5 règles d’or pour manger sainement et doubler votre productivité 1/2

11 commentaires

Well....if nobody wants to play Conkers with me...I'll eat em instead...:O))))

Source par law_keven

En tant qu’entrepreneur j’observe ma productivité et j’améliore sans cesse les conditions pour la développer et la maintenir à haut niveau.

Depuis bientôt un an que je suis indépendant, si je ne travaille pas mes projets n’avancent pas. En dépit d’avoir une équipe pour m’aider sur certains aspects, il n’en reste pas moins que je dois montrer la direction et faire avancer les choses : je dois déléguer. Je sais que lorsque je n’arrive pas à accomplir ce que je souhaite dans la journée, j’éprouve pas mal de frustration et je termine la journée en trainant des pieds.

L’un des aspects très important dans ce cadre, c’est ce que l’on mange. Iriez-vous mettre de l’essence de discounter dans votre Aston Martin ? Et bien, c’est le même principe avec notre alimentation : si vous voulez permettre à votre Ferrari de fonctionner à son niveau optimal, vous allez utiliser le meilleur carburant possible.

Ce principe s’applique dans de nombreux domaines : pour être performant, il faut optimiser et optimiser signifie ici limiter tout ce qui n’est bon et choisir consciemment le meilleur. Vous allez donc limiter votre tolérance envers les “mauvais” aliments.

A contrario, si vous n’êtes pas très regardant, vous pouvez mettre n’importe quel type de carburant dans votre Renault 5 : elle roule avec à peu près n’importe quoi. Ses performances sont faibles mais l’avantage c’est qu’elle utilise n’importe quel carburant.

Une éducation à faire

Lorsque j’étais étudiant, j’ai souvent mangé mal. Très mal. J’ai fonctionné au Pizza-Frites le midi pendant plusieurs mois (chose dont la pensée me provoque maintenant des nausées). Avant cela, il y avait les Américanos, steak frites et autres sandwiches…

Évidemment, mon niveau d’énergie était très variable. J’arrivais à 12h avec le ventre creux et prêt à dévorer n’importe quoi et je repartais à 12h30 le ventre rempli et je sombrais plus ou moins dans un état où mon métabolisme était ralenti jusqu’aux alentours de 15h. Beaucoup d’étudiants ont horreur des cours entre 13 et 15h pour cette raison. La digestion de ce type de nourriture demande énormément d’énergie.

Même si je mangeais sainement chez mes parents, il était très difficile de prendre une bonne décision “consciente” lorsque j’étais livré à moi-même.

Sur la fin de mes études, mon alimentation avait évolué. Ainsi, je préférais aller manger au resto U pour avoir une assiette à peu près équilibrée quitte à ce qu’elle ne soit pas très bonne. Cela me permettait d’avoir un niveau d’énergie plus stable sur la journée.

Ce même schéma se reproduit dans la vie active : vous avez la possibilité de manger un sandwich ou une assiette très calorique et de mauvais qualité nutritionnelle ou vous pouvez manger “sain”. On retrouve aussi une certaine horreur pour les réunions après le repas dont les participants ayant commis ce type d’excès s’arrosent le gosier de café en espérant rester éveillé durant l’épreuve.

La jungle de la nutrition

La nutrition fait partie de ces domaines où la science est mélangée à la pseudo-science. J’ai souvent eu des retours d’entretiens avec des nutritionnistes assez étonnants et je classe bien volontiers cette profession au même titre que celle d’agent immobilier : tous incompétents jusqu’à preuve du contraire.

L’un des constats qui m’a toujours frappé c’est que les conseils de ces professionnels manquent souvent de bon sens et ressemblent plus à une récitation d’un menu standard qu’ils ont établi 10 ans auparavant : il fonctionne pour certains mais pas pour d’autres.

