Pourquoi j’adore les dividendes pour investir

Michael Ferrari Investir en bourse et dividendes 44 Commentaires

dividendes

Quand je consulte mon portefeuille et que je vois les dividendes versés, je visualise une boule de neige qui grossit toute seule et ça me revitalise

Connaissez-vous les dividendes ?

Aujourd’hui, je veux attirer votre attention sur cette forme extraordinaire de revenus passifs. Vous savez quand on dit qu’il faut faire travailler son argent plus dur que soi ?

Les dividendes sont la solution parfaite.

Voici comment ça marche.

Je n’en ai jamais trop parlé ouvertement (à part dans l’académie Esprit Riche) mais j’adore investir pour obtenir du dividende.

Le dividende, c’est une partie des bénéfices que fait une entreprise et qu’elle vous reverse parce que vous en êtes actionnaire. Simple non ?

Vous achetez un titre de (pour l’exemple) Orange et Orange verse une certaine somme par titre détenu. Votre argent travaille dur pour vous et c’est Orange qui le fait travailler. Pendant ce temps-là, vous pouvez aller à la piscine boire des cocas ou vous concentrer sur votre carrière de chanteur.

Vous n’avez rien à faire pour toucher ces dividendes. Le simple fait d’être propriétaire suffit.

Pourquoi les dividendes ?

J’adore écouter les personnes qui « jouent » en bourse parler de leurs coups. Elles vont dire « J’ai acheté du EDF à 25 €, je l’ai revendu à 27 € et BAM ! ». C’est comme écouter un accro aux paris sportifs parler de son dernier coup. Il ne vous dira jamais ce qu’il a perdu. D’ailleurs, il ne compte pas. Il cherche l’adrénaline, parfois même à se faire peur.

Lorsque nous entendons le mot bourse, c’est pour la plupart d’entre nous synonyme de nébuleuse financière casino où les spéculateurs font de l’achat/vente.

Les dividendes sont à l’opposé de ça.

Avec une approche focalisée sur le dividende vous :

  • n’achetez pas dans l’optique de revendre : si la société est rentable pourquoi la vendre ?
  • vous ne cherchez pas à faire du gain en capital (acheter à 25 € pour vendre à 27 €) parce que vous avez compris que vous n’êtes pas devin et que le cours futur est une inconnue
  • vous avez une vie calme car tous est automatique, nul besoin de scruter en permanence le cours pour savoir si c’est le bon moment de vendre
  • plus que calme, c’est chiant à mourir

J’adore, c’est tout !

Imaginez que vous touchiez de quoi vivre en dividendes. Votre salaire serait de l’argent de poche.

Il me faudrait évidemment des dizaines d’articles pour tout expliquer mais voici des fondamentaux :

  • il y a des entreprises qui verse un dividende depuis plus de 20 ou 25 ans, cela fait parti de leur stratégie
  • certaines augmentent même le dividende chaque année depuis 20 ou 25 ans
  • mais il y a aussi des entreprises mal gérées qui empruntent de l’argent pour verser le dividende (ce qui est stupide et contraire à l’intérêt de tous : actionnaires, clients, salariés)

Je sais que lorsqu’on n’a jamais investi en bourse, cela peut faire peur. Il faut apprendre les mots, apprendre le fonctionnement car un euro placé correctement vous rapportera des petits pendant longtemps.

Je suis curieux :

Avez-vous déjà investi en bourse ? Si non, qu’est-ce qui vous retient ?

 

Commentaires 44

  1. Bonjour,
    L’article donne envie d’en savoir plus et de mieux comprendre comment cela fonctionne.
    Quels peuvent être les ouvrages, ou autres outils pour en apprendre d’avantage?
    As-tu des conseils concret pour mettre en place une stratégie et tenter l’aventure « dividendes »?
    Merci d’avance pour ton blog
    Xav

  2. Bonjour Michael,

    Effectivement, le dividende représente un merveilleux outil d’enrichissement à long terme. Souvent les compagnies qui versent un dividende le font dans un optique de très long terme.

