Bourse : dividende ou allocation d’actifs ?

Michael Ferrari Investir en bourse et dividendes 2 Commentaires

Dividende de Coca Cola

Lorsque je parle de mes résultats actuels, c’est-à-dire le fait que mon portefeuille me rapporte en moyenne 1000 € par mois de dividendes, je reçois souvent la question suivante : mais as-tu une allocation d’actifs ou juste des sociétés qui versent des dividendes ?

Pour investir en bourse 2 tendances se démarquent.

Ceux qui veulent du dividende.

Ceux qui veulent faire fructifier leur capital.

Autrement dit il y a ceux qui veulent tirer un revenu et ceux veulent placer leur argent.

Cela vous parait clair ?

C’est une vision de l’esprit.

Voici pourquoi.

Allocation d’actifs

Ce qui compte, c’est l’allocation d’actifs. Et vous en avez toujours une que vous le souhaitiez ou non.

L’allocation d’actifs c’est simplement la manière dont vous allez répartir votre investissement entre les différentes classes d’actifs.

Les allocations d’actifs connues sont par exemple le permanent portfolio de Harry Browne, le Modèle de Swensen dont je parlais dans Devenez Riche, le modèle 60/40 et bien d’autres.

Toutes ces allocations d’actifs proposent une répartition de votre argent dans des pourcentages différents entre actions, obligations, liquidités, matières premières…

La comparaison des performances montrent que l’écart entre toutes ces approches est mineure, bien moins importante que les frais ou que les erreurs humaines.

L’idée étant qu’en étant réparti entre ces classes d’actifs vous allez lisser les gains mais surtout les pertes sinon tout le monde n’achèterait que des actions. (note : si vous n’avez pas besoin de cet argent avant 15 ou 20 ans, cette approche se discute !).

Si vous n’achetez que des actions qui versent un dividende vous aurez une allocation d’actifs 100 % actions. Les actions sont connues pour avoir la meilleure performance mais aussi les plus grosses variations.

J’ai fait le choix d’avoir une véritable allocation d’actifs digne de ce nom. J’ai fait le choix d’être investi, pour la partie action, que dans des sociétés à fort dividende.

J’utilise aussi des ETF (ou trackers) tel que j’en parlais dans Devenez Riche. Ce sont des instruments pratiques pour créer une allocation d’actifs et minimiser de nombreux risques.

Bien entendu aucune solution n’est parfaite. Comme dans l’immobilier, même si la banque vous finance à 110 % comme elle l’a fait pour moi à 3 reprises, vous aurez quand même du travail à faire !

L’investisseur peut faire l’erreur de privilégier la performance à court terme par rapport à la réduction du risque sur le moyen/long terme en étant sur investi en actions.

Un facteur déterminant qui est rarement abordé, c’est celui du point d’entrée sur le marché. Sans parler de market timing, imaginez que vous soyez entré sur les actions la veille du krach de 2000 ou de 2008.

Autrement dit, investir massivement après un krach est l’une des approches les plus intelligentes qui existent… mais c’est très difficile à faire. D’une part il s’agit d’être optimiste quand tout le monde est pessimiste. D’autre part il faut avoir les liquidités disponibles à ce moment-là.

Souvent les investisseurs développent des superstitions autour d’une allocation d’actifs plutôt qu’une autre ou autour de la fréquence nécessaire pour rééquilibrer le portefeuille. Ce sont des détails.

Ne laissez pas les détails vous détourner des véritables questions !

Regardez mon intervention ici pour apprendre à créer un revenu avec la bourse

Alors pour vous, dividendes ou allocation d’actifs ?

Commentaires 2

  1. Bonjour Michael,

    Effectivement, en plus du problème de l’allocation, la question du point d’entrée en bourse pour réduire son risque a fait couler beaucoup d’encre (certains prétendent qu’il est impossible de « timer le marché » avec précision), mais pour les investisseurs en dividendes et en actions de rendement comme vous et moi il existe une méthode assez simple pour avoir « approximativement raison ».

    Il a été prouvé qu’un indicateur aussi simple que le rendement de l’indice permet de savoir assez justement si acheter des actions est un choix plutôt risqué ou un choix plutôt intelligent à un instant T (j’ai fait un article détaillé là dessus ici : http://plus-riche.com/quand-acheter-actions-bourse). Par exemple le rendement du S&P500 américain est aujourd’hui autour des 2% et sa valorisation est plutôt, ce qui nous permet de dire qu’il est plutôt risqué d’acheter le S&P 500 aujourd’hui et que les retours futurs seront probablement assez faibles (ce qui ne nous empêche pas de sélectionner individuellement des titres de qualité pour autant!).

  2. Pingback: Les 4 classes d’actifs existantes en Bourse -

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.