Depardieu, le John Galt français ?

Michael Ferrari Psychologie de l'argent, Réussite et succès 44 Commentaires

Lorsqu’on parle d’argent, l’actualité ne manque jamais et je n’aurai ni la force ni le souhait d’y consacrer mon temps et mon énergie mais l’exception Depardieu mérite quelques instants.

En préalable, je dois dire que je ne connais pas l’homme et n’apprécie pas spécialement l’acteur (certainement une question de génération) mais que je lui reconnait un statut d’icône dans le cinéma Français au même titre qu’un Johnny Halliday dans la musique. C’est l’un de nos symboles.

Le départ de Depardieu de notre beau pays aurait pu passer inaperçu comme les centaines d’autres qui sont déjà parti mais c’est un peu comme si l’on délocalisait la tour Eiffel à Bruxelles (à ce rythme il n’est pas impossible que cela arrive) et c’est certainement ce qui a fait grand bruit. Le traitement politique avec les « petits mots » n’y sont pas étrangers.

Ceci étant dit sur Esprit Riche vous savez que ce que nous cherchons c’est l’indépendance financière. Autrement dit, nous cherchons à être libre de travailler ou non. Nous cherchons à ce que nos revenus ne dépendent pas de notre force de travail quotidienne. Nos voulons que les revenus de nos actifs soient un rempart qui protège notre famille. Nous construisons le style de vie que l’on souhaite et il ne serait être imposé par quiconque : fini les stupidités comme 42 ans de cotisation avant de pouvoir souffler pour ne prendre que l’exemple symptomatique d’une retraite illusoire.

Dans La Grève, Ayn Rand raconte l’histoire d’un monde où les productifs, ceux qui créent la richesse, se mettent en grève. Excédés par les contraintes imposées par les non-productifs, ils se mettent à l’écart et décident de se réunir entre eux laissant ainsi le monde sans créateurs. L’initiateur de ce mouvement, c’est John Galt. Celui qui organise la révolte silencieuse disant « Vous voulez nous contraindre de trop alors que c’est nous qui vous permettons de manger ? – Au revoir, débrouillez-vous sans nous. » Dans ce livre de référence, l’un des plus lus aux USA, le groupe qui vit sur le dos des productifs (que l’on peut donc qualifier de parasites) décide uniformément et non pas en regardant l’intérêt commun mais leurs intérêts bien compris et les intérêts de leurs amis, de « réguler » et retirer les avantages compétitifs qu’a acquis Hank Rearden a force de recherche et d’investissement.

Toute situation comparable, toute taxation vexatoire, tout exemple de limitation de liberté ou encore toute comparaison où ceux qui ne produisent pas décident comme ceux qui produisent doivent le faire ne serait plus si hasardeuse…

L’histoire récente de Depardieu a comme un air d’Atlas Shrugged et Depardieu une odeur de John Galt. Peut-on le considérer comme un « productif » au même titre qu’un Hank Rearden, l’un des capitaine d’industrie qui lance le mouvement ? C’est discutable. Ce qui ne l’est pas, c’est que Depardieu a fait tourner la machine économique France et a payé sa part d’impôts (145 millions en 45 ans semble-t-il). Il ne coûte pas à l’état, il rapporte.

Mais les conditions de son départ font tâche. Les remarques de certains politiques sont étonnantes. Le fait qu’il ait répondu a quelque chose d’intéressant. Dans sa réponse je retiens notamment le fait qu’il se dit être un citoyen du monde et un être libre : cela pose une épineuse question à toutes les politiques de taxation qui considèrent que les citoyens appartiennent d’une certaine manière à son état. On ne compte pas les centaines de jeunes qui émigrent parce que tout simplement les promesses sont désormais bien plus fortes dans des pays comme le Canada, les Etats-Unis, la Suisse et même l’Allemagne pour ne citer qu’eux. Qu’advient-il de l’investissement fait par le pays dans ce cas ? Il part temporairement en fumée.

C’est le règne de l’individu. Dans ce règne, l’individu choisit son lieu de vie en fonction de ses intérêts personnels. On peut estimer que c’est bien ou non mais c’est un fait. Ce qui était réservé aux entreprises est depuis plusieurs années amplifiés par les moyens technologiques et bien entendu par les incitations financières à partir… ou à rester.

N’oubliez jamais que vous travaillez 6 mois dans l’année pour payer vos impôts. (faites le calcul) Que feriez-vous si un pays vous propose de ne travailler que 3 ou 4 mois ?

