Bourse : Investir ce n’est pas acheter 3 entreprises du CAC40

Michael Ferrari Investir en bourse et dividendes 9 Commentaires

Bourse cac40

J’investis sur les marchés financiers depuis plusieurs années. J’en ai rarement parlé jusqu’à présent car j’ai l’humilité de croire qu’il existe beaucoup à apprendre. Après plusieurs années à creuser et pratiquer j’ai quelques clés de lectures pour les personnes qui veulent créer un portefeuille qui leur permet de tirer des revenus réguliers.

Ce pilier me permet aujourd’hui de toucher en moyenne 1000 € par mois de dividendes.

En bourse il existe tellement d’approches, de produits, de solutions que c’est un peu comme arriver dans un bar à bière et demander « Une pression » et voir le serveur vous montrer les 24 tireuses et le catalogue des 130 bières d’un air amusé.

Et surtout ce qu’il existe c’est des dizaines de biais humains, d’erreur d’appréciation et de raisonnements approximatifs.

Ces biais sont la cause principale des pertes que subissent les investisseurs. Il existe 2 moyens d’éviter de faire des erreurs : 1- apprendre à investir, 2- connaitre ces biais.

L’un des biais courants c’est le biais de proximité.

Vous vivez en France, vous allez donc croire qu’investir en France est plus sûr. Si vous vivez à côté de l’usine principale de Michelin, vous allez croire que Michelin est un meilleur investissement qu’il ne l’est en réalité. Vous travaillez chez Total, vous allez donc croire que vous en savez plus que les autres sur Total en tant qu’investissement.

Si vous avez plus de 50 % de vos investissements boursiers en France, vous souffrez de ce biais !

Vous pourriez rétorquer qu’étant en France il est plus simple d’analyser les sociétés françaises. Vous avez raison mais ce n’est pas une raison pour autant.

Je pense que ce qui rend l’investissement boursier compliqué c’est le fait que tout est abstrait. Vous pouvez rester avec vos idées préconçues et vos biais pendant des années sans que rien ne vous contredise. Si vous faites ça dans l’immobilier et que vous n’avez pas de locataires, au bout de 3 mois vous allez réagir.

Si investir ce n’est pas acheter 3 entreprises du CAC40, acheter c’est quoi ?

Acheter c’est avant tout avoir une stratégie et de déterminer le moyen concret de mettre en œuvre cette stratégie : ce qu’on appelle notamment l’allocation d’actifs.

J’en parlais déjà dans Devenez Riche, l’allocation d’actifs contribue énormément à la performance globale d’un portefeuille.

On pourrait dire qu’il est plus important d’avoir la bonne structure que d’avoir les bonnes actions.

En réalité les frais sont l’autre composante qui est autant déterminante que l’allocation d’actifs.

C’est contre-intuitif. Pour beaucoup d’entre nous la première question c’est faut-il acheter telle ou telle action ?

Il existe cependant là aussi des dizaines d’allocations d’actifs différentes. L’une des plus connues c’est celle d’Harry Browne et son Permanent Portfolio.

Harry Browne est l’auteur de 12 livres et a été candidat à l’élection présidentielle.

Sa proposition est simple : 25% d’or, 25% d’actions, 25% d’obligations, 25% de monétaire. Naturellement on s’imagine qu’avec si peu d’actions la performance sera médiocre mais historiquement elle est étonnamment performante notamment parce qu’elle lisse les mauvaises années.

Cette allocation d’actifs a une performance moyenne de 9,63% depuis 20 ans avec une perte maximum (si vous vendez !) de 12 %. Autrement dit la pire année, le portefeuille a perdu 12% (50% pour les actions).

Derrière chaque allocation d’actifs il y a une théorie sur le comportement des marchés et sur l’avenir des marchés.

Certaines voix disent aujourd’hui que le Permanent Portfolio n’est pas adapté un environnement avec des taux bas comme c’est le cas aujourd’hui. En effet ce portefeuille n’a pas eu de très bons résultats ces 3 dernières années mais 3 ans est un horizon très court pour juger de la performance d’une approche qui se veut long terme.

L’une des plus grandes difficultés c’est de faire le tri entre l’information réelle et le bruit. De faire le tri entre ce qui est important et ce qui est du pinaillage.

Voici un chiffre étonnant. Un comparatif de 7 allocations d’actifs différentes montre que la différence de performance entre toutes ces solutions est de 1,8 %. Significatif certes mais étonnamment pas si élevée que ça.

J’ai fait ce tri pour vous ici. Un excellent moyen de créer votre portefeuille sans attendre.

