispositif de cette nature et le Sleeptracker est la solution qui propose le meilleur rapport qualité/prix. Côté concurrence, il n’y a pas de comparaisons possibles. Le simulateur d’aube ne prend pas du tout en compte les cycles de sommeil et peut être vu comme un produit complémentaire qui vous amène vers un sommeil léger grâce à l’utilisation de la lumière.

L’autre solution possible, le Axbo ne possède pas de mode vibreur ce qui est pour moi un gros désavantage car le réveil s’effectue par une sonnerie et donc sera entendue par l’autre personne. L’autre point important, c’est le fait que la société ne soit pas présente en France, contrairement au Sleeptracker.

Mes réveils sont plus doux et j’apprécie particulièrement le fait de prendre conscience de mes moments de sommeil léger lorsque la montre me réveille. Parmi les détails bien pensé, il est appréciable que lorsqu’on active le rétro-éclairage, la montre ne bip plus lorsqu’on appuie sur les boutons. Durant ma semaine de test, je n’ai eu aucun réveil en stress / panique ce qui est pour moi le principal bénéfice que j’en retire. N’ayant pas de problèmes de sommeil, le fait de me réveiller de manière sereine est génial.

Je recommande de ne pas fixer une fenêtre de réveil trop importante car cela incite à rester coucher. 20 minutes me semble être un maximum.

N’oubliez cependant pas que la montre ne fait pas des miracles notamment si vous avez de réels troubles du sommeil. Il faut vraiment la voir comme un outil qui permet de mieux se réveiller et dans ce domaine elle remplie très bien sa fonction pour un prix abordable.

Le Sleeptracker possède un service après-vente en France dont la qualité est reconnue dans les forums (faites vos recherches). Si vous avez des questions, une personne du forum vous répondra très rapidement. Je n’hésite donc pas à vous recommander chaudement cette montre « magique » pour améliorer votre réveil !

Les bons points :

  • Le réveil par vibreur est discret et agréable
  • La sensation de réveil « du bon pied » est géniale !
  • La collecte des données de sommeil et le logiciel associé
  • Très simple d’utilisation
  • Enregistre jusqu’à 12 heures de sommeil

Les mauvais points :

  • La montre ne retient qu’une seule nuit de données
  • Détail des données mesurées dans le logiciel d’analyse

Le Sleeptracker est distribué en France par l’intermédiaire du site français : Acheter le Sleeptracker

 

Vous aimerez peut-être le FitBit : FitBit Ultra – Coach électronique pour l’activité et le sommeil

Commentaires 33

  1. Gaga

    Merci pour ce test, très détaillé et intéressant.

    J’ai pu voir que la société n’offre pas de garantie « Satisfait ou remboursé » (autre que la durée légale de 7 jours).

    Gaga

    1. Post
      Author
      Michael

      Je suis fan de cette montre depuis que je l’utilise car elle apporte vraiment quelque chose, elle valait bien un test complet !

      Oui c’est dommage que la période d’essai ne soit pas plus longue. Il aurait peut-être été plus persuasif de pouvoir essayer la montre pendant 15 jours.

      Après avoir testé la montre, j’ai vraiment envie d’en savoir plus sur mon sommeil !

  2. Post
    Author
  3. Argancel

    Merci pour cette revue détaillée de SleepTracker. Je serais vraiment tenté d’analyser mon sommeil grâce à cette petite montre.
    Récemment j’ai acheté un simulateur d’Aube. C’est plus naturel je pense que les vibrations qui réveillent

  4. Post
    Author
    Michael

    Oui apparemment c’est complémentaire car cela prépare ton corps au réveil mais ça ne permet pas de te réveiller au bon moment.

  5. Olivier

    Merci pour l’analyse.

    Commandé hier, dans les tuyaux de notre livreur historique.

    J’attends beaucoup de cette montre.

    A bientôt.

  6. Gag

    Et si cette montre était un placebo ?

    De ce que je comprends : la montre réveille dans une fourchette de temps au « meilleur moment ».

    Quand je me réveille chaque matin, j’ai des fois la tête dans le pâté, des fois tout va bien.
    Dans l’article, vous dites que la montre vous fait presque le même effet.

    Je joue dans maintenant les sceptiques : est-ce que le fait de posséder une montre permettant de mesurer son sommeil, est-ce que le fait de vouloir se sentir mieux au réveil, est-ce que le fait de s’occuper de soi, ne déclenche tout simplement pas un changement de vision du levé chaque matin ?

