Dépréciation et automobile

Michael Ferrari Gérer et épargner 38 Commentaires

DSC00786.JPG

Lorsqu’on considère nos finances personnelles, on parle souvent de la voiture. Après le logement, la voiture est la deuxième dépense pour les ménages et c’est donc une très bonne raison de s’y intéresser dans l’objectif de mieux maitriser son budget.

Il y a plusieurs notions qui entrent en jeu sur ce point et je vous propose de les passer en revue pour faire le bon choix.

Tout d’abord, pour évacuer cette question, il est évidemment mieux de se passer de voiture pour épargner son budget. Pas besoin de réfléchir pour cela, si vous avez accès aux transports en commun, ils fourniront un service « suffisant » pour un coût dérisoire pour votre budget. Sur ce sujet, beaucoup de gens ayant un accès aux transports en commun choisissent d’utiliser quotidiennement leur voiture et ce n’est donc pas un choix financier mais véritablement un choix de vie.

Ensuite, dans le processus qui consiste à devenir plus riche il y a une notion fondamentale à connaitre et la voiture est le meilleur exemple de cela. Cette notion, c’est la dépréciation.

La dépréciation, c’est la perte de valeur avec le temps. Autrement dit, le simple fait de posséder engendre une perte de valeur.

Si vous souhaitez réduire le montant que vous coûte votre voiture, on vous conseille souvent de changer d’assurance ou de faire votre entretien vous-même. C’est une partie de la solution, c’est même la petite partie : celle qui apporte le moins d’économies.

Alors où se situe l’économie la plus importante ?

Comme pour l’immobilier, on réalise une bonne opération dès l’achat. C’est là que tout se joue et une bonne gestion ne rattrape pas un achat foireux.

J’ai pris l’hypothèse communément admise d’une perte de valeur au fil des années de 20 % la première année, 10 % les 3 années suivantes et 7 % ensuite et voici ce que donne le graphique :

depreciation-voiture-neuve

Ce qui me saute aux yeux, c’est que ma voiture neuve ne vaut plus que 13560 € au bout de 5 ans soit 11 440 € de perdu, soit la modique somme de 2 288 € par an à laquelle il faudra bien sûr ajouter le coût d’utilisation.

Certains millionnaires « sages » le disent depuis des années : une voiture n’est pas un actif. Elle perd énormément de valeur en début de vie et à ce titre il y a 2 stratégies simples et efficaces à adopter pour votre budget :

1 – N’achetez jamais de voiture neuve

Dans notre exemple, ma voiture à 25 000€ perd 54 % de sa valeur au bout de 5 ans. Sans rien faire, la moitié du prix que j’ai payé s’est évaporé !

Un bon « âge » pour acheter une voiture, c’est justement ces 5 ans. Bien entendu, choisissez une voiture sur laquelle les grosses réparations qui doivent être effectuées à ce moment-là sont déjà faites (sur facture). Si l’occasion vous fait peur, payez un expert qui viendra vérifier que rien n’a été maquillé. Après tout, si vous projetez de la garder 10 ans, ça en vaut le coût.

2 – Conservez aussi longtemps que possible votre voiture

Là encore, pas besoin de faire le calcul pour savoir qu’il vaut mieux garder longtemps sa voiture plutôt que d’en racheter une. La seule question à étudier, c’est « longtemps c’est combien? ». Ce que je sais c’est que nous avons tendance à sous-estimer la durée de vie d’une voiture. Bien entretenue, elle peut avoir une durée de vie de 20 ans (même avec l’obsolescence programmée de nos chers constructeurs). Si vous l’avez achetée lorsqu’elle avait 5 ans, vous la conserverez ainsi 15 ans pour un coût total bien inférieur à un changement tous les 5 ans de votre voiture.

Ne confondons pas ce que l’on désire parfois (avoir une voiture neuve, se sentir rassuré, faire valoir son pouvoir d’achat…) et les faits. Même si on prend la plupart de nos décisions selon nos désirs, votre budget pourrait revivre et vous apporter autre chose (vacances, loisirs) si vous appliquez  ces recommandations simples !

image par fogcat5

Commentaires 38

  1. Il y a quand même un aspect qui a été oublié, c’est qu’une voiture plus ancienne nécessite plus d’entretien.

    J’ai eu par le passé une voiture qui avait bien vécu, et quand on commence à faire la liste des réparations qui sont dues à l’âge (chauffage qui marche plus, amortisseurs à changer, courroie de distribution), on se rends compte que ça contrebalance un peu la perte de valeur.

