Revue de presse – Zimbabwé, Paul Graham et Patrick artus

Michael Ferrari Revue de presse Laissez un commentaire

1. de l’or pour payer le pain

Voilà la situation désastreuse du Zimbabwé. J’en avais parlé la semaine dernière. La vidéo est édifiante. Ceux qui ont la santé travaillent sans cesse pour trouver de l’or afin de payer la nourriture : les commerçants n’acceptent plus la devise locale. On y voit un enfant avec un billet de 50 000 dollars zimbabwéen (soit moins d’un dollar américain) qui sert simplement à garder les petites pépites d’or. Les autres meurent de faim.

Voir la vidéo

2. L’immobilier doit baisser de 37% en France selon Natixis

Patrick Artus annonce que les prix de l’immobilier doivent baisser de 37% par rapport à 2008 pour retrouver un niveau logique. Si on y ajoute la baisse de 10% constatée sur 2008 cela fait une belle dégringolade.

Ceci implique, par rapport au niveau atteint à la fin de 2008,
une baisse des prix de l’immobilier résidentiel de :
44 % au Royaume-Uni        21 % au Pays-Bas
37 % en France                     0 % en Irlande
41 % en Espagne                   33 % en Suède
38 % en Italie                         27 % en Australie

Si les chiffres ne veulent rien dire, le type d’information est lui très important : les grands groupes ne croient plus à un maintien des prix et veulent précipiter la baisse.

3. Qu’ont en commun la politique et la religion

Voici le texte de Paul Graham (anglais), magnifiquement écrit à ce sujet. Il démontre qu’une discussion, pour être vraiment intéressante, ne doit pas remettre en cause l’identité de ses participants. Ce n’est souvent pas le cas de la politique et de la religion.

Plus vous vous étiquetez (scientifique, agnostique…) , moins vous serez ouvert à la discussion.

6. L’étiquetage

L’étiquetage consiste en affirmer au préalable que l’interlocuteur possède une qualité (responsabilité, intelligence, soin, etc.) liée à la requête qu’on lui fera ensuite. Joule et Beauvois racontent cette expérience de Strenta et Dejonc : « Sur la base d’un prétendu test de personnalité qu’elles venaient juste de passer, on disait à certaines personnes que leurs réponses étaient celles de vraiment gentil et bienveillant (étiquetage prosocial)  on disait à d’autres qu’elles avaient fait preuve d’une grande intelligence (étiquetage positif mais non pertinent). Rien n’était dit aux personnes composant le groupe contrôle. Quelques minutes plus tard, quelqu’un laissait choir un paquet de cartes. Allaient-elles ou non intervenir ? Seules les personnes ayant fait l’objet d’un étiquetage prosocial furent plus nombreuses que celles du groupe contrôle à se montrer serviables. »

Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Presses Universitaires de Grenoble, 2002

4. World Press photo

Sélection des plus belles photos 2008. Au menu Guerre et subprimes…

5. Un homme politique américain dit ses 4 vérités aux patrons des banques US

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.