    Les compagnies qi versent un généreux dividende croissant sont souvent des entreprises de type Pilier, c’est-à dire, d’anciennes sociétés à croissance rapide qui ont atteint une certaine maturité, qui voient leur rythme de croissance diminué mais qui dégagent tout de même de fortes sommes de fonds excédentaires.

    J’aime bien en détenir 2 ou 3 dans mon portefeuille d’actions privé, car elles résistent bien aux tempêtes passagères qui ravagent la Bourse à l’occasion. Pour le reste je me consacre aux entreprises à croissance rapide, sachant fort bien qu’un jour ou l’autre, elles deviendront à leur tour des entreprises Piliers qui verseront un bon dividende croissant.

    Martin
    http://www.investir-a-la-bourse.com

  3. J’aime aussi les dividendes mais j’ai vraiment mal au cœur quand je vois la fiscalité qui leur est appliquée, surtout dans le cadre de la détention dans un compte titre.

  4. J’adore recevoir mes dividendes tous les mois. Heureusement, les dividendes sont taxés à un taux très préférentiel ici aux US, ce qui rend cette stratégie encore plus attractive.

  5. Hola Michael!

    Eh oui, les dividendes c’est génial surtout quand on les reçoit au petit réveil !!
    Une bonne option à considérer pour se diversifier et générer des revenus passifs!

    Bonne continuation,
    Bertrand

  6. Article qui a le mérite d’évoquer un sujet intéressant, mais sans analyse, juste une description d’un mécanisme pourtant extrêmement simple : le dividende.

  7. Post
    Author
  8. Très bonne introduction 🙂

    Pour ceux qui cherchent plus de détails, voici déjà un début de réponse :

    1) ouvrez un PEA, par exemple chez Binck (le moins cher) : http://ma-banque.co/pea
    2) achetez des actions de grandes sociétés qui distribuent de forts dividendes (exemples: Orange, Sanofi, Rallye, Vinci, GDF Suez, Total, …)
    3) laissez vos dividendes arriver directement sur votre PEA et sans payer d’impôts (c’est magique le PEA!)

    Et pour voir un classement des entreprises qui versent du dividendes, il y a le classement de Boursorama : http://www.boursorama.com/bourse/actions/palmares/dividendes.phtml

    Pour plus d’infos, envoyez moi un mail depuis mon blog http://www.guillaumeautret.com

  9. bonjour michael je souhaite savoir, si tu le permet, de me(nous) faire comprendre ta stratégie est ce du long terme ou une stratégie a court terme sur l’achat et la conservation des actions que tu possède ?
    cordialement

  10. Bonjour Mickaël,

    Tu prends l’exemple d’ORANGE. Ce titre est passé de 200 à 10 EUR. Sais tu qu’il faudra à peu près 200 ans de dividendes pour celui qui a acheté le titre à 200 EUR pour compenser le manque à gagner sur la baisse du titre?

    Alors sur ce sujet tu précises qu’il n’y a pas besoin de revendre les titres qui rapportent, admettons, mais si c’est pour m’asseoir sur mon investissement initial je ne vois pas l’intérêt.

    Exemple, j’achète 100 titres ORANGE à 200 EUR soit un investissement de 20000 EUR. A cette époque ou le titre à touché les 200 EUR mon investissement me rapporte 150 EUR (c’est faible d’ailleurs).

    L’année suivante le le titre tombe à 10 EUR. Je touche toujours des dividendes toujours à 1,5 EUR par titres soit 150 EUR.

    Sais tu Mickaël qu’à ce rythme il faudra 133 ans pour compenser mon investissement initial avec les dividendes?

    Je précise que depuis le dividende ORANGE a chuté (il est d’ailleurs plus en phase avec la valeur du titre et pour le coup c’est plus intéressant) et le pauvre type qui a acheté à 200 EUR n’a plus que ses yeux pour pleurer.

    Tu ne me contrediras pas sur le fait que sur ce coup le mec qui a gardé ses 20 000 EUR sur son Livret A est le GRAND gagnant de l’histoire !