    D’autre part, les nouvelles voitures ont un meilleur rendement et changer de voiture pour une qui consomme moins peut aussi être à prendre en compte.

    Enfin, d’une manière générale, il faut savoir dimensionner ses besoins automobiles. Tous les matins, je vois arriver mes collègues, seuls, dans des voitures qui consomment 7l/100km….

  2. Un article intéressant, mais je rajouterais un point 3 : acheter une voiture dont la valeur ne décote pas. On n’y pense pas forcément, mais cela existe, par exemple :

    – On peut acheter une voiture, neuve ou non, à l’étranger et la revendre un an ou plusieurs années après au même prix (pendant ce temps, on ne paye que les coûts d’utilisation). Tout dépend du modèle et du pays où l’on va la chercher.

    – On peut acheter une voiture à prix plancher, du genre vieille allemande ou vieille japonaise réputée fiable. Ca ne vaut rien donc forcément, sa valeur ne baisse pas.

    – On peut acheter une voiture rare ou de collection, dont la côte ne chute pas voire grimpe (difficile, mais faisable).

  3. Entièrement d’accord avec l’avis d’Olivier Faurax.

    Par ailleurs, j’ajouterais que comme l’immobilier, il faut se poser la question de l’achat par rapport à la location (leasing, LLD, autopartage…).

    Mais je suis déçu de ne pas voir de lien entre la phrase « ce n’est donc pas un choix financier mais véritablement un choix de vie » et le reste de l’article…
    Rouler dans une guimbarde de 15 ans, ce n’est pas mon choix de vie, encore moins si j’ai l’esprit-riche!!

    Ne manquerait-il pas la notion essentielle de plaisir…!? (mais je peux comprendre que beaucoup ne l’aient pas concernant la bagnole).
    Ferriss justement décortiquait de manière innovante l’accès à une voiture de luxe: je ne me souviens plus de l’exemple précis mais globalement il disait qu’une Lamborghini, ça n’est pas 150k€ en poche qu’il faut mais 2k€/mois à financer. Si votre esprit-riche vous pousse donc à ça (c’est un vice comme un autre), il faut tout simplement augmenter votre indépendance financière de 2k€/mois 😉

  4. Pas seulement un choix de vie, mais aussi un choix de société.
    La fin de l’énergie à bon prix est proche. Les nécros carburants et la voiture électrique ne sont pas des solutions.

    Notion de plaisir, certes, mais très égoïste.

    Michaël, tu parles des TEC, mais tu oublies le vélo.

  5. Je ne vais pas me priver de certains plaisirs sous prétexte de me donner une bonne conscience écolo-bobo.
    Si aujourd’hui je n’ai pas de voiture, c’est un pur choix économique.

    Quant au vélo, ça n’est pas un TEC jusqu’à preuve du contraire…!?
    Ceci étant, un billet dédié aux modes de transports alternatifs serait intéressant (toujours sur un mode « économique »: le blog, c’est esprit-riche, pas esprit-vert, même si ça n’est pas incompatible): pH|Re parle du vélo, je parlais de l’autopartage, on peut aussi citer le roller, le covoiturage, les vélos libre-service (que je différencie du vélo personnel), la marche (ben oui!)…etc

  6. @babar : je ne parle pas de bonne conscience, je parle de l’avenir de la planète. Mais bon j’imagine que comme W (et beaucoup d’autres hélas), ton mode de vie n’est pas négociable.
    Je n’ai jamais dit que le vélo est un TEC, je voulais juste souligner qu’il y a d’autres alternatives à l’enclume (utiliser 1T de métal pour déplacer 80kg sur 3km (50 % des déplacements en voiture font moins de 3km) c’est quand même une aberration) que les TEC.
    Mais continue à penser à tes plaisir, fonce vers le mur, en chantant à tue tête le pied sur l’accélérateur, tes descendants t’en seront reconnaissants.

  7. Encore un super-héros qui vit en dehors du quotidien de la plupart des Français et qui leur reproche un égoïsme au nom de pseudo-valeurs morales.
    On parle de dépréciation économique de la voiture, pas de sauver le Monde!

    Perso, j’ai fait mon calcul: la voiture est uniquement un plaisir dans MON mode de vie actuel, et n’ayant pas les moyens (ou décidant de les utiliser différemment), je me passe de ce plaisir.
    Donc je suis piéton + TEC (je me pose la question du vélo avec d’autres grosses contraintes que sont par ordre décroissant: le parking, le vol, les intempéries).

