Les mots clés les plus utilisés pour trouver esprit-riche.com

Michael Ferrari Esprit riche Laissez un commentaire

Dans le temps que je passe à me regarder le nombril, je surveille régulièrement les mots clés que vous (chers lecteurs et lectrices !) avez utilisé pour trouver ou retrouver mon blog.

Evidemment, les mots clés qui ont mené à mon blog font forcément partis de ceux que j’utilise mais ce qui est intéressant c’est de voir les formules utilisées.

Sans plus attendre voici un extrait des mots clés les plus significatifs :


– citation autodiscipline

– autodiscipline

Visiblement, je ne suis pas le seul à me demander comment m’auto discipliner ! C’est vraiment très lié à la volonté et rien de mieux que la définition d’un objectif pour concentrer sa volonté.

– la tele en les gens passif

– influence de la télévision

-television influence

-télévision néfaste

-temps passé regarder television

-les cotes nefaste de la television

Comme je l’avais déjà signalé dans cet article, l’article sur l’influence néfaste de la télévision vous à visiblement beaucoup plus !

– le temps c’est de l’argent

Cet article qui traite du rapport entre temps argent (mais ça n’est pas le seul) est aussi très visité. Une fois de plus le temps est l’élément sur lequel vous avez le contrôle. Faites y attention !

-apprendre a etre riche

-richesse riche

-Livres en francais: Robert T. Kiyosaki

-citation de riche

Bah oui quand même, c’est un peu le sujet de fond : comment faire pour devenir riche ?

– « règles d’or » investissement

-bulle immobiliere

La bulle immobilière va éclater et je ne prends aucun risque en disant ça (même si je ne suis pas devin). La baisse est constatée sur le terrain depuis début 2006 et la déconnexion entre pouvoir d’achat des français et prix de présentation actuels parle d’elle-même.

-Résume Objectif-zéro-sale-con

-résumé livre sale con

-Objectif Zéro-sale-con

-« niveau d’incompétence »

Le livre objectif zéro sale con  est une vraie mine d’information. Beaucoup de manager devraient le lire pour savoir s’ils sont des sales cons ou s’ils en encadrent. Le monde du travail serait peut être plus agréable…

Je ferais le point de temps à autre sur ces fameux mots clés !

Trouvez le job idéal ! Oui mais comment ?le

Michael Ferrari Esprit riche, Réussite et succès 5 Commentaires

Beaucoup de gens se contentent de leur boulot même s’ils n’en sont pas satisfaits. La raison principale ? Crédits à payer, peu d’économies permettant de voir venir !

Le fait de rester dans sa zone de confort est aussi un élément qui conforte le statu quo.

J’ai déjà évoqué tous ces facteurs dans un précédent article sur les 2 bonnes raisons de quitter son boulot.

Pire encore, la plupart d’entre nous avons au moins une fois auto raisonné un de nos comportements : ainsi il vous est sûrement déjà arrivé de vous « faire une raison ».

L’auto raisonnement ou auto justification est souvent utilisé pour se rassurer ou éviter de se poser trop de questions :

Votre patron ne veut pas vous accorder une augmentation pour la 5ème année consécutive alors que vous avez participé de manière significative au développement de l’entreprise ?

-> Vous allez vous dire qu’après tout si tout le monde demande ça, où va l’entreprise. Et puis au fond, vous êtes bien content du comité d’entreprise qui vous a permis d’avoir 10% de réduction sur votre location au ski l’année dernière.

Bref il nous arrive de se voiler la face.

Définissez votre objectif pour éviter de tourner autour du pot (on y revient !) :

– Où (géographiquement) voulez vous travailler ?

– Dans quel type de société ?

– Quel type de métier voulez vous ?

Cela vous mènera peut-être à identifier un autre métier que celui que vous occupez actuellement : c’est normal et fréquent. Au bout de 4 ans, une grande partie des jeunes diplômés ne travaillent pas dans le domaine qu’ils ont étudié.

Dans l’informatique, domaine très cyclique (comme l’immobilier), pendant les périodes où la main d’œuvre est désirée, on a vu débarquer toutes sortes de cursus dans la profession : chimiste, gestion, psychologie….

C’est plus que jamais fréquent de changer de métier.

Et même plus que ça, si vous n’êtes pas heureux, vous devez vous rendre ce service : cherchez autre chose.

Le bonheur est le chemin, pas l’hypothétique destination.

Alors sortez ! Allez rencontrer les entreprises qui semblent convenir à vos aspirations. Discutez avec les gens et confirmez (ou non !) vos impressions.

Si vous avez déjà été au chômage, vous avez déjà entendu que les offres d’emploi ne couvrent que 30 à 50% des emplois disponibles ; le reste 50 à 70% des emplois est caché.

