Je suis passé sur Direct8 : quand la femme gagne plus que l’homme

Michael Ferrari Divers, Gérer et épargner 37 Commentaires

J’ai eu l’occasion de faire un petit passage sur le plateau de Direct8 dans une émission présenté par Caroline Ithurbide et Jean-Michel Cohen sur le thème « Couple : quand la femme gagne plus, est-ce un danger ? ».

C’est un sujet qui n’est pas évident à traiter en si peu de temps, et je regrette de ne pas avoir pu mieux développer mes idées, mais qui illustre bien les difficultés que peut poser l’argent dans le couple. Au delà des disputes sur les dépenses, la différence de revenus gêne de nombreux couples. Cela arrive lorsque les carrières sont très différentes et que l’une paye mieux que l’autre, à l’occasion d’une période de chômage ou simplement si l’un des deux fini ses études avant l’autre.

Les témoignages montrent que lorsque la femme gagne plus que l’homme, elle vit souvent aussi mal cette situation que les hommes. Certaines cachent le montant de leur salaire, d’autres s’en servent pour essayer de se faire pardonner de gagner plus ou encore pour financer la passion/projet de leur conjoint. Bien heureusement il y a des couples où…. ça se passe bien.

Ce qui influencera grandement la situation, ce sont les croyances qu’ont les 2 protagonistes au sujet de l’argent.

Que se passe-t-il lorsque l’homme associe réussite et virilité à l’argent et qu’il gagne moins que sa femme ? Ou encore lorsque la femme pense intimement qu’un homme doit gagner plus pour la protéger et assurer sa sécurité ? La femme ayant de gros revenus peut aussi être gênée dans sa recherche d’un conjoint parce qu’elle a peur d’effrayer les candidats… surtout si elle ne cherche pas au bon endroit. Une caricature ? C’est plus courant qu’on ne le pense. La plupart des hommes vous diront qu’il ne serait pas gêné si leur femme gagnait plus… tant qu’elle gagne moins.

Tout un sujet sur lequel on peut heureusement travailler.

Voir l’émission (à partir de la minute 48)

Commentaires 37

  1. « La plupart des hommes vous diront qu’il ne serait pas gêné si leur femme gagnait plus… tant qu’elle gagne moins » j’aime bien la dernière phrase ;- ))

    Les croyances, les imaginations, et les pensées sont légions dans l’argent et tout ce qui l’entour.

    Les évolutions ne seront pas franche, sauf peut-être plus sur Paris.

    1. « Les évolutions ne seront pas franche, sauf peut-être plus sur Paris. »
      … Hum hum … parce que si l’on vit hors de la sacro-sainte capitale, l’on est prédisposé à être archaïque et à ne pas évoluer ? ^^

  2. (mauvaise manip’)

    C’est important de bien poser les règles au départ dans un couple et ne pas suivre sa propre évolution (de consommation, ou de plaisir) en fonction de ses revenus mais tendre vers un revenu global tout en gardant en tête l’indépendance financière qui peut parfois exister.

  3. Je vis cette situation actuellement. Cela ne me gêne absolument pas. C’est même une bonne chose dans notre cas personnel. Effectivement elle a vu son salaire augmenter peu de temps avant que je ne perdre mon emploi. Cette hausse a permis de compenser en bonne partie ma perte de revenus. D’autre part il est possible que cette situation ne soit que passagère. Je m’intéresse plus à notre revenu global, celui du foyer, que notre revenu individuel. Néanmoins ni elle, ni moi n’avons jamais eu d’objectifs « carriériste »…nos priorités sont ailleurs.

  4. Si l’on considère que ce soit Lucy notre premier ancêtre alors, cela veut dire que depuis 29 000 ans, nous sommes conditionnés pour que le mâle apporte tout ce dont le foyer à besoin (aujourd’hui c’est essentiellement de l’argent) alors que la femelle gère le foyer et soit la meilleur reproductrice possible. Chacun des deux étant évalué et sélectionné par l’autre, et son entourage, selon ces critères.