    Si je peux concilier mes aspirations et mon mode de vie avec l’écologie, tant mieux. Mais hors de question de propulser l’écologie comme mode principal et prioritaire de vie.
    Et derrière les beaux discours, on a au final de la bonne conscience bobo dans 95% des cas…

    Pour recentrer le débat, je pense que la formule parfaite de minimisation de la dépréciation d’une automobile n’existe pas:
    _ Acheter une vieille voiture de + 5 ans, c’est s’embarquer dans un coût d’entretien à rallonge
    _ Opter pour un 2-roue ou une micro-citadine (type Smart) oblige de toute façon à recourir à un transport tiers pour les déplacements « extra-urbains courts » (30 à 100km)
    _ L’auto-partage coûte trop cher dès lors qu’on ne l’utilise pas assez souvent ou au contraire trop
    _ La LLD impose de prévoir avec précision son kilométrage sous peine de dépassement exorbitant
    _ Les déplacements sans voiture (TEC, vélo, marche) font de toute façon appel à la voiture en renfort (taxi à partir d’une certaine heure ou pour certaines zones, location pour un WE…etc)
    _ Transformer son mode de vie coûte très cher (bien plus que la dépréciation d’une voiture): habiter Paris plutôt que la banlieue, trouver un job proche de chez soi et/ou qui permette de s’habiller d’une certaine façon (le costume en vélo, bof bof)…etc

    A mon sens, et comme le dit Michael, la seule et unique solution de moins déprécier sa voiture, c’est de gagner de l’argent à l’achat (et bien sûr de l’entretenir pour que ça ne devienne pas une épave plus vite que prévu).
    Par exemple acheter en Allemagne très en dessous de la cote Argus et revendre à un prix marché Français après utilisation. Cela nécessite de réitérer l’opération « fréquemment ».

  8. Le vélo c’est parfait pour arriver au travail en sentant le verstiaire de foot.
    Personnellement, ma voiture à 10ans, je l’ai acheté il y a 2 ans é les coûts d’entretien a réparation sont dérisoire.
    Faut arrêter de croire que vieux = réparations
    Entretien ne peut pas dire curatif.
    @ pH|Re : « je voulais juste souligner qu’il y a d’autres alternatives à l’enclume (utiliser 1T de métal pour déplacer 80kg sur 3km »
    Si on se met à tout relativiser, je ne me plaindrais jamais de mon steak mal cuit au resto car j’ai la chance de manger à ma faim…

  9. Puisqu’on parle voiture, j’élargis le débat: si le diagramme de dépréciation est presque scientifique pour une Scénic mazoutée, je ne sais pas si la niche naissante des voitures de sport hybride (plaisir, écologie et économie!!!), comme la Tesla Roadster de la photo (moi, mon rêve, c’est la Fisker Karma…), subira une courbe similaire (ce serait intéressant d’étudier ça sur la top-vente de la catégorie: la Toyota Prius)!?

  10. Pour mes déplacements quotidiens Paris intra-muros et banlieue j’ai acheté une moto 125cm3 d’occasion, l’avantage c’est qu’elle est pas chere (1100 euros donc si je la revends meme dans un an ou deux elle aura pas perdu plus de 500 euros), et qu’elle consomme peu, l’inconvénient c’est le facteur risque, il faut faire beaucoup plus attention qu’en voiture.
    C’est a mon sens le moyen de transport le plus performant en terme de cout-rapidite-plaisir, en revanche l’hiver c’est un peu plus rude et encore une fois il faut vraiment faire tres attention.

  11. Alors
    1) Je n’ai jamais prétendu être un super héros.
    2) babar, tu parles de préoccupations du français moyens, mais ce n’est pas moi qui ait parlé de Lambrorghini il me semble
    3) OK pour le pb du parking, vol (d’ailleurs c’est le même) pour l’utilisation du vélo. Mais bon il suffirait de prendre un peu de l’espace public occupé par les enclumes et ce serait vite résolu.
    4) Pour les intempéries, c’est un faux problème. La ville ou la part modale du vélo est la plus forte est Copenhague. J’ai pas entendu dire qu’on y vive en short et en tong toute l’année ! Les Pays Bas, autre place forte du vélo utilitaire ont aussi des conditions climatiques au moins aussi peu clémentes que les nôtres. Un petit film : http://vimeo.com/8212899 (nombreux vélos à Copenhague sous la neige, il y a 5 jours, les danois(es) doivent être des mutants.
    5)L’odeur de sueur, le costume : un vélo avec une position droite (typiquement un hollandais) et le problème est résolu. Idem, les néerlandais et danois ont ils un métabolisme différent du notre ?
    6) La voiture électrique c’est de la foutaise. Il faut des batteries fabriquées en métaux rares. Si on voulait remplacer le parc actuel de voitures par des voitures électriques, les gisements de métaux n’y suffiraient pas. Et je ne parle même pas des problèmes de la production d’électricité. Alors, on peut accoler tout les qualificatifs qu’on veut (plaisir, économie, compensation phalique, ….) à une voiture de sport hybride mais par pitié, pas celui d’écologique.
    7) Le pétrole est une matière magique qui sert à beaucoup de choses : fabrication des intrants pour l’agriculture, médicaments, plastiques, …… Les stocks sont finis mais nous préférons gâcher en transports par camions (crevettes pêchées au nord de l’Europe, qui vont au Maroc se faire éplucher puis reviennent au nord, le tout en camion, par ex), voiture, avion.

