Il s’agit surtout que vous puissiez vivre selon vos propres règles

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Réussite et succès 14 Commentaires

SONY DSC

Avec le temps et l’expérience, j’ai réussi par poser des mots sur un besoin fondamental que j’ai toujours eu : celui d’être libre. Esprit Riche et tout ce dont je parle permet, notamment, cela.

Je suis récemment allé en Islande et je dois dire que c’est l’un de mes voyages préférés. Que font les islandais ? Tout d’abord, disposant de sources d’eau chaude, ils aiment les piscines – si possible en plein air. Si l’air est à quelques degrés Celsius, l’eau est à 38 °C. Cela donne ceci :

Blue Lagoon

Blue Lagoon : oui, j’y suis allé. C’est intriguant.

 

Geyser Geysir

Les fameux Geyser dont l’eau est à 100°C

Mais l’Islande m’a séduit pour ses espaces et la diversité de ses paysages : mer, montagne, volcan, glacier… Et que vous fait-on goûter lorsque vous faites une balade en bateau sur un glacier ? De l’eau de 1000 ans d’age 🙂

Ce qui m’a frappé c’est la simplicité du pays, le calme et l’espace.

Glacier Islande

Le glacier de Jökulsárlón

SONY DSC

Dyrhólaey, à côté de Vik. Plage de sable noir.

Iceland black sand

Les étendues de sable noir avec la coulée de glace au fond

Skógafoss

Les impressionnantes cascades sont disséminées dans le pays. Ici Skógafoss.

SONY DSC

Paysages de montagne où il n’y a rien si ce n’est une piste et personne à croiser

Eyjafjallajökull

Au loin, Eyjafjallajökull

Aurore Boréale

J’ai même réussi à voir une petite aurore boréale

C’est le genre d’endroit où je retournerai avec plaisir tant il y a à faire. Entre l’impression d’être dans le Mordor et celui d’être au plus proche de la nature, c’est génial ! La nature est « brute », à se demander comment certaines familles isolées et au pied de volcan en activité peuvent dormir sur leurs 2 oreilles. Les loueurs de voitures sont habitués à retrouver leur voiture endommagée : éclat de pare-brise, peinture décapée par un vent sablé ou plus grave. Nous avons croisé un groupe d’américain resté piégé dans une tempête de neige qui a plié la porte de leur 4×4. Nous n’avons visité « que » la partie sud de l’ile en 10 jours. Je pourrais y passer 1 mois sans difficulté.

Si je vous parle de tout cela, c’est que la liberté reste une clé pour vivre pleinement. Aujourd’hui, cela veut dire voyage pour moi mais pour vous c’est peut être autre chose.

Vous pouvez être libre d’une dette, d’une dépendance à une source de revenus, d’un patron, d’un milieu social ou d’obligations en tout genre.

Vous pouvez être libre de vos propres « travers » comme le fait de ne pas savoir gérer votre argent, votre temps, de procrastiner ou de ne pas créer la vie que vous méritez parce que vous ne vous l’autorisez pas.

Et tout ceci est à votre portée. Ce n’est pas forcément immédiat ou facile mais il y a toujours une forme sous laquelle c’est possible pour vous.

 Dites-moi une chose : qu’est-ce que cela veut dire pour vous ?

Stay Tuned !

 Plus de photos ici

Commentaires 14

  1. Merci pour ce partage de photos de magnifiques paysages. C’est beau et ressourçant même si je ne suis pas certaine que j’aimerais y vivre à l’année. C’est assez rude.

    Pour moi, la liberté, c’est pouvoir vivre entre 2 pays et savoir que si j’ai envie de me faire plaisir, c’est à ma portée.

    La liberté, un beau sujet de philosophie.

    1. Post
      Author

      Certains habitants du coin s’y font : ils se baladent en tong/chaussette ou en t-shirt. La plupart ont froid 🙂

      C’est vrai que le voyage est une belle image de liberté !

  2. Très inspirant! À force de trop penser à devenir riche on en oublie les fondements. Pourquoi voulons-nous devenir riche? À trop avancer sans but clair, on ne finit que par errer… Pour ma part, l’argent n’est qu’un moyen parmi tant d’autre. La vrai richesse c’est le temps libre à ma disposition pour créer, m’épanouir, passer du temps avec les êtres chers et retrouver la nature. Merci pour ces paysages à couper le souffle. Ça donne le goût de s’y retrouver… Et de ne pas en revenir… 😉

    1. Post
      Author
  3. Bonjour,
    Je vous remercie pour ce billet et ces belles images. Je connais quelqu’un qui est allé en Islande.
    Je ne rêve pas particulièrement de voyages, mais ce que vous dites en fin d’article sur la liberté me questionne profondément. C’est aussi pour ça que je trouve votre billet excellent.
    Merci.