    Il y a seulement une toute petite centaine d’années (à comparer à 29000 !) que le germe de l’idée d’égalité existe ; seulement une trentaine d’année que l’on constate une approximation de sa mise en application future.

    Où sommes nous aujourd’hui ? Je pense que nous sommes à l’interface entre « l’ancien temps » (cette rivalité mâle-femelle), et cette ère nouvelle inexorable où l’Homme aura prit son « H » de noblesse.

    Que ce passe-t’il pendant cette approximation ? Nous constatons des complexes et des regrets, d’aucuns n’admettent pas qu’elle puisse gagner plus , d’aucunEs regrettent qu’il n’y ai pas assez d’homme viril…

    Quoi qu’il en soit, l’égalité réelle ne sera que lorsque l’on en fera plus état, lorsque le terme égalité sera plus utilisé.

    Combien parmi ceux qui prônent cette égalité réalisent les travaux de couture ou font à manger tous les jours ? Combien parmi celle qui la réclament sont prête à s’investir dans leur travail à raison de 70 h/semaines ?

    L’égalité ne sera réellement que lorsque l’on ne se posera plus ces questions et que la réponse naturelle sera : « je (moi l’homme viril avec une voix de tenor) le fais parce que j’y prends du plaisir quotidien à nourrir toute ma famille ou alors parce que j’aime repriser des chaussettes. »

    1. Post
      Author
  5. Tu passes très bien à l’écran 🙂
    On sent la frustration de ne pas pouvoir aller au bout d’un raisonnement.
    Je suis sûr que sur le sujet, tu es fin et pragmatique (ne pas oublier la nature biologique, le concept de choix dans la vie, etc).
    Par contre, c’est dommage que tu sois rentré dans la caricature lorsque tu évoques, qu’avant, l’homme contrôlait sa femme puisqu’il était le seul à gagner de l’argent. Il me semble que le terme est inapproprié. Un couple, une famille (avec enfants) est une équipe.
    Ou alors pour continuer à être un peu caricaturale mais ça rend du coup le commentaire plus fin, aurait il fallu ajouter que la femme contrôle l’homme grâce au sexe.
    Dommage que l’animatrice ait été là 😀 Elle parlait beaucoup pour pas dire grand chose.
    Il me semble que Simone de Beauvoir avait été assez fine sur ce sujet et ne se disait pas du tout féministe.
    Bravo pour ta prestation, on sent que y’a du potentiel à exploiter 🙂

    1. Post
      Author

      Effectivement je le regrette aussi mais bon pas facile d’en placer une 🙂
      Il y aurait de quoi faire un contenu de plus haut niveau à ce sujet.

  6. Quel retour en as-tu tiré ? Je pense que passer à la TV doit être une expérience enrichissante.
    Sinon pour en revenir au sujet, je pense que tout homme a envie de subvenir aux besoins de sa famille, donc il peu être frustrant pour certain de gagner moins car on peut prendre cela pour un échec, mais cela change-t-il quelque chose ? L’important est le revenu global du foyer comme le dit Fabien, l’important est de réussir à vivre correctement, et peut importe qui gagne le plus.

    1. Post
      Author
  7. Bruno Gaccio disait qu’il ne pouvait pas bander s’il n’avait pas un sentiment de domination sur sa partenaire.
    Et beaucoup de femme veulent être dominé (admiration de son conjoint qui passe donc par cette domination) sinon elles ne peuvent désirer leur partenaire.
    A méditer ^^

  8. « domination » est un vilain mot mais dedans pour les gens saint d’esprit, cela inclut la responsabilité de la sécurité matérielle de sa partenaire, son bien être etc.

  9. Je pense que la situation est plus délicate pour un couple où
    l’un est plus proche du salaire minimum

    exp: L’un gagne 6000/mois l’autre 1000/mois

    alors qu’en gagnant 6000 et l’autre 11000/mois, on est moins dépendant

    c’est aussi vrai pour pour l’homme et la femme.