Le fait de rencontrer de potentiels employeurs provoquera des effets que vous ne pouvez soupçonner !

C’est le moment de vous prendre en main : décrochez votre téléphone et appelez une entreprise qui semble convenir. Expliquer que vous envisagez de venir travailler dans le secteur et que vous aimeriez en avoir une brève description (quelques minutes).

La plupart de vos interlocuteurs vous accorderont ce court laps de temps pour vous présenter leur métier.

Obtenez des informations sur le secteur : qui sont les leaders, quelles sont les perspectives, les qualités requises ?

A la fin de ce premier contact, ne profitez jamais de cette occasion pour annoncer votre recherche d’emploi. Votre interlocuteur ne doit pas se sentir sous la pression que représente le fait d’accepter ou de refuser une telle requête.

Faites vos devoirs, lisez les magazines/livres sur le secteur que vous convoitez.

Quand vous avez fait le tour, rappelez les personnes avec lesquelles le contact a été intéressant. Demandez un rendez-vous afin de présenter vos résultats. Imaginez le type de poste que vous pourriez avoir.

Si vous arrivez avec un début de solution permettant à votre interlocuteur d’imaginer économiser ou gagner plus d’argent que vous n’en coûterais : Bingo.

A ce stade, votre interlocuteur vous a sûrement fait une proposition d’emploi. N’acceptez jamais tout de suite. Vous avez réussi à vous vendre et vous êtes dans la meilleure position qui soit.

Remerciez-le et demandez à réfléchir.

La proposition qu’il vous aura faite sera bien souvent 10 à 20% en dessous de ce qu’il pense pouvoir vous offrir. Le but de cette première proposition est juste de ne pas vous perdre et de continuer la négociation.

Mais le pouvoir que vous avez ne doit pas être utilisé n’importe comment. « Avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités » est une citation qui prend tout son sens ici (Spiderman pour ceux qui n’ont pas reconnu !).

Lors de votre deuxième entretien demandez 20% de plus que ce qui vous a été proposé mais surtout ne justifiez pas votre requête et restez silencieux.

Soyez prêt à partir sans tomber d’accord ou à demander plus de temps pour réfléchir. Dans la plupart des cas, l’offre sera relevée.

Une fois qu’un accord est trouvé sur le salaire, il reste plusieurs points incontournables à négocier :

1 – la prochaine augmentation : quand ? Sur quelles conditions ?

2 – les avantages : une mutuelle ? Des RTT ? Des primes ?

3 – votre rôle précis dans l’entreprise : quelles formations ? Quelle sera votre marge de manœuvre pour atteindre vos objectifs ?

Tout ça doit être discuté avant la fin de la négociation. Après, il sera trop tard.

Tout ça peut être fait en ayant une autre activité : pendant le déjeuner ou en fin de journée et peut durer plusieurs mois. Rien n’est rapide ni facile mais le bonheur, ça se mérite !

Même si cette description est un peu idéale, c’est une trame à suivre et comme on dit : elle a le mérite d’exister !

Alors vous commencez quand ?

Apprenez l’économie

Michael Ferrari Esprit riche Laissez un commentaire

Pour prendre votre situation financière en main il est essentiel de comprendre les leviers qui gouvernent l’économie. Aujourd’hui (et depuis longtemps) tout est mondialisé. Ce constat de base doit déboucher à vous faire prendre consience que vous devez apprendre les mécanismes de l’économie mondialisée.

Ça vous semble compliqué ? Pas tant que ça en fait.

Si vous ne maîtrisez pas les notions de base de l’économie, faites des recherches, lisez, l’information est de partout.

Quelle que soit votre activité (salarié, joueur en bourse, entrepreneur,…) ces informations auront toujours une grande utilité dans votre activité : elles vous feront prendre du recul sur le fonctionnement du monde.

Ça commence dès ce soir, sur France 2 une émission fait le bilan sur le monde de la finance.

Mais attention, éteignez bien votre télé juste après cette émission ! 🙂

Pourquoi vouloir être riche ?

Michael Ferrari Esprit riche 19 Commentaires

C’est vrai après tout, pourquoi être riche ? Si vous ne l’avez jamais envisagé, ça peut vous paraître futile. Mais à y réflechir de plus près, il y a une bonne raison pour y penser sérieusement : il vous faut la trouver !

Tout le monde connaît le dicton « L’argent ne fait pas le bonheur » qui est souvent complété par « Mais il y contribue ».

Souhaitez vous devenir riche ? Si la réponse est non, c’est que vous n’avez pas trouvé ou cherché de raisons pour justifier (ou auto justifier) cette démarche. Ce n’est ni bien, ni mal et je m’abstiendrai bien de porter un jugement mais par contre, les gens qui n’ont pas pris cette décision jugent souvent avec sévérité le fait de vouloir devenir riche.

