Investir dans des noms de domaine

Michael Ferrari Investir en bourse et dividendes 8 Commentaires

Avec la généralisation d’internet apparait de nouveaux métiers. Voici l’un d’entre eux : investisseur en nom de domaines. Si cela peut prêter à sourire, c’est une activité qui se développe et j’ai assisté à quelques présentations de personnes qui en vivent. Alors où se situent la limite entre cybersquatteur et investisseur ? Aujourd’hui Franck de Papa-blogueur vous propose de vous présenter en quoi cela consiste !

Franck, c’est à toi !

———————————————-

Imaginez la sortie prochaine d’un nouveau téléphone portable, d’un nouvel appareil photo numérique ou d’une nouvelle tablette, les Internautes ferons forcément des recherches sur le sujet. Vous me suivez ? L’achat, l’utilisation ou la revente d’un nom de domaine apparenté à ce produit peut parfois rapporter gros.

Ces investissements dans des portefeuille de noms de domaine basés sur des mots clés très recherchés, quelque soit le sujet, des expressions intéressantes ou en prévision d’évènements futurs s’appellent : le domaining.

Les spéculateurs faisant ensuite fructifier ces ndd (nom de domaine) via des pages “bateaux” à contenu publicitaire. Puis, en fonction de l’offre et la demande, ceux-ci sont revendus.
Pourquoi acheter et revendre des noms de domaines ?
C’est une activité lucrative comme tant d’autres. Pour s’enrichir sur un sujet intéressant, il faut attendre (ou créer) un marché d’offres et de demandes. L’arrivée d’Internet et des noms de domaine a donné le champ libre aux astucieux investisseurs qui se sont lancés dans cette nouvelle ruée vers l’or.

Le nom de domaine est la carte de visite d’une société. Leur emails y seront reliés, la marque est mise en valeur, facilement reconnaissable et surtout rapidement trouvable sur Internet.
Acheter à l’avance le nom de domaine d’une marque, d’une entreprise, d’une personnalité publique, c’est prendre l’avantage sur ceux-ci pour une utilisation personnelle et / ou lucrative. Le trafic reconnu à forte notoriété est ainsi parasité sans complexe. Mais pour les petits malins qui se lanceraient tout de suite, une petite chose à mettre au point tout de suite, il est interdit d’acheter des noms de domaine de marques :
« le dépôt de la marque permet de jouir du droit sur le nom de domaine alors même que celui-ci n’est pas exploité », source

Mais comme partout ailleurs, la loi est souvent contournée, sous une menace constante de remise à l’ordre, parfois très fracassante et onéreuse (plusieurs centaines de milliers de dollars dans certains cas). Ce qu’il faut éviter, c’est le cybersquatting et typosquatting.

Cependant, il n’est pas nécessaire d’acheter des noms de marque pour tenter de s’enrichir. Certains noms de domaines valent des sommes folles et leur revente fait grands bruits sur le Net, comme en 2008 pour “Fund.com” qui c’est échangé à 10 millions de dollars et “sex.com”, il y a peu, pour 13 millions de dollars !

Par ailleurs, les grosses boîtes veillent vaillamment au grain. Les noms de domaines ciblés sont enregistrés, en général, bien à l’avance et mise de côté. Parfois même sous la plupart des extensions connues et utiles, avec et sans tiret, de différentes déclinaisons, etc.

Mais ce n’est pas une généralité, sinon il n’y aurait pas de commerce sur l’achat, l’utilisation et la revente de nom de domaine.
Quel nom de domaine choisir ?

Tout dépend des niches choisies. Il faut être lucide, les noms de domaines les plus recherchés sur des sujets comme les nouvelles technologies, les évènements sportifs, les jeux ou encore le monde féminin sont réservés par de nombreuses sociétés, les pros et quelques amateurs au nez fin. Mais qui ne tente rien n’a rien.

