Etes-vous a bord du prochain « PSA d’Aulnay » ?

Michael Ferrari Finances personnelles 27 Commentaires

Dans le capitalisme, il y a des voitures. Dans le communisme, il y a des parkings.

J’ai entendu parler de l’actualité de la fermeture du site d’Aulnay de PSA et j’ai été surpris par les commentaires. Par exemple regardez celui-ci extrait de cet article :

Jean-Pierre Mercier, lui, estime que « la gauche a tous les pouvoirs en main : ils ont le Sénat, les régions, les maires, les conseils généraux ». Et prévient : « si avec ça, ils ne sont pas capables de demander à Peugeot de maintenir tous les emplois, on se demande pourquoi ils sont au pouvoir ».

 

Et celui-ci d’un ministre :

« Il y a, je crois, un devoir de Peugeot vis-à-vis de la nation France »

Voyez-vous plusieurs problèmes ?

Je ne parle pas du fait que l’état doit ou ne doit pas interférer dans le secteur privé. Il est tentant de faire appel à ceux qui représentent le pouvoir alors qu’ils n’en ont pas (ni les moyens, ni le droit) mais il y a un problème capital dans ces déclarations. Ces gens jouent un jeu dont les règles ont changé il y a bien longtemps.

Les règles du jeu du siècle précédent disait qu’il fallait travailler toute sa carrière dans une entreprise et qu’en cas de problème l’état-maman interviendrait. Cela fait des dizaines d’années que les règles du jeu ont changé. Le drame, c’est lorsque vous vous réveillez un matin et que vous réalisez que pendant 20 ans vous avez joué un jeu dont vous n’avez pas compris les règles.

Quelles sont les règles selon lesquelles vous jouez ?

 

Commentaires 27

  1. Cécile

    Dire que PSA est une entreprise privée alors qu’elle a accepté largement des subventions de l’Etat et à plusieurs reprises, c’est assez drôle.

    Cela dit, ce que tu dis sur les règles du jeu est très juste. Le vrai problème aujourd’hui c’est comment démocratiser l’accès à ces nouvelles règles ? Parce que clairement, la grande majorité n’est pas au courant. Finalement, la vraie injustice dans cette histoire de PSA, elle est là.

    (Après on pourra aussi s’interroger sur l’éthique de ces règles, mais ça c’est une autre histoire).

    Moi je ne me lamente pas, de toutes façons, la bagnole est une technologie vouée à une mort prochaine (50 ans). La gauche, la droite, le capitalisme et le communisme n’ont rien à faire là-dedans.

    1. Post
      Author
      Michael
      Dire que PSA est une entreprise privée alors qu’elle a accepté largement des subventions de l’Etat et à plusieurs reprises, c’est assez drôle.

      C’est comme dire que tu n’es pas libre si tu acceptes des APL ou la prime pour l’emploi. Je vois surtout que c’est plus fort que l’état maman qui se sent obligé de subventionner le privé au lieu de baisser ses propres dépenses et donc ce qu’il ponctionne sur ces mêmes entreprises (mais c’est un autre débat…) Voir La grève : http://esprit-riche.com/la-revolte-datlas-atlas-shrugged-ayn-rand/

      1. Cécile

        Non, tu ne peux absolument pas comparer un individu et une grande entreprise (qui ne doit pas payer tant d’impôts que tu sembles le croire s’ils se débrouillent aussi bien que Total).
        C’est comme comparer le budget d’un Etat et celui d’un ménage : ça n’a aucun sens.

        PSA a accepté des subventions de plusieurs millions d’euros, et à plusieurs reprises, notamment pour développer des moteurs hybrides (alors que c’est une entreprise qui fait des bénéficies qu’elle pourrait réinjecter dans la R&D…). Et je ne pense pas que ce soit « l’Etat-maman » qui ait forcé PSA à accepter la thune.

        Cela dit, je ne dis pas que c’est un scandale que PSA ferme ses usines en France (je ne voudrais pas que tu croies ça en lisant mes messages), mais je pense qu’il faut faire très attention à ce qu’on dit.

        Je répète, le bon point de ton article, c’est de souligner qu’effectivement les règles du jeux ont changé. Perso je préférerais que l’Etat se moque de PSA et qu’il s’occupe d’éduquer ses citoyens au changement, au moins il servirait à quelque chose. Mais bon on peut toujours rêver. L’Etat tel qu’il est aujourd’hui est une grosse machine qui sert à rien, parce qu’il vit toujours au XXème siècle. Il mise sur des entreprises du XXème siècle (la bagnole), alors que tout ça, c’est fini.