    Bon, comme l’esprit de Noël règne et que je sais pertinemment que je ne vous convaincrais jamais, je voudrai juste que vous ayez l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que vous n’en avez rien à f… de l’avenir de la planète.

  12. @ Aurélien:
    Je me suis déplacé 3 ans en scooter à Paris.
    Malgré quelques chutes légères, je suis toujours effaré de la dangerosité du 2-roues. Aujourd’hui, je change d’orientation professionnelle (et n’ai plus besoin de me déplacer TLJ aux heures de pointe: ça tombe bien, le moteur vient de rendre l’âme…).

    @ pH|Re:
    Le problème des intégristes anti-voitures, c’est qu’il n’y a pas de demi-mesure.
    Oui mon rêve s’appelle Lamborghini, oui une Tesla est PLUS écologique qu’une Porsche (je n’ai pas dit qu’elle n’est pas polluante: question de nuances…).
    Oui, si je peux protéger la Nature ou mon prochain SI ET SEULEMENT SI ça ne contrevient en rien à mes libertés individuelles et à mon (mes) plaisir(s).

    Mais je vois qu’il y a un point sur lequel nous sommes parfaitement en phase: je n’en ai pas grand-chose à faire de l’avenir de la planète et je n’ai pas honte ni peur de le reconnaître.
    Non, je n’ai pas d’enfants. Oui, je reverrai – peut-être? – mon discours envers l’écologie (et la fiscalité) le jour où j’en aurai (ou pas!).

    PS: en dépit de toutes les vertus qu’on peut trouver (en toute objectivité) au vélo, tu conviendras que ça n’est pas le transport le plus confortable (être droit par exemple n’évite pas de transpirer, et même si j’habitais au Congo, je serais aussi mouillé à vélo les jours de pluie!)

  13. Je ne sais pas où vous habitez, mais moi, paca, j’habite à 20 km du boulot, alors le vélo et les transports en commun, tout çà…

    Les histoires de 2 roues, de transport en commun: cela ne concerne que les bobos parisiens !

    Enfin, dés qu’on parle de voiture, il est de bon ton d’éviter le cotés plaisir. Moi j’aime les voitures puissantes, de luxe.
    Point barre, et j’ai pas honte de le dire.

    Toutes ces histoires autour de l’environnement et de la voiture me font doucement rigoler: tout le monde n’a rien dit, encore moins le gouvernement, après les marées noires qu’on à connu, idem pour les différents rejets industriels et j’en passe…

    Foutaises tout ce discours écolo, jutse histoire de se donner bonne conscience, en petit parisien égocentrique bobo….

  14. Post
    Author

    J’ai aussi été très étonné du fort taux d’utilisation du vélo à Berlin mais ce n’est pas quelque chose qui me parait sérieusement envisageable dans mon cas à Paris et en costard : soyons sérieux !
    Mourir sur un vélo à Paris c’est pire que tout, arriver en sueur c’est pas terrible.

