Mensonges et statistiques

Michael Ferrari Finances personnelles 24 Commentaires

Statistics about statistics about...

Image par HikingArtist.com

« Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les gros mensonges et les statistiques. » Mark Twain

« Les statistiques, c’est comme le bikini: ça donne des idées mais ça cache l’essentiel! » Coluche

Si vous pensez que les mots sont utiles pour mentir, vous vous foutez le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. Rien ne vaut les chiffres. Chaque jour, on se fait blouser, abuser, arnaquer et manipuler par les chiffres. La raison est simple : c’est tellement plus facile de mentir avec un calcul orienté qu’avec une argumentation construite. Parfois maladroit et souvent malintentionné, voici les arnaques les plus courantes et comment les débusquer.

Que cela soit dans la presse, de la part du gouvernement ou lors d’une conférence professionnelle, les situations sont fréquentes et elles ont toutes un point commun : celui qui émet le chiffre veut faire passer un message.

Les arnaques les plus courantes

Le salaire moyen dans l’entreprise X est de 50 000 €

Vous avez peut être en tête l’annonce du salaire moyen chez Goldman Sachs qui disait « la banque prévoit de verser un salaire moyen de 770.000 dollars à ses 30.000 employés ». Qu’est-ce que ça veut vraiment dire ? Si je suis embauché demain chez GS, j’aurai moi aussi 770 000 dollars ? Non évidemment, c’est une technique journalistique pour dire « ou lala chez GS on palpe du dollar alors que c’est la crise ». Nul doute que la femme de ménage chez GS touche un salaire de… femme de ménage.

C’est donc l’utilisation d’une moyenne qui exprime cela alors qu’un calcul du salaire médian aurait été plus parlant et qu’une communication sur les quantiles aurait été honnête.

Dans le livre How to Lie with Statistics , voici un exemple plus parlant de cette arnaque :

  • 1 personne gagne 25 000 €
  • 1 personne gagne 7 600 €
  • 2 personnes gagnent 5 500 €
  • 1 personne gagne 3 458 € (la moyenne)
  • 3 personnes gagnent 3 500 €
  • 4 personnes gagnent 2 500 €
  • 1 personne gagne 2 100€ (la médiane)
  • 12 personnes gagnent 1 400 € (le mode)

Vous pouvez ainsi communiquer que le salaire moyen est de 3 458 € alors que la médiane se situe à 2 100 € et que le mode (la valeur dominante) est lui à 1 400 €.

Nos bénéfices vont aux salariés

Une seule entreprise peut communiquer selon ce qu’elle veut bien dire. Souhaite-t-elle montrer qu’elle est très sociale ou qu’elle est très rentable ? Tout dépend du public !

Vous avez terminé une bonne année et vous souhaitez distribuer les bénéfices entre les 3 propriétaires. Avec 90 salariés et leurs 99 000 € de salaires, vous avez une moyenne de 1 100 € par salarié. Les 3 propriétaires ont reçu 5 500 € chacun et il reste 21 000 € de bénéfices à distribuer. Comment faire ?

Cas 1 :

Salaire moyen des salariés : 1 100 €

Salaire moyen et bénéfices des propriétaires : 12 500 € (5500 + 7000)

Cas 2 :

Retirons 15 000 € des bénéfices réalisés et distribuons-les sous forme de prime aux propriétaires. Prenons soin alors d’inclure les salaires des propriétaires avec ceux des salariés.

Salaire moyen des salariés : 1 403 €

Bénéfices des propriétaires : 2 000 €

C’est mieux non ? Voilà une entreprise sociale 🙂

Les prix de l’immobilier dans la ville de Y ont progressé de 25 %

Une annonce de la sorte pose plusieurs questions : 25 % par rapport à quoi ? A quand ? Quel est l’échantillon ?

Il est très facile d’observer un saut de 25 % pour peu qu’un manoir à 5 millions d’euros se soit vendu dans la ville en question.

Les chiffres sont-ils corrigés de la saisonnalité ?

La progression se base-t-elle sur un chiffre précédemment calculé de la même manière ? Il est facile de fixer un point bas avec un calcul orienté en janvier et d’annoncer triomphalement une progression avec un autre calcul en juin.

