Comment achètent les riches et comment font les pauvres…

Michael Ferrari Esprit riche, Investir en bourse et dividendes 4 Commentaires

Souvent on (je) oppose les riches et les pauvres dans leur manière de se comporter avec l’argent.

J’ai écris plusieurs articles à ce sujet comme par exemple pourquoi les riches sont plus riche et les pauvres plus pauvre.

La plupart du temps ce sont des constats que je trouve au grès de mes lectures et dont j’ai l’occasion de vérifier la véracité dans la vraie vie.

S’il y a un point caractéristique pour différencier les riches et les pauvres c’est la possession ou du moins le sentiment de possession.

Lors d’un de mes premiers stages en entreprise (j’étais jeune et fougueux), j’avais travaillé pour quelqu’un dont j’avais naturellement vérifié la société sur société.com. (C’est mon côté geek)

Si vous ne connaissez pas societe.com, en gros cela donne accès au registre du commerce et permet d’avoir quelques informations sur les entreprises dont principalement :

– la forme juridique

– le nom des associés

– les bilans et compte de résultat

Voir http://www.score3.fr/index.shtml qui semble bien plus à jour que societe.com.

Je m’étais rendu compte que cette personne était donc PDG de la société où je faisais mon stage, jusqu’ici tout va bien, mais aussi d’une autre société de type SCI (Société Civile Immobilière).

A l’époque, je ne savais pas ce que c’était mais je pensais qu’il avait une activité dans l’immobilier.

Je me trompais et je n’avais pas compris le point dont je veux parler aujourd’hui (roulement de tambour….) : cette structure ne lui servait qu’a posséder des biens immobiliers.

En fait lorsqu’on est pauvre on souhaite plus que tout posséder des choses et les posséder à son nom.

C’est un sentiment de fierté, presque d’orgueil, que j’ai ressenti lorsque j’ai acheté ma première voiture une 205 Peugeot (paix à son âme).

La différence avec les riches c’est qu’ils ne veulent surtout pas posséder les choses à leur nom. Ils veulent juste garder le contrôle et la jouissance du bien.

Les raisons sont nombreuses : protéger le reste de son patrimoine, optimiser fiscalement son patrimoine, faciliter la transmission de ses biens…

Le résultat de tout ça c’est que si vous souhaitez investir ou monter une structure qu’elle soit associative ou économique, pensez toujours à séparer votre patrimoine personnel du reste.

Commentaires 4

  1. audrey

    Bonjour,

    Vous dites qu’il faut séparer son patrimoine personnel du reste mais en même temps dans l’article consacré aux SCI vous dites que dans les inconvénients on peut être saisi sur nos biens personnels.

    G loupé un truc là ?

    PS : j’aime bcp votre blog car les articles y sont variés et actuels.

    Continuez

    🙂 Audrey

  2. Post
    Author
    Michael

    Bonjour,

    Et bien déjà la différence c’est qu’avec la SCI l’engagement sur les biens personnels n’est qu’a hauteur des parts dans la SCI. Autrement dit, un achat en direct c’est un engagement à 100% alors qu’avec une SCI il est possible de ne s’engager qu’a 25 ou 50 % à condition de trouver d’autres partenaires.

    Merci !

  3. Fabien

    Bonjour,
    (desole pour les accents, je tape en QWERTY!)
    Vous effleurez un sujet interessant avec la SCI. Attention tout de meme, se lancer la-dedans n’a pratiquement aucun interet pour les particuliers, voire meme trop d’inconvenients. Etant moi-meme proprietaire sur Paris (sans SCI!) j’ai eu l’impression qu’elles etaient tres « a la mode » au debut des 2000, tout le monde en parlait.
    Vous avez raison quand vous soulignez le fait de vouloir separer biens persos vs. biens institutionnels. Ceci dit, il semble que meme certains investisseurs « pro » les evitent. En effet:
    – la SCI ne beneficie pas d’avantages fiscaux particuliers
    – Beaucoup de paperasserie obligatoire et de tracas de gestion: rédaction de statuts, tenue d’une comptabilité, d’une assemblée générale… j’en passe
    – Il n’y pas de marché pour négocier les parts de SCI
    – Vous etes pieds et poings lies a vos partenaires. Donc mieux vaut tres bien s’entendre avec eux. En cas de dispute, il peut y avoir de gros soucis d’usufruit… et vous ne pouvez plus occuper un logement de votre propre SCI par exemple.
    Fabien.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.