Le poison de la comparaison

Michael Ferrari Psychologie de l'argent, Réussite et succès 8 Commentaires

Comparaison

J’étais heureux. Content de moi. Mais dans le fond je n’étais pas certain d’avoir un bon résultat. J’ai alors commis une erreur : je me suis comparé.

Le poison de la comparaison

Nous le faisons tous, souvent sans le savoir. Nous nous comparons. Nous jugeons si nous avons plus ou moins que les autres. Nous évaluons si nous sommes assez… bons, beaux…

Ce n’est presque jamais une idée de regarder ce que font les autres.

De l’inspiration à la comparaison

Le problème c’est que regardez ce que font les autres. C’est souvent inspirant (si vous avez un égo équilibré) mais tourne trop souvent à la comparaison.

Votre vie était plutôt bien, avec ses hauts et ses bas. Puis vous commencez à regarder ce que font vos anciens collègues, vos amis d’enfance, le gars sur internet qui envoie 20 emails par jour.

Et d’un coup, votre vie à un vieux goût de merde.

Vous passez en revue chaque point de votre vie et vous mesurez votre retard.

Vous avez 30 ans et pas encore votre résidence principale.

A quoi bon en avoir une, vous êtes seul.

Ce qui vous rappelle que vous n’avez pas d’enfants.

En plus vous gagniez « à peine » 1900 € par mois quand votre voisin, qui est pourtant moins intelligent, gagne 3500 € par mois.

Tout s’effondre pendant un instant.

La comparaison ne fait pas avancer

Cherchez à être inspiré oui. Voir les parcours de vie, les trajectoires, peut-être.

Vous savez je suis un grand pragmatique et ce que j’ai remarqué c’est que se comparer ne fait pas avancer. Cela ne permet rien d’apprendre.

Cela ne vous apporte aucune information pratique et applicable pour vous.

Tout ce que cela va nourrir c’est vos incertitudes, vos zones de doute.

Et j’ai remarqué une chose, quand on se compare, on se ment. Nous sommes victimes d’un aveuglement.

Nous comparons la version publique et maquillée de quelqu’un à la version complète et presque banale que nous vivons.

Évidemment que vous allez vous sentir mal si vous comparez votre physique avec une photo Instagram d’un bodybuilder parce que vous ne voyez pas les 10 ans et les 3 heures quotidiennes qu’il consacre à son art. Vous passez ces 3 heures sur internet, à boire un café et à manger. Vous avez perdu d’avance. Avant même de commencer.

Mais vous ne le saviez pas.

Alors, comment être inspiré sans se comparer ?

Si l’inspiration est un outil pour se motiver, comment l’utiliser sans que cela tourne au drame silencieux de la comparaison ?

Quelques précautions quand vous regardez les autres :

  • Ne comparez pas 2 photos, sa vie et la vôtre mais étudiez sa trajectoire en vous demandant : quel est le travail qu’il a fourni pour arriver là ?
  • Partez du principe que nous ne savez pas tout : vous ne connaissez pas le contexte qui a créé la situation que vous regardez. Le temps investi, les efforts fournis, le talent, les coups de pouce du destin…
  • Considérez sa situation comme une possibilité : le but n’est pas de recopier. Dites-vous simplement : « tiens ce qu’il vit est une possibilité ». Ce n’est pas ce que vous devez être. Ce n’est pas une norme.
  • Pensez aux inconvénients de SA situation : ne le faites pas pour vous sentir mieux mais simplement pour ne pas idéaliser ce que vous voyez. Il est riche et vit sur une île paradisiaque ? Oui mais sa famille et ses amis sont à 5000 kilomètres. Il est PDG de sa boîte ? Oui mais il n’a aucun loisir et pas de famille car il manque de temps.

Et au final, n’y consacrez pas trop de temps. Soyez dans l’action, c’est le meilleur des remèdes.

Photo credit: nolievr28 via Visualhunt.com / CC BY-NC-SA

Commentaires 8

  1. Bonjour Michael,

    Excellent article ! c’est une sensation qui arrive régulièrement lorsque l’on essaye de s’améliorer. Ainsi, il est important d’en être conscient pour prendre le positif des personnes qui nous inspirent.

    A bientôt.

