Power de Robert Greene : loi N°13 Misez sur l’intérêt personnel

Michael Ferrari Divers 8 Commentaires

Lazy Sunday / Domingo de gandulería
photo credit: Marianne Perdomo

Pendant le concours qui permettra à 5 personnes de gagner un exemplaire du livre Power – les 48 lois du pouvoir de Robert Greene, je vais un peu plus parler des lois sur lesquelles portent le concours.

Par exemple, la loi N°13 est tout à fait contre intuitive : « Misez sur l’intérêt personnel, jamais sur la pitié ou la reconnaissance »

En résumé elle dit : Si vous avez recours à un allié pour qu’il vous aide, ne prenez pas la peine de lui rappeler ce que vous avez fait pour lui. Il trouvera une manière de vous ignorer. Au lieu de ça, présentez lui quelque chose dans votre demande ou alliance dont il tirera parti. Lorsqu’il verra les gains potentiels, il répondra par l’enthousiasme.

J’ai lu le passage concernant cette loi et voici mon impression : c’est absolument énorme !

Je m’explique, cette loi est pour moi similaire à celle qu’exprime Stephen Covey dans « les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent » : le principe du gagnant-gagnant !

En effet, Robert Greene raconte qu’il vaut mieux chercher à travailler avec les gens qui ont un intérêt dans la relation plutôt qu’essayer de provoquer de la reconnaissance ou de la gratitude et pour moi le lien avec le gagnant-gagnant est évident : chacun doit trouver un intérêt dans la relation pour que celle-ci soit saine. Si l’intérêt de l’un ou de l’autre est trop faible, les sentiments entrent en jeu et peuvent déboucher plus facilement sur de la jalousie ou de la rancoeur. Comme le dit l’auteur « les liens de la bonté et de la gratitude sont des fils fragiles qui cassent à la moindre tension ».

Avez-vous déjà été dans une situation où vous avez fait quelque chose et la personne n’a montré aucune reconnaissance en retour ?

Le pragmatisme du livre est intéressant et bien-sûr totalement dénué de bons sentiments contrairement au livre de Stephen Covey (qui doit vivre chez les Bisounours). Il est intéressant pour moi de constater l’exactitude de cette loi dans mon passé.

Si vous souhaitez attirer l’attention, décrocher un contrat ou trouver un accord dans une négociation misez sur l’intérêt de la personne en face. Beaucoup de gens essaient d’attendrir l’autre en faisant appel aux bons sentiments mais comme dit un proverbe de J. Sanial-Dubay :

 » On ne refuse pas la pitié aux malheureux, pourvu qu’ils n’en demandent pas davantage. « 

Commentaires 8

  1. Presque tous ceux qui ont perdu leur emploi ont été confrontes a çà.

    Ce ne sont pas des années de bons et loyaux services qui permettent de garder un emploi… ni l’étalage de difficultés financières, familiale ou autre…

  2. Je trouve dommage de commencer à parler des lois contenues dans ce livre avant même qu’il soit sorti et que l’on ai pu nous aussi de notre côté le parcourir.

    C’est toi le chef à bord, mais je pense que ca sera bien plus motivant pour tes lecteurs de discuter autour des lois une par une, après lecture de celles-ci et non en lisant le résumé que tu en donnes 🙂

    Quelques jours de patience seront-ils possible ?

    A+ 🙂

    PS : Oui, je mise sur ton intéret personnel, si tu attends alors tu auras plus de réactions de la part de tes lecteurs ^^

  3. Post
    Author

    C’est une courte présentation comparée au contenu du livre plutôt destiné à donner un peu de matière pour le concours !

    J’espère bien que nous aurons des discussions plus motivées après.

  4. Bonjour,

    tout d’abord merci pour la qualité de tes articles, ils sont trés enrichissants et me permette de remplir mon quota de lecture saine 🙂

    j’avais juste une question par rapport a ton point de vue sur le livre de Covey (que tu estimes vivre sur le monde des Bisounours. j’aimerai avoir ton avis sur ce livre. penses tu qu’il est un peu trop édulcorée face à la dure réalité de notre vie?

    merci d’avance.

    bien cordialement,

    Gabrieel

  5. Post
    Author

    Je pense que c’est un excellent livre, l’un de ceux que tout le monde doit avoir lu, mais il parle de principes intemporels qui n’ont donc pas forcément de réalité.
    Ensuite, il donne une réalité un peu édulcorée pour les illustrer alors que Robert Greene à plutôt tendance à prendre une réalité brute et à en tirer des principes (la démarche opposée en quelque sorte).

    D’ailleurs je vous invite à poursuivre la discussion dans le forum 🙂

    http://esprit-riche.com/forum/livre-et-auteurs-de-developpement-personnel-ou-de-self-help/que-pensez-vous-de-stephen-covey/#p173

  6. Post
    Author
  7. Pingback: Ma voisine millionnaire » Billets d’été: les freelances lisent

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.