  10. Un petit résumé d’une étude pour completer :
    ———-
    L’argent et la fidélité. Une étude américaine a révélé que les hommes ayant des revenus moins importants que leur partenaire féminine ont plus de chances de les tromper. À en croire Christin Munsch, doctorante en sociologie à l’Université Cornell, tromper sa partenaire peut-être un moyen pour les hommes de restaurer leur masculinité ressentie comme menacée par cette situation. La chercheuse explique que « gagner moins d’argent que sa partenaire féminine peut menacer l’identité masculine des hommes ». Ainsi, la notion traditionnelle définissant les hommes comme ceux qui subviennent aux besoins de la famille est remise en cause. Cette étude révèle aussi que si c’est la femme qui subvient aux besoins de la famille, elle est plus susceptible de tromper son partenaire. En revanche, si elle dépend financièrement de lui, elle est moins capable d’être infidèle.
    —————

    1. Post
      Author
  11. La lecture de cet article m’a inspiré d’en écrire un sur le niveau de revenu des ménages en France, ce que je viens d’achever.

    En revanche je n’ai pas trouvé de données concernant la proportion de femmes gagnant plus que leur mari. Dans la vidéo, le chiffre de 18% est évoqué…je ne sais pas d’où il vient…

  12. Je n’ai pas grand choses à dire vu la qualité de tout ces commentaires mais juste une chose me viens à l’esprit consernant les préjugés ( qui ne le sont pas toujours). Je vois une balance où d’un coter il y a « les hommes gagnent plus que les femmes » et de l’autre « les activitées ménagères sont réservées plus aux femmes qu’aux hommes ». Et je pense que quand les hommes gagneront moins que les femmes ils sauront certainement plus comment fonctionne une machine à laver, un aspirateur ou un robot moulinex…. ce qui est mon cas.

  13. Il y a un double mouvement: les arhétypes Masculin et Féminbin sont boulversés, mais présents. Le travail a conduit les femmes à sortir du foyer (et à adopter certains comportements Masculin) et maintenant on demande aux hommes d’avoir de l’intelligence émotionnelle et de partager les taches liées au foyer et aux enfants. Ce mouvement s’accompagnera logiquement d’une remise en cause de ces écarts de rémunération. Mais quand?????

  14. Messieurs il y a un élément d’explication que vous n’avez pas abordé et qui me parait très important.

    Il ne faut pas oublier que c’est la femme qui porte l’enfant pas l’homme. C’est généralement un handicap pour une femme. Au retour dans l’entreprise elle peux faire une croix sur son évolution de carrière et son augmentation. Bien souvent elles quittent leur emploi pour s’occuper de leurs enfants.

    Alors forcément ça créer des trous et du retard dans sa carrière. Ajoutons, comme il est dit dans l’émission, qu’elle vive avec un homme plus âgé l’écart de salaire devient vraiment important.

    1. Bonsoir,

      N’y voyez rien de personnel, seulement mon avis sur l’argument présenté :

      « Il ne faut pas oublier que c’est la femme qui porte l’enfant pas l’homme. …. Bien souvent elles quittent leur emploi pour s’occuper de leurs enfants. »

      Cet argument « pro-afficionados-es-MLF-soixant’huitarde-qui-a-44-ans-de-retard-sur-la-société » manquait cruellement au débat effectivement.

      En réponse :

      1/ En 2012, les hommes peuvent eux aussi quitter leur emploi pour s’occuper des mômes. => Dixit votre serviteur, 4 enfants à son actif et qui a prit 2 congés parentales d’éducation.

      2/ Les femmes sont beaucoup plus performantes pour réaliser certains activités professionnelles que des hommes. C’est par ailleurs pour cette raison qu’ils disparaissent dans certaines fonctions publiques. => Elle est où l’égalité des sexes lorsque l’un des deux sexe est absent ?

      Finalement : Il y a deux catégories de femmes. Celles qui vont de l’avant et qui croient en elle et celles qui préfèrent se tanquer derrière une pseudo inégalité des sexes avec des arguments plus que limite pour auto-justifier leur rancune et leur frustration.