Alors pour quelle RAISON devenir riche ?

Pour beaucoup de gens, riche est encore un mot grossier associé à quelque chose de malhonnête. Poursuivre ce but ne serait donc qu’une succession de coups bas et de petits calculs.

Si pour vous riche est associé à quelque chose de négatif, il est peut-être temps de faire évoluer votre mentalité.

Vous êtes la seule personne à pouvoir changer ça et à savoir d’où vient ce préjugé. Est-ce de vos parents, grands-parents, oncles ou amis ? Avez-vous été conditionné par un discours ?

Si j’insiste, c’est parce que « être riche » n’est défini de manière précise. Le comportement associé est libre et vous pourriez choisir d’être bienfaisant.

Devenir riche, être ouvert, aider les autres et accorder la plus grande importance à sa famille vont souvent de paire. En tous cas c’est la manière dont je vois les choses.

Les raisons personnelles qui me poussent à m’organiser pour devenir riche et et à poursuivre ce but sont simples : je souhaite vivre mes passions et avoir du temps pour mes proches.

Voici les activités que je veux pouvoir faire lorsque je serais riche :

1 – plus de grasses matinées
2 – passer plus de temps avec ma famille
3 – apprendre vraiment la guitare
4 – vivre au soleil, loin de la grisaille parisienne (Victor Hugo disait qu’être pauvre à Paris, c’est être pauvre 2 fois)
5 – voyager autour du monde
6 – faire tous les festivals de rock
7 – ouvrir un restaurant axé sur le bien être
8 – monter un programme éducatif autour de l’argent
9 – apprendre le piano

Plus de choses ici : http://esprit-riche.com/ma-grosse-liste/

Le nerf de la guerre, c’est bien le temps et non l’argent. Je ne le répéterai jamais assez, l’argent n’est qu’un moyen de se libérer du temps.

Si vous devriez choisir des raisons pour devenir riche, ça serait quoi ?

Achetez maintenant, payez à jamais !

Michael Ferrari Investissement immobilier 7 Commentaires

 Jusqu’où peut mener le mauvais choix dans les conditions d’un crédit immobilier ?

La réponse, consternante, dans une émission récente sur France info mérite d’être écoutée.

L’émission du 22 octobre attaque sous l’angle : A-t-on des subprimes à la Française ?

Le témoignage d’une personne ayant contracté un crédit à taux variable est à méditer. En fait la banque a usé d’une technique que l’on peut qualifier de « douteuse ».

Elle a demandé des mensualités fixes, elle a eu des mensualités fixes. Cependant, la durée du prêt elle, ne l’était pas.

En plus de cela son taux n’est pas capé. Cela signifie qu’il n’y a aucun plafond à l’augmentation du taux. Etant donné que les taux sont (encore) historiquement bas, ils ne peuvent qu’augmenter.

Elle se retrouve donc à rembourser un emprunt à mensualités fixes mais dont la durée s’allonge. La conséquence de tout ça c’est que les intérêts applicables augmentent car ils concernent l’ensemble du prêt.

En gros le montant total restant dû, au lieu de diminuer au fur et à mesure des mensualités, augmente.

Vous avez bien lu, plus elle paye, plus elle doit de l’argent à sa banque !!!

Comme disait Coluche « Moins tu peux payer, plus tu payes ».

La formule du crédit ne lui a bien évidement pas été présentée comme un crédit à taux variable mais plutôt comme un crédit à mensualité fixe mais à durée variable.

La durée ? Pas important ! Les français ne font pas attention à ce paramètre. L’explosion des crédits sur 30 et 35 ans le montre. Et c’est bien là le cœur du problème.

La seule solution possible dans ce cas est de rembourser intégralement son crédit, soit par rachat via un établissement spécialisé, soit en revendant le bien. Il est bien évidemment possible d’engraisser sa banque jusqu’au bout mais c’est une solution que je vous déconseille.

Un nombre non négligeable de Français ont souscrit des prêts immobiliers à taux variable.

Ce nombre est difficile à obtenir avec précision mais il est actuellement estimé à 150 000 ménages. (Un dossier récemment paru dans Libération en parle)

Essayez d’imaginer sur 150 000 ménages le nombre total qui arrivera à payer jusqu’au bout son crédit. Autrement dit, combien auront les reins assez solides pour y arriver sachant que bien souvent ce sont les ménages les plus modestes qui sont embarqués dans ce genre d’aventures ?

Par les temps qui courent, évitez le taux variable ! Pour quelques pourcentages de moins (4,3% en variable au lieu de 4,7% en fixe par exemple), vous prenez un risque important de voir augmenter soit vos mensualités, soit votre durée de remboursement et en définitive de payer beaucoup plus pour la même chose.

