Abondance, abondance, abondance…

Michael Ferrari Esprit riche, Gérer et épargner 5 Commentaires

Le monde d’aujourd’hui est fascinant. Il n’y a jamais eu autant de choses à acheter et à vendre.
Comment sommes-nous supposés réagir face à tout cela ? (C’est la question philosophique du jour, vous avez 2 heures !)

Aujourd’hui, il est possible de trouver n’importe quel objet à n’importe quel prix. Il n’y a jamais eu autant de choix.

J’ai entendu à plusieurs reprises des « porte-parole » des quartiers défavorisés (où banlieues) expliquer qu’une partie de la rage des jeunes est causée par la publicité : ils sont abreuvés d’images et de slogans et face à leur impossibilité d’obtenir ou de travailler pour s’offrir ces objets, ils pètent les plombs parce qu’ils veulent eux aussi posséder et consommer.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le lavage de cerveau fonctionne à merveille.

Le fait est que la surabondance pousse à consommer. Chacun veut sa part du gâteau. Mais de quel gâteau parle-t-on ? Celui qui consiste à travailler plus pour consommer plus ?

Là où où je veux en venir c’est que si vous vous sentez fasciné par la publicité, vous avez beaucoup moins de chances d’atteindre vos objectifs d’un point de vue financier. Qu’il s’agisse de rembourser tous vos crédits ou de constituer une épargne pour payer les études des enfants, il existe un nombre incalculables de tentations et de raisons de ne pas y arriver.

La cause de tout ça est mentale et uniquement liée à votre capacité à vous détacher du discours publicitaire. Il y a des dizaines d’entreprise et de personnes dont le métier est d’arriver à vous convaincre de sortir votre porte monnaie.

Faites l’inventaire et demandez vous jusqu’à quel point votre mode de vie est basé sur la consommation.

Faites la différence entre besoin et envie. Beaucoup de gens mélange les 2. Plus vous mélangez les 2, plus vous risquez de faire des choix financiers désastreux.

On peut inclure dans besoin, tout ce qui est vital et donc principalement l’alimentation, le logement voir l’habillement (simple).
Tout le reste est du domaine de l’envie. Il faut savoir se faire plaisir en satisfaisant ses envies mais dans un souci d’équilibre gardez à l’esprit la frontière entre les 2.

Commentaires 5

  1. Ton billet est intéressant! Le problème entre envie et besoin, c’est que les publicitaires, et bien souvent également notre environnement, créent un besoin qui n’existait pas auparavant. L’exemple des téléphones portables en témoigne : la plupart d’entre nous ne peut plus se passer de son téléphone, alors que nous n’envisagions même pas d’avoir un téléphone avec soi en permanence il y a quelques années. La frontière entre envie et besoin est parfois floue…

  2. Post
    Author

    Oui c’est tout à fait ça.
    Pour le portable, c’est presque devenu un besoin notamment lorsque on recherche un emploi.
    Mais que penser de l’économie de 30 à 50 € par mois que pourrait apporter le fait de se passer de portable ?

    > 360 à 600 € par an.

    Si tu ajoutes ça et le coût d’une connexion internet (dont personne ne peut se passer désormais!), ça fait déjà 60 à 100 € par mois.

    J’aime bien l’exemple des écrans plats qui ont également fait explosé le budget consacré à la télévision.

  3. Même au niveau de la bouffe on est plus que souvent dirigé dans les magasins pour acheter telle ou telle chose en plus!

    Les têtes de gondoles avec ces promos faramineuses, les rayons qui changent toutes les semaines histoires de te faire passer sur des produits que tu ne regardais jamais! L’hôtesse 90-60-90 qui te fait goûter le dernier saucisson aux noix de pékan (avec la promo pour 5 achetés, le sixième est à 25%) etc… ça peut aller loin… Il y a de nombreuses études qui ont été faites pour cibler la mobilité des consommateurs dans les grandes surfaces. Après avoir analysé le parcour et les caddies des consommateurs, les grandes surfaces savent maintenant créer des rayonnages types pour faire consommer plus pour nous faire dépenser plus 😉

    Personnellement je suis complètement partisan de ce que Michael raconte dans ce billet. Je n’achète pas pour le plaisir. Mais combien de fois suis-je allé faire des courses avec une liste et suis revenu avec quelques articles en plus. Je ne les compte plus (ça peut être de la bouffe ou autres).

    Pour information, j’ai lu que 20% de nos déplacements sont liés aux achats! Sachant que sur l’intégralité de nos déplacements on est «confronté» («matraqué» serait plus conforme) à des centaines de publicités.

    @
    Ben

  4. Bonjour,

    Désolé de répondre à un article qui date d’un mois et demi mais je découvre tout juste ton blog et je les lis « à rebours » avec passion 🙂

    Je voulais rebondir sur ce que disais Archiben au sujet des manipulations des grandes surfaces.

    Récemment, j’ai découvert qu’une certaine enseigne propose de s’abonner à leur carte de fidélité en échange de pouvoir utiliser une « scannette », qui vous permet de scanner vous même vos articles et ainsi de ne plus avoir à vider votre chariot.

    Je me suis évidemment rendu compte que c’était un excellent moyen pour eux de vous tracer encore un peu plus, mais je me suis finalement prêté au jeu.

    Outre l’aspect extrêmement pratique (que c’est bon de ne plus patienter trois heures à la caisse !), je me suis en effet posé la question suivante : quitte à ce qu’ils analysent mes « habitudes » de consommation, pourquoi ne pas profiter de ce moyen pour leur dicter ce sur quoi j’aimerai avoir des prix ?

    Que se passerait-il si la majorité des utilisateurs de cette scannette réagissaient de la sorte ? En somme, ne serait-ce pas une façon de « voter » pour les produits que l’on préfère ?

    C’est probablement un hasard, mais j’aime à penser que c’est grâce à ça que j’ai récemment vu le rayon « max havelaar » monter d’un cran, plus prêt du niveau des yeux 😉

    Qu’en pensez-vous ?

    ps: petit bug dans le formulaire des commentaires : URL = uniform resource locator, pas identifier 😉

    pps: j’aime les gens qui cultivent le bon sens, et ce blog respire la raison !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.