La question est plus large que le départ d’une personne. Comme je l’ai dis lors de mes 2 dernières interventions dans les médias (chez RFI et Europe 1) : l’argent est mal vu en France malgré la puissance phénoménale d’Esprit Riche 🙂

Le président précédent a fait croire à tous que riche = Jet set bling bling, l’actuel n’aime pas les riches. Nous voilà bien avancés. La véritable question est : peut-on s’installer où l’on souhaite ? Sommes-nous vraiment libres ou sommes-nous une partie d’un bilan comptable national ? Si vous avez un produit qui ne se vend pas, vous pouvez toujours accuser vos clients d’être des minables mais cela ne changera rien.

Mon avis sur la question, c’est que Depardieu a bien le droit, et c’est un droit fondamental, d’aller s’installer où bon lui semble. Je ne connais pas tous les éléments qui ont pesé dans sa décision mais si ce n’était que 100 % financier ce serait toujours l’exercice d’un droit fondamental individuel.

Quel est votre opinion sur son départ ?

Commentaires 44

  1. William

    Hello Michael

    La première chose qui me choque, c’est la réaction haineuse du gouvernement et de ses soutiens: certains veulent lui retirer sa nationalité, d’autres le traitent de minable, enfin un député veut confisquer ses biens. Alors qu’il n’a rien fait d’illégal! Les lois votées installent une fiscalité de plus en plus lourde, mais il faudrait désormais donner encore plus que ce à quoi l’on est tenu pour conserver ses droits? Ou est l’état de droit alors que les plus haut placés, les garants de la République, menacent de spolier ceux qui ne se conforment pas à la ligne politique

    Deuxièmement, la fiscalité devient réellement confiscatoire, et décourageante. A quoi bon se décarcasser si c’est pour tout donner à l’état?. Je ne suis pas spécialement sarkozyste, encore mois soumis à l’ISF, mais le bouclier fiscal à 50% me semblait une évidence. Ou est l’intérêt de travailler si l’on travailler plus pour l’état que pour soi?
    Depardieu, touts impôts cumulés, affirme avoir dépensé plus de 85% de son revenu en impôts! N’importe qui d’autre trouverait cela scandaleux à sa place.

    Cette fiscalité, ou plutôt sa répartition, provient d’une mentalité en place très bien résumée par Francois Hollande « Je n’aime pas les riches ». La France a certainement besoin d’augmenter ses impôts. Mais saviez vous que seulement 53% des ménages payent l’impôt sur le revenu? Lorsque l’on retire les chômeurs, cela signifie qu’une part non négligeable de la population ne paye même pas un euro symbolique annuel d’impôt! En France, on préfère piocher chez les riches, parce ce sont eux qui ont de l’argent. On se moque bien de ce qui est juste ou non.

    Je suis en revanche déçu par la décision de Gérard Depardieu de rendre son passeport. Certes le gouvernement l’a trainé dans la boue, mais le gouvernement est-il le pays? Depardieu aurait pu parler d’exil, s’il avait fui pour s’opposer à la mentalité en place, en attendant des jours plus cléments. Mais en rendant son passeport, il insulte les français, il n’est plus exilé, mais ingrat et apatride.

    1. Post
      Author
      Michael

      Il est clair dans cette histoire rien n’est tout à fait propre et les détails sont très discutables (payer 85 % est-il possible ?, peut-on « rendre » un passeport ?).
      Ce qui m’a interpelé c’est le symbole et le traitement qui en est fait.
      Il aurait pu partir discrètement mais quelqu’un a choisi d’en faire grand bruit. Les gouvernants de la « république exemplaire » (était-ce le terme utilisé lors de la campagne ?) ont des réactions qui ne me semblent pas appropriées.

  2. Childeriq

    Bonsoir,

    Je ne suis pas Juriste, mais si cela est illégal eh bien le redressement ne tardera pas.
    Il ne faut pas oublier « L’esprit de la loi »et si on fait des bénéfices dans un pays eh bien il faut se soumettre aux système fiscale en vigueur.

    Néanmoins je rejoins William sur la réaction de certains membres du gouvernements et de certaines personnalités.

    Je rappelle également que les lois sont rédigées et conçues par le corps législatif notamment…qui est élu: dois je rappeler le taux de participation aux différentes élections?

    Beaucoup de personnes se plaignent de notre système fiscal mais ils oublient que les personnes qui les créent sont ceux qu’elles élisent.

    Enfin, je pense que c’est une erreur de raisonner en valeur relative: en effet 85% semblent élevés. Mais est ce que quelqu’un qui gagne 100 millions d’euros et qui donne 85 millions a l’état connaît les mêmes conséquences dans sa vie quotidienne que quelqu’un qui gagne 1000 euros?