Encore une fois, passez du temps avant d’y mettre votre argent, ça vous évitera de faire une immense connerie. Même si certains « professionnel » abusent de la faiblesse des gens, ces gens là ont une part non-négligeable de responsabilité de la galère dans laquelle ils sont.

 C’est ce qu’on appelle nos « subprimes » à nous…

Les 2 bonnes raisons de quitter son boulot

Michael Ferrari Améliorer sa vie, Esprit riche, Réussite et succès 8 Commentaires

Nous avons souvent tendance à considérer le fait de quitter un emploi comme quelque chose de négatif.
D’ailleurs la première phrase qui vient souvent après avoir exprimé ce souhait c’est « Tu sais ce que tu perds, tu ne sais pas ce que tu gagnes » distillant ainsi sa petite dose de doute.

C’est vrai ! La véritable question à se poser est : est-ce que je suis prêt à sortir de ma zone de confort ?

Le paradoxe actuel est que rester (trop) longtemps fidèle à la même entreprise peut être vu comme un défaut. Le fait de ne pas vouloir sortir de sa zone de confort peut être considéré comme un manque d’ambition.

La démission n’est pas une fuite mais l’opportunité de découvrir autre chose.

Elle est souvent mal acceptée par les managers (ou personnes responsables de votre départ) et pour cause : elle indique généralement qu’ils ont mal fait leur boulot qui consiste à animer l’équipe.

Elle crée un malaise par rapport aux collègues qui peut aller du reproche à la rancune.
Le démissionnaire est souvent envié, ce qui explique ces réactions, car il possède l’opportunité de découvrir autre chose.

Alors, quand faut-il quitter son boulot ?

Tout d’abord, la première chose à faire est de demander ce que vous voulez avant de partir.

Dans toutes les entreprises le départ d’un collaborateur pose problème. Est-ce le métier ? les horaires ? le temps de trajet ? le salaire ? Quelque soit le problème qui peut vous poussez à vouloir partir, demandez toujours à votre entreprise de changer ce qui ne vous convient pas.

Vous verrez, si elle refuse vous n’hésiterez plus beaucoup à partir !

Ensuite la pyramide de Maslow prend ici tout son sens. Maslow était un psychologue qui à mis au point la célèbre pyramide des besoins humains, des plus aux moins essentiels, qui détermine bien souvent le comportement humain. Si les besoins essentiels ne sont pas satisfaits, les besoins des couches hautes ne sont pas à satisfaire.
Autrement dit, les besoins essentiels d’abord, on verra pour le reste.

Voici la première raison pour quitter un emploi : il ne satisfait pas aux besoins essentiels.
Si votre emploi mets en péril votre santé que ce soit de manière directe (manipulation de substance chimique sans protections) ou indirecte (pression trop importante), peut être faudrait-il en changer !
L’élément suivant est souvent si votre emploi bouscule votre vie personnel : déplacements incessants, horaires décalés …

Ensuite, à un niveau plus élevé, si votre emploi est en contradiction avec vos croyances c’est également une autre bonne raison.

Évident me direz-vous ? Pas tellement. Beaucoup de gens ne se posent pas ce type de questions et endurent des métiers qui mettent en péril leur santé.

En parallèle de cette analyse, il est important de considérer ce que vous apporte votre emploi. Bah oui, après tout ça serait dommage de consacrer toute votre journée à une activité sans intérêt.

Ces apports sont souvent assimilés à la partie haute de la pyramide.

Tel un bilan comptable, il faut évaluer les apports et les dépenses.

Je considère mon emploi comme un moyen et jamais comme une fin en soi. Cela n’empêche évidement pas d’être impliqué et ambitieux.
C’est simplement le moyen pour atteindre mon objectif.

En résumé, votre boulot doit vous permettre d’atteindre vos objectifs.Même si certains secteurs d’activité sont plus favorables que d’autres en permettant de changer plus ou moins facilement de boulot, c’est toujours un choix que vous avez.

Il m’est ainsi arrivé de travailler pour une toute petite structure sur un domaine innovant. Innovant ne rime pas toujours avec argent car en l’occurrence c’était très mal payé. Pourtant c’est à ce jour l’emploi le plus long que j’ai eu. Le projet était très intéressant et le contexte m’a permis de rencontrer des gens qui l’étaient également. Mais au bout d’un moment, la réalité reprend le dessus : je travaille en priorité pour gagner de l’argent, faire des trucs intéressant ne suffit pas à lui tout seul. J’ai demandé, ça a été refusé, je suis donc parti !

Alors quels sont vos objectifs ?