    Je suis persuadé qu’une vieille voiture coûte peu à entretenir, surtout si l’on fait preuve de débrouillardise (et pas si l’on arrive la gueule enfariné chez le concessionnaire!).
    Effectivement on perd les bénéfices technologiques des modèles récents mais avouez qu’avoir une voiture de 5 ans ce n’est pas la honte non plus 🙂

    Je ne prends pas vraiment en compte l’aspect écologique il est vrai et cela pour 2 raisons : la première c’est que c’est un choix personnel (ou de style de vie), il n’y a qu’une minorité qui fonde ses choix la-dessus et la seconde c’est que je n’ai pas réussi à me faire une conviction à ce sujet. Je dirais même que j’étais plus « écolo » il y a quelques années mais que je constate que :
    – on fait peur,
    – on fait vendre,
    – on s’attaque aux 20 % au lieu des 80 %,
    – aucune décision politique n’est prise
    et donc tout ceci me pousse à modérer ma ferveur écologiste même si mon empreinte écologique est très faible.
    En fait j’ai plus choisi un style de vie qui me convient plutôt qu’un style dicté par une conscience écologique et il se trouve que les 2 sont actuellement très cohérents. Peut-être qu’un jour ce ne sera plus le cas.

  15. Désolé j’ai oublié un truc pour le vélo en costard sans suer : un vélo hollandais et un rythme de pédalage adapté.
    Le vélo ce n’est pas que le Tour de France.

    Et puis sinon, je suis content, je me coucherai moins bête. J’aurai appris que le vélo ce n’est que pour les bobos parisiens. Zut, va falloir que j’arrête le vélo, je ne suis pas pas bobo et je n’habite pas Paris.

    Mickaël, quand tu dis mourir à Paris en vélo, le bilan accidentologie 2008 :
    Tués
    piétons : 29
    cyclistes : 5
    2 roues motorisés : 15
    voitures : 2

    Cumul tués et bléssés :
    piétons : 1993
    cyclistes : 635
    2 roues motorisés : 5209
    voitures : 1742
    source : http://www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr/documentation/bilan_accidentologies_2008.htm

    1. Post
      Author

      Certes mais il faudrait le rapporter à la volumétrie d’utilisateurs pour avoir une véritable idée à mon sens.

      Tu conviendras que vu le côté encore rare d’utilisation du vélo 5 morts c’est déjà pas mal, j’admets cependant que ce n’est pas la mort en vélo qui me fait le plus peut mais le simple accident.

  16. Pingback: links for 2009-12-21 at DeStructUred Blog

  17. C’est dommage qu’on dénigre le vélo comme ça, tout comme Michael, j’ai pu vivre en Allemagne pendant 6 mois et voir que le vélo était un moyen de locomotion ultra courant et pratique pour se déplacer que ce soit pour ces collégiens, étudiants, employé et même cadres. La bas le concept d’écologie est ancré depuis belle lurette !

    L’appliqué à Paris ? ça sera diificle pourquoi ?

    – Vu comment ça conduit à Paris, c’est sûr faire du vélo c’est ultra dangereux
    – Peu de piste cyclable (ok les couloir de bus, mais même dedans c’est tendax avec les 2 roues, bus et taxi)
    -Velib ??? Un concept orienté pour les touristes bobos qui vont faire leurs course à la vie claire, qui mange 30 fruits et légumes par jour, et ont peur de franchir la frontière du périphérique), en gros ça se démocratisera à a la saint glinglin

    Solutions ?

    – Instauré un péage urbain comme à Londres
    – Re-travailler les mentalités (yes we can’t !)
    – Améliorer les transports (En l’an 2070 vielleicht..)

  18. « Désolé j’ai oublié un truc pour le vélo en costard sans suer : un vélo hollandais et un rythme de pédalage adapté. »
    J’en rie encore !
    Le réchauffement climatique, ça fait 50 ans que nous le savons. Faire culpabiliser le citoyen en 2009, c’est se tromper de cible, ça laisse le gogo du coin montrer du doigt son voisin & ça permet aux ennuyeux de se donner bonne conscience en faisant la morale à son prochain avec ses croyances limitantes.
    & quand on sait que les monospaces polluent plus que les 4×4…
    @ pH|Re : afin d’éviter tout malentendu, dîtes-nous votre âge, votre distance domicile-travail, la ville & votre métier.

  19. @Cédric : riez si vous voulez. Mais comment font les habitants des Pays Bas, de Copenhague. Les barrières sont dans votre tête (mais comme vous fréquentez des sites de « développement personnel » tout n’est peut être pas perdu 😉 ).