    Par ailleurs, il ne faut pas oublier la reproduction sociale et qu’il y a moins de fils d’ouvrier à l’ENA aujourd’hui qu’il y a trente ans. Le mérite ne se définit pas uniquement par la volonté et le travail mais également par sa naissance: redistribuer permet de « gomer  » en partie ces inégalités dues au hasard de la vie. Si vous êtes fils de medecins, vous avez plus de chance d’être medecin vous même.

    Cordialement,

  3. Nom (obligatoire)

    Je vis au Canada présentement, et je dois dire que cette actualité française m’a vraiment fait rire. Il n’y a bien que les médias et politiques français pour faire un scandale de une sur des affaires de même…
    Ce que je trouve fâcheux dans l’histoire c’est pas tant la décision de Depardieu, mais c’est l’image des français qui émigrent. Non, les français qui partent ne sont pas tous des expatriés fiscaux. Il y a des milliers de différentes raisons d’émigrer, et je ne pense pas que les gens réalisent tout ce que cela implique (du bon tout comme du mauvais).
    Enfin, je trouve Depardieu assez fidèle à lui-même dans l’histoire(assez vulgaire dans son attitude), mais la réaction du gouvernement est aussi assez minable. Je crois qu’ils auraient mieux fait de s’abstenir de tout commentaire.

  4. William

    Quelqu’un qui gagne 100 million d’euros n’a pas moins de droits qu’une personne qui gagne le Smic! La question n’est pas de savoir s’il a besoin de cet argent (qui a « besoin » d’une somme pareille pour vivre) mais s’il est légitime de tout lui prendre pour renflouer la communauté… dont la moitié ne paye strictement rien.

    Au fond le problème est bien résumé par les emplois « d’avenir » Des emplois subventionnés :le contribuable paye pour occuper des personnes inemployables actuellement (aucun jugement de valeur, j’ai été chômeur), financés par les impôts des mieux lotis. Finalement on fait passer le message: a quoi bon vous tirer vers le haut? Si vous êtes inemployable on paiera pour vous.
    Une autre version serait possible: tirer ces personnes vers le haut en les formant afin d’augmenter leur valeur sur le marché du travail.
    Doit-on commettre des injustices sur les individus pour redresser la société dans son ensemble?

    1. Post
      Author
  5. rach

    A première vue, on pourrait dire qu’il a le droit de se barrer, après tout il fait ce qu’il veut.
    Mais la question est plutôt : as-t-il bénéficié d’aide de prêt où de loin de la part de l’état pour sa carrière.

    Il existe des subventions pour développer le cinéma en France. Depardieu en a en quelque sorte profiter indirectement s’il a été embauché dans des films qui ont reçu des aides de l’état. Si c’est le cas, il me parait juste qu’il y ai un retour de la part de cet homme.

    Je comprend totalement le fait qu’il n’ai pas envie de bosser 6 mois dans l’année juste pour payer des impôts, même si ce qu’il reste suffit largement. En revanche, ça doit être donnant donnant. C’est tout

    1. Eric

      Cet argument est insupportable.

      Est-ce que « recevoir » une aide fait de vous le débiteur éternel de celui qui vous a aidé ? Je ne crois pas.

      Nous avons beau avoir « reçu » nous aussi l’éducation, la santé, … , mais j’estime que nous ne devons rien à l’État français pour ça ; c’est une mentalité d’esclave.

      Not’ bon maître nous donne le gîte et le couvert, nous ne pouvons pas le laisser tous seul avec ses champs de coton (même s’il nous donne parfois le fouet).

      1. Post
        Author
        Michael

        Belle interrogation : si l’on reçoit dans quelles conditions peut-on éventuellement rendre ? Doit-on le faire ?

        Cette réflexion s’applique-t-elle aux jeunes qui partent travailler à l’étranger ?

        Si quelqu’un vous donne 100 € et vus demande des régulièrement des services pendant des années en vous rappelant qu’il vous a prêté 100 €, il vous met en état de dépendance. C’est un moyen commode pour rendre les autres redevables.

  6. gunday

    Je pense que nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il faut de l’impôt.
    La réelle question à se poser est plutôt si l’augmentation de l’impôt est rentable ou atteint de tel niveau, qu’elle en devient improductive.

  7. Benjamin

    On se demande ou veut en venir l’état. Je suis d’accord qu’il faut levé des impôts pour financer notre système, mais je pense que trop d’impôts tuent l’impôt.

  8. Vincent

    Bonjour Michael et merci de lancer ce débat passionnant.

    Il y a un dicton populaire qui affirme très vulgairement « plus on est riche, plus on est c… »

    Je déteste les idées reçues, mais je dois avouer que je suis décu par l’attitude de certaine personne richissimes.