Je me suis fait 10 000 € ce mois-ci

Le classique du commercial freelance. Il a fait un mois exceptionnel qu’il essaie de faire passer pour un mois comme les autres. De plus, il oublie de vous parler des 80 heures qu’il a fait pour obtenir cela ou des 4 000 € de frais qu’il doit déduire et des 2 500 € de cotisations sociales qu’il doit payer. Au final, il lui reste quand même 3 500 €. C’est bien mais ce n’est pas la même chose 😉

Là encore, il ne faut pas se laisser impressionner par des annonces de chiffres bruts si l’on a pas l’ensemble des éléments et le véritable contexte.

Le produit approuvé par 90 % des utilisateurs

A moins de vendre une merde immonde (pléonasme?), le produit sera approuvé de facto par l’immense majorité des utilisateurs, ceci si l’on considère que l’enquête est basée sur le nombre de réclamations. Que vaut l’enquête si elle est basée sur un sondage des clients ? Achèteriez-vous Apple, Renault ou Nike si vous n’étiez pas un peu convaincu de la qualité du produit ? Et si vous vous êtes planté, allez-vous le crier au premier venu ? Et si vous le faites, va-t-on prendre en compte votre avis ?

Bref facile. D’ailleurs, 99 % des lecteurs de cet article sont absolument d’accord avec ce que je viens de dire.

Les lecteurs de Y sont plus intelligents que la moyenne

Comment savoir si les lecteurs d’un site sont plus intelligents que les autres ? Simple, demandez-leur ! Prenez une revue un journal qui s’adresse logiquement aux cadres supérieurs qui réalise un sondage auprès de ses lecteurs, que sera le résultat ? (si cet exemple semble grossier, la réalité ne l’est pas moins!)

Les 7 outils classiques pour manipuler les chiffres

Omettre les données qui nous gène du calcul : le plus commode. Je veux montrer que j’ai atteint l’objectif de chiffre d’affaires que l’on m’a fixé. Je montre le chiffre d’affaires total et j’omets les dépenses supplémentaires à la normale qui ont été nécessaire pour l’atteindre. Celui qui ne vérifie que la formule de calcul n’y verra que du feu.

Choisir la formule qui nous avantage : moyenne, médiane, mode : le choix ne manque pas.

Changer de formule lorsque le vent tourne : une combinaison des points précédents. Le marché baisse ? Modifions la formule pour lisser les variations à la baisse (ne vous inquiétez pas, nous changerons la formule lorsque le marché repart à la hausse pour en amplifier le mouvement).

Changer de données lorsque le vent tourne : Si modifier la formule ne suffit pas, nous modifierons aussi l’échantillon. Nous trouverons un critère, peu importe lequel, pour exclure les données qui ne nous avantagent pas. Par exemple pour un calcul d’un indice à la consommation, je peux décider de sortir le coût du logement parce que je décide que le logement ne se consomme pas, ce que l’on appelle aussi « chercher la clé au pied du réverbère ».

Faites un sondage : c’est la rolls de la manipulation. Vous maitrisez la formule et les données. Le top ! Qu’est-ce a commandé le client déjà ?

Saisonnalité : les chiffres des ventes en matière d’immobilier ou ceux du tourisme sont soumis à ce que l’on appelle de la saisonnalité. Ainsi, des schémas récurrents se reproduisent chaque année et au lieu d’avoir un nombre régulier de vente chaque mois, nous avons plus de ventes au printemps et moins en hiver. Évident une fois que c’est dit, cela reste un formidable outil pour annoncer tantôt le chiffre brut et tantôt un chiffre corrigé de la saisonnalité.

Échelles : jouer avec les échelles des graphiques, c’est magique. Vous voulez montrer que les salaires dans la fonction publique sont maitrisés et que les dépenses sont stables ?

Prenez une échelle qui part de 0 et les dépenses mensuelles (en millions d’euros) sur 2 ans et vous aurez une petite courbe qui oscille légèrement.

Vous voulez montrer que les salaires progressent ou que les dépenses explosent ?

Prenez les dépenses mensuelles sur 10 ans et choisissez comme point de départ le premier montant identifié et vous aurez une courbe à la croissance impressionnante.

