Qui suis-je ?

Michael Ferrari Esprit riche 12 Commentaires

Devenir riche c’est très sérieux, l’amalgame est souvent fait entre le temps d’utiliser le mot riche et le fait de l’être.
Mon blog parle de devenir riche et donc d’argent ce qui ne signifie pas que je suis riche. J’en suis assez loin. Je n’ai aucun patrimoine.

Aussi, je me suis dis que j’avais peut être loupé une étape importante dans la constitution de ce blog : celle qui consiste à me présenter. Du moins, présenter ma situation.

Je viens d’un milieu dit « modeste ». Mes parents sont de simples employés qui ont toujours travaillé dur. Dans ma famille, le travail en tant que salarié est la seule forme de travail représentée. Ce qui explique d’ailleurs que personne n’est riche !
Je suis allé à l’école maternelle, primaire et au collège de ma ville. Pour le lycée j’ai dû aller dans une ville voisine. A ce moment-là j’ai commencé à toucher du doigt le fossé qui séparait ceux dont les parents avaient un héritage socio-culturo-financier des autres. Ceux là avaient accès aux écoles privées ou au choix de l’établissement.
Du moins les parents avaient élaboré une stratégie pour donner l’accès à ce qu’ils estimaient le mieux.

D’ailleurs actuellement et plus que jamais, on reconnaît les gens possédant un patrimoine aux livres que possèdent leurs parents. Le patrimoine culturel est désormais plus important que le patrimoine financier.
Le patrimoine financier est relativement (j’ai dit relativement) facile à constituer, le culturel prend au moins une demi-génération.

Mes parents m’ont toujours poussé à étudier. Pour eux ça a toujours été le moyen d’accéder à un niveau social supérieur, de faire fonctionner le fameux ascenseur social.

Pour l’instant ça a plutôt bien marché. Mais j’espère bien que ma situation actuelle n’est qu’une étape !

Bref dans ma vie il n’y a jamais eu de « piston » lié à des personnes biens placées ou à une corporation de métier. Nous étions assez isolé mais pas seul.

Avec le recul, ça m’a forcé à aller de l’avant pour obtenir ce que je voulais.

Devenir riche n’est pas une fin en soi. Ce qui compte vraiment c’est de se réaliser, de réaliser ses rêves. C’est pour cela que le développement personnel est une partie intégrante de mon blog. C’est le meilleur moyen d’apprendre et de continuer à progresser.

Vous trouverez un côté très business et entreprise dans mon blog. Il m’a apparu évident que c’est un des leviers qui permet de s’accomplir. Créer une entreprise, un système permet de se libérer pour se consacrer à ce qui compte vraiment. C’est un moyen d’agir sur la société. De rendre le monde meilleur.

En France, l’ambition est mal vue et a une connotation très négative. Dans l’inconscient collectif l’ambition est associée aux coups bas : l’ambitieux est celui qui utilise des moyens malhonnêtes pour atteindre la réussite.

C’est l’un des clichés que je veux faire évoluer au travers de ce blog. L’ascenseur social est peut être bien grippé en France mais la plupart des gens attendent que les choses tombent du ciel. Plus le temps passe et moins ça risque d’arriver.

Je suis donc tout ça à la fois, un joyeux mélange.

Et vous, d’où venez-vous ?

Subprime : une tragédie américaine

Michael Ferrari Comment investir dans l'immobilier 1 Commentaire seulement !

L’histoire des subprimes est sans précédent. Nous n’avons encore rien vu, l’effet maximum est attendu pour le mois de mars 2008.

En attendant ce petit film de Philippe Grangereau est très inscructif. L’histoire se passe à Cleveland dans cette ville qui devient peu à peu une ville fantôme.

L’immobilier de « luxe » à l’abris des problèmes ?

Michael Ferrari Comment investir dans l'immobilier Laissez un commentaire

Etant originaire de Provence, je suis les programmes immobiliers de la région avec intérêt.

Le département des Bouches du Rhône en particulier attire mon attention.

Aix-en-Provence a une situation particulière. Elle se situe dans le top 3 des villes dont l’immobilier est le plus cher en France et ce, même avant la folie spéculative des 8 dernières années (+150% quand même).

Un programme immobilier avait fait grand bruit à son lancement. Il s’agit du projet autour de la rotonde. La rotonde à Aix-en-Provence c’est un peu la place de l’étoile à Paris mais en moins bruyant.