    Certes il est maladroit de qualifier de minable un exilé fiscal, mais la réalité est que cette personne préfère son argent à son pays. Et j’ai l’impression que certaines personne ont tendance à oublier d’où elle viennent et que certain travailleurs se détruisent la santé pour des salaires qui eux sont minables.

    La majorité des très riches doivent leur richesse à leur revenus financier aux revenus de leurs propriété. Et quand on voient comment se dégradent les revenus des travailleurs salariés, je pense qu’il n’est pas abusif de penser que ces très riches doivent leur richesse à une forme de spoliation des travailleurs.

    Soyons honnêtes, la personne qui gagne un million d’euro par mois ne transpire pas beaucoup pour gagner ses dernier 100.000 euro.

    Alors devenir riche ? Oui 100 x oui, mais je pense personnellement que l’acquisition de cette richesse doit se faire en toute conscience des réalités de ce monde et avec l’acquisition d’une certaine noblesse d’esprit.

    Car pleurer publiquement sur sa feuille d’impôt est pour le coup « minable ».

    Imaginez-vous Anthony Robbins (pour ceux qui le connaissent) s’abaisser à un tel comportement ?

    Merci de m’avoir lu

    Vincent

    Un salarié assez fatigué et un futur riche oisif j’espère.

  9. Jérôme R.

    Bonjour à tous,
    je vous rappelle quand même que pour les revenus payables en 2012, on parle de revenus gagnés en 2011. Or en 2011, il y a le bouclier fiscal de 50%. Donc pour payer 85% d’impôt, personnellement je ne vois pas ? Peut être qu’il inclut les taxes foncières de ses différentes propriétés ? Un château, un appartement de 1800 m² rue du cherche-midi, etc, etc…Ce monsieur n’est pas à plaindre il me semble. Mais à la rigueur c’est son affaire, ce qui me gêne le plus est le sentiment que les rats quittent le navire. Quand les choses vont mal, je pense qu’il vaut mieux se serrer les coudes plutôt que de faire du chacun pour soi.

    Art. 13. de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789
    « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.  » En clair, vous gagnez plus, vous payez plus. Il me semble que c’est normal, non? Après, il y a énormément d’effort à faire pour gérer correctement et avec lucidité l’argent public. parce que c’est l’argent de la collectivité, il devrait être mieux géré.
    Par ailleurs je voudrais revenir sur cette phrase: « vous travaillez 6 mois dans l’année pour payer vos impôts » j’aimerai comprendre. Sur votre avis d’imposition, vous avez le pourcentage d’imposition de votre ménage : il me semble que c’est dans les 10-12% du revenu. Mais peut être ici, on parle d’autre chose que d’impôt sur le revenu ? Je ne pense pas que tout mélanger soit une bonne idée, mais ça se discute.
    Mais revenons au principe de l’impôt sur le revenu. C’est un impôt progressif et par tranche. Vous payez un pourcentage de votre revenu compris entre un plafond et un seuil (je vous renvoie à ce site pour le détail : http://www.calcul-impot-revenu-2013.fr/conseil-bareme-tranches-impot-revenu ) C’est à dire que lorsque vous gagnez 160 000 euros à l’année, les 10000 euros au dessus de 150 000 euros sont imposés à 45% et non la totalité du revenu. Bon après si vous gagnez 160 000 000 euros de revenu du travail (et non un gain du loto), vous êtes imposés à 44,97%. (on est loin des 85%); Vous en connaissez beaucoup des salaires de cet ordre là.
    Désolé d’avoir été un peu long, je ne doute pas, michael, que tu savais déjà tout cela mais je trouve qu’il est souvent bon de retourner aux fondamentaux.
    Amicalement à tous,
    Désolé si je suis un peu sec 🙂
    Jérôme

    1. Post
      Author
      Michael

      Merci pour les rappels !

      Les 6 mois inclus toutes les formes d’impôts bien entendu (Cotisations patronales, sociales, CSG, TVA et j’en passe), l’IR n’étant au final qu’une petite part…

      Je suppose que lorsqu’on parle de 85 % toutes les formes d’impôts sont incluses mais cela reste un peu trompeur.

  10. Diaka

    Les impots, c’est pour l’Etat, et l’Etat c’est nous, nos routes, nos écoles, nos transports en commun… Rien de choquant à payer l’impot.

    Certains riches ne veulent pas payer et s’en vont. Soit. Mais pour moi il devrait y avoir des frais de sortie du système, car sinon le système sera toujours perdant : les riches qui peuvent payer s’en iront pour ne pas le faire, et les pauvres resteront par sécurité ou par absence de choix.