Évitez aussi les noms de domaine sans valeur, farfelus, trop longs, … Restez sérieux, concis, et réaliste.
Préférez les nom identifiables, noms génériques, noms communs ou noms propres, évitez à tous prix les ™, nom de stars et de people.
Une fois votre petite liste d’idées de ndd établie, quelques études marketing et commerciales vous seront nécessaires avant de débourser le moindre euro pour leur achat.

A savoir, tout comme son nom, l’extension est importante. Le « .com » est international, il s’achète et se vend le plus facilement et a le plus de valeur. Ce n’est pas pour autant qu’il faut délaisser les autres extensions, comme le .fr pour les français, dont le marché est de plus en plus florissant. Mais avec l’arrivée successive des autres extensions, il est facile de s’y perdre et d’échouer dans vos plans de retraite facile.

Les tirets “-”,“_” et les particules (le, your,…) sont aussi à prendre en compte tout comme les “fautes de frapes”. Certains les trouvent intéressants, d’autres à proscrire.

Sachez vous entourer, surfez sur la toile, inscrivez-vous sur les forums, blogs et sites spécialisés sur le domaining. Sans les bases, vous êtes certains de faire les mauvais choix et perdre beaucoup d’argent !
Comment faire fructifier vos noms de domaine ?
L’achat en masse de noms de domaine se rentabilise par leur exploitation commerciale, dans l’attente de leur revente, sous forme de Parking. Une page unique gonflée de publicités afin d’engendrer quelques revenus passifs.
Bien entendu, plus le nom de domaine est étudié en fonction du marché, plus l’investissement est bon.

Petit bonus, renvoyez les visiteurs vers vos autres noms de domaines en parking.

Pour travailler en toutes légalités, il est préférable de ne faire aucun tort à un tiers (surtout les marques), cette remarque s’applique aussi au contenu de votre page, de vos métas données, de vos liens, etc.
Où acheter un nom domaine ?

Une petite recherche sur un WHOIS suffit pour trouver des noms de domaine libre. Des sites comme Amen, 1&1, OVH et tous les autres Registrar possèdent ce service.

Il suffit ensuite, d’ouvrir un compte et d’acheter le ou les noms de domaine choisis, sans aucune autre option supplémentaire.

De manière indirecte, sur les forums domainers. Suivez les offres et les demandes du marché et des membres, il y a beaucoup à apprendre et à connaître. Les espace de vente et d’achat sont très encadrés et sérieux.

Les conseils des pros :

  • ne pas acheter forcément des noms de domaine libres qui n’ont aucun avenir. Préférez les seconds marchés, peut-être plus cher, mais plus lucratifs,
  • vérifiez sur l’INPI si le nom de domaine choisi n’est pas une marque,
  • ne pas acheter à tout va (surtout pour les débutants), la qualité prime sur la quantité. Il faut penser au coût du renouvellement chaque année !

Comment revendre un nom de domaine ?

Il existe de nombreuses places de marchés spécialisées dans la revente de nom de domaine, voici les plus connues :

www.sedo.com (très connu et apprécié)
www.oseox.fr
www.edidier.com
www.capnom.com
www.bidsoo.com

N’oubliez toujours pas les forums domainers. Les ventes au second marché y sont nombreuses, entre domainers directement ou avec des entreprises.

L’intéressé peut tout aussi bien rentrer en contact directement avec vous, depuis les informations présentes dans le Whois de vos noms de domaines. Ainsi l’entreprise désirant les acquérir vous fera une proposition commerciale directement.

A l’inverse, le domainer pourra rentrer en contact avec des sociétés afin de leur “vendre” (à tous les points de vues) des noms de domaines qui pourraient les intéresser. C’est un travail long et fastidieux mais qui peut rapporter plus que de passer par des intermédiaires.

Deux conseils de pros :

  • l’évaluation du prix ne donne en aucun cas le prix final de revente, ce n’est qu’une fourchette,
  • ne soyez pas trop gourmand (surtout pour les débutants), il est plus facile de perdre une vente que d’en trouver.