Bref un programme d’envergure de 84 appartements luxueux dont le prix de vente au mètre carré se trouvait à l’origine aux environs de 5500 € mais dont certains appartements était à plus de 10 000€ ce qui n’a rien a envier aux prix parisiens au pied de la Tour Eiffel.

Un article du journal de la région, La Provence, fait le point sur les problèmes rencontrés par les propriétaires en septembre.

Comme l’indique le site du maître d’oeuvre la livraison était prévue en février 2007.

L’article relate le fait que des propriétaires qui ont eu la remise des clés de leur logement y découvrent des finitions bâclées. Les parties communes n’étaient pas finies.

C’est une des raisons pour lesquelles l’immobilier neuf me fait peur : c’est incontrôlable. Même dans un programme très cher comme celui dont je parle, force est de constater que le prix ne garantit pas la bonne marche des travaux.

Chanson sur l’argent

Michael Ferrari Divers 1 Commentaire seulement !

Il existe de nombreuses chansons sur l’argent. Il y en a une que j’aime bien : (cliquer sur le lecteur pour écouter et non pas le bouton play)

free music

Stupéflip – ArgentArgent mon ami tu n’est pas très fidèle
Et tu n’est pas souvent la quand j’ai vraiment besoin de toi
Mais où est tu argent quand mon frigo fait pipi
Quand jai beaucoup trop percut mon ami le « Errémi »
Argent j’t’aurai avec ta couleur bizar
Sans qu’j’ai à faire le canard
Regarde moi je ne suis pas transparent
Et prend un air inteligent
Argent
Argent
Argent j’te remarque quand t’es plus avec moi
Mais la plupart du temps j’en ai rien a foutre de toi
Tu t’incruste dans ma tête pourtant j’t’ai pas invité
Et tu ma bien nargué les jours où j’ai pas pu payer
Argent j’t’aurai avec ta couleur bizar
Sans qu’j’ai à faire le canard
Regarde moi je ne suis pas transparent
Et prend un air inteligent
Argent
Argent
Argent pauvre nul tu m’fait un peu pitié
T’as pas l’air très malin avec ta deguène en papier
Alors rampe comme un chien et surtout escuse toi
Toute facon t’existera plus quand j’aurai plus besoin de toi
Argent j’t’aurai avec ta couleur bizar
Sans qu’j’ai à faire le canard
Regarde moi je ne suis pas transparent
Et prend un air inteligent
Argent
Argent
Argent j’t’aurai avec ta couleur bizar
Sans qu’j’ai à faire le canard
Regarde moi je ne suis pas transparent
Maintenant baisse les yeux et prend un air intelligent
Argent
Argent
Sans que j’ai a faire le canard
Argent
Argent
Et prend un air intelligent
Argent(x 9)

Faites l’amour pas la grève

Michael Ferrari Divers 5 Commentaires

Pendant qu’une minorité de français se bat pour conserver ses privilèges, la majorité d’entre nous travaille.

La France est un pays qui m’étonnera toujours. Même si je l’aime, je n’exclue pas de la quitter.

Si j’ai bien compris la situation, en voici un résumé :

Un groupe de personnes souhaite conserver ses avantages alors qu’il a été diagnostiqué que ces avantages ne peuvent pas être financés dans le fonctionnement actuel.

En gros, les différents privilèges (âge du départ en retraire, niveau de cotisation,..) ne sont pas payés par les gens qui en bénéficient car le montage ne tient pas. Le bilan (recettes – dépenses) est négatif. Leur caisse de retraite est en déficit. Qui compense ?

Tous les autres.

J’ai toujours du mal avec les pseudo témoignages que l’on voit à la télévision lors des grèves : le français qui va avoir du mal à, voir ne pourra pas, aller au travail et qui se montre solidaire de la grève.

Si mon voisin bloque l’entrée de l’immeuble parce qu’il veut que l’ensemble des habitants participe au paiement de la nouvelle peinture de son salon, je ne serais pas très solidaire mais j’irais volontiers lui expliquer comment il peut se passer de sa p*#[email protected] de peinture !

Cela dit, la grève a du bon. Pour toutes les professions en col blanc, c’est l’occasion de tester le télétravail et de voir comment ça pourrait se passer.