    Tout cela pour dire que dividende ou aller retour boursier, c’est de la bourse et c’est très très très risqué.

    D’autres part les dividendes en France sont FORTEMENT taxés.

    Tu précises que les dividendes selon le titre augmentent même parfois. Et bien l’inverse est également vrai Mickaël, parfois il baisse et ça met à défaut ta stratégie conservatrice. Vas tu conserver un titre qui voit ses dividendes baisser voir disparaître? Non bien sur, mais comment fais tu si entre temps la valeur du titre à diminué de moitié? Et bien tu prends ta pertes comme tout le monde.

    J’ai récemment joué GSZ (GDF Suez). Le titre n’est pas cher et rapporte beaucoup de DIV. J’ai eu la chance de pouvoir empocher le dividende et en contrepartie de revendre mes titres, ce dernier étant passé de 16 à 20 en quelques semaines. Je suis resté liquide et je suis à nouveau rentré sur GSZ lorsqu’il redescendait à nouveau à 18 EUR juste avant la crise UKRAINIENNE. Le dividende c’était la cerise sur le gâteau, mais la vraie opportunité c’était la volatilité conjoncturelle du titre. 4 EUR + 2 EUR par titre mon rapportés plus de 30% de PV en moins de 6 mois.

    A l’inverse je me suis positionné trop tôt sur GLE (Société Générale) pensant que la baisse était terminée. Le titre a continué de chuter de 10%. Ce devrait remonter, je me fixe malgré tout une limite approximative à la baisse ou je couperai mes positions, mais en attendant je conserve, et sauf si elle bondit prochainement et m’octroie au moins 10% de PV, je vais attendre les dividendes. Dans ce cas mon placement moyen terme s’est transformé malgré moi en placement long terme avec comme cible le dividende. Le dividende m’offre alors un complément qui compense à peine mon attente.

    Bref je le dit clairement, une stratégie basée sur les dividende est une hérésie ! Autant louer un appartement, on est au moins sur de récupérer l’appartement à la sortie pour l’offrir à ses enfants.

    1. Post
      Author

      🙂
      Celui qui a acheté à 200 € est stupide. Même à 25 €, Orange est trop cher selon moi.

      Visiblement vous jouez le cours en pariant sur les hausses, c’est une approche différente. Je ne sais pas prédire l’avenir.

      Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain.

      1. Oui on est d’accord pour ORANGE. Je prenais l’exemple marquant d’ORANGE (et il y en a pleins d’autres) pour démontrer que jouer le dividende était aussi risqué que de jouer la hausse ou la baisse du titre.

        D’autres part au regard de l’imposition extrêmement sévère VS le risque VS le gain du dividendes (qui est pour les meilleurs 10% BRUT annuel …) cette seule stratégie n’est de toute façon pas viable, même dans le cadre d’un PEA.

        Oui ma stratégie est de jouer la hausse du titre. J’attends qu’un titre se plante, qu’une stratégie de dessine et je me positionne ensuite.

        Effectivement je ne peux prédire l’avenir, mais ce raisonnement est strictement applicable à la stratégie basée sur les dividendes que tu préconises, c’est de la bourse

        La promesse du dividende n’est pas garantie (parfois il n’est pas versé, parfois il baisse, parfois il grimpe)

        Personne ne connaît la valeur réelle d’un titre, elle dépend des perspectives. Tu trouves ORA trop cher à 25 EUR, peux tu me garantir qu’à 10 EUR c’est un bon prix?

        Non bien sur, elle peut passer les 50 prochaines années à 5 EUR.

        Et si à 5 EUR, ORA décide de ne plus verser de dividendes, quel conseil me donneras tu?Je vends et je pleure, ou je garde et je pleure?

        N’oublies Mickaël que le conseilleur n’est pas payeur!