      Aujourd’hui tout est possible, que l’ont soit homme, femme ou quelque part entre les deux, il suffit de bien vouloir s’en donner les moyens. => A ma droite sur le même canapé, ma femme (qui gagne PLUS que moi) est en train de bosser et nous sommes samedi soir 21h45.

      Ayé elle m’a énervé, je vais sortir ma machine à coudre pour finir la robe de ma petite dernière chérie. ^^

    2. « Il ne faut pas oublier que c’est la femme qui porte l’enfant pas l’homme »
      1. Elle n’est pas obligé d’avoir des enfants si c’est un fardeau pour sa carrière
      2. Du fait de son état, une femme enceinte n’est pas opérationnelle, quoi ? 6 mois max. C’est pas ça qui brise une carrière dans la plupart des entreprises.
      Ma mère a continué à exercer dans sa boutique jusqu’au dernier mois voir les derniers 15 jours.
      Cependant, il est vrai qu’il y a tout de même une mentalité à changer.
      Mais une mentalité … Sociétale. Revenir aux fondamentaux où la famille est très importante et qui est respecté par tous. Donc des patrons ou cadres sup’ qui ne mettrait pas une pression sur leurs employés sur ce sujet.

       » C’est généralement un handicap pour une femme. »
      Je comprends ce que tu veux dire mais qu’est ce que ça peut me faire mal de lire ce genre de phrase.
      Ça doit être terrible pour une femme de voir que c’est effectivement un handicap dans son entreprise alors qu’elle ne fait rien de … Mal ! 🙁
      C’est pourquoi je pense qu’il y’a un changement de mentalité à effectuer …
      Si dans une civilisation, porter un enfant est un handicap alors cette civilisation est promis à une mort rapide.

  15. @Michael : Excusez moi si je m’épanche un peu trop sur votre blog. :s je voudrais pas trop polluer quand même. Faites le moi savoir si vous voulez que je lève le pied. ^^

    1. Post
      Author

      Aucun problème, les discussions sont faites pour ça 🙂
      La question de l’absence des femmes dans l’entreprise pendant la grossesse est délicate. Elle peut à la fois être abordée sous l’angle « besoin de l’entreprise » et sous l’angle sociétale.

      D’un point de vue sociétale, il me parait évidemment normal que cela soit prévu et possible. D’un point de vue entreprise, c’est plus délicat et cela dépend du poste occupé. Beaucoup de responsables vivent mal ou reprochent directement ou indirectement cela aux femmes qui s’absentent.

      Il me parait en tous cas important pour une femme de s’assurer que son environnement la soutien dans son projet de vie et donc de trouver une entreprise qui non seulement accepte mais valorise sa vie personnelle.

  16. Bonsoir,

    Je viens de découvrir votre discussion et, étant une femme, je me sens concernée. :p
    Tout d’abord, oui, nous sommes conditionnées, et ce, depuis la nuit des temps, pour procréer, de fait nous avons cette énergie, cette volonté en nous, mais qui est en complète contradiction avec la société à laquelle nous avons affaire depuis quelques décennies.

    Dans les années 1980, une femme pouvait encore envisager avoir 3 enfants, un mi-temps, une maison, une petite vie bien sympa. Aujourd’hui, l’on ne peut plus concilier tout cela. Il faut être deux à travailler à plein temps (voire plus), avec peut-être une petite maison et en prime une vie bien stressante (boss, boulot, objectifs, charges…)
    [Dans les années 80, lorsque ma mère disait à son employeur j’ai besoin de la journée, ma fille est malade, le gars lui disait ok. Aujourd’hui, le gars te dit ok une fois, à la seconde c’est via la sortie par n’importe quel moyen à sa disposition.]
    D’où le nombre constant de femmes qui choisissent d’être ce que l’on appelle carriériste ou pas. Car les conséquences sont importantes de nos jours et non négligeables.