J’aimerais pouvoir étudier l’effet d’une telle grève sur le nombre de personnes se lançant en tant qu’indépendant.

Dans le fond les avantages des uns et des autres m’indiffèrent mais que l’on ne me demande pas de payer pour les autres. D’autant plus qu’il y a des dizaines de professions autrement plus pénibles que conducteur de train et qui sont au « forfait normal ».

On entend souvent avec ironie qu’en France on privatise les gains et on partage les pertes. Ce qui se passe en moment en est l’illustration.

Quand je vois comment sont gérées les choses, ma seule envie est de ne pas dépendre de ce système.

Tout cela est assez triste dans le fond car les cheminots sont des gens modestes et que les vrais privilégiés doivent bien se marrer…

Alors qu’est ce qu’on fait ?

Rencontre d’un conseiller en gestion de patrimoine

Michael Ferrari Comment investir dans l'immobilier, Esprit riche 5 Commentaires

En tant que personne intéressée par son patrimoine, j’ai décidé de rencontrer un conseiller en gestion de patrimoine.

C’était la première fois que je faisais ce genre de rencontre.

J’étais très méfiant à l’idée de ce rendez-vous mais je souhaitais commencer à agir.

Je voulais mettre en œuvre le simple raisonnement :

Pensée > Action > Résultat

Quoi qu’il en soit je suis donc allé à ce rendez-vous avec beaucoup de curiosité.

Ce que je savais avant :

Ce genre de professionnel travaille à la commission. Ils ne sont payés que lorsque ils arrivent à vendre un produit de la maison. Son intérêt est donc de vendre vite.

En arrivant dans les somptueux locaux de l’entreprise, tout correspondait au préjugé que l’on peut avoir sur ce genre de profession.

Je commence par exposer mon objectif. Je suis ici pour être conseillé sur la meilleure manière de développer mon patrimoine dans le but de devenir riche.

Le discours est rodé bien qu’un peu maladroit. Les grands mots sont placés à tort et à travers : « Constructeur de patrimoine », « l’immobilier c’est du rapide ». Il faut dire que nous sommes en fin de journée et la sienne a peut être été longue. On passe donc sur la présentation de la structure.

Une technique classique dans ce type d’exposé : pour se mettre en valeur, l’interlocuteur mets en valeur son équipe. Son équipe est composée de professionnels de tous les secteurs : notaires, fiscalité, banque… Du coup bien qu’en n’ayant rien vu de ses compétences, il avait déjà du crédit.

Ensuite on a beaucoup discuté des projets de vie et de la manière dont ils pouvaient influencer les futurs choix d’investissement.

Il insiste beaucoup sur la confiance que l’on doit lui accorder aveuglement. Il le répète tellement que c’est inquiétant. Malgré le fait que je lui ai dit que la confiance s’acquiert sur des faits, il ne cesse de demander à ce que nous lui fassions confiance.

Pour la confiance on repassera…

Les mots sont techniques et mon interlocuteur ne prend pas la peine de s’assurer que l’on y comprend quelque chose. Infine, demessine, effet de levier, robien… Je commence pourtant à avoir de bonnes notions mais toutes ces notions se mélangent. Je n’imagine même pas pour des « non-initiés ».

C’est également (consciemment ou non d’ailleurs) une technique courante pour donner l’illusion de la compétence : utiliser du jargon.

Malheureusement pour lui il ne connaissait apparemment pas les bases. Livret d’épargne populaire était un type de compte inconnu.

Bref, vient le sujet de l’immobilier et là je n’ai pas été déçu : il m’annonce que le prix au m² n’a aucune importance. Les loyers suivent les prix d’achat et donc n’importe quel investissement peut être rentable.

J’ai bien rigolé sur le coup. Vous avez vu les loyers prendre +150% sur 10 ans vous ? (idem prix d’achat)

Il est pressé alors que je ne le suis pas. J’attends que le marché de l’immobilier se dégrade.

Il est tellement pressé qu’il souhaite m’appeler, me proposer un bien qu’il aura soigneusement sélectionné et que je signe directement. C’est vraiment le fonctionnement qu’il souhaite…

Le cas est plié, pas question de travailler avec lui.

Ne loupez pas la suite de cette aventure fabuleuse :

2ème rencontre du conseiller en gestion de patrimoine