    Pour répondre à vos questions :

    – distance domicile-travail : 0 mètres : bon ça part mal. Mais dans une vie passé, j’ai pratiqué : 1,5 km pour me rendre à la gare, train puis Gare du Nord quartier de la Gare St Lazare. A l’époque j’étais cadre dans le tertiaire. J’avais la trentaine.
    Aujourd’hui le vélo me sert (outre pour le plaisir) pour mes déplacements utilitaires : courses , marché, réunions pour activités associatives, ….
    Je viens même d’en commander un spécial pour emmener ma fille à l’école (elle en a marre d’y aller à pied et à 10 ans, il faut un truc un peu robuste). Il me servira aussi pour mes transports déchetterie et les usages que j’inventerais (il peut emmener 200 kg).
    Pour résoudre le problème du vol et du parking j’avais acheté un pliant (un bon) : c’est génial.
    Donc en gros, tout déplacement de -4km se fait à vélo ou à pied (il y a des bus dans ma ville, mais à pied ou en vélo je sais à l’avance le temps que je vais mettre).

    J’habite une agglomération de 80 000 ha, et il y a une belle pente au milieu.

  20. Pourquoi ne pas admettre qu’aucun système n’est parfait?
    Actuellement, le vélo serait le « moins pire » moyen de déplacement pour moi mais les contraintes sont trop fortes.

    Je partage à 100% l’avis de Cédric sur l’anathème jeté par certains (je parle en général, pas ici) sur d’autres au nom d’une cause erronée.

    Le changement ne doit pas venir des mentalités (ce sera trop long, donc trop tard) mais de la décision politique.
    Et aucune méthode actuelle (ville à péage, plaques alternées, zones piétonnes ou rétrécies…) ni aucun système (tramway, Vélib’, TEC…) ne sont adaptés car injustes.
    Il faut changer de paradigme, imaginer la ville autrement mais avec lucidité (loin des villes nouvelles, des dalles ou autre des années 60, et loin de ce qu’on a commencé à faire, c’est-à-dire fermer la ville aux entrants extérieurs, en la « ghetoïsant » pour les bobos).

    En attendant, il est hors de question de faire « mon petit geste » dans mon coin (coup d’épée dans l’eau, seulement bon, à me donner bonne conscience).
    Que les pouvoirs publics installent de vraies pistes cyclables (comme aux Pays-Bas ou en Allemagne), qu’ils aient une politique de répression ferme et lourde à l’encontre des 2-roues motorisés, qu’ils installent de vrais parking à vélo*…etc.

    Certains veulent ne plus voir de voitures dans nos villes (ça ne fera que favoriser les CC et tuer le commerce (donc la vie) dans les villes).
    Moi je voudrais en ville ne plus voir ni chiens (déjections canines), ni 2-roues (pollution sonore et insécurité des piétons), ni enfants (parce qu’aujourd’hui une poussette, c’est 1,5x la largeur d’un trottoir, et bien sûr, il faut sauter sur la route pour laisser passer la portée (en quoi serait-elle prioritaire?)). Et je fais avec…

    *
    http://www.journaldunet.com/economie/magazine/selection/creation-d-entreprise-20-idees-de-business-de-l-etranger/des-garages-a-velo-urbains-et-securises.shtml

    http://blog.anhphan.fr/2008/04/22/ze-parking-a-velo/

  21. @ Michael:
    Les commentaires déviant de plus en plus, je te propose de copier ceux qui n’ont pas de lien avec le sujet (c’est-à-dire quasiment tous!!) vers le forum où nous pourrons continuer à débattre.
    Je trouve ça très intéressant car chacun a des idées et des avis divergents.
    En plus ça permettra de mettre un peu plus le focus sur le forum plutôt en berne niveau fréquentation…

  22. Il est clair que la voiture est un moyen de dépréciation par excellence !
    En ce qui me concerne, j’ai laissé mon égo de coté qui consiste à avoir une belle voiture pour me concentrer sur les économies.
    (C’est sûr que c’est sympa d’avoir une belle voiture mais seulement après avoir atteint un certain niveau de vie)
    J’ai trouvé un bon compromis en n’achetant que des voitures qui ont entre 5 et 10 ans.
    A cet âge on peut déjà les garder entre 3 et 5 ans sans engager de grosses dépenses.
    Dernier exemple en date :
    Ford Fiesta de 1998 achetée en 2007 avec 145 000 km au compteur.
    Je l’ai acheté 2500 € et jusqu’à aujourd’hui j’ai du dépensé en tout 800 € en 2 ans.
    Ce n’est pas ce qu’on peut appeler de grosses dépenses et pourtant c’est un « vieux » modèle !
    Et c’est loin d’être une poubelle !
    Elle à aujourd’hui 220 000 km et pas le moindre signe de faiblesse pour le moment ! Le moteur tourne très bien !

    Alors quand je vois ce que je dépense pour ma voiture, je n’ai franchement pas envie de dépenser même 15 000 € pour un modèle de 5 ans avec peu de frais.
    Je vais changer de voiture tous les 3 ou 5 ans et ça me va très bien.