    1. Post
      Author
  4. Pour moi la liberté c’est réussir à créer ses propres règles, ce qui ne veut pas dire n’avoir aucune contrainte. On a tous des relations. Et si on a pas de patron, on a des clients. Donc on ne peut pas faire ce que l’ont veut non plus.

    La liberté implique un grosse contre-partie que peu de gens sont prêt à appliquer, la liberté implique la responsabilité total de sa vie. La liberté implique bien souvent de donner de la valeur aux autres. Valeur échangeable contre de l’argent, ou du temps libre. Ce que tu as fait Michael en gros en créant des sources de revenus et un business. Bref, tu as osé, tu mis de côté tes peurs, et tu l’a fait.

    Après il y une différence entre être libre parce qu’on est en congés 5 semaines dans l’année (au même moment que les autres d’ailleurs), et la liberté à long termes, parce qu’on a réussi à créer un système qui génère de l’argent, et nous procure cette liberté. Pour moi être en congé, ce n’est pas être libre. C’est juste une parenthèse. Entre libre toute l’année, c’est autre chose. 😉

    J’ai gouté à la liberté toute l’année, sans les voyages, mais Ça reste délicieux cette sensation de ne devoir rien à personne, et gérer son temps comme on l’entend. Après avoir connu ça, vous ne voulez plus remettre votre liberté à quelqu’un, revenir au salariat.

    Magnifique pays l’Islande, merci pour les photos.

    1. Post
      Author

      Ce que tu dis sur la liberté toute l’année me rappelle à quel point on nous « colle » un planning et des contraintes que l’on « accepte » dès notre plus jeune age et parfois dont on ne sors jamais.

      1. Très juste, les gens acceptent tout un tas de choses, car ils pensent qu’il n’y arriverons pas en faisant autrement. Ce qui évidemment n’est qu’une illusion.

  5. Alors ça c’est marrant…J’étais sur l’Eyjafjoll il y a pile 1 mois !! En pleine tempête d’ailleurs. On a visité les mêmes endroits apparemment…

    Et j’ai choisi d’y aller parce que c’est dans de tels endroits que je me sens libre. Passer 10 jours avec mon sac à dos et rencontrer un nouveau paysage, de nouvelles personnes à chaque virage, c’est ça que j’aime !

    Alors une grosse partie de mon budget passe dans ces voyages. Et quand ils sont bien organisés et qu’on s’y prend à l’avance, le budget est honnête et maitrisé. J’ai la chance d’avoir réuni une bande de copains qui aiment les mêmes voyages et qui ont les mêmes moyens. Pas de prise de tête 🙂 Pour le reste, il n’y a qu’à se fixer un budget annuel et mettre de côté tous les mois. Rien de plus simple.

    D’ailleurs mes voyages sur les 2 prochaines années sont déjà prévus : Népal et Chili. Je continue ma route vers la liberté 🙂

    Julien

    1. Post
      Author

      Oui je me suis senti hyper libre là-bas. Probablement l’espace et le dépaysement 🙂

      C’est vraiment un pays où je retournerai pour continuer l’exploration.

  6. Ma définition de la liberté = pouvoir choisir mes contraintes, notamment ce que je fais de mon temps. Travailler uniquement si cela me fait plaisir ou si j’apprends quelque chose, vivre à contre courant des rythmes habituels, profiter du hamac sans penser que je DOIS faire telle ou telle chose… Finalement, le plus dur est d’être libre de soi même , de toutes ses exigences et de toutes ses pensées limitantes…

  7. Avec de tel paysage, il y a de quoi se sentir libre. On est loin du stress des grandes métropoles où l’espace et la verdure est un luxe.

  8. Tout à fait d’accord avec ton commentaire sur le « planning » qu’on nous colle dès notre plus jeune âge Michael. Il y a une véritable pression sociale qui nous « force » littéralement à entrer dans le système sans quoi on devient une sorte de paria… Un bizaroîde… Il y a d’abord nos parents qui nous enseignent sans le vouloir qu’il est « normal » d’aller travailler chaque jour et de revenir à la nuit tombée pour gagner sa croute. Puis, il y a l’école qui nous enseigne davantage à devenir un bon travailleur qui arrive à l’heure, rapporte du travail à la maison et saît se conformer aux attentes qu’à devenir un libre penseur, un inventeur, un entrepreneur… Quant aux médias… Ils veulent faire de nous des sur-consommateurs. On en finit par ne même plus envisager qu’il puisse y avoir d’autres solutions que celle d’entrer dans la rat race…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.