  2. Julien Arcin

    C’est le problème quand on veut vivre dans un monde « tel qu’il devrait être » au lieu de vouloir vivre dans le monde tel qu’il est vraiment. Je ne connais pas vraiment cette affaire de licenciement PSA, mais je trouve que les français n’ont souvent aucune conscience de la réalité économique.

    Le secteur public ne devrait pas intervenir dans le secteur privé. En continuant comme ça, le pays va à sa ruine.

  3. [email protected] entrepreneur à succes

    Bonjour,

    Le problème des aides de l’état qui ont été ou sont données, c’est qu’au final cela ne change pas grand chose.

    Donner des aides pour garder des emplois, c’est comme remplir un seau d’eau remplit de trous.

    On ne résout pas le problème, on ne fait que le déplacer dans le temps.

    On pourrait bien sûr réparer les trous mais si c’est un vieux seau, il y a de fortes chances que cela ne dure pas.

    Si l’état veut donner un coup de pouce, il devrait plutôt fournir une aide dans des secteurs d’avenir (financer un nouveau seau).

    Je pense qu’au final, chacun doit réfléchir sur comment s’en sortir et essayer d’avoir une vision à long terme.

    Mais tout le monde n’en est pas capable (intellectuellement et matériellement).

    Que faire alors pour ces gens qui sont licenciés (à plus de 50 ans) ?

    Aujourd’hui, il faut pouvoir faire plusieurs métiers dans sa vie pour s’en sortir. Aussi bien en tant qu’indépendant qu’employé.

    Je pense que les états verrouillent certaines choses pour que les responsables politiques puissent bénéficier des votes aux élections. Un électeur qui touche une aide de l’état aura tendance à voter pour le politicien.

    On n’aide pas vraiment les gens à trouver de l’emploi, on les oblige à suivre un chemin qui va les rendre dépendants du système. Or c’est tout le contraire qu’il faudrait faire : permettre à chacun de trouver la bonne façon de grandir.

    J’ai écrit un article sur le sujet :
    http://www.devenir-entrepreneur-a-succes.com/generale/voici-comment-lemploi-va-evoluer-dici-5-a-10-ans-et-comment-vous-pouvez-en-profiter-maintenant-pour-vous-lancer/

    J’y parle du libéralisme de l’emploi qui est aujourd’hui freiné par les syndicats et l’état.

    Personnellement, j’ai décidé de prendre mon avenir en main et d’expliquer à mes enfants comment le faire (même s’ils sont encore petits pour comprendre).

    Je pense que l’éducation doit se faire le plus tôt possible dans ce domaine.

    Geoffroy

  4. Phil

    Bonjour,

    On a bien changé d’époque : notre génération va changer fréquemment de travail, ce qui va impliquer d’être toujours à jour, de se former constamment, de manière à conserver sa valeur sur le marché du travail. L’avantage c’est que notre génération le sait, et elle peut s’y préparer.

    Il est clair que pour les salariés de PSA le choc sera rude. Quand on a fait 30 ans dans la même boite… Difficile de se recycler.

    D’un autre côté, est-ce anormal qu’une société en difficulté licencie ?
    Si vous doutez de ses difficultés, lisez les rapports officiels de PSA sur les dernières années.

    Accessoirement, PSA est une entreprise privée et l’Etat n’est pas actionnaire de cette société, donc il n’a pas à intervenir dans sa gestion.

    Le capitalisme en France ça ressemble à pile je gagne, face j’appelle l’Etat au secours.

    Ce n’est que mon avis 🙂

    Cordialement,

    1. Post
      Author
      1. Phil

        Effectivement, mon message n’était pas clair.

        Je ne mettais pas PSA en cause du tout.
        Plutôt tout le battage médiatique autour de cette histoire grâce aux syndicats, politiques et divers médias.

        1. Post
          Author
        2. Ludo07

          « Je ne mettais pas PSA en cause du tout. » , avez-vous de la m….. dans les yeux ? Depuis 1 an, PSA, a dit qu’il n’y aurait pas de licenciement, pour ne pas gêner la campagne de N. Sarkozy et en même temps reverse des dividendes plus élevés à ses actionnaires … Mensonges pendant 1 an aux membres du Comité d’Entreprise. Cela me rappelle mon entreprise « On ne peut pas vous donner d’augmentation de salaire car on est en déficit de X centaines de milliers d’euros », or cette même somme a été donnée en prime de départ à la retraite à notre président (votée en Conseil d’Administration et caché en Comité d’Entreprise).