    Je pense que le cas Depardieu est intéressant parce qu’il nous montre les limites de l’organisation fiscale en Europe. Comment se fait-il qu’en s’installant en Belgique on a moins d’impot à payer ? (et vice-versa)

    Personnellement je suis pour une harmonisation, dans un sens ou un autre, comme pour l’harmonisation du droit social, etc. vu qu’on a déjà la monnaie, le permis, l’enseignement supérieur, …

    Après, d’un point de vue individuel moi aussi je trouve ça assez minable de laisser tomber la communauté nationale à l’heure où elle a besoin de vous

    1. Post
      Author
    2. Eric

      « L’État c’est nous » : ceci est une grosse erreur. L’État c’est la clique d’hommes politiques et de hauts fonctionnaires qui tripatouillent tous cela dans leurs intérêts propres.

      Qu’a reçu Depardieu pour 145 millions d’impôt payé en 45 ans ?
      – ce faire traiter de minable
      – son fils en prison trois ans pour 2g de coke (c’est dans la lettre)

      Donc non, l’État français est très nettement bénéficiaire net de Depardieu.

  11. Fabrice

    Cette affaire est une fois de + pathétique car le buzz se fait sur la moralité du départ ou non de Gérard Depardieu alors que le fond devrait être de pourquoi les « riches » partent et s’il est possible de les retenir (soit coercitivement si la France continue à devenir un pays de non liberté, soit par des modifications fiscales).

    Une fois de +, on loupe le fond pour se focaliser sur un détail.

    Les politiques qui se font des parangons de vertus et solidarité, alors qu’ils ont une retraite dorée et que la majorité des députés refusent de donner la transparence sur leur 6000 EUR de notes de frais mensuels me font vomir.

    Quand à Depardieu, on se focalise sur son argent, mais personne n’a relevé la phrase sur son fils qui s’est pris 3 ans de prison ferme (il en a fait 1,5) pour « trafic d’héroïne » à 17 ans. Fils décédé à 37 ans suite à une infection infection nosocomiale dans un hôpital français… Sans être dans l’esprit de GD, on peut imaginer qu’il ait un certain « relent » vis-à-vis de la France.

    1. Post
      Author
      Michael

      J’ajouterai que les politiques vivent de « nos » impôts et n’ont pas d’incitation à les réduire ou à réduire la voilure de l’état. Juge et partie, c’est pratique.

  12. Pingback: La faim d’un monde | LA VIDURE

  13. Nicolas Mallet

    Prendre les 3/4 des revenus à une personne (même si c’est la part supérieure à un million), c’est dire implicitement: « j’estime que vous ne méritez pas cet argent, donc je vous le confisque ».

    Pas étonnant que la personne qui est victime de ce traitement se rebelle contre l’état qui le traite ainsi. Et ceci encore moins si elle est en plus insultée du simpe fait que soit riche.

    A la base, le but de l’impôt est aussi de donner à l’état d’avoir les moyens d’accomplir ses tâches. Or, ici l’état en fait avant tout un outil pour mettre tout le monde au même niveau. C’est là à mon avis sa plus grande erreur. En effet, dans le premier cas, ne pas vouloir payer d’impôt est en effet criticable. Dans le second cas, c’est tout simplement humain de ne pas vouloir qu’on vous prenne ce que vous avez gagné honnêtement.

    1. Post
      Author
  14. Childeriq

    Je pense qu’il est mauvais de raisonner en terme de valeur relative.

    Peut on admettre qu’une personne qui gagne 100 millions d’euros par an les mérite? En dehors de tout raisonnement économique. Aucune personne, ne fut il un génie, ne vaut 100 millions par an.

    On parle de redistribution des richesse et d’effort national.

    Une personne qui gagne 1200 euros et qui paie 200 euros d’impôt réalise un effort considérable.

    Une autre qui paie 85 millions d’impôt sur un revenu de 100 millions participe aussi à l’effort national.

    La différence entre les deux est que le premier aura moins bien mangé, aura peut être un peu plus froid ou ne partira pas en vacances.

    Le deuxième ne sera pas impacté directement au niveau de son niveau de vie. Au lieu d’être extrêmement riche, il sera « seulement » très très riche. Un yacht de moins, ou une maison de campagne de moins.

    Est-ce que cela vous semble injuste?

    1. Eric

      1. « Aucune personne, ne fut il un génie, ne vaut 100 millions par an. » : qui détermine le mérite, où se situe la limite ?

      Prenons le cas de Bill Gates : il a « enrichi » des millions (peut être un milliard) de personnes qui trouvent un intérêt à utiliser ses logiciels.

      En retour, Bill Gates a été enrichi d’autant, donc énormément pour un seul homme.

