Comment arrêter de faire des heures de présence au boulot ?

Michael Ferrari Développement personnel 2 Commentaires

Image via Wikipedia

Comment est-ce qu’une entreprise par le classement Fortune 100 a augmenté la productivité de son siège de 1% et a réduit le taux de démission de 90% ?

ROWE : Results-Only Work Environment « Environnement de travail orienté résultat ». Cela rejoins ce que je disais dans « Pourquoi subissez-vous votre style de vie ? ».

ROWE est une méthode visant à regrouper toutes les bonnes pratiques permettant de libérer les employés.

Chaque personne est libre de faire ce qu’elle veut, quand elle veut tant que le boulot est fait. Le principe c’est que l’entreprise ne paye pas ses employés pour qu’ils montrent leur tête au bureau chaque jour mais qu’ils fassent des choses et obtiennent des résultats.

ROWE dit qu’il faut donc se concentrer uniquement sur les résultats. Ce n’est pas un moyen pour tout le monde de travailler à la maison mais une manière de voir les choses et notre relation au travail.

Ce genre de considération, totalement dans la lignée du livre de Tim Ferriss « La semaine de 4 heures », s’applique assez facilement dans les métiers de la connaissance mais pas forcément dans les autres domaines.

La méthode a été appliquée chez Best Buy, peu connue en France mais qui compte 140 000 employés tout de même ! Dans ce cas, la méthode a commencée il y a 6 ans. La culture générale du monde du travail ne se prêtant pas trop à ce genre de méthode, il convient de saluer cette initiative.

Beaucoup de commentaires sur le blog de Tim parlent de la soif de contrôle de nos dirigeants rendant inconcevable de dire à un salarié « Voilà ce que tu as à faire, tu as x jours, fais comme tu veux ».

En effet, les managers se sentent important et rassurés lorsqu’ils ont des gens présents sur place. C’est un fait 🙂

Mais de nombreuses personnes disent appliquer ça dans leurs entreprises (souvent petites). Le rapport au salarié tend à s’individualiser : plus tu produis, plus tu es payé mais permet au salarié d’organiser sa vie personnelle comme il l’entend.

Dans votre entreprise, suppose-t-on que « présence » = « productivité » ? C’est souvent comme ça et ce que ROWE dit c’est que vous faites ce que vous devez faire et ensuite vous êtes libre.

La question que je me posais à la lecture de cette méthode fort intéressante c’est que pour beaucoup d’entre nous, plusieurs projets nous sont assignés. Nous avons environ 2 ans de travail devant nous, comment justifier le fait de partir vendredi après midi ?

ROWE est très lié à l’état d’esprit anglo-saxon car en France depuis la mise en place des RTT, les managers ont tendance à considérer que les employés ont suffisamment de temps libre. ROWE dit surtout que comme notre travail est sans fin et que donc avoir 2 ans de projets devant nous ne dit pas ce que l’on doit faire quotidiennement, les managers doivent organiser les choses pour assigner des tâches.

Dans les entreprises classiques partir 30 minutes avant tout le monde est très mal vu. C’est totalement idiot. Pourquoi ne pas se concentrer sur ce qu’a fait la personne au lieu de parler des 30 minutes ? Les remarques des collègues sont toujours là pour vous rappeler ça et ces éléments feront clairement rater les tentatives pour mettre en place ROWE.

Derrière ROWE, j’aime bien l’idée de ne pas faire de la présence au bureau. Chacun d’entre nous faisons ou avons déjà fait de la présence. J’ai vu des projets où une personne était sollicitée quelques fois par semaine seulement.

Cette méthode arrive à point nommé, la nouvelle génération (vous savez les jeunes) étant très habituée au travail en mode « déconnecté » et vivant le monde de l’entreprise comme quelque chose d’austère sera certainement beaucoup plus réceptive à ce genre de démarche.

Quelles sont les chances de voir une grande entreprise Française adopter cette méthode ?

Le site officiel de ROWE

Vu sur le blog de Tim Ferriss

Commentaires 2

  1. évidemment, ça fait suite à ton dernier article « qui veut arrêter de vivre pour travailler »….

    Intéressant ce concept, trés anglo saxon culturellement en effet….reste qu’on voit de plus en plus de cadres bosser chez euxet que la frontière temps libre temps professionnelle est de plus en plus floue…une amie dans une grande boite de téléphonie m’expliquait récemment que leur société mettait en place un concept déjà ancien mais peu appliqué en France : l’open space sans emplacement à soi…en fait on a une seule grande pièce sans cloison, où tout le monde bosse, on n’a pas de bureau personnel et on change tout les jours….c’est Andersen qui avait parmis les premiers testé le système (qui me semble pas trop déconnant pour des boites de consultants par définition nomades) pour les salariés classique c’est vite l’enfer (pour ma part je glande au moins 20/30 % plus en open space pour l’avoir testé…oui ça favorise la communication..mais en général ça favorise aussi le pétage de plomb et ça oblige à discuter prés de la machine à café quand on veut être au calme….)(ou dans la salle de réunion si elle est libre !)
    Mais on leur a proposé évidemment l’alternative…..bosser chez soi 50 % de la semaine!! Pas con…..vous poussez vos salariés (si possible des cadres mais bon dans le tertiaire c’est souvent le cas) à faire le choix eux même en leur proposant un environnement de travail dégradé ..comme ça c’est tout bénef! vous réduisez vos frais d’infrastructure à vitesse grand V…..;)
    Mais bon…je pense que tout comme le process industriel ou la pratique du lean manufacturing montre que le produit attend 90% du temps minimum et subit de la valeur ajoutée 10% du temps, ça métonnerait pas que pour le travail de bureau ce soit en gros pareil!! vous bossez vraiment Value Added: 20% de votre temps (si on veut être sympa) : soit : 1 journée sur 5 …;)donc moi c’est clair….je demande qu’on fasse sauter les 35h00 et qu’on passe à la semaine des 1 jour de travail!!!

  2. Post
    Author

    Merci pour ton commentaire !

    Je partage tout à fait ton point de vue sur les open space. Pour avoir tester toutes les formules possibles durant mes différentes missions chez le client, l’open space est une grosse source de distraction. C’est souvent le résultat d’un calcul consistant à économiser quelques m² de loyer.

    Dans les boulots de la « connaissance » il est clair que l’ensemble du temps n’est pas directement productif. Il m’arrive de produire véritablement 2 heures par jour (fourchette basse quand même) et si je me trouvais choquant au début, j’ai vite compris que c’était la norme.

    D’où l’idée de profiter que la frontière travail/famille soit de plus en plus floue pour prendre ses distances avec ce genre d’aspects du travail et se libérer physiquement.

    Les dirigeants ne réalisent pas à quel point ils pourraient rendre plus productifs et plus fidèles leurs employés rien qu’en leur donnant plus de liberté.

    Pour moi, cette idée préfigure ce que sera l’organisation du travail prochainement.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.