    Pour revenir au sujet, car je m’éloigne; une femme, qui à une quarantaine d’années et qui touche plus que son mari, donc qui travaille à temps plein avec des responsabilités inhérentes à son poste, subit nécessairement un conflit :
    – de par son éducation propre, l’homme, le patriarche, le père responsable et protecteur, le bienveillant pour toute la famille, etc. (désormais, inversion totale des rôles, sacré changement culturel)
    – de par son rôle de mère incomplet (moins de temps, moins de patience, moins d’éducation, moins de soutien) aux antipodes de notre conditionnement d’origine…
    – de par son rôle de femme (+ indépendante, + de libre arbitre, + de sens critique, etc.)

    Ce qui conduit (pour faire rapide) à des personnes moins stables émotionnellement (liberté, adultère, conflit dans le couple, divorce), à des personnes qui cherchent leur nouvelle place dans la société que nous créons, à des personnes moins présentes pour leur progéniture (soutien scolaire, éducation, présence tout simplement)…

    Bref, je pourrais en parler longtemps. Comme le dit Bertrand, tout est différent aujourd’hui, comme le dit Anthony, voir la réalité en face n’est pas nécessairement agréable, mais il va falloir savoir changer, car l’avenir ne nous promet pas de revenir à un seul salaire pour 4 personnes…

  17. La société est très en retard sur de nombreux points de l’égalité homme-femme.
    Suffit de voir un cas simple : me mariant bientôt, la question qui vient en premier, c’est comment à été fait la demande?
    Et comme je dit, si je doit commencer un mariage en suppliant à genou madame pour qu’elle m’accepte, le mariage n’ira pas loin.

    L’égalité est bien ancré dans les principes, mais dans la réalité, c’est tout autre chose, les différences sexuées ont la vie dures, que ce soit à l’origine d’un sexe ou de l’autre.

    1. Post
      Author
      1. merci.
        Ce qui est choquant dans ce genre d’évenement, c’est que les plus accros à l’égalité des sexes, reproduisent sans hésitation des comportements sexués et trouve anormal qu’on ne le fasse pas.
        Par exemple demande à genou de la part de l’homme, mariage en robe blanche, …

        Pour la vie quotidienne, le problème apparait similaire : la volonté est là, mais inconsciemment, …

  18. salut

    belle prestation et on sentait que ca bouillonner à l’intérieur :o)

    sinon ma femme m’entretient et c’est très bien comme ca…..
    le probleme d’argent dans notre couple on l’a regler ….mais bien sur obligé de m’entur à pas mal de monde trop d’intolérance.

  19. Bonjour,

    Aujourd’hui encore les femmes gagnent moins que les hommes à compétence équivalente. Situation complètement anormale.

    Nos codes sociaux hélas nous conditionnent à l’accepter, et à s’étonner d’une situation inverse.

    Je pense qu’être dans une situation de profession »liberale » comme Michael rend peut-être la chose plus facile à accepter. Dans une situation de salariat pour les deux membres d’un couple, le salaire reflète une position sur une échelle, et les hommes souvent préfèrent être au desus.

  20. Ma conjointe gagne plus que moi et qu’est ce que celà me fait ? Je suis heureux pour elle ..normal non ? on est une équipe et non deux individualités.

    La richesse se crée en équipe et non seul pour flatter un Ego surdimentionné

  21. Je crois que toute différence importante dans le couple peut poser des problèmes pour les raisons suivantes:

    -l’evolution des mentalités ne suit pas le rythme des autres évolutions (dans ce cas de l’evolution professionnelle). Les gens peuvent régler un problème au niveau du discours (par exemple: je n’ai aucun problème, je suis progressiste), mais pas forcément au niveau de leurs subconscient.

    -l’un des deux peut un jour remettre en cause la situation, en découvrant ses « capacités et possibilités » et vouloir « voler plus haut » avec quelqu’un d’autre qui lui convient mieux.

    -d’autres raisons peuvent amplifier une différence en la faisant parraitre comme un vrai problème.

    -les arrières pensées dans un couple existent bel et bien.
    Votre conjoint (e) ne compte pas seulement sur ce que vous êtes, mais aussi sur ce qu’il/elle peut faire avec vous. Il(elle) imagine un avenir et vous voit dans son « programme ». Si vous le décevez, vous pouvez être viré(e).

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.