L’hiver arrive. Etes-vous prêt ?

Michael Ferrari Développement personnel 5 Commentaires

Après l’automne, l’hiver arrive, chassé par le printemps, lui-même éclipsé par l’été. Chaque année cela recommence inévitablement. L’hiver arrive mais est-ce surprenant ? Ce qui est intéressant, c’est que dans nos vies nous traversons parfois des hivers. Nous perdons un ami, un amour, un travail, notre projet échoue, le locataire ne paie plus, notre ami nous trahi et notre vie qui nous satisfaisait plutôt devient un fardeau trop lourd. Précipité dans l’hiver, nous grelottons, nous craignons pour l’avenir. Nous ne sommes par certain de tenir le coup. Celui qui dépensait sans compter, vivait sans y penser soudain ne dépense plus rien et vit avec l’inquiétude de l’instant. Certains lecteurs que je croise me le disent : « il s’est passé ceci de grave dans ma vie mais la lecture de cet ou cet article m’ont aide à passer ce moment. »

Pour vous aider à dépasser les hivers que vous pourrez rencontrer… lisez la suite !

Traverser les hivers

Pour que votre voiture passe l’hiver, vous devez la préparer. Selon la dureté du climat, vous devez changer les pneus, faire une révision, changer la batterie, s’assurer d’avoir du liquide de refroidissement qui tient le froid… La liste peut être longue. Vous devez faire tout ceci car vous savez comment sont les hivers. Vous avez l’habitude de les affronter et vous voulez que votre voiture tienne le coup. Vous voulez être transporté et donc vous prenez soin de votre voiture. L’objectif est simple : traverser l’hiver sans trop de dégâts.

Lorsqu’il s’agit de votre vie, vous allez rencontrer des hivers. Les gourous de la pensée positive vous diront qu’il faut « voir le bon côté » ou « ne pas penser en négatif » mais le fait est que les difficultés arrivent, que l’on accepte de les voir ou que l’on reste dans sa bulle de « pensée positive ». Certains hivers seront durs, d’autres plus légers. Dans tous les cas vous aurez des défis à relever. Tout comme pour votre voiture, vous devez vous préparer à ces défis. Ils finissent toujours par arriver sous une forme ou une autre. Si vous ne vous préparez pas, si vous faites comme la cigale de la fable, vous allez être surpris de votre sort. Vous pensez parfois que l’hiver, c’est pour les autres alors vous ne prévoyez rien.

Lorsque vous avez une épargne de précaution, vous préparez l’hiver. Comme me l’a dit un des participant au dernier séminaire Créez la vie que vous méritez, c’est un airbag qui m’a sauvé plusieurs fois la vie. Il a environ 60 ans, je le crois sur parole. Construisez un airbag qui amortira le choc et vous sauvera peut-être. Lorsque vous développez des compétences, vous serez mieux armé pour passer l’hiver. Lorsque vous construisez un réseau, développez un patrimoine vous posez les bases d’une protection à toute épreuve.

Etre prêt pour les défis

Il est tentant de s’apitoyer sur son propre sort sans chercher de solutions mais cela ne fait pas de vous quelqu’un de prêt. Etre prêt, c’est simplement une attitude comme se dire « je savais que cela aller arriver tôt ou tard, je suis prêt. Reconstruisons. »

L’attitude est ce qui fera que vous vous posez de bonnes questions. Lorsque nous rentrons dans l’hiver nous demandons parfois « pourquoi moi? », « pourquoi maintenant ? ». Mais cela ne nous aide pas.

L’attitude qui vous aide, c’est celle qui vous donne du pouvoir, l’énergie de repartir et un peu d’optimisme. C’est lorsque vous vous dites « bon, par où je commence ? », « qui je peux solliciter ? », « comment faire pour que ça n’arrive plus ? ». Cette attitude est le reflet d’une certaine sagesse, le fruit d’une leçon apprise.

Il y a ceux qui skient et ceux qui meurent de froid

Voici un constat que je trouve chaque année incroyable. L’un des marronniers des médias, ce sont les SDF mourant de froid en hiver (alors qu’il est connu que la mortalité n’est pas plus forte en hiver…mais n’en reste pas moins dramatique) et la saison de ski. Vous pouvez prendre ces 2 évènements dus à la neige et voir que pour une partie de la population c’est la meilleure saison de l’année et pour l’autre c’est loin d’être le cas.
Alors nous devons composer avec cela. Le défi de l’hiver et les opportunités qui s’y trouvent. Car souvenez-vous qu’après l’hiver, même s’il dure, vient le printemps. L’hiver est l’occasion de mettre à l’épreuve vos talents et d’en ressortir grandit.
————————————–
Je ne résiste pas à diffuser ces lignes que vous connaissez peut-être. Écrites il y a plus de 300 ans, elles permettent de garder à l’esprit que les choses n’ont pas tant changé que ça.

La Cigale et la Fourmi

La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Intérêt et principal.  »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
– Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.

Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

Commentaires 5

  1. Je comprends ce que tu veux dire d’un point de vue financier, mais d’un point de vue personnel, comment je fais ça ? je mets de coté une mère de rechange, pour quand la mienne mourra ? je prépare un stock de bonne santé en cas de cancer ? Je pourrais à la rigueur me faire quelque amis de plus, pour être « à l’aise » en cas de trahison, mais ça me semble quand même assez limité comme efficacité. Les hivers de la vie, je ne vois vraiment pas comment les préparer.
    À moins de devenir psychopathe, comme le préconise Yoda. Alors là, oui, c’est une super idée, je crois même que ça peut marcher. ^^

    1. Post
      Author

      Pour chaque situation que tu évoques, tu peux préparer, te préparer pour que l’hiver ne soit pas rude. Par exemple il n’est pas possible de mettre une mère de côté mais il est possible de profiter de sa présence, de réfléchir à ce que tu veux faire avant et surtout de le faire. Est-ce magique ? Non. Tu auras toujours de la peine mais au moins tu n’auras pas de regrets.

  2. Je ne sais pas pourquoi tu parle de l’hiver Michael. Quand on a un toit, un travail, à manger, cette période n’est pas fondamentalement plus difficile qu’une autre.

    J’imagine que tu fait référence aux temps difficiles de la vie, aux traversées du désert, plus qu’à la saison.

    Tu as bien raison de rappeler que parfois nous pouvons ne pas nous sentir en danger, alors qu’en fait nous sommes fébriles. Un peu comme une tour Jenga qui pourrait s’effondrer mais qui tient toujours.

    Nous retrouver sans ressources disponibles durant ces période difficiles peut être extrêmement dangereux, voir être fatal.

    Un bon rappel. 😉

    Julien.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.