    Autre chose : je roule à 120 km/h sur l’autoroute au lieu de 130 km/h.
    Au début c’était difficile mais après un où deux trajets, je n’y pensai plus.
    L’avantage principal est surtout d’économiser encore par là : je fais environ 100 km de + avec un plein !
    Ca me fait gagner un plein tous les 6 passages à la pompe c’est énorme !
    Mais cela permet aussi :
    – de rouler plus serein sans penser aux radars
    – de lutter contre la pollution
    – de ne pas favoriser la fabrication de véhicules neufs
    – de moins forcer sur la voiture et de la conserver plus longtemps (surtout pour les voitures de 10 ans)

  23. Il est vrai que d’avoir une voiture plus ancienne est clairement plus économique ; J’ai pour ma part une Mini Diesel que j’ai acheté à 20.000 kms pour ne pas subir la décote de la première année.

    Elle vient de dépasser les 5 ans et approche les 200.000 kms.

    Je ne compte pas la remplacer pour le moment car elle me suffit amplement pour aller à mon travail (100 kms par jour) mais surtout je compte ré-investir l’argent du crédit terminé pendant un certain temps.

    Pour autant, à chacun son style de vie et ses plaisirs ; J’adore les belles voitures et je rêve (Comme l’indique Tim Ferris, cela peut faire partir d’un objectif de vie) d’une Porsche.

    Si tout se passe bien pour moi, cela devrait être possible dans 3-4 ans (après remboursement des crédits d’un commerce que j’ai en parallèle de mon travail)… à moins que je puisse le faire avant (je construit actuellement un système automatisé de cash flow)

  24. Pingback: Stratégies pour devenir rentier en 10 ans 1/2 | Devenir riche à votre manière

  25. Pingback: How come that idiot’s rich and I’m not ? – Robert Shemin | Devenir riche à votre manière

  26. Garder sa vieille voiture et payer un peu plus d’entretien ou bien acheter une voiture neuve et être tranquille un certain moment?

    C’est pour répondre à cette question que j’ai créé le site suivauto.com pour mon usage personnel et celui des autres.

    On remarquera d’ailleurs avec l’exemple de la 206 figurant en première page du site, qu’arrivée à 10ans (la durée de vie programmée par les constructeurs), la voiture a un pic de dépenses! Tout tombe en panne en même temps!

    Avec le recul, les réparations effectuées aux 10 ans de la voiture ont été « rentables », car aujourd’hui avec ses 250.000km elle fonctionne parfaitement, et ses dépenses se résume a du carburant et de l’assurance. Je vais mettre à jour son graphe avec ses dépenses pour 2010.

  27. Je viens avec un peu de retard confirmer quelques points :
    vivant en grande banlieue parisienne (proche champagne ardennes) la voiture est indispensable (magasin à 6km, gare à 5…)
    Mais ma voiture m’a couté environ 600€ de réparation, CT, … en 5ans.
    Vu que je l’a eut lorsqu’elle avait 15 ans, maintenant elle en a 20 et roule parfaitement.
    Son plus gros problème, est de l’arrivée de liquide pour l’essuie glace arrière qui est bouché.

    Pour infos, c’est une Lancia Y10.

  28. Connaitriez-vous un site ou un blog qui renseignerait de la fiabilité des voitures ?
    Que pensez-vous de la prius ?

    1. Post
      Author
  29. En suivant votre raisonnement, j’ai fait l’erreur d’acheter un véhicule neuf.
    En plus, un diesel : donc frais d’entretien plus élevés et risque de panne accrus (injecteur, volant moteur, vanne EGR et autres).
    Dans mon ca (mon véhicule a 1 an et demi), que faire ?
    Je tente de le garder le plus longtemps possible?(malgré le risque de panne, donc de
    réparations onéreuses) ou je le change pour
    une voiture plus fiable (par exemple une prius).
    Si je le change pour une prius

    1. bonjour,
      sur un tel véhicule, en occasion, je vous conseille de faire attention au changement des batteries électriques qui sont généralement hors de prix et seront à remplacer tot ou tard.

  30. Pour ma part, mon métier m’oblige à disposer d’une voiture de fonction. Coût : 0€.

    Comme j’adore conduire, j’ai une voiture pour mes sorties personnelles uniquement ( une Honda Prelude ) et je compte en acheter d’autres bientôt.