        1. Post
          Author

          Des (dizaines de ?) milliers de rentier dans le monde vivent de leurs dividendes. Je pense que c’est l’une des meilleures stratégies même si rien n’est parfait ni garantie bien évidemment.
          La base de mon approche reste d’acheter les meilleures entreprises au meilleur prix pas de jouer la hausse parce qu’une entreprise se plante.
          C’est précisément parce que je ne prétends pas connaitre l’avenir que je parie sur des entreprises solides ayant un avantage compétitif.
          Si vous avez peur de vous tromper, vous pouvez prendre un tracker de dividendes qui est une formidable protection.

          Côté fiscalité, nous n’avons pas d’autres choix non ? Si vous êtes contribuable français, le PEA reste l’enveloppe la plus favorable.

          Nous avons donc des approches très différentes, le conseilleur n’est jamais le payeur 😉

  11. Je ne sais pas si nous n’avons pas la même approche, il faudrait creuser le sujet 😉

    Je pousse ton raisonnement Mickaël, car tu parles de « vivre de ses dividendes », en considérant que vivre signifie toucher environ 2500 EUR net par mois.

    Il faut pour cela toucher annuellement quasiment 50 000 EUR brut de dividendes.

    Le meilleur rendement du SRD est actuellement ALTAREA avec 7.84% Brut annuel.

    Pour générer 50 000 EUR de dividendes avec ALTAREA il faudrait investir 630 000 EUR, non pas sur un PEA mais un compte titre. En effet le PEA est plafonné à 150 000 EUR, tu es surtaxé si tu retires des PV avant 8 ans, et après 8 ans tu ne peux plus l’alimenter.

    D’autres part si tu comptes sur les dividendes générés par les 630 000 EUR, tu négliges l’inflation, certes très faibles actuellement. Ainsi petit à petit tes 2500 EUR t’offrent moins de pouvoir d’achat.

    Mais bon je chipote car bon entrepreneur que nous sommes tous les 2 nous avons des compléments de revenus 😉

    Voici donc pourquoi ça fait bien longtemps que je dynamise mon modeste portefeuille boursier autrement qu’avec des dividendes. Des dividendes OUI mais surtout des A/R sur des titres, car c’est sans communes mesures bien plus rémunérateur.

    Et notre point commun Mickaël c’est « d’acheter les meilleures entreprises au meilleur prix ».

    1. coucou, tu cherche des réponses, je te conseil de lire « l’investisseur intelligent » de benjamin graham et « l’effet boule de neige » de warren buffet tu apprendra énormément de chose sur comment investir, pourquoi et comment.
      cordialement.

      1. Merci VEGETA, mais pour être honnête l’investissement en bourse ne représente qu’une petite partie de mon patrimoine, 20% à 30% environ, et j’arrive à plutôt bien me débrouiller sans avoir a lire des livres sur le sujet, en tout cas l’objectif attendu est atteint : Dynamiser mes placements.

        C’est d’ailleurs l’objet de mon message initial, j’ai du mal à comprendre cet article qui essaye de faire croire monts et merveilles au sujet des dividendes alors que la réalité est tout autre.

        Quelqu’un qui boursicote a besoin des dividendes pour placer ses liquidités lorsqu’il ne trouve pas d’opportunités.

        Mais quelqu’un qui ne joue pas en bourse, n’y a aucun avantages, l’assurance vie est bien plus tranquille, car à comparaison égale, une fois l’imposition passée, la différence de gain est dérisoire pour un risque incomparable.

        Et celui qui a plus de 100 000 EUR à placer (je suis en province) à tout intérêt à s’orienter vers l’immobilier, surtout en ce moment ou il y a d’excellente affaire à réaliser facilement 8% de rendement brut d’impor et net d’entretien à l’année sans risque de perdre la mise initiale (contrairement au DIVIDENDES). Comme je le disais dans le POST précédent le meilleur titre propose actuellement 7% et des poussières … la promesse de la rente est bien loin 😉