      Je trouve ça juste et normal. On peut certes ne pas être d’accord avec moi, mais ma question découle de là : qui décide du mérite ? Vous, moi ? Et quel peut-être la limite ? 1 million, 1 milliard ?

      2. Un homme ne « vaut » pas ce qu’il gagne.

      Aux vus de ce que Depardieu a payer aux impôt, je n’estime pas que je vaux dix millions de fois moins que lui. La valeur d’un homme ne saurait se réduire à son patrimoine ou à son salaire. D’ailleurs la valeur d’un homme n’est pas une valeur numérique et on ne peut pas classer les hommes en fonctions de leur valeur !

      3. Nous ne serons jamais d’accord :

      – les « libéraux » estiment que l’échange enrichi les deux personnes qui échangent (que ce soit dans le commerce, le salariat, …)
      – les « socialistes » (à la sauce marxiste) estiment que dans tout échange il y a un baiseur et un baisé et quelqu’un qui profite de la situation de faiblesse de l’autre.

      Dans ce cadre, en tant que libéral, je me fiche éperdument que quelqu’un ait amassé une fortune considérable. En tant que socialiste c’est juste insupportable vue que la fortune a forcément été accumulée par prédation.

  15. Romain Talon

    Depardieu paye 85% d’impôts à cause de l’ISF, et quitte à me faire lyncher par beaucoup de monde, je trouve personnellement que l’ISF est la meilleur taxe qui soit (peut être améliorable et peut être aussi parce que je ne la paie pas) : c’est une taxe qui force l’argent à circuler.
    Impossible donc de garder ‘sous le tapis’ de forte sommes d’argents, celles-ci doivent être réinvesties afin de produire.
    Ca transforme en quelque sortes automatiquement les « riches » en hommes d’affaires, à moins qu’ils ne délèguent.

    Si Depardieu a payé autant d’impôts sur ses revenus, c’est qu’il n’a pas fait fructifier son patrimoine, ça ne me choque pas. La façon dont est présentée la chose biaise le résultat : ses propres revenus ont été taxés à moins de 50%, c’est sa passivité d’investissement (ou ses mauvais investissements) qui fait croître le résultat au-delà.
    D’ailleurs il va en Belgique non pas pour payer moins d’impôts sur les revenus, mais pour payer moins d’impôts sur le capital.

    1. Eric

      Ce commentaire est très pertinent, mais dénote que vous êtes utilitariste (i.e. la fin justifie les moyen) : afin de « faire circuler l’argent » (pourquoi ?), il est « normal » de prendre de l’argent à des gens.

      De plus si Depardieu se contentait de cacher tous ces billets sous son matelas, il y aurait peut-être moins d’argent en circulation, mais plus de « choses » pour les autres !

      J’ai entendu, mais je n’ai pas cherché à vérifier, un avocat fiscaliste indiquer que, au taux marginal de tous les impôts, un individu (riche certes) doit réaliser un rendement de 9% pour uniquement maintenir son capital (cela tiens compte de l’inflation).

      Même si je ne suis pas au taux marginal (vu que je ne paye pas d’ISF, je suis néanmoins preneur si vous connaissez un placement avec un rendement à 9% !

      1. Romain Talon

        Je n’aime pas l’idée que l’argent reste à un endroit à stagner sans rien faire… J’ai récemment lu des articles décriant le fait que de grosses fortunes puisse avoir un impact politique direct sans être élu (quand on ‘pèse’ aussi lourd qu’un petit état en terme de budget, l’action réalisée à partir de cet argent a un impact politique fort), mais je trouve encore pire de laisser cet aspect et se retirer du monde avec un magot qui pourrait l’aider ! C’est un peu ma façon de voir « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ».
        Prendre de l’argent à des gens est ‘normal’ sinon on enlève tout impôt, toute imposition, et c’est l’anarchie (pas d’argent = pas d’état). Dans ce cas particulier (ISF), on peut considérer ça comme une amende, non pour être riche, mais pour ne pas faire fructifier son capital.

        Après en ce qui concerne le rendement nécessaire, comme dit dans le 1er commentaire : cette taxe est améliorable.
        Le taux pour les plus grosses fortunes est 0.50% de la fortune totale, je vois mal comment on peut atteindre 9% de rendement. [J’étais arrivé à peu près à 4% pour de l’immobilier, en comptant que 50% des loyers partent dans l’entretien, les charges et les cotisations sociales (il n’y a pas d’intérêt à payer 😉 ), et 75% d’impôts sur le revenus (soit 0.5%*2*4 = 4%), ce qui est largement réalisable au vu du ratio loyer/achat dans de très nombreuses villes.]