Gagner de l’argent sur Internet avec le domaining, est-ce réellement possible?

Personnellement, je ne me lancerais pas dans le domaining, par manque de temps et de fonds surtout. Il faut pouvoir investir avant de rentabiliser. Le marché est fluctuant et on ne sait jamais à l’avance si les ndd achetés seront rentables et surtout quand (rapidement, dans 5 ans ou dans 10 ans ?).

Mais suite à mes recherches sur le sujet, j’ai pu constater que bon nombre y gagnent tout de même de l’argent. Mais ces investisseurs considèrent ces revenus comme un complément et non pas comme activité principale. D’autres s’y lancent par hobby, par passion, pour le risque tout autant que la bourse ou le poker. Mais comme partout, il y a des génies qui ne comptent pas leurs heures, connaissent le marché comme leur poche et font fortunes, mais ils ne sont pas légions.
Je n’ai pas de chiffres précis sur la rentabilité dans le domaining. Les français sont très frileux lorsqu’on parle argent et revenu, et cette méthode pour gagner de l’argent avec Internet reste assez fermée sur ce point d’autant que le marché français est très hésitant et balbutiant comparé au marché anglophone. Ceci s’explique par le volume des noms de domaines beaucoup moindre que dans la langue de Shakespeare, tout comme le nombre d’acheteur, cette technique n’est pas très connue des entreprises.
Mais d’un autre côté, les investisseurs français ne sont pas aussi nombreux, comparativement, que dans les autres pays. Il y a donc encore une place à se faire pour veux qui osent.

Pour conclure, investir dans les noms de domaine n’est pas réellement nouveau. L’aventure est de plus en plus encadrée par les lois et des jurisprudences. Mais cela reste encore assez fouillis car les différentes législations ne sont pas uniformes. Il y a une certaine ressemblance avec l’investissement en Bourse, certains risques en moins mais avec plus d’inconnues car le recul est tout de même limité. Néanmoins, un projet bien ficelé et judicieusement encadré peut, à moyen et long terme, devenir une source de revenu passif sans demander trop d’effort.

Commentaires 8

  1. Arnaud

    Ah ben justement, récemment j’ai repéré, sans le faire exprès, un nom de domaine d’un seul mot en -.com acheté par un grosse société française.
    Mais le domaine n’est pas exploité du coup je serai assez tenté d’acheter le -.fr qui, lui, est libre pour m’installer avant eux 🙂

  2. Shinmai

    Article super intéressant. J’en avais déjà entendu parlé (lors de la vente de « Funds.com »). De base je trouve cette activité assez fun, ça peut être une bonne idée pour compléter des revenus.

  3. [email protected]

    Finalement c’est un peu comme acheter un terrain dans l’espoir qu’on jour un centre commercial vienne s’installer dessus et faire une plus-value énorme.

  4. Franck | Papa Blogueur

    Merci pour vos critiques. En effet, j’ai découvert un monde assez secret fait surtout de gens qui s’y connaissent. Ceux qui débutent soient apprennent bien et peuvent espérer gagner de l’argent, soit se plantent ou arrêtent rapidement.

  5. Sponge Bob

    Gagner de l’argent sans apporter aucune valeur au monde qui nous entour. J’ai vu des manières plus nobles de gagner ça vie.
    Aussi ,le jour ou vous chercherez à acheter un domaine pour développer votre activité et que vous le payerez 10x le prix normal à Mr MiddleMan, vous comprendrez qu’on se passe bien de se genre d’opportuniste dans notre société.
    A++

  6. chivapiano

    D’accord avec Sponge Bob.
    Cet article est l’exemple caricatural de ce que je déteste dans la spéculation: vouloir faire de l’argent… sur rien!
    Et oser appeler cela un « investissement ».
    A+

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.