        1. Post
          Author

          Je vois bien que vous avez du mal à comprendre l’intérêt de cette forme d’investissement et je vous invite à étudier la question car vous semblez être actif sur les marchés.
          Je développerais plus tard les avantages et les inconvénients de cette approche mais croyez-moi, c’est une forme d’investissement parfaite pour de très nombreuses personnes, notamment celles qui ne veulent pas « jouer » mais placer et regarder leur capital et leur revenu augmenter. (un certain Warren Buffett et Benjamin Graham en parlent comme recommandé dans les commentaires)
          L’immobilier est aussi une de mes stratégies, effectivement on peut trouver des biens à pus de 10 % mais c’est autrement plus ennuyeux à acheter et gérer qu’un titre.
          J’ai discuté avec un trader il n’y a pas très longtemps, il ne comprenais pas non plus. Il était accro aux 8 heures devant son écran à faire des coups sur les bio techs et venait de perdre 30 000 € sur un mauvais dossier. Tantôt il gagne, tantôt il perd.

  12. Je pense avoir bien saisi l’intérêt et le fonctionnement du dividende Mickaël, et j’ai bien compris l’idée d’un placement très long terme.

    – Le dividende n’est pas garanti par l’entreprise.
    – Le capital de départ est soumis aux aléas de la bourse (faillite, décote, OPA, AK, …) et rien ne garanti de pouvoir retrouver un jour son capital ou de pouvoir sortir en cas ou l’entreprise ne verserait plus de dividendes.
    – Il faut diversifier pour se couvrir des risques .
    – La taxation française est très très sévère.
    – Le PEA est plafonné, et le compte titre encore plus sévère que le PEA en taxation.
    – Warren Buffet ne s’est pas enrichit avec les DIVIDENDES mais en investissant l’argent des autres.
    – Et pour l’anédocte, Berkshire-Hathaway, la société de Warren Buffet ne verse aucun DIVIDENDE, mécanismes qui est aux antipodes de la stratégie de Warren Buffet. (Maintenant qu’il le recommande pour vendre des livres c’est autre chose 😉 )

    1. Post
      Author

      Il a une approche d’investissement dans la valeur. Il ne fait pas d’aller-retour. Sa société ne verse pas de dividende car il sait quoi faire du capital et c’est dans l’intérêt de ses actionnaires.
      Rien n’est garanti dans ce bas monde. Je ne le vous souhaite pas mais vous pourriez ne pas vous réveiller demain non plus. Investir comporte toujours une part de risque même si l’on est aguerri.
      Faites avec.

  13. Finalement je me suis bien réveillé Mickaël et je m’attendais a découvrir une liste d’avantages des dividendes contrariant ma liste des inconvénients.

    J’ai néanmoins hâte de la découvrir, elle aurait d’ailleurs eu du sens dans cet article (avantages / inconvénients).

    Enfin je vois qu’on est d’accord sur le fait que Warren Buffet et les dividendes ça fait 2 et que donc le mentionner dans les précédents commentaires était légèrement HORS SUJET. Comme ci je te disais, les dividendes ce n’est pas bien, regarde d’ailleurs les ouvrages de Gandhi sur le sujet pour te clouer le bec en citant un homme qui nous dépasse.

    Je regardais mes positions hier, 3/4 de mon capital est investit 1/4 en liquidités (pas bien d’ailleurs). Sur les 3/4 investit la moitié environ est placé sur des titres qui rémunèrent bien en dividendes (EN / ORA notamment) . Depuis les 5 ou 6 ans que je joue EN, j’ai touché 1 seule fois les dividendes. Pourquoi? Simplement parce les circonstances font que j’ai toujours l’occasion de profiter d’une hausse pour toucher beaucoup plus que ce que verserait les dividendes. Notons toutefois que cette année j’ai raté mon coup et je suis rentré un peu haut avec un PRU total de 31 EUR, je risque de me contenter que des dividendes en AVRIL. La j’y vois un intérêt.

    1. Post
      Author

      Ce que j’essaie de vous expliquer c’est qu’il investit dans la valeur et que les dividendes en sont une des conséquences mais vous pouvez continuer à considérer ces 2 sujets comme déconnectés et continuer à chercher à tout prix à justifier votre approche, c’est ok pour moi. Je ne cherche pas à convaincre tout le monde. Je dis simplement qu’il y a des personnes qui ne veulent pas surveiller constamment le cours de leurs titres et faire des coups et qui préfèrent une approche orientée dividende. Ce n’est pas votre cas, tant mieux pour vous si vous approche vous convient et fonctionne.