        Cet avocat fiscaliste s’y connait vraisemblablement bien mieux que moi, mais j’aimerais voir, s’il vous est possible de le trouver, le calcul qui justifie ce rendement.

        Je n’ai pas compris dans votre commentaire la remarque :
        « si Depardieu se contentait de cacher tous ces billets sous son matelas, il y aurait peut-être moins d’argent en circulation, mais plus de « choses » pour les autres ! ».
        Il y a un sous-entendu que je n’arrive pas à mettre à jour, je vous demande sans fausse humilité de m’éclairer sur ce point. Merci.

        1. Eric

          Supposons que pour chaque euro gagné par Depardieu, celui-ci achète de la bière.

          Comme il est très riche, il en achète des quantités énormes qui influence le marche. La loi de l’offre et de la demande étant ce qu’elle est, le prix de la bière va monter (et Depardieu grossir, mais ce n’est pas le sujet ;-).

          Supposons que du jour au lendemain, Depardieu, suite au conseil de son médecin, arrête la bière. Comme il déprime, il n’achète plus rien et met l’argent sous son matelas.

          Toujours grâce à la loi de l’offre et de la demande,
          comme la demande baisse, le prix de la bière va baisser.

          L’argent n’étant pas utilisé par ailleurs, aucun autre prix ne va monter : vous bénéficier directement (en tant que buveur de bière) de l’abstinence de Depardieu !

      2. Romain Talon

        En incluant 2% pour l’inflation on doit tomber pas loin des 9% en fait (selon les mêmes calculs que les miens).

        Je n’ai pas le temps de détailler, mais je ne pense pas que le patrimoine dusse suivre l’inflation. Je détaillerai plus tard si vous voulez (si ça intéresse quelqu’un !) après ma répétition (l’orchestre m’attend)…

  16. Pingback: La faim d’un monde (bis) (post mortem – ante partum) | Les 7 du Québec

  17. Post
    Author
  18. Childeriq

    Pour répondre à Éric: le vraie question est ailleurs. Et je te rejoins sur ce fait: on ne détermine pas un homme par rapport à une somme d’argent.

    Néanmoins, cette remarque que j’ai fait est subsidiaire à l’idée que je voulais développer: je voulais mettre l’accent sur le fait qu’en dessus d’une certaine somme, l’impact sur le quotidien est minime. En effet, est ce qu’un homme qui gagne 100 millions d’euros par mois connait un changement radical s’il n’en gagne plus que 80?

    Par ailleurs, la « mérite » est au cœur de mon raisonnement. Quelle est la part de l’individu dans a réussite sociale? Économique? etc?

    Il y a toujours une part de chance, de hasard: selon le pays ou la personne vient au monde , l’environnement familial, ses dons et talents naturels…

    Si on part de ce principe, une redistribution des richesse et notamment une taxation sur les plus grosses fortunes semble t elle si injuste?

    Le voile de l’ignorance par John rawls…très intéressant…

    1. Eric

      A un niveau de richesse très élevé, a mon avis, l’argent ne sert pas à acheter des biens de consommations mais à réaliser des projets. Par exemple, avec 20 millions d’euro, Depardieu pourrait produire un nouveau film. Donc, oui, prendre N millions d’euro à quelqu’un à toujours un impact radical.

      Il est parfaitement évident que la réussite contient une part de chance, qui atteint même 100% dans le cas des gagnants du loto.

      Néanmoins, un individu qui prouve qu’il peut « faire de l’argent » a plus de chance de savoir en faire à nouveau et par là même de développer de la richesse qui profitera à tous le monde (comme Steve Jobs par exemple). Donc, autant leur laisser l’argent.

      De plus, il n’est pas moral de prendre à Gérard pour donner à Jean-Marc. Si on veux aider Jean-Marc, on le fait, il n’y a pas besoin de prendre dans les poches de Gérard.

      Et si je devais choisir une société avec le voile de Rawls, j’en choisirais une qui assure la liberté et l’égalité devant le loi, mais en aucun cas une société qui imposerait une redistribution !

      1. Childeriq

        Bonjour,

        Il ne faut pas confondre système fiscal équitable et assistanat. Ma réflexion porte sur le fait de taxer les plus riche. Pas sur le fait qu’un pays fasse le choix d’une redistribution ou pas.

        Pourquoi n’est il pas moral de prendre a Gérard pour donner à Marc? Qu’est ce qui vous dérange autant? Je ne vois rien d’immoral de renforcer la solidarité au sein d’une société mais de façon juste, sans faire la fiscalité un frein à l’entrepreneuriat et à l’innovation.

        Les impôts servent à construire des routes, construire des écoles, soigner les malades, développer les petites entreprises, promouvoir l’art et j’en passe.