    Bref, et si cette montre était un placebo ?

    En plus, à 150 euros le placebo, mon cerveau a intérêt à bien se réveiller le matin !

    Sceptique, isn’t it ?

    Ga

  7. Post
    Author
    Michael

    Les gens qui me connaissent savent que je ne crois en rien qui ne soit prouvé scientifiquement (astrologie, graphologie, horoscope…) et j’ai d’abord fait mes recherches avant même de tester le produit.

    Il n’y a pas de magie ou de principes foireux mais simplement la détection d’un mouvement : ni plus, ni moins.

    Sur les effets, j’ai constaté une amélioration dans la qualité de mes réveils sur la période d’utilisation (au début de cette période, j’étais très fatigué ce qui est explique les effets nuancés). J’ai même procédé au test sans la montre et mon réveil était beaucoup moins agréable.
    Pour moi, cela fonctionne : la montre me réveille à un moment où il est facile pour moi de me lever.

    Maintenant, tu as certainement raison sur l’effet placebo qui est très puissant chez l’homme. Seul le temps pourra vraiment dire si l’effet est présent et je ne suis pas en mesure de le tester à proprement parlé (avec une autre personne à qui j’aurais donné une montre qui la réveille n’importe quand en lui disant qu’elle marche comme la mienne).

    Voilà ce que je peux en dire 🙂

  8. Gag

    Merci Michael pour cette réponse.

    Et puis, même si c’est un placebo, du moment que ça marche…

    Ga

  9. Post
    Author
    Michael

    Oui, cela me rappelle l’homéopathie dont les effets scientifiques n’ont jamais été prouvé mais qui fonctionne parfois un peu mieux qu’un placebo et qui donc malgré tout aide les gens à aller mieux.
    A ce sujet, si vous ne vous êtes jamais posé la question, vous pensez certainement que l’homéopathie est une science mais je vous assure qu’il n’en est rien.
    Les petits cachets sont du sucre avec un principe actif tellement dilué qu’il est impossible d’en retrouver une quelconque trace.

  10. Post
    Author
  11. Marc

    Question :
    Je ne porte plus de montre depuis au moins 15 ans (pourtant je suis également ponctuel 🙂 )
    Savez-vous s’il existe d’autres équipements type radio-réveil/simulateur d’aube, etc… permettant un réveil en fonction des cycles de sommeil ? Merci

  12. Post
    Author
    1. Laurie

      J’hésite fortement entre le Axbo et le Sleeptracker. Je préfère les fonctionnalités du Axbo MAIS celui-ci offre une fenêtre de seulement 30 minutes. Pourtant les cycles de sommeil durent de 90 à 110 minutes. Comment une fenêtre de 30 minutes peut-elle être efficace ? Merci