      Je ne suis pas certain que EN et ORA soient des investissements valeur 🙂 vous avez donc intérêt à spéculer sur la hausse et lâcher dès que vous avez une PV.

  14. « mais vous pouvez continuer à considérer ces 2 sujets comme déconnectés »

    Justement Mickaël, j’explique que selon moi les 2 sont liés. C’est toi qui explique que l’on peut jouer le dividende sans jouer la valeur.

    Je ne cherche pas non plus à justifier mon approche, désolé que l’on ne se comprenne pas … j’essaye de justifier que le dividende seul est une hérésie.

    « Je ne suis pas certain que EN et ORA soient des investissements valeur 🙂 vous avez donc intérêt à spéculer sur la hausse et lâcher dès que vous avez une PV »

    On est d’accord, c’est 2 lignes sont des lignes rejugent avec un objectif « petit coup gagnant » à saisir 1 fois ou 2 par an ou dividendes de compensation.

    1. Post
      Author
      1. Tu dis par exemple

        « n’achetez pas dans l’optique de revendre : si la société est rentable pourquoi la vendre ? »

        Tout investissement conduit un jour ou l’autre à une sortie du capital, au moins à la retraite. Si la société ne verse plus de dividendes et le cours a baissé tu sors perdant. En disant de ne pas revendre tu « déconnectes » les 2 sujets.

        « vous ne cherchez pas à faire du gain en capital (acheter à 25 € pour vendre à 27 €) parce que vous avez compris que vous n’êtes pas devin et que le cours futur est une inconnue »

        Tu déconnectes à nouveau les 2 sujets. OK revendre parce qu’un titre prometteur passe de 25 à 27 EUR c’est une hérésie, en bourse il faut savoir attendre. Mais garder passivement sous prétexte d’un dividende un titre qui serait passé de 25 à 50 EUR c’est absurde. Il est indispensable en bourse de PRENDRE SES BENEFICES. Quitte à se repositionner à 50 EUR pour reprendre la stratégie de dividende si le titre est prometteur. Le prise de bénéfice aura au moins permis de sécuriser ta position.

        1. Vous utilisez souvent le terme ‘jouer’ , qui prouve déjà que votre approche est biaisée. Est-ce qu’on ‘joue’ à l’achat d’un appartement pour faire du locatif ? Non. On ne joue pas on plus en bourse. On investit.

          Ensuite, Warren Buffet ne verse pas de dividende car Berkshire fonctionne très bien sans, mais Berkshire profite aussi très bien des dividendes de KO et PG par exemple, entreprise qui versent des dividendes depuis 50 ans.

          Mais c’est sûr que si on persiste à avoir un horizon d’investissement franco-francais avec des entreprises médiocres qui versent un dividende pas forcement perenne, genre Altarea, la vision est encore une fois biaisée.

        2. c’est assez hilarant de vous lire déblatérer des thèse communistes, mais vous avez raison les patrons sont des exploiteurs, la richesse c’est le mal absolu, le travailleur est exploité, le livret A reste le meilleur placement au monde, le monde entier nous envie surtout notre sécurité sociale qui n’est pas en faillite, les riches se sont enrichis en exploitant des enfants et des sans dents, etc
          mais concrètement vous n’avez jamais mis un euros en bourse, ni jamais acheter d’immobilier et jamais rien produit, je parie que vous êtes un(ou une ) petit fonctionnaire de catégorie C qui vie sur le dos des gens que vous détestez tant.
          Vous êtes simplement pathétique à venir sur un blog est craché votre haine sur un système (dividendes) qui a enrichis des millions de gens alors que vous n’avez jamais rien fait ni produit et comble de l’ironie et de votre bassesse intellectuel vous ne proposez rien et à l’avenir éviter de dire le mot  » je joue a la bourse » sa vous rend automatiquement ridicule et prouve que vous ne connaissez rien.
          cordialement 🙂

  15. @David : Je n’utilise pas le termes « jouer » dans le sens jouer aux billes David, à priori tu ne le sais pas mais ce verbe, comme beaucoup d’autres de la langue française, a plusieurs définitions dont l’une est : « Jouer : Exploiter une situation, un sentiment, une idée pour en tirer parti ».