 

Photo credit: inky via VisualHunt / CC BY-NC

Commentaires 9

  1. Bonjour Mickael,

    Effectivement, investir uniquement en France est la principale erreur des français lorsqu’ils investissent en bourse. Les français investissent près de 80% sur des actions françaises.
    Par contre, j’aimerais bien connaître tes sources sur la performance de 9,63% du permanent portfolio d’Harry Browne sur les 20 dernières années.
    J’ai écris un article sur la méthode d’investissement d’Harry Browne et j’ai trouvé que sa méthode avait un rendement net de 5% par an (ce qui est déjà très appréciable). Cependant je n’ai pas les chiffres sur les 20 dernières années.

    Dans l’attente de ta réponse

    1. Salut Benoit!

      Concernant le PP, la période utilisée et les fonds sélectionnés pour effectuer le test peuvent donner des résultats assez variables. En faisant un rapide backtest depuis 1993 avec les fonds de chez vanguard, j’obtiens un rendement annuel de 8.9%, avec une pire année à -15% et une meilleure année à +32% (note : la perf en 2016 est pour l’instant excellente).

      Mais je suis sur que si je change la période utilisée j’aurais des résultats différents. Cela dit j’avais fait un backtest du portefeuille sur presque 100 ans quand j’étais à la fac pour un papier de recherche (mais je ne sais plus ce que j’ai fais du fichier depuis ><). En tous cas la stratégie était clairement robuste, la volatilité faible et les rendements très bons. Comparables à ceux du marché action mais avec beaucoup moins de volatilité autant que je me souvienne.

  2. Excellent article Michael.
    La stratégie d’une répartition à 25% sur 4 classes d’actifs est super intéressante. Surtout que certaines orientations (or et action par exemple) peuvent agir de manière antagoniste et permettre une sécurisation des fonds.

    Sur la stat qui consiste à indiquer que 80% des français investissent sur des actions françaises, c’est assez énorme. Michael quelle est la répartition sur ces 80% qui sont sur des grosses capitalisations?
    Le marché des smalls caps françaises peut être très interessant également pour la distribution de dividendes.Donc marché à ne pas bannir.

    A te lire

    1. Post
      Author

      Au doigt mouillé on peut supposer que 90 % des « boursicoteurs » achètent de grosses entreprises. Une small cap est moins fiable pour la distribution de dividendes sauf à avoir un avantage compétitif durable dans une niche. En France, c’est rare. En Allemagne c’est courant ! J’ai assisté à une présentation où la stats c’est 73 PME leaders FR leader sur son secteur et 1300 en Allemagne…

  3. Une allocatio 1/4 actions, 1/4 or, 1/4 obligations, 1/4 monétaire ne me semble plus adéquate de nos jours, le risque obligataire face à une remontée des taux est très élevé, etle rendement du monétaire est negatif. Quand à l’or se pose le probleme de son stockage, sauf à passer par un traker. Il faut mieux résonner sur une allocation d’actif sur l’ensemble du patrimoine, soit immo, art, collection, bourse etc…

  4. Perso, je ne conseille pas les smal caps comme Mickaël la évoquer les potentiels de plus valu en matière de ratio sont plus importante si on veux tirer un coup de fusil mes souvent le business modèle ainsi que l’organisation juridique de ses sociétés ne sont pas vraiment fiable il y a un risque, j’en ai fait les frais avec une PME qui avait pourtant 700% de renta après IPO par rapport au prix d’acquisition des titres cependant il y a eu un conflit d’intérêts dans l’actionnariat et nous n’avons pas eu le droit de revendre tout le flottant rapidement 2 ans après la compagnie chutait en dessous de la cotation à de L’ipo , je n’ai jamais investi en bourse mis a part sur les marchés a risque notamment les devises, je n’ai pas de stratégie sur les marchés actions, à court terme, c’est impossible avec le trading haute fréquence, avez-vous une idée de combien ils faut investir pour des stratégies à long terme sur le dividende

  5. Salut Élie, le montant à investir pour une stratégie dividendes long terme, cela dépend des revenus en dividendes que vous voulez percevoir, le fait que vous ré-investissiez ou pas vos dividendes (intérêts composés) et votre horizon d’investissement. Un portefeuille accès dividendes équilibré rapporte en moyenne 5 à 7% de dividendes annuels. Le conseil que je puisse vous donner est d’investir progressivement (même les meilleurs gérants de portefeuilles n’arrivent pas à avoir le timing parfait!) et de garder toujours des liquidités pour les opportunités…

  6. Bonjour Broma,pour un ratio de 7% annuel dans ce cas si je comprends bien, il faudrait avoir un portefeuille de minimum 100k pour avoir un rendement intéressant, ?
    Ce qui n’est pas dans mes moyens à l’instant T le fait de passer des heures a décrypter l’activité économique des marchés est relativement chronophage faut-il savoir encore dans quoi investir sur le public equity
    Cordialement .

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.