  13. H

    Bonsoir, très intéressant votre blog !!!
    Juste un petit commentaire au sujet de cette montre miracle. Je travaille dans la recherche sur les nouveaux médicaments et plus particulièrement dans les études cliniques (premiers essais sur l’homme). Je suis de plus en plus impliqué dans des études de types « sommeil » où l’on analyse en profondeur les effets d’un traitement sur les différentes phase du sommeil, la capacité à s’endormir vite, à se réveiller moins au cours de la nuit, à favoriser tel ou tel phase du cycle, à induire ou minimiser les capacités cognitives (mémoire) au réveil, etc.
    Je ne suis pas un spécialiste pour autant mais nous utilisons souvent ce type de montre pour nos études (actiwatch dans le jargon) et ce qui me parait étrange dans l’application qui est mentionnés dans cet article, c’est la capacité à discriminer les différentes phase du sommeil par la simple analyse des mouvements ! Dans les études PSG (polysomnographie) dont le but est justement de décrypter les différentes phases du comportement cérébral pendant la nuit, la seule façon de mesurer avec fiabilité et de discerner le passage d’une phase à l’autre est d’utiliser une combinaison de mesures extrémement complexes et délicates : éléctroencéphalogrammes associés à un éléctrocardiogramme, des capteurs mesurant les mouvements occulaires (permettant de détécter les périodes de REM – Rapid Eye Movement – qui ne sont pas nécessairement synonymes de réveils contrairement à ce qui est sous-entendu ci-dessus…), capteurs de respiration et de mouvements des membres (bras et jambes). Ce n’est qu’en faisant une corrélation de tous ces paramètres mesurés en continu pendant la nuit et revus/analysés manuellement par des spécialistes qu’il est possible de déterminer avec fiabilité combien de temps a duré chaque phase et quand a eu lieu de le passage d’une phase à l’autre. L’actigraphie (ce que fait cette montre) consistant à ne mesurer que la fréquence et l’amplitude des mouvements d’un bras ne nous sert au mieux qu’à vérifier au cours des nuits qui précedent que le sujets a bien respecté les consignes de régularité des heures de couchers/sommeil/réveils nécessaires à la validité des mesures de l’étude. Je suis donc très surpris qu’une simple mesure d’actigraphie permette sérieusement une telle analyse et discrimination des phase du sommeil… Si c’était si simples, croyez-moi, les firmes pharmaceutiques pour lesquelles je travaille seraient les premières à utiliser cette méthode incommensurablement moins onéreuse qu’une nuit d’enregistrement PSG. Je vais donc me renseigner plus en détail. Peut-être qu’une telle discrimination des phases est possible par simple actigraphie mais n’offre pas le niveau de précision nécessaire au niveau pharmacologique dans le cadre des études cliniques… Je vous tiens au courant, mais à priori, l’effet placebo me semble une explication plus que probable pour justifier cette efficacité apparente. Ceci dit, sur le principe, je suis à 100% pour le concept : l’idée de pouvoir n’être réveillé qu’à l’heure adéquate en fonction de son cycle de sommeil est géniale ! Pour peu qu’on identifie un moyen fiable de faire ces mesures simplement…

    1. Post
      Author
      Michael

      Bonjour,

      Merci pour ces précisions. J’ai (normalement) bien précisé que la montre ne mesure pas les cycles de sommeil mais, comme vous l’indiquez, simplement les mouvements. D’après ce que j’avais vu, les périodes de REM correspondent à des moments de sommeil « léger » ou de presque réveil où des mouvements de la personne sont enregistrées. D’après vous, cette affirmation est fausse ? D’ailleurs, quelle est la meilleure interprétation de ces mouvements : leur nombre a-t-il une relation avec la qualité du sommeil ? J’ai lu tout et son contraire à ce sujet.
      D’après vous quel serait la meilleur utilisation possible de cette montre ?

  14. Chat

    Je ne sais pas ce que vaut ce machin, mais la soi-disant étude scientifique clamée à tout va est absolument ridicule : 4 pages pour dire que le sleeptruc détecte 91 % des mouvements. Ce n’est pas une étude scientifique, c’est un argument commercial sans doute dûement monayé par la firme (les centres de recherches ne font pas ce genre d’études inutiles gratuitement), pour s’acheter une respectabilité scientifique. Je m’intéresse grandement à l’objet étant hypersomniaque, mais là, ça ressemble fort à un gadget hype … qui sent l’eau de boudin… affaire à suivre.

  15. Pingback: Objectifs 2010 | Devenir riche à votre manière

    1. Post
      Author
    1. Post
      Author
  16. Jean-Philippe

    Bonjour Michaël !

    C’est Fred d’alteriche.com qui m’a donné la référence de ton article très intéressant. Je voudrais savoir si tu serais d’accord pour que je puisse inclure dans mon ebook (sur le sommeil/réveil) un lien vers ce billet au sujet de Sleeptracker ? Surtout que tu l’utilises toujours.

    Merci. 😉

  17. Post
    Author
  18. ElNix

    Bonjour,

    Vu que tu as proposé cet article dans les commentaires, je me permet de reposer la question de Thanor 18 mois après.

    Te sers tu toujours de cette montre ?

    1. Post
      Author
      1. ElNix

        Doit-on en déduire que c’est « amusant mais pas nécessaire ? » ou quand même un minimum utile à certaines périodes par exemple ?

        1. Post
          Author
  19. Pingback: Blog buzz | design | geek d'un consultant SEO

  20. Mel

    Bonjour,
    De nouveau, j’ose vous reposer la même question (ou presque):
    Après qq années (4-5ans), utilisez-vous toujours le sleeptracker ?
    En l’achetant seulement maintenant (en 2014), a-t-on toujours accès au site internet ?
    Merci

  21. Masson

    bonjour
    je n’ai plus le lien ou je pouvais consulter mes données rentrées via la montre.

    Quelqu’un pourrait me le faire suivre ?

    Merci

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.