    Quand à l’horizon Franco / Français, je partage ton avis David mais on est bien français, et le taux d’imposition, je me permet d’insister, enlève tout intérêt d’une stratégie de dividende seule. A noter également que le PEA est restreint à certains titre. Alors maintenant si il faut aller chercher le dividendes au brésil … on est loin de l’eldorado décrit non?

  16. @Vegeta : Désolé je n’ai absolument rien compris à votre propos, si on peut appeler ça un propos …

    … c’est incohérent
    … c’est limite insultant envers ma personne
    … c’est mensonger puisque vous déformer mes propos (exemple j’explique plus haut que je profite moi même de dividendes mais en complément d’autres mécanismes, donc comme pouvez vous dire que j’ai de la « haine » envers les dividendes … enfin ça n’a pas de sens non?)
    … néanmoins j’ai ris

    Et comme pour David plus haut, je vous invite à un peu de culture en consultant la définition de JOUER, voici un lien : « http://fr.wiktionary.org/wiki/jouer ».

    Je me permet donc de continuer à utiliser ce termes, n’y voyez aucun provocation de ma part 😉

    N’hésitez pas à me présenter vos excuses, étant de bonne humeur je pourrais les accepter

  17. je savait que vous allez me répondre ce genre de propos car je connait très bien le comportement des communistes ainsi que leurs petites stratégies et manigances, je vous le répète encore vous n’avez jamais investi en bourse, vous vous inventez une vie d’investisseur pour vous faire accepter par les gens qui vont lire vos messages et peut être les influencer de façon sournoise et perverse, votre minable tactique de communiste pour diaboliser la bourse est très connu.
    Je tiens simplement à vous dire que vous pouvez pleuré vous roulez par terre écrire des millions de fois sur des blogs etc mais vous ne pourrez jamais changer les lois de l’économies, de plus votre haine des investisseurs et des dividendes,comportement typiquement français, se traduit par des taxes punitifs envers les dividendes
    cordialement.

  18. Bonjour Michael et merci pour cet article sur les dividendes.

    Oui, j’utilise et j’aime la bourse. Bien utilisé, c’est un outil qui permet de générer de véritables revenus passifs. Ce qui s’appelle faire travailler l’argent pour soi.

    J’aime également beaucoup votre approche du marché: une approche pépère, en mettant les statistiques de notre côté.

    J’ai également vu beaucoup de personnes qui jouent en bourse comme elles joueraient au casino. Le genre de personnes qui grillent généralement très vite leur portefeuille. Réussir en bourse nécessite de la constance, de la régularité et des règles bien établies. L’aspect psychologique y est également important.

    Bref, l’univers de l’investissement en bourse est très intéressant, mais attention aux milliers d’arnaques qui promettent des bénéfices considérables avec un investissement minimum!

    Cordialement,
    Nicolas

  19. Bonjour,

    Je suis tombé sur cette file par hasard (enfin, presque, étrangement le site ne parle pas de la collection de papillons…) et je ne puis m’empêcher de résumer la discussion.