  2. Bonjour Mickaël,
    Bel article qui me fait remarquer que je ne me compare jamais aux autres mais que bien au contraire je m’inspire de celles et ceux qui ont réussis dans un ou des domaines que j’affectionne ( sport, réussite professionnelle, etc ….). Je le fais inconsciemment depuis pas mal d’année et quand je regarde en arrière, je me rend compte que c’est grâce à cela que j’ai réussi également dans des domaines particuliers comme le sport de compétition et l’apparence physique que j’ai actuellement 🙂
    A bientôt 😉

  3. Bonjour Mickael,

    Ton article me conforte dans mes idées.
    Avant je me disais « je n’arriverai jamais à son niveau! » ou à faire telle ou telle chose.
    Et aujourd’hui il y a une question qui me revient toujours c’est « Comment puis-je faire pour y arriver? ». C’est exactement pareil!

    Tout est possible.

  4. Salut Mickael,
    Je t’avoue que les 3 slips ne m’ont pas fait cliquer sur l’article tout de suite =).

    Mais tu as entièrement raison les personnes de mon entourage qui ne ce lancent pas, le font en partie a cause des comparaisons.
    En revanche le fait que je soit plus jeune qu’eux accentue les comparaisons, et du coup les gens finissent par passer a l’action, grâce ou a cause de moi.

    Continu comme ça
    Quentin

  5. Aha, le moi des mauvais jours se reconnait totalement dans le second paragraphe (et j’apprécie la photo anti-marketing de l’article, c’est un pari osé :-P).

    Les deux phrases qui m’ont marqué :
    « Nous comparons la version publique et maquillée de quelqu’un à la version complète et presque banale que nous vivons. » Exactement. Tout le monde a une image publique soigneusement marketée et une image privée qui est généralement moins reluisante (et plus réaliste). On s’en rend souvent compte en se rapprochant des autres : personne n’est parfait, ce n’est qu’une façade (et c’est justement ce qui rend les gens intéressants).

    « Soyez dans l’action, c’est le meilleur des remèdes. » J’avais l’habitude d’être un énorme pessimiste et je n’ai jamais totalement pu chasser ma tendance naturelle à ressasser des idées noires dès que j’ai un peu trop de temps pour réfléchir. La seule option que j’ai trouvé, c’est de réduire au maximum la place que ces moments occupent en étant plus souvent dans l’action.

    La philosophie stoïque (Sénèque, Marc-Aurele) m’a également été d’une grande aide pour ce qui est de ne pas se comparer aux autres, de se méfier des jugements que l’on peu porter, et d’essayer de rester objectif en toutes circonstances

  6. Je suis arrivé dans cet article en me demandant ce que j’allais trouvé à l’intérieur.
    J’en retiens une pépite d’or: « quel travail a fourni la personne à laquelle vous vous comparez? »
    Cette phrase est extrêmement intéressante et devrait être posé dans toutes les bonnes interviews que nous pouvons rencontrer.

    Merci Mickaël.

  7. Considérez sa situation comme une possibilité ! Génial !

    Bonjour Michael,

    Article très pertinent ! J’ai moi-même cette tendance par moment. Il nous arrive à tous de temps en temps d’être content d’un résultat, d’un accomplissement. Puis de voir la réussite d’un collègue ou d’un mentor et d’avoir un moment de doute face à tout ce qu’il reste à accomplir et face à tout ce que l’on aurait pu faire de mieux.

    Mais voilà, il faut faire la paix avec soi-même : nous ne sommes pas parfait, nous faisons des erreurs. Et c’est tant mieux ! Peu à peu nous avançons vers nos objectifs, un petit pas après l’autre.

    Je pense que tu devrais approfondir sur un point. Quand tu dis « Considérez sa situation comme une possibilité ». Tu le présentes en accentuant le « Ce n’est pas une norme ». Et effectivement, pour éviter la mauvaise comparaison, il ne faut pas prendre tel ou tel résultat pour une norme à atteindre et à laquelle se comparerer.

    Par contre, tu n’abordes pas l’aspect positif. Sa situation est une possibilité, donc c’est POSSIBLE ! Pour moi, c’est une formidable source d’énergie de voir la réussite de quelqu’un. Cela me fait dire « Oui c’est possible ! S’il y ait arrivé, je peux aussi arriver à un résultat aussi incroyable ! » Et en me disant cela, cela me pousse à me surpasser.

    C’est quelque chose sur lequel nous devrions plus souvent forcer le trait : en regardant la réussite des autres, cela démontre qu’il est possible de réussir.

    Qu’en penses tu ? 🙂

    Je te souhaite dans tous les cas une excellente journée !

    Steve Anthony
    Entrepreneur Libre
    Directeur marketing pour Sébastien le Marketeur Français

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.