A lire pour creuser le sujet :

Commentaires 24

  1. MaxR de Maxadi

    Intéressant. Mais faut avoir la bosse des maths (ou en tout cas des stats) pour écrire un tel article !

    Mais du coup, est-ce que je fais partie des lecteurs intelligent ou non ??? 🙂

    1. Post
      Author
      Michael

      Je ne pense pas, je n’ai jamais brillé dans cette matière. Il faut connaitre les bases : +, -, /, * et %.
      Les statistiques, c’est à peine plus que ça 🙂

      1. Poleon

        Heuuu…. je suis moyennement d’accord, les stats basiques peut-être, mais dès qu’on analyse des cas un peu plus complexes, les fonctions, dérivées, intégrales, variables aléatoires et compagnie pointeront vite le bout de leur nez 😉

        1. Poleon

          Oups, j’ai oublié l’essentiel : Article intéressant bien sûr !

          Ces derniers temps on sent que la motivation d’écrire est à nouveau là ! 🙂

  2. Jean-Philippe

    Merci beaucoup Michael !

    C’est un peu comme les gestionnaires de fonds d’investissements qui vous prouvent, la main sur le cœur, combien ils sont doués pour trouver les trends. « Regardez mes chiffres, mes retours ! », s’exclament-ils en vous regardant droit dans les yeux.

    La parade est alors toute simple. Il suffit de leur demander quel pourcentage de leurs propres économies, ils ont investi dans ce fond. Après tout, s’ils sont si bons… Bizarrement, soudain, leur regard devient fuyant. 🙂

    Et je ne parle même pas du forex !! 😉

  3. LeClient

    Puisque l’on parle de mensonge statistique alors 56E net de l’heure ca fait combien par mois pour Michael? Semaine de 4H ou semaine de 35H?

    Exemple:
    Si tu travailles maintenant 4H par semaine ca fait 900E par mois ce qui correspond au revenu de ton site (sans compter les assedics)
    Par contre si tu travaille 35H ca fait 7000+ au quel on enleve les 900E en moyenne que genere esprit-riche soit 6000E net sans les assedics.

    La transparence c’est pas que pour les autres….

    1. Post
      Author
      Michael

      Où veux-tu en venir ? Tes insinuations sont pénibles.
      J’ai une semaine classique et je ne vis pas au crochet des assedics si cela te rassure 🙂

  4. Julien

    Le terme mensonge est peut être un peu fort rapporté à certains exemples. Les salaires moyens sont toujours biaisés par la répartition pyramidale des revenus d’une entreprise, et il ne viendrait pas à l’idée de n’importe quel RH un peu censé de donner le mode et non la moyenne.. il s’agit plus de sens commercial que de mensonge. Il en va de même pour les 10 000 euros par mois de notre freelance.
    En revanche, avec les outils dont tu parles (notamment l’omission ou la formule avantageuse), on commence à s’approcher des manipulations usuelles du monde de la finance, qui ont selon moi un degré de gravité bien plus élevé que premières.
    Merci pour l’article!

  5. Thierry

    Je pense qu’il n’y pas de femme de ménage chez Goldman sachs, tout est outsourcé. Dans ces grandes boîtes, on outsource tous ce qui n’est pas centré sur le métier central.

    Sinon ton article vient de me faire penser à l’article sur wired, the web is dead http://bit.ly/bj8BEq le graphique montre que le WWW est en baisse par rapport à la vidéo sur internet, mais c’est à volume constant, ça induit vraiment en erreur, et tout le monde y croit dur comme fer

  6. jc1

    Bonjour,

    Très intéressant, comme quoi on peut faire facilement mentir les chiffres 😉

    Et pour aller dans le même sens, vous êtes sur de la valeur moyenne ? Je trouve plutôt 3 458,88 au lieu de 3 472

    1. Post
      Author
  7. Pingback: #8 – Du côté des blogs | Riche Idée

  8. Harold @Immolance

    @Thierry, oui c’est clair, j’ai écrit un article à ce sujet sur Immolance. Les statistiques lorsqu’on parle en % sur des bases fluctuantes sont particulièrement trompeuses. Voici l’exemple pour l’article de Wired : http://www.immolance.fr/2010/08/le-web-serait-mort/

    @Michael, étant passé par le Contrôle de Gestion, c’est clair que les statistiques sont particulièrement trompeuses. C’est d’ailleurs tout le problème. D’où l’intérêt d’aller au fond des choses et de ne pas aller calculer n’importe quoi.