Quoi qu’il en soit, bien se nourrir peut sembler être difficile et pour moi le parallèle est très évident avec bien investir. Si vous lisez les magazines – la junk press – vous pouvez tourner en rond pendant des années ou devenir fou. Lisez les magazines qui conseillent certaines actions à acheter plutôt que d’autres et suivez leurs conseils pendant des mois ou des années et le jour où tout cela se plante comme cela arrive régulièrement vous perdrez 20, 30 ou 50 % de votre investissement et vous direz à qui veut l’entendre qu’investir n’est pas possible. A ce titre, la performance moyenne d’un gestionnaire de fonds sur une longue période est loin d’être glorieuse et n’excèdent souvent pas celle d’une assurance vie en Euros (4,5 %).

Si vous écoutez certains professionnels vous pouvez aussi perdre totalement foi en votre propre capacité à définir ce qu’est un bon repas ou ce qu’est un bon investissement. Vous trouverez encore facilement des nutritionnistes qui recommandent de manger de la viande  ou de consommer des laitages tous les jours alors qu’il est de notoriété publique que ça n’est ni nécessaire, ni très sain, voir Les 4 poisons blancs à éviter pour rester en bonne santé.

Choisir consciemment son alimentation

“J’ai toujours mangé de la viande à tous les repas” est souvent ce que me disent les personnes avec lesquelles on discute de cette question. Il est certain que les habitudes que l’on nous donne deviennent nos propres habitudes : on internalise la pratique. Comme dans chacun des aspects de notre vie, il est primordial d’atteindre un “niveau de conscience” supérieur (j’essaie de ne pas avoir l’air d’un gourou ici!). Autrement dit, l’un des principes du développement personnel, c’est aussi de questionner, remettre en cause et de faire ses propres choix : ce n’est pas parce que vous avez toujours lassé votre chaussure droite en premier qu’il n’est pas possible de commencer par la gauche.

Et si justement commencer par cette autre chaussure permettait d’être plus à l’aise dans sa démarche et d’avoir de meilleurs appuis ?

Voici donc les principes que j’applique. Ce sont les meilleurs que je connaisse actuellement.

Consultez également un article de Ma voisine millionnaire sur la nourriture du freelance !

La seconde partie par ici.

L'indépendance financière, le développement personnel intelligent : voilà 2 sujets qui me passionnent. J'accompagne individuellement les entrepreneurs à développer leur activité, à simplifier et gagner du temps. Je suis également l'auteur de Devenez Riche et de Stop Procrastination aux Editions Leduc.s.

Michael Ferrari5 règles d’or pour manger sainement et doubler votre productivité 1/2

11commentaires

  1. Pingback: Ma voisine millionnaire » Les billets d’été: Les freelances se nourrissent

  2. Sylvaine

    J’avoue qu’à la lecture du titre, je me suis dit qu’on allait encore avoir droit au moralisateur 5 fruits et légumes par jour…
    Je crois qu’une combinaison de bon sens, d’écoute de son corps et de ses réactions et de prévention des plaisirs alimentaitres compensatoires est bien plus efficace qu’une définition d’une alimentation idéale, car, comme tu le soulignes, cela convient à certains et pas à d’autres.
    Je suis curieuse de lire la seconde partie!

  3. Posté par
    Michael

    C’est vrai que je n’aborde même pas ce type de recommandations, pas même dans la suite.
    J’essaie d’éviter de donner des discours moralisateurs que je n’aime pas recevoir par ailleurs.

    La seconde partie contient les fameux 5 conseils (bah oui après les avoir promis !) que je trouve essentiels.

    Stay tuned :)

  4. babar

    Tout comme l’investissement ou le développement personnel, le problème n’est pas de savoir quoi manger (connaissance) ni de décider de “bien” s’alimenter (volonté), mais de s’en donner les moyens!!

    C’est à mon avis sous cet angle qu’il convient d’aborder le “problème”:
    _ comment manger en dehors de chez soi des légumes ou des fruits sachant que dans 99% des endroits on ne trouve que des sandwichs qui suintent la graisse ou des pâtisseries saturées en sucres…!?
    _ comment manger chez soi “sans effort” (j’entends par là sans passer 1h aux fourneaux, surtout si nos connaissances en matière de cuisine sont limitées) alors que déballer un produit industriel, véritable poison pour l’organisme, ne prend que quelques secondes…!?