        Je pense qu’à bien des égards, l’état peut et sait mieux se servir de notre argent.

        1. Nicolas Mallet

          Si je comprends qu’on puisse se demander si une personne peut mériter de gagner autant d’argent, la raccourci inverse me dérange tout autant, à savoir: j’estime qu’il ne mérite pas cet argent, je décide donc qu’on doit lui le confisquer.

          En effet, je constate qu’un Depardieu à jusqu’à nouvel avis gagné honnêtement son argent. Il ne l’a volé à personne, n’a arnaqué personne, ni ne fait travailler des esclaves. S’il gagne autant, c’est qu’il a été plus malin, plus habile, plus talentueux, a plus travaillé ou a été plus chanceux que d’autres (ou un peu de tout ça). Donc rien qui ne justifie qu’on lui retire cet argent pour le donner à quelqu’un d’autre.

          De part ses moyens, qu’il fasse plus d’efforts que d’autres, je comprends. Qu’on coupe tout ce qui dépasse, je ne comprends plus.

          Il ne faut pas non plus oublier les effets négatifs qui sont la conséquence des impôts qui servent à viser un nivellement par le bas.

          Si au final, tout le monde dispose du même montant, pourquoi en faire plus que les autres ? Pourquoi travailler plus ? Pourquoi innover ? Pourquoi entreprendre ? Pourquoi prendre des risques ?

          Il ne s’agit pas non plus de faire de belles théories sur l’égalité, il faut avant tout être concret. Et que constate-t-on ? Que la situation de pays comme la France n’est pas brillante comparée à d’autres et qu’elle s’empire. Comme par hasard, tous les pays qui sont devant elles ont un autre comportement face au travail et à l’argent.

          On peut d’ailleurs parier sur l’avenir. Je suis convaincu que le président que vous avez élu (je ne suis pas Français) et complètement à côté de la plaque et que quasiment toutes les mesures qu’il prend vont empirer la situation. Par exemple, il est absolument ridicule de proclamer encourager la croissance et en même temps décourager les entrepreneurs.

          Donc plutôt que de débattre dans le vide, je propose de faire le bilan de tout ça dans une année… Car l’important au final, reste le résultat. Albert Einstein a dit « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. ». Or il me semble justement que la gauche au pouvoir en France fait non seulement toujours la même chose, mais toujours la même chose de plus en plus fort (même si la droite avant elle n’a pas eu de grandes idées non plus).

        2. Childeriq

          Mais nous sommes d’accord sur la plupart des idées. Je parle d’équité et non pas d’égalité. Je parle de mérite personnel mais aussi de reproduction sociales. Je parle de solidarité et non de confiscation…comme vous donc!

          J’ajoute seulement que la taxation des très très très riche ne me choque pas. Lorsqu’on rentre dans des proportions que notre esprit ne peut même pas modéliser alors je pense qu’il faut redescendre sur terre et penser au plus grand nombre sans rentrer dans des clichés gauche/droite comme vous semblez le faire.

  19. Pingback: La faim d’un monde (bis) (post mortem – ante partum) | CentPapiers

  20. Pingback: La faim d’un monde | Les 7 du Québec

  21. Nicolas Mallet

    Je ressort ce sujet, puisqu’il semble que j’avais vu juste, si j’en crois les paroles de Christian Eckert, rapporteur PS du budget à l’Assemblée nationale, à propos de la taxation des revenus à 75%: “Cette taxe, c’est une amende plus qu’un impôt. Nous ne cherchons pas à percevoir un impôt pour alimenter le budget de l’Etat, mais à éviter que des salaires supérieurs à un million d’euros par personne ne soient versé ».

    C’est donc bien une confiscation (« amende plus qu’un impôt ») et ça n’a aucun rapport avec une quelconque solidarité. On ne peut donc pas reprocher à Depardieu de chercher à éviter cette amende. Et ceux qui prétendent le contraire sont des hypocrites. A moins que lorsqu’ils font un excès de vitesse ou dépassent le temps de parcage, ils aillent se dénoncer afin de payer l’amende.

    On est donc tout à fait dans un clivage gauche/droite, avec ce qui n’est avant que de la jalousie d’une certaine gauche.

    Et il faut garder en mémoire que le problème n’est pas que certains gagnent beaucoup, mais que d’autres ne gagnent pas assez. Et rien n’indique que d’empêcher à certains de gagner beaucoup, va améliorer la situation de ceux qui gagnent peut.

  22. Pingback: La faim d'un monde - IDEOZMAG (ex forumdesforums.com)

  23. Pingback: La faim d’un monde | Le Monolecte

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.