    Quand au revenu par heure… C’est malheureusement le calcul à ne surtout pas faire à moins de s’y préparer ! :p Car les déconvenues sont nombreuses. En effet, on peut être fier d’un revenu, si celui-ci nous impose de bosser comme un forcené plus de 80 heures par semaines (j’allais écrire par jour… :p), au final il est tout à fait probable que l’on se fasse gentiment avoir.

    1. LeClient

      Interessant ton commentaire sur le revenu horaire, peux tu developper/
      Est qu’il vaut mieux gagner 7500E net pour 325H de travail mensuel (cas extreme de 80H par semaine) ou 80E net/h pour 4h de travail hebdomadaire ??? Puisque le salaire net/horaire est aussi une moyenne.

    2. LeClient

      Harold j’ai vu ton site et c’est vraiment ce model de entreprise web qui me parrait le plus viable pour devenir riche. Felicitation idee brillantissime, j’ai un site assez similaire pour les expatries francophones.

      1. Harold @Immolance

        @LeClient Pour répondre à ta première question, je pense que la vie doit être faite d’un équilibre entre le temps que l’on consacre à son travail et le temps que l’on consacre à sa vie personnelle. Quand à faire un calcul savant… Les besoins matériels différent pour chacun de nous. Ce qui satisferait quelqu’un sera insuffisant pour un autre.

        Si l’exemple des 4h par semaines de Tim Ferris se vent, c’est qu’il est caricatural et exceptionnel.

        J’ai une semaine bien remplie avec un travail alimentaire qui me prend entre 40h et 50h par semaine. Ensuite, comme tu l’as remarqué, j’ai ce site que j’essaye de lancer. J’y crois aussi… Mais cela me prend 12 à 20h par semaine (c’est le lancement, donc cela va diminuer… mais pour l’instant, c’est bénéfice nul). En tous cas, j’ai fait le premier pas, je me suis lancé.

        Peut-être que ca fonctionnera ? Peut-être pas. Mais je pense que je peux y arriver.

        Je ne cherche pas à devenir riche avec cette première activité néanmoins, l’objectif est qu’elle me dégage du temps pour pouvoir me lancer à plein temps dans l’entrepreneuriat.

        Merci pour tes commentaires !

  9. Nom (obligatoire)

    Bonjour,

    Merci de cet article !

    Je ne comprends pas tout aux statistiques, cependant j’avais déjà compris qu’ils pouvaient faire dire… ce qu’on veut !!!

    Le truc c’est qu’en lisant des stats il faut automatiquement penser au fait que… ça ne représente rien tant qu’on ne sait pas ce qui est pris en compte… et surtout ce qui a volontairement été omis de prendre en compte !!!

    Merci encore
    bonne journée
    Carine

  10. Gilles (Objectifs Liberté)

    Les chiffres on leur fait dire ce que l’on veut. Il faut comme tu le précises bien faire la distinction entre moyenne et médiane en effet ! Je préfère ainsi connaitre le salaire médian dans un société.

    Et quelquefois on les connait même pas. Il suffit de regarder les politiques à la télévision :

    Pinocchio 1: ‘ »Sous notre gouvernement la dette était de X milliards, elle était contrôlée … »

    Pinocchio 2: « C’est faux vous avez creusé le déficit, la dette était de Y milliards quand vous nous avez laissé le pouvoir … »

    Euh on vérifie comment qui a raison ??

  11. Romy Suzon

    Les chiffres doivent toujours toujours être vérifié.
    J’ai lu un bouquin  » Petit cours d’autodéfense intellectuelle » où tout une partie du livre parle de ces chiffres et stats de tous les jours, qui nous trompent.
    Ton article résume bien la fausse apparence que les chiffres donnent, ce ne sont souvent que des techniques de communication qui entrainent l’incitation à acheter des clients.
    A bientôt.
    Romy

  12. Pingback: Stratégies pour devenir rentier en 10 ans 1/2 | Devenir riche à votre manière

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.