          A la question de Michael, ne faudrait il pas répondre par une question : ne serait’il pas temps de re-nationaliser les grandes entreprises françaises, de rendre l’économie plus morale ? Faut il devenir plus riche en produisant plus de malheur : licenciements, harcèlement au travail,suicides, … ? Le système ce sont les quelques gros « capitalistes » qui l’ont crée, mais rien n’empêche que l’on en change …

        3. Post
          Author
          Michael

          Je ne parie pas 1 € sur la gestion par l’état. Ce sera plus morale peut-être (si vous supposez que la gestion de l’état est morale et bien que la morale n’a rien à voir dans le bouzin) et ça va coûter 2, 3 ou 4 fois le prix. Le privé n’est pas toujours mieux mais (dans un pays libéral) s’il se plante, il ne coûte pas au contribuable.

        4. Phil

          Tout d’abord, merci de ne pas m’agresser. J’expose mon point de vue personnel.

          PSA a sans doute retardé les licenciements pour ne pas interférer avec la campagne présidentielle pour des enjeux politiques. Mais tout ceux qui s’intéressent un minimum à cette entreprise savaient qu’ils allaient licencier cette année. C’était attendu au vue de la santé financière de l’entreprise.

          Il y a peu, on apprend que PSA licencie et tout le monde joue les étonnés ! Les politiques en premier. Belle mascarade.

          C’est terrible pour les employés oui, mais tout ce cinéma politique et médiatique ne mènera à rien sur le long terme. Et ce sont au final les employés qui en souffriront.
          Quand on brûle 200 millions de cash par mois, il faut faire quelque chose, et ça passe souvent par une restructuration accompagnée de licenciements.

          Vous parlez des actionnaires de PSA. Parlons-en !
          Depuis 2009, soit 4 ans, 1 seul dividende a été versé. UN, pas quatre, UN !
          De plus, le cours de bourse a été divisé par 4 : 20 € -> 5€.
          Effectivement, les actionnaires se sont bien gavés : ils ont perdu 75% en valeur, et touché un dividende de quelques %.
          Je ne suis pas actionnaire de cette entreprise, mais l’attaque facile et clichée envers les actionnaires me fera toujours rire.

          En résumé, ni les employés, ni les actionnaires sont gagnants dans cette affaire. Et la famille Peugeot qui détient 1/4 de l’entreprise non plus !
          C’est juste que cette entreprise va mal, et qu’elle a besoin de se redresser. Alors on taille dans le vif malheureusement.
          Mais je suis confiant dans l’avenir de PSA 🙂

  5. Alexandre

    Bonjour,

    J’ai lu également que FRAM est en grande difficulté.

    Le tsunami de la crise financière puis économique est entrain de frapper la France et l’Europe.

    Les gens ne sont pas idiots et ils ont bien compris les règles du jeu mais ils espèrent peut-être que cela n’arrivera pas chez eux !!! c’est comme tout

    Personnellement, mes règles sont simples :

    – Vivre simplement.
    – Dépenser avec du CASH (aucun crédit)
    – Suivre et se former sur l’évolution technologique d’internet

    Alexandre

    1. Post
      Author
      1. Etienne (Developpement-Physique.com)

        Je dirais plutôt que « L’espoir n’est pas une stratégie sérieuse. » La stratégie de l’espoir c’est la technique de l’autruche, et tant qu’il y aura des hommes, beaucoup ferons le choix de ne pas regarder la réalité en face. Après tout, c’est peut être humain ?

  6. gregory

    Le problème des salariés de PSA du site d’Aulnay qui es consciences ou pas de leurs situations ne va pas leurs trouver du travail en cas de fermeture du site le problème est la!

    Après le fait que PSA soient en difficulté cela ce discute quel difficulté???
    Les chiffre on peut les manipulés comme on veux.

    Le fait peut être d’avoir un zéro de moins dans leurs poche?
    Le problème actuel c’est que les gens désires beaucoup d’argent, beaucoup de profit et cela amène a des plans de restructuration, licenciement, fermeture.