    Avec 1000€ d’outils et quelques heures de recherches sur internet, vous pouvez absolument TOUT faire sur une voiture sans vous ruiner chez un garagiste. Ça c’était mon petit retour de bâton pour l’obsolescence programmée à laquelle on nous soumet 😉

    Personnellement, je trouve que les français sont de très mauvais consommateurs d’automobiles. On achète bien souvent des voitures qui débordent d’équipements inutiles ( pas de climatisation sur la mienne et je ne m’en pleins pas ), qui ne sont pas fiables, qui sont chères, et qui ont un design douteux… Sérieusement, vous avez vu la dernière 208 ?!

    Dans quelques mois je pourrais disposer d’une Honda Legend qui, en toutes options offre le confort d’une Mercedes Classe S. Le kilométrage n’entre pas dans mes paramètres de sélection puisque je dispose de tout le nécessaire pour réparer/entretenir/améliorer. De part mes contacts, je peux disposer d’une remise à neuf total (intérieur/extérieur) esthétique pour 250€. Ce véhicule coute 3000€ en occasion.

    Mais pour ça, il faut pouvoir se passer de l’ostracisme qui consiste à faire passer les voitures japonaises comme étant « cheap » en mettant de côté toute forme d’objectivité.

    D’une façon générale, je dirais que ce que certains appliquent au domaine automobile, l’autonomie totale, va s’appliquer prochainement à tous les domaines, cela deviendra un style de vie. Créer son travail, créer sa maison, créer sa nourriture, limiter les dépendances en somme. Alain Soral en parle très bien, de ce mouvement de résistance.

  31. Pingback: Voici un outil qui m’a (presque) sauvé la vie et me permet d’avoir un bureau sans papier | Devenir riche à votre manière

  32. Bonsoir

    Eh bien moi à titre perso, j’ai du acheter en urgence une clio diesel avec 196000 km au compteur il a 6 ans. et la rapidement mauvaise surprise la boîte lache. Mais bon en gars intelliget je ne l’ai pas faite changer par renault, chez à 1500 euros le bout, c’était plus que le prix de la bagnole. Non je me suis rabattu vers un garagidste itinérant qui ma monter une boîte d’ocase + embrayage a 400 euros. Et le véhicue a parcouru 90000 km pendant 3 ans sans problème, et je l’ai revendu 200 euros. Finalement la perte de valeure a éte très peu importante Alors voilà, faut-il agir comme ça ou a l’extreme se précipiter sur la dernière 208 115 cv (aucun intérêt 75 sufisent amplement) à 23000 euros (avec le toit panoramique) qui aura perdu 11 000 euros en 3 ans ?. Je pense que la réponse est dans votre peception de l’automobile. Si vous voulez vous faire plaisir, ben allez-y !, mais on faut vraiment avoir les moyens, et aujourd’hui vous avez les moyens, et le lendemain vous ne l’ait avez plus.Si comme moi vous vous en foutez comme d’une gigne de ce en quoi vous roulez, et encore plus rien à foutre de ce que les autres peuvent penser, dans ce cas il savez ce qu’il vous reste à faire !. N’importe comment on ne revendra jamais une bagnole plus cher que l’on ne l’a payé !, sauf une ferrari F 50 !, peut-être, alors vous savez je pense que l’automobile est un bouffe bazard, que l’automobiliste est une vache à lait, et que l’on est traqué,fliqué en permanence, d’ailleurs à l’heur d’aujourd’hui on ne sait plus très bien si on est vraiment en règle lorsque l’on conduit une bagnole. D’aileurs les gens sont tellement dégouté de l’automobile, surtout l neuves, ou finalemnent on y comprend plus rien !, les games ne veulent plus rein dire, les tarifs non plus, ça n’a pas de sens, l’autre jour je vois un break 508 (ou 5008) à 50000 euros !, c’est plus du quart du prix de mon habitation, qui elle ne va pas se déprecier, qu en fait ils achetent des véhicule ayant 3 ans et 60000 km a motié prix !. Soyons sérieux, c’est la crise, et les constructeurs ne vendent pas (surtout les français , pour les raisons que j’ai évoqué plus haut). Alors d’un coté c’est assez extraordinaire, il n’y a jamauis eu autant d’offres en matière de voiture, et de l’autre coté aussi peu de pognons pour en acheter, et en plus on assiste à une certaine forme d’automobile déphantasmé. Pourquoi croyez -vous que Dacia vend autant ?, Je crois que là on a atteind pratiquement la limite de la socièté de consomation,ou l’achat plaisir tend à disparaître.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.