    Les dividendes sont tout aussi incertains que les cours de Bourse. Les deux sont intimement liés.
    Mais:
    – il existe des sociétés qui ont une stratégie très long terme basée sur le versement de dividendes réguliers. Étrangement, ce sont des sociétés dont le cours de bourse a également beaucoup monté depuis leurs origines…
    – La volatilité est ce qui peut faire vraiment gagner en bourse. Ce qui est intéressant, ce n’est pas seulement les 5% de dividendes que l’on peut avoir, mais les 5%+ les 50% que peuvent faire certains titres
    – La solution pour éviter trop de sociétés comme Orange achetée à 200€ tient en deux termes: ne pas acheter plus cher que cela ne vaut (quand Orange était à 200€, en pleine bulle des technos, il était évident qu’elle ne les valaient déjà pas…) et se diversifier. Si la valorisation d’une entreprise peut être un exercice très difficile (et on n’est pas à l’abri d’actions stupides/de corruption/de magouilles de la part du management qui viendront ruiner les meilleures estimations…), la diversification peut être davantage maîtrisée.
    L’investissement dépend énormément de la psychologique de chacun. En ce sens, il vaut mieux s’approprier une logique qui nous soit propre.

    C’est un sujet qui m’a toujours passionné, aussi je me permets de mettre ici un lien vers une série d’articles à ce sujet: http://www.investisseur-particulier.fr/dividendes-to-be-or-not-to-be-episode-2

  20. Eh oui les actions à fort dividendes ! Nul besoin de se stresser avec des coups à la hausse (et souvent à laisse qu’on ne dévoile pas comme tu dis)
    Personnellement, je n’ai pas investi une très grosse somme en bourse donc mes revenus passifs concernant les dividendes ne sont pas élevés pas c’est toujours ca à prendre.
    De plus, plus on y investi, plus on fait des petits ! 🙂

    Merci en tout cas Michael pour ton article (qui est volontairement simplifié je pense)

    1. Post
      Author

      En effet, le concept est simple mais l’appliquer ne l’est pas ! J’ai voulu ici simplement présenter le principe que 90% des gens ne connaissent pas.
      Je suis à bientôt 700 € / mois de dividende en moyenne, chaque mois ça augmente c’est vraiment génial comme source de revenus.

      1. Vive le QE et la chute de l’euro ! 🙂
        Les dividendes US augmente mécaniquement ‘tous seuls’ ces derniers mois grâce à cela, ce qui est plus qu’appréciable !

      2. Bonjour,

        Merci pour cet article Michael ! Je me penche effectivement sur les revenus passifs que peuvent générer la bourse. Tu affirmes toucher 700€ de revenus avec les dividendes ? Combien investis-tu pour obtenir un tel bénéfice ? J’ai hâte d’en savoir plus.

  21. Salut Mickael,
    Personnellement, je suis d’accord avec Ozanne, il ne faut pas investir en bourse uniquement pour les dividendes, mais considérer ceux-ci comme un plus.
    Tu doit certainement très bien l’avoir enregistrer pour ton propre usage, car tu a déja des rentes grace a cela, et je pense qu’il serai bien que tu le précise dans ton poste. Ou en tout cas que tu l’accentue, car pour quelqu’un qui n’est pas de ce monde la, et a qui tu veux lui montrer les bienfaits, il ne voit en aucun cas les risques de celui-ci.
    Pour quelqu’un d’expert en bourse, je pense qu’il n’est par contre nullement besoin de lui préciser l’éxistence du dividende.
    En espérant que tu fasse la modification,
    Cordialement.

  22. Salut, intéressant mais on gagne en rendement que en année ? Je trouve que c’est pour du long terme et être patient.

  23. Pourquoi adorez-vous les dividendes ? Parce que vous êtes des vilains tout moche.
    Bons samaritains, Business Angels : mon cul.

    Allez bosser plutôt que de piller le salaire de vos petits protégés.

  24. Un joueur de casino ne blesse que lui même : le spéculateur en bourse.
    Vous, vous êtes des marchands d’esclave : les gueules d’Hippo-gloutons bouffeurs de dividendes.

    « L’argent bosse dur pour moi » : arrête d’être faux-cul, l’argent se bouge autant que ton QI, et la pièce de 2€ sort ses petits bras pour t’applaudir aussi ?

    Des salariés bossent dur, et toi tu les voles. Ni plus, ni moins.
    Tu feras moins le malin quand ils seront à ta porte, et ce n’est plus du conditionnel : la rupture approche à grands pas.

    1. Post
      Author

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.