    C’est vrai que les temps ont changé mais es ce juste pour autant?

  7. gregory

    Avoir la stratégie n’est pas forcément la solutions a un problème donné.
    Avoir une stratégie ou l’impression d’en avoir une c’est peut être aussi le « cul de sac ».

  8. Vijay

    Avoir une stratégie mais qui ne marche pas vaut mieux qu’un espoir…
    Tout le monde savait que l’usine allait fermer mais on a préféré fermer les yeux et se vivre avec de l' »espoir »

    On a préféré attendre plutôt qu’agir… Pourtant cela fait des années qu’on parle de cette fermeture

    1. nicolas

      « On a préféré attendre plutôt qu’agir….. »

      Qui doit agir?
      L’espoir du père de 55 ans proche de la retraite a par l’espoir que lui reste t’il?

      Si demain le site ferme qui va recherché des emplois pour l’ensemble des salariés???
      Qui???

      C’est un peu facile de dire qu’il faut agir quand on es bien placé dans la société avec un bon statut social!

      C’est bien aux politiques d’agir malheureusement et de dire aux dirigeants de PSA contentés vous de faire « suffire » avec les marges actuels.
      Le maintient du site d’aulnay est plus qu’une affaire d’économie et d’emplois, Mais avant tout une affaire politique entre gauche et droite.

  9. Vijay

    Le problème est bien là. Ce n’est pas seulement a l’état d’agir. L’interventionnisme a outrance est d’un autre siècle. L’état ne peut plus sauver les meubles, le système actuel (mondialisation, concurrence à outrance) fait que l’état ne peut pas tout faire. C’est à chacun de se prendre en main. Attention, je ne dis pas que l’état ne doit rien faire mais c’est à chaque individu de se remettre en question et d’arrêter de penser qu’un emploi salarié est garanti à vie!

  10. Post
    Author
  11. Philippe

    Le pb est que la mondialisation est un atout pour toutes les professions intellectuelles (regardez le business modele d’Apple, toute la production est externalisée, reste seulement la R&D et le marketing) mais une catastrophe pour les autres.

    Tous les emplois industriels à faible valeur ajoutée sont condamnés à terme car ils sont concurrencés par les autres pays. On peut discuter en long et en large, mais la réalité est là.

    Les seuls emplois à faible qualification qui ont une pérennité sont les emplois dans le service.

    Mais forcément, ce n’est pas facile à un ouvrier de 50 ans de s’entendre dire qu’il doit changer de métier alors qu’il a tjs fait son travail correctement et qu’il n’est pour rien dans ce changement de paradigme.

    Les syndicats ont une grande part de responsabilité en laissant croire des choses qui sont fausses (protéger les emplois alors que c’est reculer pour mieux sauter).

    Aujourd’hui Peugeot est en difficulté financière, peut-être que si ces ajustements avaient été fait avant ils auraient pu l’être dans de meilleures conditions.

    Là ça va se passer à la dure et toutes les parties prenantes (salariés, sous-traitants, actionnaires), je dis bien TOUTES vont être perdantes.

    Un gâchis terrible, bien français dans un pays qui s’enfonce un peu plus jour après jour.

  12. Ludo07

    Je vais me faire l’avocat du Diable sur ce site, peut être je vais me faire lyncher lol.

    « Les règles du jeu du siècle précédent … ont changé ». Mais les joueurs aussi peuvent changer les règles, pas seulement les créateurs (« gros capitalistes ») et/ou arbitres. Le jeu devient ce que l’on en fait, il ne faut pas obligatoirement le subir …

    1. Post
      Author
  13. Nouredine

    @ Cécile : si la bagnole en à encore pour 50 ans, je connais beaucoup de secteurs qui aimerait autant de projection.

    Ce matin, j’entendais un politique à la radio qui militait pour la suppression de la TVA pour les livres (déjà faible : à 5,5) car le secteur est en difficulté ou encore les ouvriers du livre qui se mettent en grève : si j’étais eux je changerais de secteur d’activité car l’édition est déjà condamné . Ils ne s’en rendent pas compte ?
    Quand en 1997, je disais à un ami travaillant à Kodak que son entreprise, à moins d’une reconversion, était condamné, il m’a rétorqué que grâce à la qualité supérieur de leur produits, ils s’en sortiraient toujours …

    C’est toujours fascinant de voir que même des esprits intelligents peuvent avoir des oeillères…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.