    Et aujourd’hui les efforts de la distribution en ce sens se soldent par une “boboïsation” des prix: avez-vous déjà acheté des fruits découpés en sachet chez Monoprix par exemple? avez-vous déjà acheté un Smoothie en restauration rapide? êtes-vous déjà allé composer une salade dans ces nouveaux temples selects immaculés de blanc (dont j’ai oublié le nom en 2 ou 3 lettres)?

  5. CoachDom

    Enfin ! un article sur la nutrition :D

    Qui va dans le bon sens : l’instant présent.

    Le repas est un moment privilégié où l’on prend soin de soi.
    J’en suis arrivé quasiment à considérer le repas comme de la médiation active. Être à l’écoute de son ressentie, des sensations, de son corps. Cela travaille aussi l’écoute de soi.

    Je mets aussi l’emphase particulièrement sur la mastication pour des raisons que j’ai expliqué dans ce billet : http://blog.coachdom.org/2008/12/la-mastication.html

  6. Posté par
    Michael

    Tu as raison : le plus gros défi reste de faire ce que l’on pense être bon.
    J’ai remarqué que plus j’en savais sur mon alimentation, plus ma volonté de la maintenir saine augmente.

    Pour organiser d’un point de vue pratique les repas, il est évident que manger “sain” prend plus de temps que d’ouvrir un plat industriel ou s’assoir à un comptoir mais c’est surtout en termes de gains que la décision et la volonté se confirment chaque jour :
    Etes-vous prêt à laisser votre corps encaisser ces aliments ?
    Bien souvent des économies sont à la clé.

    Je suis tout à fait d’accord sur la « boboïsation ». J’ai souvent acheté juste une pomme ou une poire pour compléter un repas ou combler un creux dans la journée.

    L’alternative économique à tout ceci est simple : préparer soi-même les choses.
    J’avais un ami à la fac qui venait avec une sorte de mini-glacière contenant son repas, je n’en suis jamais arrivé là et mes conditions actuelles me permettent d’éviter ça mais c’est une solution “réaliste” que je mettrais certainement en oeuvre un jour.

  7. Realistic

    “La nutrition fait partie de ces domaines où la science est mélangée à la pseudo-science. J’ai souvent eu des retours d’entretiens avec des nutritionnistes assez étonnants et je classe bien volontiers cette profession au même titre que celle d’agent immobilier : tous incompétents jusqu’à preuve du contraire.”

    La carrière de diététicien s’effectue en deux années de DUT ou BTS et peut se poursuivre sur une licence professionnelle voire des formations complémentaires. Quelle(s) formations(s) avez-vous suivi ?

  8. Posté par
  9. Pingback: 7 jours pour optimiser vos finances personnelles | Devenir riche à votre manière

  10. Bio38

    En bon “nutritionniste” je suis plus qu’indigné de la manière dont Realistic parle de cette profession et comme le dit Michael, ce ne sont pas les diplômes qui font un bon professionnel . Certes comme dans tous les métiers, il y a des personnes qui restent sur leurs acquis comme il y en a d’autres qui se forment continuellement.

    La nutrition comme toutes les sciences exactes, est un domaine qui évolue vite et qui continuera d’évoluer.

    Mais ce n’est pas le sujet de votre intervention, je ne vais donc pas m’étaler là dessus.

    Je voulais dire qu’effectivement, bien se nourrir est un élément à ne pas négliger pour une personne qui aspire à devenir riche.

    Je crois d’ailleurs que je vais me pencher sur le sujet. J’essaierais de sortir un truc du genre ” Comment bien manger quand on veut devenir riche?” ou” ” alimentation pour entrepreneur” etc. Bien sûr dans la limite de mes compétences.

  11. Pingback: 5 règles d’or pour manger sainement et doubler votre productivité 2/2 | Devenir riche à votre manière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.